insolite, humour, conspiration...

Démocratie Conditionnelle


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 19:26 Gilets jaunes, la grande manip

Mardi 4 Décembre 2018 - 11:28 Gilets jaune - Reveillez vous, On ne lache rien !



Sébastien Fontenelle
Samedi 5 Février 2011

Démocratie Conditionnelle
Bernard-Henri Lévy (que pour plus de commodité nous appellerons ici BHL) est comme nous, mâme Dupont : il aime très fort la démocratie.
Mais lui donne l’impression de l’aimer sous la condition qu’elle ne s’applique (et ne bénéficie) pas forcément de la même façon à tout le monde, vu que tout le monde, hélas, hélas, hééélas (comme disent nos ami(e)s Grec(que)s [1]), n’est pas nanti des mêmes capacités, quand vient, en Arabo-musulmanie, le moment d’« apprendre la démocratie ».
Les Tunisien(ne)s, par exemple : très bien.
Nema problema : BHL est de l’avis (qu’autorise probablement sa longue fréquentation d’une contrée de proximité) que les Tunisien(ne)s peuvent (pour l’instant) bénéficier d’une démocratie à taux plein, car ils sont d’un convenable niveau d’éducation.
(Perfectible, certes.
Mais au regard des normes locales : très correct.)
Alors qu’en Égypte, pardon, mâme Dupont, mais l’affûtée sensiblerie de l’Occidental(e) démocratique sent assez vite les relents d’une incommodante ignorance, où prospère et qu’hante, comme l’a fort bien vu Le Point :

BHL dit ça comme ça : « Il serait absurde de nier que la maturité du peuple tunisien [2], sa culture politique, son niveau d’alphabétisation ne se retrouvent, pour l’heure, ni dans les zones rurales de Haute-Égypte [3], ni dans la mégalopole du Caire (...) ».
En clair, mâme Dupont - et pour le formuler de façon moins contournée : durant que les Tunisien(ne)s ont tout de même lu quelques livres, l’Égyptien(ne), vu(e) par BHL, serait plutôt, dans sa version des champs comme dans sa version des villes, quelqu’un(e) d’assez connard(e).
Et ça, n’est-ce pas, c’est emmerdant, car « pèse » désormais « sur l’Égypte une hypothèse » gravement flippante, qui est celle de « l’islamisme radical » - plus connu, localement, sous le nom de : « Les Frères musulmans du Caire ».
(Nous dirons des fois les FMDC, pour gagner du temps.)
Jusqu’à maintenant : « Les Frères musulmans du Caire ont été d’une extrême prudence », raconte BHL.
(Et d’une d’autant plus circonspecte circonspection, qu’ils ont fait l’objet d’un minutieux harcèlement - dont BHL ne dit mot.)
Mais pour autant - et nonobstant la répression qui les cibla (et dont BHL ne dit rien décidément, se limitant, nous l’allons voir, dans l’évocation d’une très floue « fraude massive ») : les FMDC pèsent d’un si lourd poids dans le paysage politique égyptien, qu’ils furent même « en 1987 (...) , le moteur de l’Alliance islamique qui, malgré la fraude massive, remporta 60 sièges au Parlement ! »
(Les impudents coquins.)
Noutre : « Non moins certain est leur quadrillage des organisations sociales du pays ».
La preuve : les FMDC « ont (...) , en mars 2005, conquis par exemple la majorité des sièges dans le syndicat des avocats ».
Doncques, mâme D. - vous l’aurez compris : BHL, après nous avoir montré le (très) faible niveau d’alphabétisation de l’indigénat des bords du Nil [4], nous confirme, par le rappel d’épisodes qu’il narre en de si choisis termes qu’on y chercherait en vain le souvenir du joug qui pesait aux épaules des FMDC, que sitôt qu’il vote, cet indigénat vote mal, et qu’il est arrivé même qu’il votât contre محمد حسني سعيد مبارك.
De ces deux précédents - revus selon ses vues - BHL tire l’enseignement qu’il serait pour le moins très sot de « saluer dans les mêmes termes » la « révolution réussie » de Tunisie, et la révolution du Caire, qui pourrait bien, elle, rater, si elle débouchait sur un vote - puisque les Frères musulmans, souchés dans le terreau d’un rural (mais aussitadin) vivier de plusieurs dizaines de millions d’incultes con(ne)s, pourraient y « ramasser la mise après la chute de Moubarak (avec la perspective d’une Égypte virant au fondamentalisme d’État et devenant au sunnisme ce que l’Iran est au chiisme) ».
(D’identiques déconvenues se sont vues, mâme Dupont : rappelons-nous que Gaza, détournant la démocratie, vota contre nos prescriptions - et que nous fûmes bien obligé(e)s (la mort dans l’âme, évidemment) de sanctionner ce manquement.)
La démocratie, BHL trouve ça très bien.
Mais il aimerait au fond qu’avant de la tolérer sur les rivages nilotes, nous prenions le temps (quelques années) d’en hisser l’habitant(e) vers un niveau de maintien décent : comme s’il redoutait que ces inéduqué(e)s Arabes fassent sinon le choix du mauvais bulletin de vote.

Notes

[1] Si tu cherches d’autres hilarants calembours, appelle-moi, j’en ai plein.
[2] Approche-toi, petit, que tonton Bernard-Henri te flatte l’occiput.
[3] Dont l’omniscient BHL sait parfaitement la sociologie.
[4] De sa démonstration ressort aussi, mais sans doute n’en a-t-il pas complètement conscience, que l’électorat des FMDC doit aussi compter quelques votant(e)s ayant poursuivi leurs études jusqu’au CM2 - sauf à supposer, naturellement, que les avocat(e)s égyptien(ne)s sont des analphabètes : hypothèse où ni vous ni moi ne souhaitons nous aventurer, même si nous savons depuis l’affaire Botul que non seulement le ridicule chez nous tue peu, mais qu’il peut même rendre plus fort.


Samedi 5 Février 2011


Commentaires

1.Posté par daliana le 06/02/2011 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne peux prendre BHL au sérieux et lui attribuer des valeurs intellectuelles nobles car ce" philosophe de pacotille " ne voit le monde et ne juge le monde qu'à travers le lorgnon judéo-sioniste auquel il est attaché par ralliement naturel et affectif à sa "TRIBU".....son souci majeur reste ISRAËL IST ÜBER ALLES et c'est tout....alors Heil Herr BHL.Il se sait protégé par le chantage à l'ANTIS2MITISME , et l'évocation de la Shoah ,pas celle des millions noirs victimes de l'esclavage,pas celle des millions d'indiens d'Amérique qu'on a décimé pour s'accaparer de leurs terres,pas celle des millions de colonisés clochardisés puis décimés pour faire place aux colons apatrides.....comme ce qui se passe aujourd'hui en Palestine....Tout ce qu'accomplit sa "tribu" est justifié par BHL d'actes civilisationnels ....Je ne peux le prendre au sérieux ce n'est ni un Sartre,ni un Voltaire ni un Bertrand Russel ni même un président Carter et ses positions courageuses face à l'aliénation sioniste qui paralyse la pensée occidentale dans son ensemble....Je ne peux le prendre au sérieux ....

2.Posté par Abdullah le 06/02/2011 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tous ces philosophards, journaleux et autres écrivaillons qui éructent et crachent sur l'islam à longueur de médias, une seule question, puisque vous vous revendiquez de la "démocratie", existes t 'il un peuple élu? Réponse éludée à coup sur. Cette histoire de peuple élu est l'antithèse même de la "démocratie" et des droits de l'homme. C'est aussi l'inverse total de l'islam vrai où n'existent ni race, ni clergé, ni noblesse, ni royauté, puisque tous les hommes sont égaux n'ont qu'une seule soumission: Allah Tahalah. Et que le dirigeant n'est pas le plus riche, mais le plus honorable et pieux. Ca ça dérange cette clique "bavardeuse" pseudo-élitiste.

3.Posté par Caraway le 06/02/2011 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi donc les communistes faisaient partie du gouvernement de Charles De Gaulle et un courant religieux ne le peut pas dans un gouvernement d’une nouvelle Egypte postrévolutionnaire ? Si en Egypte (comme en Tunisie d’ailleurs ) un courant politique inspiré de l’Islam participe seul ou intégré dans un groupe de parti participe à l’équilibre du pouvoir dans un régime parlementaire, il serait susceptible de constituer un paravent contre le la majorité. Ainsi d’après ce qu’on observe actuellement en Tunisie, une contre révolution se prépare pour ramener les partisans du RCD à leur situation de favoris habitués aux avantages inconsidérés. Le courant pro-Ghannouchi s’il est intègre pourrait participer à stopper cette contre-révolution et par conséquent il ne faudrait nullement les exclure du paysage politique…L’important est de ne pas aboutir à une situation d’hégémonie basée sur des éléments irrationnels…C’est cela la démocratie, que BHL le veuille ou pas…

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires