ALTER INFO

De la démocratie en Macronie


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 26 Février 2020 - 00:40 Pandémie du virus de la peur


Quelle mouche a donc piqué le président français en colère contre ceux qui l’accuseraient d’être un dictateur.


Djeha
Samedi 25 Janvier 2020

J’ai cru que ces questions n’agitaient que les flots hebdomadaires de notre hirak national et qu’elles avaient cessé de troubler la marche paisible d'une vieille démocratie depuis l'époque où « Place de la révolution » on raccourcissait les « privilégiés » de l’Ancien Régime.
« Une dictature, c'est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c'est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c'est cela, essayez la dictature et vous verrez! » (AFP, vendredi 24 janvier 2020)
Ce n’est pas faux. Mais restrictif.
Voyons plus loin.
Une dictature peut être aussi un régime où les dirigeants se succèdent et c’est toujours la même politique qui est mise en oeuvre.
Une dictature peut être aussi un régime où quoi que pensent les citoyens, les dirigeants sont sourds et aveugles et maintiennent coûte que coûte, vaille que vaille leur politique.
Une dictature peut être aussi (et c'est très courant en ces "système"), un régime où les dictateurs imposent leur idée de la dictature et tentent de convaincre que les dictateurs sont ceux qui osent remettre en cause leur politique et leur conception de la... dictature et de la démocratie.
Dictature démocratique
Assis sur son urne, le président a une conception électoraliste et très formelle de la démocratie :
« Une démocratie », explique-t-il, « c'est un système politique où l'on choisit nos dirigeants. C'est un système politique où l'on choisit des représentants qui auront à voter librement les lois qui régissent la société. Cela a beaucoup d'exigence, cela veut dire que la liberté du peuple et sa souveraineté sont reconnues. Mais cela a une contrepartie, c'est que dans une démocratie, on a un devoir de respect à l'égard de ceux qui représentent et votent cette loi, parce que précisément, on a le pouvoir de les révoquer. »
Élu pour 5 ans, rien ni personne ne peut disputer ni faire de l’ombre à sa politique pendant cette période.
Ce qui revient à dire que la démocratie est une très courte séquence de liberté consistant à élire des dirigeants et attendre 5 ans pour donner son avis et peser sur un programme assez flou pour être interpréter de diverses façons et qui, dans la plupart des cas, n’est pas respecté.
Entre-temps, le peuple au garde-à-vous patientera devant ses urnes pour exercer ses libertés « démocratiques ».

Le président français peut avoir recours à un procédé auquel deux de ses prédécesseurs, selon des modalités différentes avaient eu recours.

Charles de Gaulle en 1969 et François Mitterrand en campagne en 1981 (concernant la peine de mort en faveur de son abrogation alors que la majorité des Français voulait la conserver) avaient soumis l’un sa politique et l’autre son programme à la libre appréciation de leurs concitoyens.

Chacun d’eux a obtenu la réponse qu’une nation démocratique donne à des dirigeants qui se présentent sincèrement à leurs suffrages.

Quoi de plus démocratique qu’une consultation populaire (un referendum en bonne et due forme, correctement et précisément rédigé) destinée pour un président qui doute à tester et à renouveler l’adhésion des Français à sa politique ?

Il tombe sous le sens que l’objection fallacieuse concernant les perversions affectant ce genre de consultation (« les Français répondent toujours aux questions qu’on ne a pas posées »), ne serait qu’une dérobade inconvenante, comme celle qui consiste, par exemple, à travestir les modes de calcul et de présentation des résultats des futures élections municipales pour biaiser ce que les sondages semblent augurer.

Un homme debout face à son peuple, c'est cela qui manque dans le paysage politique français et ailleurs dans le monde.

Notamment chez nous où les invertébrés et les parasites pullulent.

Hélas! Nous n'avons plus affaires qu'à des bricoleurs, « professionnels » de la politique, dépourvus de politique, spectateurs et commentateurs inaptes du destin de leurs pays alors qu’ils ont pourtant reçu mandat et responsabilité pour s’en charger.

« Acteurs » comme le sont les professionnels de la comédie.

Djeha,
V. 24 janvier 2020


Lundi 27 Janvier 2020


Commentaires

1.Posté par Idoine le 25/01/2020 09:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A l'évidence, vous ignorez l'éxistence d'un homme. Allez decouvrir ce qu'il dit depuis 13 ans. Il se nomme François Asselineau.

2.Posté par YYY le 25/01/2020 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"... ou un clan décident des lois..." le clan c'est exactement le clan qui dictent les lois. Qui dit dicte dit dictature.

3.Posté par Saber le 25/01/2020 18:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En réalité macron nous fait la dictée de la dictature UE RSS.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires