EUROPE

Des grecs armés et masqués attaquent des bateaux de réfugiés, laissant les gens livrés à la mort


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 17 Juillet 2019 - 00:35 La course à la domination de l’Espace



Samedi 24 Octobre 2015

Des grecs armés et masqués attaquent des bateaux de réfugiés, laissant les gens livrés à la mort
Sur plusieurs îles grecques, des hommes masqués et armés ont pris pour cible des bateaux de migrants, détruisant leur moteur, selon un rapport de Human Rights Watch, faisant suite au refus de gardes-frontières grecs de sauver des demandeurs d'asile  
Le rapport fonde ses conclusions sur neuf témoignages détaillant plusieurs hommes masqués, souvent armés, qui intercéptaient des bateaux de migrants au large des côtes de la mer Egée et agressaient leurs occupants qui provenaient majoritairement de Syrie via la Turquie. 
Les cas les plus récents auraient eu lieu les 7 et 9 octobre derniers, lorsque les assaillants auraient désactivé les moteurs de plusieurs bateaux, trouant leurs coques et perforant la structure gonflable. Certains des bateaux étaient ensuite remorqués en arrière vers les eaux turques.
 

Armed men attack boat carrying this Afghan asylum seeker, threw engine in sea: @hrw report http://bit.ly/1RpWCr6 

Cela a suscité un tollé de la part de l'ONG Human Rights Watch, dont la spécialiste de la Grèce, Eva Cosse, affirme que «ces actions criminelles nécessitent une réponse urgente des autorités grecques».
Ces révélations font suite aux allégations répétées de gardes-frontières grecs qui obligeaient les migrants à faire demi-tour vers la Turquie à travers la frontière terrestre à Evros.
Le 9 Octobre dernier, le personnel de HRW a vu un bateau gonflable en caoutchouc à la dérive dans les eaux neutres pendant plus d'une heure. Le bateau était surchargé et semblait prêt à couler. Heureusement, un groupe de bénévoles sauveteurs espagnols est venu à sa rescousse.

Le temps se gâte sur l'île de Lesbos, le flot de réfugiés ne tarit pas: 8/10.000 arrivées/jour @ArisMessinis

Interrogé par HRW, un réfugié afghan de 17 ans, Ali, a raconté comment les passagers de l'embarcation sur lequel il se trouvait ont été capturés par cinq hommes armés et portant des cagoules. Leur canot pneumatique, rempli à ras bord de femmes et d'enfants, était parti de la côte turque d'Assos et se dirigeait vers l'île grecque de Lesbos.
Ils ont été interceptés 30 minutes après leur départ. «Au début, quand ils se sont approchés, nous avons pensé qu'ils étaient venus pour nous aider», a déclaré Ali à HRW. «Mais en voyant ce qu'ils faisaient, nous avons réalisé qu'ils n'étaient pas venus nous porter secours. Ils étaient très agressifs. Ils ne sont pas montés à bord du bateau, mais ont détaché le moteur et sont repartis au large l'emportant avec eux».
 
Selon Ali, les hommes ont attaqué trois autres bateaux avant de retourner vers la côte grecque.
Trois incidents similaires impliquant des hommes masqués ont été rapportés à HRW par plusieurs témoins. D'après l'ONG, des drapeaux grecs étaient visibles à plusieurs reprises sur les bateaux des assaillants. 
La chaîne américaine CBS a obtenu des images vidéo montrant une de ces interceptions. On y voit des réfugiés démunis et livrés à eux mêmes dérivant en pleine mer sans moteur. 
 
En savoir plus : Une île grecque nommée Aylan et destinée aux migrants ? Le projet avance
Depuis le début de l'année, plus de 430 000 personnes, notamment des Syriens, fuyant la pauvreté ou les conflits dans leur pays d'origine ont traversé la Méditerranée dans l'espoir de rejoindre l'Europe. Près de 2 800 ont péri ou disparu, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

https://francais.rt.com/international


Samedi 24 Octobre 2015


Commentaires

1.Posté par Aldamir le 24/10/2015 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les grecs viennent de conclure récemment des accords de défense de militaires grâce à la pression des USA et de certains pays européens soucieux d’assurer coûte que coûte la sécurité de l’occupation sioniste en Palestine où d’importantes quantités de pétrole et de gaz ont été découvert en zone terrestre et maritime. Je ne connais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix disait Bertolt Brecht

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires