ALTER INFO

Cours de mathématiques à l’usage des islamophobes



Jeudi 19 Novembre 2015

Cours de mathématiques à l’usage des islamophobes
Cours de mathématiques à l’usage des islamophobes
Par Yamine Boudemagh (http://www.mediapart.fr/)
 
Le 19 Mai 2015, Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, donnait des chiffres précis sur le nombre de djihadistes français à la commission d’enquête sur la surveillance de ces individus de l'Assemblée Nationale :
 
  • A ce jour, 457 Français, dont un très grand nombre sont jeunes, sont présents en Irak et en Syrie. Parmi eux, 137 sont des femmes, 80 sont des mineurs, 45 sont des jeunes filles mineures.
  • Les volontaires ayant quitté la Syrie seraient 278, dont 213 seraient déjà rentré en France.
  • Il y aurait en transit vers la zone 320 de nos ressortissants.
  • 521 auraient manifestaient des velléités de départ.
  • 105 sont décédés sur zone.
  • 2 sont détenus en Syrie.
  • 1.683 Français sont impliqués d’une façon ou d’un autre dans les filières irako-syriennes.
  •  Les candidats sont principalement originaires de six régions : Ile-de-France, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Nord-Pas-de-Calais, Languedoc-Roussillon, et Midi-Pyrénées.
Voilà donc les chiffres officiels de ce que l’on appelle en France, le djihadisme, l’islamisme, la radicalisation.
Si l’on en croit Michèle Tribalat, Directrice de Recherche, adepte des statistiques ethniques, à l’Institut National des Etudes Démographiques, la population française de confession musulmane était de 4,2 millions en 2008
Même si l’on retient cette hypothèse basse, les personnes dites « djihadistes » ou « radicalisées » représentent donc
 

* Le résulat équivaut en fait à 0,0004; soit en pourcentage, à 0,04%
Le niveau en mathématiques à  l’école a fortement baissé en France. Mais qu’en est-il des adultes français ?
Même le plus réfractaire à la science mathématique comprend que l’on ne peut définir une tendance de 0,04% d’un échantillon.
Imagine-t-on parler de la tendance des français qui parle l’anglais comme une vache espagnole avec un cheveu sur la langue en broutant l’herbe des près de Normandie pour s’alarmer du niveau d’anglais en France ?
C’est pourtant ce que font quotidiennement nombre de responsables politiques français. C’est sur cette notion absurde et dépourvue de toute logique que notre politique sécuritaire entend se fonder. C’est sur cette aberration que sont votés nos budgets de défense nationale.
Avec un taux si bas, 0,04%, pourquoi parle-t-on d’Islam ? Même « radical » ? En sciences statistiques, un tel résultat serait négligé, voire inclus dans la marge d’erreur.
De toutes évidences, les causes de la violence terroriste sont ailleurs. De toutes évidences, ce mouvement n’est pas religieux. Et plutôt  que de parler de « radicalisation », on devrait essayer de comprendre pourquoi un jeune français se sent plus proche d’un hypothétique syrien que de son voisin de palier bien réel.
Car les assassins ne se sont pas attaqués à la France, ils ont tué des français parmi ceux qui leur étaient le plus proches, dans des quartiers de Paris où la mixité sociale et culturelle était la plus patente, le Xème, le XIème arrondissement de Paris et à Saint-Denis.
Il faudrait comprendre ce qui explique une telle haine non pas des autorités mais de son propre voisin. Et j’en suis désolé pour tous les islamophobes mais ce n’est pas l’Islam.
 


Jeudi 19 Novembre 2015


Commentaires

1.Posté par Zeinab Abdelaziz le 19/11/2015 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enfin, un honnête homme qui sait calculer !
Félicitation et merci pour l'analyse .

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires