ALTER INFO

De la folie climatique gonflée aux stéroïdes anabolisants !


Dans la même rubrique:
< >


Paul Driessen
Mercredi 23 Septembre 2015

De la folie climatique gonflée aux stéroïdes anabolisants !
Effondrement économique, implosion du Moyen-Orient – et Obama & compères obsédés par ... le climat [hypothétique dans 100 ans] !
 

    Le Moyen-Orient implose. Les bouchers de l’État islamique exterminent la Chrétienté et les autres communautés. Poutine envoi des armes à Assad. Selon l'accord sur le nucléaire entre Obama et l’Iran, les mollahs palperont plus 100 milliards de dollars pour propager leur guerre terroriste par procuration en Israël et à l’Ouest [ ? NdT]. La Saoudie déploie 100.000 tentes climatisées vides, mais ne recueillera pas les millions de gens chassés de leur foyer. Pas plus que ne le feront la plupart des 22 autres nations de la Ligue arabe ou les 57 pays membres de l’Organisation de Coopération Islamique.
 

    Au lieu de cela, se hâtent vers l'Europe des millions de migrants, la plupart musulmans, miliciens et réfugiés – limités en argent, éducation, compétences professionnelles ou désir de s'assimiler. Ils demandent d’entrer dans les pays de l'UE dont l'énergie, l'économie, l'emploi et l’appareil de bien-être, sont déjà ruinés ou proches du naufrage.
 

    Des membres de l'UE ont tellement entravé leurs systèmes à base d'énergie nucléaire et de carbone, que les prix non subventionnés de l'électricité allemande et danoise sont près de dix fois supérieurs à ceux des États américains toujours dépendants de la production charbonnière. Les entreprises en difficulté ayant du mal à soutenir la concurrence internationale, Siemens, le géant industriel, allège de 1600 emplois sa division électricité et gaz, et une croissance économique annuelle de 0,5% est jugée « musclée ».
 

    Voilà pourquoi, en toute logique, Président Obama, Pape François, Commission européenne, Nations Unies, et de nombreux pays pauvres sont obsédés par ... le changement climatique ! C’est de la folie dopée aux stéroïdes anabolisants. Les assertions alarmistes sont absurdes.
 

    « Le changement climatique est déjà en train de désorganiser notre agriculture et nos écosystèmes, réserves d’eau et de nourriture, » a récemment fulminé Obama. « Si nous ne faisons rien, la température de l'Alaska devrait s’accroître de six à douze degrés d'ici la fin du siècle. » [°F, NdT]
 

    C’est prévu par qui ? Qui pond ces fables ? Des changements climatiques naturels ont perturbé la vie tout au long de l'histoire des hommes. Le niveau des mers est monté de 120 mètres depuis que les derniers glaciers, dont l’épaisseur se comptait en kilomètres, ont disparu de la moitié du nord de l'Asie, de l'Europe et de l'Amérique du Nord. Comment on fait les îles « en péril » du Pacifique pour survivre à ça ?
 

    En Alaska, certains glaciers reculent en été depuis des décennies, mais le glacier Hubbard grossit et le glacier Bay a commencé à se ratatiner vers 1750. La banquise arctique s’est remplumée d’environ 26% (1.035.995 de kilomètres carrés) depuis 2012, dans un cycle en cours depuis des millénaires. La banquise « était épaisse dans les années 1920, mince dans les années 1930 et 1940, à nouveau épaisse dans les années 1960 et 1970, et plus mince dans les dernières décennies, » a noté en 2004 l’océanographe Igor Polyakov.
 

    « Non seulement en été, mais aussi en hiver, la région de la mer de Béring a déjà été libre de glace, avec parfois une large bordure liquide jusqu’au moins 320 kilomètres des côtes, » a rapporté en 1822 l’explorateur suédois Oscar Nordkvist. « Nous avons été étonnés par l'absence totale de glace dans le détroit de Barrow, » a écrit en 1860 le capitaine du Fox, Francis McClintock. « J’étais là-bas en 1854 – c’était toujours gelé – et les doutes ont été divertis en ce qui concerne la possibilité de s’échapper. » Comment bagnoles et centrales électriques provoquent-elles tout ce binz ?
 

    Pendant ce temps-là, depuis guère 2014, la masse glaciaire du Groenland a pris quelque 200 kilomètres cubes. Entre 950 et 1300, avant d’être chassés par le Petit Age Glaciaire et l’empiétement de la banquise et des glaciers, les Vikings construisirent des maisons, firent pousser des cultures et élevèrent du bétail au Groenland. Selon US National Snow and Ice Data Center, grimpant de 12% au-dessus de la moyenne de la période de 1981 à 2010, la banquise antarctique a établi un nouveau record en mai. Elle a atteint 12,1 millions de kilomètres carrés – presque l'Alaska et le Texas réunis !
 

    S’il y avait réchauffement planétaire et changement climatique, ne devrait-il pas y avoir un phénomène de fonte constante et planétaire ?
 


 

    Pape François prévoit néanmoins de rencontrer Président Obama le 23 septembre, pour discuter de la « dangereuse altération du climat due à l’homme » et de la manière d’assurer un « traitement préférentiel pour les pauvres » en construisant des économies à énergie « propre » et en arrêtant « la pollution carbonée. » Leurs préoccupations et solutions sont irréelles.
 

    Ils rejettent les combustibles fossiles et le capitalisme – bien qu’ils aient mieux apporté meilleure santé et bien-être aux gens que tous les autres systèmes dans l'histoire. Ils préfèrent le socialisme, le contrôle gouvernemental centralisé, les prix exorbitants de l'énergie, transformer de fond en comble l’économie, et le projet de redistribution des richesses proposé par l'ONU et la SARL Poisse Climatique. Refusant l’énergie, les emplois et la croissance économique aux plus pauvres de la planète, ce programme va les condamner pour toujours à la pauvreté, la maladie et la mort prématurée. Imposant le recours à des biocarburants, éoliennes et panneaux solaires, ils vont transformer les aliments en carburant, accroître la malnutrition, convertir les habitats naturels en d'énormes installations énergétiques inefficaces, et tuer des millions d’oiseaux et de chauves-souris.
 

    Prétendant que le changement climatique est un problème bien pire, et que les normes énergétiques de logement et de vie moderne ne seraient pas « viables » pour les pauvres, Pape et Président éludent ces impacts. Ils croient que « moralité », « justice climatique » et « traitement préférentiel » signifient protéger les gens dans 25, 50 ou 100 ans de catastrophes climatiques hypothétiques, exagérées et fabriquées – en détruisant des millions d'emplois et en maintenant le monde pauvre dans la privation énergétique et en l’appauvrissant maintenant et pour toujours.
 

    Le dioxyde de carbone, fertilisant des plantes, Pape et Président le traite de « pollution carbonée » et racontent que sont taux de 0,04% dans l'atmosphère de la Terre a remplacé les puissantes forces naturelles qui ont toujours conduit fluctuations et événements climatiques et météo. Ils ne tiennent aucun compte des données satellites et des ballons météorologiques, et des dossiers de l'université East Anglia, qui montrent qu’il n'y a pas eu de d’accroissement du réchauffement global depuis au moins fin 1997, si ce n’est 1995.
 

    Ils ignorent avec assiduité le fait que même la mise en œuvre complète du projet bidon et destructeur d’énergie propre de l'EPA pourrait, au mieux, limiter la montée de la température mondiale d’à peine 0,03°F et le niveau de la mer d'à peine 0,25 millimètres en 2100. Et ces « avantages » parce qu’ils présument que le gaz carbonique est la cause du changement climatique.
 

    Comme les autres terroristes ès climat, ils refusent d’admettre qu’environ 2300 centrales électriques brûlent déjà du charbon dans le monde, et que presque 2200 sont prévues, en cours de mise au point ou de construction. Près de 900 sont prévues en Chine et aux Indes. En à peine dix ans, la consommation énergétique de l'Asie devrait augmenter de 31%, et environ deux tiers de ces besoins seront couverts par le pétrole, le gaz naturel et le charbon. C’est pourquoi l’arrêt américain ne rime à rien.
 

    Ayant creusé un piège à tigre, les pays développés se précipitent vers lui. Leurs diatribes constantes à propos du « catastrophique changement climatique dû à l’homme », à l'origine des politiques d’arrêt de l'énergie à base de carbone, de la croissance économique et de la création d'emplois dans les pays jadis riches, racontent que les pays en développement devraient exiger de nous une rançon pour le climat.
 

    Suite à la dernière conférence GLACIER d’Obama à Anchorage, la Chine, les Indes et la Russie (trois des quatre plus grandes nations émettrices de gaz carbonique) ont refusé de signer un manifeste non contraignant pour une plus grande action internationale visant à lutter contre la fonte de l'Arctique et le changement climatique. Presque tous les pays en développement s’opposent à des accords appelant à des obligations de buts d’émission ou même à « des mécanismes de révision obligatoires » de leurs efforts volontaires visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pendant ce temps-là, ils insistent à présent pour mettre 100 à 400 milliards de dollars par an dans « l’atténuation l’adaptation et la compensation » du changement climatique et dans la mutation des technologies énergétiques.
 

    Le Danemark abandonne progressivement ses plans d’élimination des centrales au charbon pour devenir sans combustibles fossiles d'ici 2050. La Grande-Bretagne laisse tomber ses subventions à l'énergie éolienne et progresse dans la fracturation hydraulique pour alimenter plusieurs centrales à gaz. Mais pendant ce temps-là, M. Obama fait un pied de nez au Congrès, aux électeurs et aux chômeurs américains. Il impose toujours plus de restrictions dans l’usage du charbon et du gaz naturel, et davantage de subventions du contribuable pour les programmes éolien, solaire et de biocarburant, pour la surface des eaux, l'ozone et autres règlements. Cela va coûter des milliards de dollars, infliger de lourdes charges aux familles des classes pauvre et moyenne, et n’apporter que peu ou aucun avantage de santé ou écologique.
 

    Dirigé par le président Obama, François, l'ONU et la SARL Poisse Climatique, ce programme signifie que nos masses entassées seront de plus en plus forcées de se partager la rareté, un niveau de vie toujours plus minable, toujours moins d'emplois et d'opportunités. Mais naturellement, tout ceci sera réparti « justement et avec équité » – par les zélites dirigeantes et leurs compères, dont les emplois de bureau, les salaires à six chiffres et les styles de vie de la couche supérieure seront garantis par ces mêmes pouvoirs exécutifs qu’ils utilisent pour protéger la planète des oiseaux de proie et des lutins climatiques.
 

    Il est temps pour le Congrès d'adopter des lois sur le démantèlement et l’arrêt du financement énergétique et climatique dicté par Obama – et de défier les démocrates de voter contre eux et en faveur de cette puissante mainmise destructrice de la branche exécutive.
 

WUWT, Paul Driessen, 21 septembre 2015

Original : wattsupwiththat.com/2015/09/21/climate-insanity-on-steroids/
Traduction Petrus Lombard



Mercredi 23 Septembre 2015


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires