Néolibéralisme et conséquences

Crise financière : Et l’Islande ne banquât pas ...


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 11 Décembre 2018 - 02:00 AMLO : « Privatiser, c’est du vol »


La justice européenne vient d'enteriner un précédent propre à plonger le monde de la finance dans un cauchemar les yeux éveillés. L'Islande, si petite soit-elle, renvoie, grâce à ce jugement sans appel, à la case "c'est moi qui paie" l'Angleterre et la Hollande après la faillite de la banque en ligne Icesave. De quoi glacer plus d'un banquier .....


Agoravox / Detoxinfo.fr
Vendredi 1 Février 2013

Crise financière : Et l’Islande ne banquât pas ...
La justice européenne vient d'enteriner un précédent propre à plonger le monde de la finance dans un cauchemar les yeux éveillés. L'Islande, si petite soit-elle, renvoie, grâce à ce jugement sans appel, à la case "c'est moi qui paie" l'Angleterre et la Hollande après la faillite de la banque en ligne Icesave. De quoi glacer plus d'un banquier .....

Les Islandais réputés impayables ne paieront pas. La cour de justice de l'Association européenne de libre-échange (AELE) a estimé finalement que l'île ne banquera pas pour les banques privées.
Une jurisprudence qui va sans doute troubler le sommeil des financiers et des gouvernants. A moins qu'ils ne s'entendent une fois de plus pour trouver une imparable parade.
En attendant que les directions juridiques se triturent les méninges, nous ne pouvons qu'espérer que la nouvelle ne soit pas passée inaperçue en Grèce ou encore en Espagne. Dans la rue.
Même si les « faillites » de ces deux membres de l'UE sont assez différentes, il n'en demeure pas moins que les nouveaux usuriers y sont regardés de travers par des populations exsangues et peu enclines à leur pardonner leurs embarras de gestion.
 
BANQUEROUTE EN LIGNE
Donc, le président islandais, Olafur Ragnar Grimsson pavoise et sort les feux d'artifices. La justice lui a emboîté le pas et libère le contribuable de Reykjavik (et alentours) de fouiller leurs poches pour rembourser les déposants étrangers victimes de la banqueroute en ligne de Icesave, filiale de Landsbanski, première banque privée du pays.
Souvenons-nous, après la faillite de la maison-mère, l'Islande avait du dare-dare prendre dà sa charge son système bancaire et « nationaliser ses pertes » après des décennies de bénéfices enrichissant le secteur ... privé.
La faillite d' Icesave avait plongé l'île dans un haletant feuilleton politico-financier suivi avec anxiété par le monde des banquiers en émoi. Cette banque en ligne représentait la modique somme de quatre milliards d'euros de dépôts.
 
Pas de quoi fouetter un Jérôme Kerviel mais comme les dits déposant étaient principalement british et néerlandais, ce furent Londres et La Haye qui raquèrent. Mais présentèrent derechef la petite note à Reykjavik.
 
EI,ENGU OU EKKERT ?
Et là, ça a vivement toussé. Le chef des Vikings Olafur Ragnar Grimsson (on se croirait dans Astérix) a tapé du poing sur la table et interrogé le clan des contribuables par référendum et par deux fois (2010 et 2011).
Même réponse : « Nibe ! », ce qui implique une forte négation dans l'idiome du coin. (NDLR : en vrai : ei,eigi,ekkert,ekki,engu. Et oui, ces gens là ont cinq manières d'envoyer un banquier sur les roses ! )
Du coup, la Commission européenne, fort marrie de voir l'Angleterre et la Hollande le bec dans l'eau) poursuivait l'Islande devant les tribunaux arguant qu'il y avait violation de la directive selon laquelle il devait y avoir un minimum de 20.000 euros de garantie pour les déposants (100.000 à présent) d'une banque en faillite.
 
ETRANGER AUX AFFAIRES
Le hic est que si l'Etat est contraint de créer une telle garantie, rien de l'oblige à la garnir en deniers publics, rétorquait l'Islande. L'AELE lui a donné raison dans un jugement... définitf.
Reykjavik, malicieuse, proclame que cette décision de justice « représentera un exemple pour les années à venir dans les annales de la loi européenne » par la voix du ministre des affaires étrangères.
Ossur Skarphedisson. Et visiblement « étranger aux affaires » des banquiers de tous les pays, unis ou non.
 
En résumé : qui a dit qu'on ne pouvait pas intervenir contre les Goldman Sachs de tous poils ?
Pas notre Cahuzac national, gageons le ...


Vendredi 1 Février 2013


Commentaires

1.Posté par Sylvie le 02/02/2013 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Et l’Islande ne banquât pas ... " est incorrect grammaticalement (pour un titre !). Vous avez employé un subjonctif imparfait alors qu'il fallait un passé simple "ne banqua pas", ou mieux un futur.

2.Posté par raimane le 02/02/2013 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici la recette du bonheur - et de l'émancipation joyeuse du Système ...

"Sur quatre critères : il faut changer de paradigme, mettre définitivement et résolument l'humain et la nature
au cœur de nos préoccupations ; pour qu'il y ait changement de société, il faut qu'il y ait changement humain,
d'où une autre éducation qui ne soit pas seulement dans la compétitivité, mais dans la complémentarité ; la
reconnaissance du féminin comme étant une composante très importante de l'histoire et qui ne doit plus être
subordonnée ; une belle civilisation de la modération, exalter la beauté de la modération ; quatrième critère,
un peu plus délicat mais qu'on ne pourra plus continuer à évacuer : reconnaître le caractère sacré de la vie.
Et sur ces critères, nous essayons de faire que ce manifeste ait bien toute cette créativité."

Pierre Rabhi

http://www.lemonde.fr/planete/chat/2011/06/02/posez-vos-questions-a-pierre-rabhi_1531227_3244.html

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires