MONDE

Des enfants vaccinés sous la menace des armes et des parents emprisonnés... au XXIe siècle!



Mardi 10 Mars 2015

Une assistante médicale administre le vaccin polio oral à un enfant de Peshawar, Pakistan. (Photo Mohammad Sajjad/AP)
Une assistante médicale administre le vaccin polio oral à un enfant de Peshawar, Pakistan. (Photo Mohammad Sajjad/AP)

Des enfants sont vaccinés sous la menace d’une arme et  471 personnes sont emprisonnées au Pakistan!

 

Les Etats-Unis vont-ils suivre la même voie ?

 

Par Brian Shilhavy, 7 mars 2015

 

 

The Guardian - 2mars 2015 - rapporte que les responsables de la Santé au Pakistan arrêtent et jettent en prison des centaines de parents qui refusent de laisser vacciner leurs enfants contre la polio. Ces responsables de la Santé obligent les enfants à recevoir le vaccin sous la menace des armes.

 

The Guardian rapporte :

 

Feroz Shah, porte parole de l’administration du district de Peshawar, a déclaré que 471 personnes de la ville et des villages environnants ont été emprisonnées sur ordre du gouvernement parce qu’elles étaient accusées d’atteinte à la sécurité publique.

 

Les parents ciblés par la police n’étaient pas arrêtés s’ils acceptaient de faire vacciner leurs enfants, a déclaré Shakirullah Khan, officier supérieur de la police de Peshawar.

 

Les autorités avaient précédemment déjà procédé à des arrestations à gauche et à droite, mais une telle répression généralisée est un fait rare.

 

« C’est la première fois que pareille mesure drastique a été prise », a déclaré Shah. « Cela montre la détermination du gouvernement à éradiquer la polio. »

 

Il convient de préciser ici que ce sont les parents d’enfants qui font l’objet de rafles et qui sont jetés en prison et non des terroristes, des meurtriers ou des voleurs, mais bien des parents qui ne veulent pas que leurs enfants reçoivent le vaccin contre la polio.

 

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, le vaccin est administré en pleine rue et non dans une clinique ou un hôpital. Combien de fois ces enfants ont-ils été contraints de recevoir ce vaccin? Comment l’assistante médicale pourrait-elle connaître l’histoire vaccinale de ces enfants ? Se pourrait-il que ces enfants aient des problèmes de santé qui rendraient la vaccination dangereuse ?

 

Il semblerait qu’il ne soit pas possible de pouvoir répondre à ce genre de questions de base quand l’ordre est donné de vacciner tous les enfants dans la rue et par la force sans qu’aucune objection ne puisse être formulée.

 

Y a-t-il vraiment une « Epidémie » de polio au Pakistan ?

 

L’année dernière (2014), la poliomyélite a fait les manchettes des nouvelles parce que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’il y avait des épidémies de polio dans certaines parties du monde et que le Pakistan était particulièrement touché. Comme d’habitude ce sont les parents anti-vaccins qui ont été blâmés pour cette « épidémie » mondiale.

 

Quelle a donc été la gravité de « l’épidémie » que l’OMS a déclarée en 2014 ? En mai 2014, quand l’annonce de cette épidémie est parue, et qu’elle a fait la Une dans les grands médias américains, on dénombrait, à l’époque, 74 cas DANS LE MONDE ENTIER, dont 59 au Pakistan. Aujourd’hui, 25 février 2015, il y a eu 10 cas dans le monde entier, dont 9 cas au Pakistan. Je n’ai pu trouver le moindre cas de décès dans le monde dû à la polio au cours de ces dernières années.

La polio comparée aux 10 principales causes de décès dans le monde, selon l’OMS

La polio comparée aux 10 principales causes de décès dans le monde, selon l’OMS

S’agit-il vraiment d’une épidémie aux proportions mondiales ? Est-il véritablement justifié que les autorités parcourent les rues au Pakistan pour forcer les gens sous la menace des armes à se faire vacciner ou à être jetés en prison s’ils refusent ? En termes d’absurdité, l’épidémie de rougeole aux Etats-Unis n’est rien en comparaison par rapport à l’utilisation de tactiques de peur pour justifier une vaccination forcée. On est bien obligé de se demander à qui tout cela profite?

 

L’UNICEF qui collabore avec l’OMS pour l’achat de vaccins et leur distribution mondiale est l’un des plus importants acheteurs de vaccins qui sont distribués dans le monde. En 2013, par exemple, ils ont acheté 1,7 milliard de doses du vaccin polio oral pour être administré aux enfants en-dessous de 5 ans.

 

Le vaccin polio oral est interdit dans les pays occidentaux en raison de ses dangereux effets secondaires

 

Le vaccin polio oral est tellement dangereux qu’il n’est plus utilisé dans les pays développés comme les Etats-Unis, mais il est acheté, distribué et rendu obligatoire  dans les pays pauvres.

 

La véritable tragédie avec ces vaccins vivants contre la polio par voie orale est qu’ils peuvent provoquer la même maladie qu’ils sont censés prévenir: la poliomyélite. Tant la polio paralytique associée au vaccin que la paralysie flasque aiguë non poliomyélitique sont des effets secondaires connus du vaccin polio oral. On retrouve ainsi le virus dans les selles, comme dans les égouts et les systèmes d’assainissement.

 

L’Inde a récemment obtenu son statut « exempt de poliomyélite », mais au prix de dizaines de milliers de cas, chaque année de paralysies flasques aiguës non polio.(Voir : le statut mythique des pays « débarrassés de la polio » - En Inde, l’année dernière, le vaccin polio a provoqué la paralysie de 53.000 victimes.

 

Les médecins et les chercheurs qui ont conscience des risques et des dangers du vaccin antipoliomyélitique oral ont, depuis des années demandé que ce vaccin soit supprimé

 

En 2005, l’éditorial du périodique «  The Oxford Journal Clinical Infectious Diseases s’intitulait : « Quand allons-nous arrêter l’utilisation du vaccin antipoliomyélitique oral ? »

 

Pourquoi doit-on arrêter la vaccination antipolio orale (OPV) ? La poliomyélite paralytique associée au vaccin a été reconnue peu après l’introduction du vaccin OPV. Des paralysies se produisaient tant chez les vaccinés que chez leurs contacts. Le temps vient où la seule cause de la poliomyélite est susceptible d’être le vaccin utilisé pour l’empêcher. De nombreuses données de biologie moléculaire sont aujourd’hui disponibles pour démontrer que les virus vaccinaux peuvent retrouver leur pleine neurovirulence. Des épidémies de polio en Chine, en Egypte, à Haïti, à Madagascar et aux Philippines provoquées par des virus associés aux vaccins et qui ont retrouvé leur virulence, démontrent que ces souches sont parfaitement transmissibles et présentent des risques importants pour les populations. (Source)

 

Encore une fois, en 2009, un éditorial a été publié dans le périodique « Clinical Infectious Diseases Oxford Journals » et qui portait le titre : « Il est temps que, sur un plan mondial, on passe du vaccin polio oral au vaccin polio inactivé  », par le Dr Aamir Shahzad du département  de biologie structurale et de chimie biomoléculaire de l’Université de Vienne. Il écrit :

 

"Le vaccin polio oral (OPV) a perdu son efficacité pour assurer l’immunité de groupe. . Il semble bien que les enfants attrapent la polio à partir du vaccin lui-même. Il semble également que l’OPV s’avère inefficace pour arrêter la transmission de la polio à partir d’une autre source. C’est la raison pour laquelle le monde entier – et tout spécialement les pays en voie de développement – doivent passer de l’OPV à l’IPV." (Source)

 

Qui sont ces gens qui ne veulent pas du vaccin au Pakistan ?

 

Les médias occidentaux pro-pharma dans des pays comme les Etats-Unis aiment dépeindre les personnes qui, comme au Pakistan, ne veulent pas de vaccin, comme de pauvres ignorants, comme des gens qu’il convient de forcer contre leur volonté à se faire vacciner pour « le plus grand bien » de la société. Mais cette situation reflète-t-elle vraiment la réalité ? C’est cependant le cas aux Etats-Unis et ailleurs que des médecins, des chercheurs et des professionnels de santé ne soient pas d’accord entre eux, aient des vues divergentes sur les politiques de vaccination.                                            

 

Karim Kahn est un journaliste indépendant au Pakistan qui a écrit des articles sur le ressenti de la population vis-à-vis des compagnies pharmaceutiques occidentales et l’Organisation Mondiale de la Santé par rapport aux vaccinations de masse.

 

L’année dernière, dans l’un des principaux journaux pakistanais en langue anglaise  « Express Tribune  », il a écrit :

 

« Est-ce l’ignorance en ce qui concerne à la fois la maladie et la science médicale qui inquiète les penseurs critiques ? Oui, mais il s’agit surtout du manque de liberté de questionnement dans un pays qui s’est effectivement retrouvé dans une forme d’esclavage vis-à-vis de ce qu’il est convenu d’appeler les organisations internationales à but non lucratif qui gagnent cependant des millions grâce aux campagnes de vaccinations. L’imposition récente de restrictions aux déplacements des pakistanais comme recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé constitue une preuve supplémentaire de pareil esclavage. Pire encore : les reportages unilatéraux des médias qui font passer de la propagande présentant les dissidents comme partisans de campagnes anti vaccination polio, alors que les véritables questions qui se posent concernent la sécurité du vaccin que l’on prétend efficace pour lutter contre la maladie. La seule question importante est celle-ci : les parents sont-ils, suffisamment tôt, informés des risques pour leur permettre de prendre une décision libre et éclairés sur la vaccination de leurs enfants. – source : Le vaccin contre la polio : est-il aussi sûr que l’on prétend ?

 

Qu’en est-il de l’avenir par rapport aux vaccinations obligatoires aux Etats-Unis ?

 

Pourrions-nous voir des personnels de santé parcourir les rues des villes américaines en forçant, sous la contrainte des armes, les enfants à se faire vacciner contre la volonté de leurs parents ?

 

Il s’avère que le cadre juridique pour pareilles actions soit déjà en place. Comme nous l’avons signalé en février dernier, le « Department of Homeland Security » est tranquillement occupé à stocker des vaccins expérimentaux pour des milliards de dollars pour un cas « d’urgence nationale ».

 

Partout aux Etats-Unis, les officiels de la Santé et les législateurs de chaque état font tout leur possible pour enlever aux Américains leur droit au consentement éclairé au sujet des vaccins destinés aux enfants. Si les américains ne se réveillent pas au plus tôt, qu’ils soient pro-vaccins ou anti-vaccins, pour arrêter cette course qui vise à supprimer nos droits et libertés individuels, il ne faudra pas longtemps avant que la photo que vous pouvez voir en tête d’article ressemble à ce qui risque de se passer dans les rues des villes américaines, avec des milliers de parents arrêtés et jetés en prison pour avoir refusé de se conformer aux programmes de vaccination de masse.

 

Source : Health Impact News

http://www.initiativecitoyenne.be/2015/03/des-enfants-vaccines-sous-la-menace-des-armes-et-des-parents-emprisonnes-au-xxie-siecle.html



Mardi 10 Mars 2015


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 10/03/2015 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sachant qu'il y a une volonté claire de la part de l'oligarchie subversive mondiale de diminuer de façon drastique la population mondiale, quel meilleur moyen que celui des vaccins pour cela ? De plus, comme "par hasard" ce sont les enfants principalement qui sont visés. On les affaibli fortement par ce moyen puis un jour on lancera une épidémie, ou plusieurs, qui ne devraient pas faire grand mal sur des individus en bonne santé, mais qui aura des effets ravageurs sur des organismes affaiblis par les vaccins.

Un autre scénario possible est qu'au prétexte d'une grave pandémie on obligera toutes les populations à se faire vacciner, et les gens mourront en masse, et bien sur, on accusera la maladie alors que ce seront les vaccins qui seront en cause. Vous pensez que je sombre dans le "complotisme" ? Alors je vais vous donner un exemple concret d'un cas équivalent et dont la vérité a été délibérément cachée.

Il y a quelques dizaines d'années est apparue une grave maladie : le sida. Les premiers touchés étaient les homosexuels, puis les drogués, et après la "maladie" s'est répandue partout dans le monde. Je ne reviendrai pas sur l'énorme scandale du sida, car cela mériterait tout un article. Disons simplement que l'on a falsifié des statistiques, que l'on a prétendu que certaines populations étaient atteintes du sida alors que le problème était surtout dû à la malnutrition et aux mauvaises conditions de vie et d'hygiène. Mais ce dont je veux parler est le trop fameux soit-disant scandale du sang contaminé en France.

Pour rappel, il s'est agi de toute une population d'enfants hémophiles, qui, du fait de cette maladie du sang étaient obligés de recevoir régulièrement des transfusions sanguines. C'était là une chose qui n'était pas nouvelle, mais du fait de l'apparition du sida, (et on n'a jamais bien cherché quels intérêts servaient cette campagne médiatique sur ce sujet. On pourrait avoir de drôles, ou plutôt pas drôles du tout, de surprises), on a découvert le procédé pour détecter si oui ou non un individu est atteint de cette maladie ou infecté par ce soit-disant virus, (qui en réalité n'existe pas et n' a jamais existé). Sachant que selon la version officielle ce prétendu virus se transmettait, entre autres par le sang, on a appliqué le test appelé de "séropositivité" à tous ces enfants hémophiles, et là, catastrophe, ils étaient tous séropositifs !

Quel drame, quel scandale. Alors il fallait des boucs émissaires. On a accusé des médecins en charge de la collecte et du traitement du sang à transfuser de n'avoir pas fait chauffer ce sang qui aurait permis l'élimination du virus; Même le ministre de tutelle (Georgina Dufois), à l'époque et le premier ministre (Laurent Fabius) ont été inquiétés. Mais au final, n'ont pas été condamnés. On a plus ou moins crié au scandale en disant que si on est ministre on n'est pas vraiment inquiété par la justice, mais qui si l'on est un simple citoyen ou un médecin, on va en prison, ce qui s'est passé pour les médecins impliqués. Il y a assurément du vrai dans ce genre d'affaires, toutefois, si les ministres n'ont pas été vraiment inquiétés c'est parce que l'on savait qu'ils n'y étaient pour rien, mais il fallait malgré tout des boucs émissaires, ce pourquoi les médecins impliqués ont fait de la prison, mais, malgré tout, pas autant que l'on aurait pu s'y attendre puisque, quand même, ces enfants mourraient les uns après les autres, officiellement du sida.

Mais que s'est-il passé réellement ? Tout d'abord, il faut savoir que le test de séropositivité a pour but de déterminer si une variété de lymphocytes est en déficit ou non dans l'organisme de la personne testée. S'il est en quantité largement inférieure à la norme, alors la personne est déclarée "séropositive". C'est précisément ce qu'il s'est passé chez ces enfants. Sauf que ce que l'on ne dit pas, c'est qu'une fois découverte, cette séropositivité, ces enfants ont été immédiatement traités par le seul médicament antiviral reconnu à l'époque, l'AZT. Or la propriété de ce médicament que l'on devrait plutôt appeler "poison" est de bloquer la reproduction cellulaire. Peut importe laquelle. De sorte que, par défaut, on estimait que les virus empêchés de se répliquer finiraient par disparaître et le malade de guérir.

En réalité, étant donné que justement, il n'y avait aucun virus, et que l'organisme à force de recevoir des doses de plus en plus fortes d'AZT ne pouvant plus renouveler les cellules qui le compose, puisque de plus en plus bloqué par l'AZT, finissait par mourir. Donc, ces enfants hémophiles soit-disant morts du sida ne sont jamais morts de cette maladie, mais tout simplement empoisonnés par l'AZT. Et ils ne sont pas les seuls. Ce sont des millions de personnes à travers le monde qui sont mortes suite à cette prise de "médicament". Comme cela finissait par faire "désordre" et que ça devenait de plus en plus visible, les compagnies multinationales pharmaceutiques ont trouvé la "parade", le nouveau médicament "plus efficace", la trithérapie. En réalité, pas plus efficace mais simplement moins dangereux pour l'organisme.

Naturellement ces "médicaments" sont très coûteux, et c'est tout bénéfice pour les compagnies citées plus haut..

Mais, dirons certains, ces enfants étaient bien séropositifs ? Certes, mais la cause n'avait rien à voir avec un quelconque virus, cela était dû essentiellement au fait qu'ils recevaient régulièrement des transfusions sanguines ce qui malmenait quelque peu leur système immunitaire.

Donc résumons les faits : Des milliers d'enfants hémophiles ont été déclarés atteints du sida car séropositifs aux tests. Un traitement à l'AZT leur a été prescrit, et ces enfants ont commencé à mourir les uns après les autres. Les seuls qui ont survécus, sont ceux pour qui ce traitement a été arrêté. Les compagnies pharmaceutiques qui ont fabriqué l'AZT savaient parfaitement qu'il était non seulement inefficace, mais dangereux. mais pour des accroître leurs bénéfices, elles ont DELIBEREMENT caché ce fait !!! De sorte que tous ceux qui sont morts soit-disant du sida et qui malgré tout recevaient un traitement à l'AZT, ne sont pas morts du sida, mais empoisonnés par l'AZT !

Ajoutons que de plus en plus de chercheurs de haut niveau en virologie admettent que ce fameux virus HIV causant le sida, n'existe pas et n'a jamais existé. Je ne sais pas si on se rend compte du degré de duplicité et de criminalité de ces compagnies qui n'hésitent pas à empoisonner une large portion de l'humanité uniquement pour accroître leurs bénéfices ? Et qui va poursuivre en justice ces compagnies qui ont des complicités partout ?

Ce que je viens de raconter pourrait s'appliquer de la même façon pour les vaccins, et pour d'autres médicaments. On se souvient, il n'y a pas si longtemps du scandale du "médiator" qui a tué plusieurs milliers de personnes alors qu'il était censé soigner les troubles cardiaques.

Comment faire encore confiance à une médecine qui tue ? Dès l'instant où la logique financière intervient dans la fabrication de médicaments, on peut être certain que c'est la porte ouverte à toutes les dérives.

2.Posté par Bebert le 10/03/2015 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Malgré la mort suspect du Dr Moulden ses découvertes reste à ce jour les plus importantes qui ait jamais été réalisée.

Dans ces decouvertes le Dr Andrew Moulden prouve que tous les vaccins sans exceptions provoquent des attaques micro vasculaires directement ou de manière différée, permanente ou transitoire.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires