Coup de gueule

Coup de gueule


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!



c.pire@ecosopofi.com
Mardi 3 Juin 2008

Economiquement et financièrement, ou en sommes-nous aujourd’hui ?


- Afin de connaître la vérité sur la situation des banques suite à la crise des subprimes, le G7 leur lance un ultimatum. Il leur donne 100 jours pour dire la vérité.
- Fais nouveau, les grèves voire les émeutes sur le pouvoir d’achat,
- Réapparition de la faim dans beaucoup de pays.
Tamara Kummer, Porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), le « grenier des Nations unies »
« Nous distribuons quatre millions de tonnes de vivres par an à 73 millions de personnes dans 78 pays. L’augmentation de 55 % de nos coûts, depuis juin 2007, a provoqué un manque à gagner, qui nécessite de réunir 500 millions de dollars avant le 1er mai. Si à cette date-là, nous n’avons pas les sommes nécessaires, nous serons obligés, soit de réduire de moitié nos rations, soit de diminuer de moitié le nombre de personnes que nous nourrissons. »
Madame Tamara Kummer parle d’un manque à gagner de 500 millions qui touchera directement 73 millions d’êtres humains.

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI)
« Si les prix de l’alimentation continuent à augmenter des centaines de milliers de gens vont mourir. Des enfants vont souffrir de malnutrition avec des conséquences sur leur vie. »

Et pourtant, comme le rappel Paul Fabra dans « Les Echos du 12 avril 2008 » :
« ….Ce n’est pas ces évolutions ou des accidents climatiques qui expliquent le triplement (et plus) du cours du blé depuis janvier 2006 ! Allez plutôt voir du côté de grands marchés du blé, soja, du maïs au Chicago Mercantile Exchange. Les banques d’investissement y prennent de fortes positions. En l’absence d’un marché organisé pour le riz, certains fonds d’investissements en financent le stockage (accaparement). »

N’oublions pas :

Les camps de concentration humains ont toujours été précédés de conditions économiques et sociales invivables pour le plus grand nombre.

Il est totalement paradoxal de vivre la mise en place de la Paix mondiale par les instances politiques mondiales et voir ce travail sabordé par des financiers stupides et irresponsables.

Et si nous avions remplacé l’idéologie nazie de la race par l’idéologie de la finance ?
Combien de personnes meurent chaque jour au nom de cette idéologie financière ?
Combien de twin towers tombent chaque jour ?
Et si Ben Laden n’était qu’un « petit joueur » par rapport à nous ?

Non, la finance n’a pas pour objet de fabriquer artificiellement des plus-values.
Oui, elle est, et doit être, la résultante d’un travail ou d’une échange économique.
Non, la finance ne peut en aucun cas se démultiplier par elle-même.
Oui, il existe des banquiers qui réfléchissent à leurs actes et à leur rôle dans l’économie.

Si nous ne réfléchissons pas et ne favorisons pas la cohérence de nos actes en termes humains, ce que nous vivons actuellement ne sera qu’un prémice des bouleversements beaucoup plus importants qui auront lieu dans un proche avenir.

Il doit être mis fin à toutes opérations de création virtuelle de capitaux.

Seuls les Etats doivent pouvoir utiliser certaines possibilités offertes par les techniques et produits financiers.

Les techniques de financiarisation, sauf à être strictement encadrées, ne doivent exister que pour permettre aux Etats de rétablir leur équilibre financier.

Le PREI (Plan de Régulation Economique International) doit être mis en fonction.

Acceptons l’expérience de la mise en place de nouvelles règles ECOnomiques et SOciologique afin d’aider la POlitique de Paix (mondialisation) et mettre fin à l’incohérence FInancière actuelle.

Comme je l’ai déjà écrit dans mon article « Finance de la Paix » Einstein disait à propos de l’énergie atomique :
« Le problème aujourd’hui n’est pas l’énergie atomique, mais le cœur des hommes » ;
Je me permets à nouveau de le paraphraser en écrivant :
« Le problème aujourd’hui n’est pas la finance, mais le cœur des hommes ».

Réflexion :

N’est-il pas temps de remplacer notre vue financière de la vie par une vue plus humaine ?

À l’heure où nous regardons et jugeons le comportement de nos aïeux, le moment n’est-il pas venu de nous poser les questions suivantes :

Comment serons-nous jugés par nos enfants alors que des centaines de millions de personnes meurent sous nos yeux ?

Comment osons-nous encore commémorer les armistices, les résistants, les « victoires » alors que la télévision nous montre tous les jours nos « meurtres » ?

Que valons-nous face à nos anciens ? Eux qui, pour certains, savaient pour les camps de concentration, mais ne les voyant pas ne faisaient rien
Nous, nous le savons ; nous, nous les voyons ; nous, nous les alimentons ; nous, nous les entretenons.
Que valons-nous réellement si nous continuons à fermer les yeux ?

Christian Piré



Mardi 3 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par coco le 03/06/2008 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si les banksters doivent dire la vérité, alors qu'ils disent aussi que eux sont les commanditaires des 2guerres mondiales, ce sont eux qui ont financé adolf, franco, mussolini, ainsi le citoyen lambda commencera a comprendre que le banquier est l'ennemi de l'espèce humaine, des vampires assoifés du sang des autres si possible des plus pauvres.
La plupart de ces dégénérés ont fait leur les théorie criminelles de Malthus, et ces mêmes crevures nous donnent des ordres à travers leurs marionnettes , les gouverneurs européistes...
Les révolutions françaises ont pendu les aristos, à notre tour de pendre les banksters !

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires