MONDE

Début des discussions entre pouvoir et Frères musulmans, USA applaudit


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Lundi 7 Février 2011

Début des discussions entre pouvoir et Frères musulmans, USA applaudit
Les discussions entre le pouvoir et les Frères musulmans, principale force d'opposition en Egypte, ont commencé dimanche dans le cadre du dialogue national initié par le vice-président Omar Souleimane, auquel ont été invitées toutes les forces politiques, selon l'agence Mena.
  
Ces discussions réunissent des représentants des Frères musulmans, du parti Wafd (libéral) et du Tagammou (gauche), des membres d'un comité choisi par les groupes pro-démocratie ayant lancé le mouvement de contestation qui réclame depuis le 25 janvier le départ du président Hosni Moubarak, ainsi que des figures politiques indépendantes et des hommes d'affaires.
La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a dit soutenir les discussions avec la confrérie islamiste.
  
C'est la première fois que le régime appelle la confrérie islamiste, officiellement interdite depuis 1954, au dialogue qui se tient au siège du Conseil des ministres au Caire, selon l'agence officielle Mena.
 
  
Les Frères musulmans ont expliqué qu'ils participaient pour « protéger la révolution » et défendre les revendications du mouvement de contestation contre le président, après avoir refusé initialement tout dialogue avant le départ de M. Moubarak, qui a dirigé l'Egypte d'une main de fer pendant 29 ans.
 
 « Nous allons (au dialogue) principalement pour discuter de la transition, de l'élection d'un nouveau président et d'un nouveau Parlement qui représente le peuple », a déclaré à l'AFP un haut responsable du mouvement, Essam al-Aryane.
  
« Les manifestations sont un droit légitime, elles se poursuivront si les revendications des jeunes ne sont pas satisfaites », a-t-il affirmé.
 
  Dans un communiqué diffusé dans la nuit, la confrérie a annoncé avoir décidé d' « entamer un dialogue » avec le pouvoir « pour savoir à quel point ils (étaient) prêts à accepter les demandes du peuple ».
 
 L'annonce est survenue après la démission samedi du bureau exécutif du Parti national démocrate (PND) de M. Moubarak. Hossam Badrawi, plus ouvert à des contacts avec l'opposition que les caciques du PND, a été nommé secrétaire général du parti et remplace également le fils de M. Moubarak, Gamal, longtemps considéré comme son dauphin, à la tête du comité politique du PND.
 
 Les Etats-Unis ont salué cette démission comme une étape "positive" vers une transition démocratique, mais ont dit attendre « des gestes supplémentaires ».
Le président Barack Obama, dans des entretiens avec plusieurs dirigeants étrangers, a souligné la nécessité d'une « transition ordonnée, pacifique, qui commence maintenant », selon la Maison Blanche.
   L'annonce de la démission du bureau exécutif du PND avait été prise après une première réunion de M. Moubarak avec plusieurs de ses nouveaux ministres.
  
Cette réunion « est une preuve qu'il (M. Moubarak) s'accroche à sa position et veut montrer au peuple qu'il est toujours là », a estimé le chef du mouvement d'opposition Kefaya, Georges Ishaq, alors que la presse internationale faisait état de plusieurs scénarios pour assurer une sortie digne au président.


Lundi 7 Février 2011


Commentaires

1.Posté par AS le 07/02/2011 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

manipulations...

2.Posté par leseventiz le 07/02/2011 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour l 'instant tout le monde est dans le vague. Les frères musulmans c 'est 30% maximum qui adhèrent à leur idées , et le reste alors sur 83millions d ' Égyptien.
Pour tout remettre en marche et qu 'il est des élections (non truqué) va falloir encore attendre.

3.Posté par AS le 07/02/2011 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est l'equivalent de s'assoir avec netanyahu ou de lui serrer laa main... ils se sont renies tous seuls... maintenat la jeune generation chezl es ikhwanes est savement manager depuis londres depuiss 20 ans... il faut voir ici ce qui se passe... par respect pour ma foi je ne dirai en public mais nous aurons notre mot a dire dans quelques jours et nous ferons connaitre notre mecontentement le plus total a ces decissions prises hors de toute consultation ... l'Egypte ne sera pas seule a combattre Israel...

et Israel et son pantin Sarkozy ne savent toujours pas a quelles sauces ils vont etre degustes

4.Posté par gjingis le 07/02/2011 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moubarek préfere de rester que de prendre des risques de poursuites car l oxident ne peut lui assurer les garanties ,et les oposants devaient comprendre normallement .donc s assoire autour d une table c est non sens!!

revolution + crise

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires