MONDE

Côte d’Ivoire : « légalisme » ou « gouvernance » ?


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 28 Juin 2018 - 02:04 UNE OBSESSION MALÉFIQUE



Pierre PICCININ
Vendredi 31 Décembre 2010

Côte d’Ivoire : « légalisme » ou « gouvernance » ?
Qui de Laurent Gbagbo ou d’Alassane Ouattara est-il le président légitime
de la Côte d’Ivoire, depuis le second tour des élections, ce 28 novembre, et
l’imbroglio institutionnel qui les a suivi, plongeant le pays dans une crise
aux allures de guerre civile ?
Laurent Gbagbo, président sortant, chrétien, a dû faire face, depuis 2002,
à une rébellion l’opposant aux leaders musulmans de Côte d’Ivoire. Après
diverses tentatives de négociations qui ont toutes échoué, il a proposé de
procéder à des élections, dans le but de mettre fin au conflit.
A l’issue de ces élections, la Commission électorale, gagnée à la cause
d’Alassane Ouattara, a déclaré ce dernier, musulman, vainqueur du scrutin.
Cependant, selon la constitution ivoirienne, c’est au Conseil constitutionnel,
favorable à Laurent Gbagbo, qu’il revenait de valider ou non les résultats
des élections. Or, ce dernier a dénoncé les nombreuses fraudes qui ont
émaillé l’élection présidentielle. Et, de fait, alors que très largement
catholiques et donc favorables à Laurent Gbagbo, les 60% du pays, la partie
nord, tenus par la rébellion, selon la Commission électorale, auraient
bizarrement voté pour Alassane Ouattara… Les résultats du vote étant très
serrés (54% en faveur d’Ouattara, selon la Commission électorale), les
constatations de fraudes pourraient sans aucun doute inverser la donne.
Mais, tout aussi étrangement, alors que rien ne permet pourtant de trancher,
la communauté internationale, à l’encontre de la constitution ivoirienne, a
choisi de peser en faveur de la Commission électorale, balayant d’un revers
de la main la décision du Conseil constitutionnel. Alassane Ouattara a ainsi
été proclamé président par plusieurs gouvernements étrangers, de la
manière la plus arbitraire.
En tête de cette mouvance, on trouve la France, ancienne puissance coloniale
qui cherche à conserver ses intérêts en « Françafrique » et a misé sur ce
nouvel homme fort dans le cas de la Côte d’Ivoire, et ce depuis le début de
la rébellion, contre laquelle l’Élysée a toujours refusé d’assister le
gouvernement ivoirien, à l’encontre des traités de défense pourtant signés
avec celui-ci.
Mieux, en 2004, dans ce contexte, prétextant de la mort de neufs soldats
français basés en Côte d’Ivoire, tués lors d’une manifestation
anti-française à Abidjan, l’armée française avait même violé le
territoire de la Côte d’Ivoire et, en guise de « représailles », détruit
l’entièreté de l’aviation ivoirienne, favorisant ainsi incontestablement
la progression de la rébellion.
Dans le but de soutenir Alassane Ouattara et de chasser Laurent Gbagbo, enfin,
le gouvernement français n’a pas hésité à appeler à une intervention
militaire des voisins de la Côte d’Ivoire, associés, en étroite
collaboration avec la France, dans la « Communauté économique des États de
l’Afrique de l’Ouest ».
Ce dimanche 26 décembre, cependant, Alassane Ouattara avait lancé un appel
à la grève générale, dans le but évident d’asseoir sa légitimité sur
une large manifestation populaire. Mais c’est l’effet contraire qui a
résulté de cet appel, qui ne fut suivi quasiment nulle part dans le pays et
certainement pas dans la capitale, Abidjan, où commerces et marchés battaient
leur plein comme chaque jour, au rythme des concerts de klaxons et des
embouteillages habituels, y compris dans les quartiers pourtant réputés
partisans de Ouattara.
Seule la petite ville de Bouaké, fief de la rébellion alliée d’Alassane
Ouattara, a vu ses échoppes fermées, sous la férule des miliciens ; et cette
opération a en définitive pris la tournure d’un cuisant désaveu pour le «
président » reconnu par la communauté internationale…
Toutefois, rien ne semble pouvoir modérer l’ingérence de l’étranger
(c’est-à-dire la France sarkozyste, son nouvel allié privilégié, les
Etats-Unis, et les principaux États européens, qui n’ont aucun intérêt à
contrarier Paris dans sa zone d’influence africaine…) : dans sa volonté de
promouvoir Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire, pas même ce désaveu
populaire ne saurait l’arrêter. Le légalisme, la souveraineté des États et
le droit international semblent bien avoir vécu.
En matière de relations internationales, en effet, la nouvelle mode est au
concept de « gouvernance » : faisant fi de toutes les règles établies, les
États qui en ont les moyens, économiques et militaires, « gèrent » les
crises au cas par cas, imposant leurs vues dans « l’intérêt » des
populations concernées ; et ce au nez et à la barbe de l’ONU, pourtant
sensée garantir le respect de ces règles.
Ce fut le cas tout récemment, pour la première fois sans le moindre
complexe, au Kosovo, province qui fut détachée de la République de Serbie et
érigée en État indépendant, sans accord ni de l’Assemblée générale, ni
du Conseil de sécurité de l’ONU, mais du seul fait de la force, de l’OTAN,
des Etats-Unis, et pas même de tous les États membres de l’Union
européenne, certains, telles l’Espagne ou la Roumanie, ayant refusé de
reconnaître cette monstruosité institutionnelle.
Peuple de Côte d’Ivoire, entre légalisme et gouvernance, c’est ton cœur
qui vacille…

Pierre PICCININ
Professeur d’histoire et de sciences politiques
Website : http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com


Vendredi 31 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par redk le 31/12/2010 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans ce qui augure rien de bon en Cote d'Ivoire, la France et les États-unis en premier en seront responsable, le massacre a venir est prévisible, un nouvelle an sanglant s'annonce, Alassane Ouattara donne un ultimatum à Laurent Gbagbo jusque a ce soir minuit de se retirer ou "il sera au regret d'envisager d'autres mesures", entendre une opération militaire!!

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20101231.OBS5517/cote-d-ivoire-ouattara-lance-un-ultimatum-a-gbagbo.html

2.Posté par lamcey le 31/12/2010 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis désolé mais vous n´êtes pas objectifs dans votre analyse. Lorsqu´on ne maitrise pas un sujet, on se tait .

3.Posté par tius le 01/01/2011 03:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Mieux, en 2004, dans ce contexte, prétextant de la mort de neufs soldats
français basés en Côte d’Ivoire, tués lors d’une manifestation
anti-française à Abidjan"

faux et archi faux c'est des avions russes de l'armée ivoirienne qui ont bombarder une base de l'armée française faisant neufs soldats tués et non pas une manif anti-française c vrai quand on ne maîtrise pas un sujet on se tait c désagréable surtout venant d'un prof d'histoire j'espère que vous enseignez mieux à vos élèves

4.Posté par tius le 01/01/2011 03:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De plus ce n'était pas à Abidjan mais à Bouaké qu'on eu lieu les faits. Mais je me demande pourquoi vous faites toujours allusion aux chrétiens ou au musulman, voyez vous je suis musulman pour moi Alassane Ouattara est pire que Gbagbo même si ce dernier m'horripile depuis des années déjà, donc voyez vous une logique à ce que vous dites.jpense vraiment que vous devriez retourner sur les bancs de l'école vous y apprendrais sans doute des choses et notamment que l'argent n'a pas d'odeur.

5.Posté par salam le 01/01/2011 23:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam aleikoum je ne connais pas ce pays mais Laurent Bagbo a proposer a recontage des voix , apparament les autre pays ne veulent pas le faire , c est vraiment dommage ce qui risquent de couté la vie a de nombreux civil a croire que les gouvernement opposé au recontage des voix, incite au guerre civil afin de programmé le gouvernement mondial les soix-disant sauveur de l'humanité.dajjal le dieu des athée et leur appotre le senat

je vais devenir comme luffy dans" one piece" , je vais brulé le drapeau du gouvernement mondial si je le voie hissé un jour.

6.Posté par Fridj le 02/01/2011 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le pseudo spécialiste qui a écrit l'article ne connait pas la cote d'ivoire en parlant de chrétiens contre musulmans. Et il nous parle du Kosovo, rien à voir si cen n'est que c'est une ytrès bonne chose que le Kosovo soit indépendant.

Gbagbo a toujours été l'allié de la France (qui a sauvé son pouvoir en 2002 en arrêtant les rebelles), des USA à cause de sa femme évangéliste, mais aussi un grand allié d' Israel comme l'a prouvé Pierre Péan

7.Posté par Thanatos le 02/01/2011 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense que pour s'imprégner de la réalité ivoirienne il faut beaucoup lire, beaucoup discuter et tout ça demande du temps. Bien sûr on peut dire que les médias occidentaux racontent des mensonges mais j'ai la preuve malheureusement que les médias pro-Gbagbo ne sont guère mieux. Nous savons aussi que les considérations tribalistes des pro-Gbagbo ne sont pas à prendre à la légère. Gbagbo est perçu par beaucoup de ses partisans comme un messie, certains le voient même comme un saint... Quant à ADO s'il fait plus présentable, il n'en est pas moins dangereux.
Je l'ai dit et je le répète je préférerai que l'on annule ses élections et que l'on fasse des élections où ces deux zozos seront absents. Ils ont fait assez de mal comme ça et doivent passer la fin de leur vie sur une île déserte avec leurs partisans fanatiques comme cela s'ils veulent se bouffer ils en auront l'occasion. Mais nous savons qu'aucun des deux camps n'acceptera une telle solution ! Ce simulacre d'élections va nous conduire au chaos je le crains. Déjà la cassure est consommée entre des amis, des collègues voire dans des familles ! Tout ça pour quoi ? On se le demande, pour deux monstres prêts à rester ou à accéder au pouvoir sur une montagnes de cadavres.
Quant à la rébellion il y aurait beaucoup de choses à dire dessus, tout sur le coup d'état de 1999, la prise de pouvoir "sponsorisée" par la France de Gbagbo en 2000. Bref tout ceci est une très sale histoire saupoudrée de mauvaise foi, de mensonges éhontées, de rétractations douteuses et j'en passe... Que Dieu nous aide c'est tout ce que je peux dire pour conclure.

8.Posté par africain le 03/01/2011 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les images de l'ONUCI combattant aux côtés des rebelles le 16 decembre dernier !!!!!
zingh2006 ( 31/12/2010 15:46 )


http://www.rti.ci/cgi-bin/page.cgi?g=Detailed%2F3984.html;d=1

La Diaspora PANAFRICAINE soutient LAURENT GBAGBO

http://www.dailymotion.com/video/xgculr_la-diaspora-panafricaine-soutient-laurent-gbagbo-part-2_news
Bien naif celui qui croit que l'occident discute avec ceux qu'ils considerent comme plus faible. il ont deja arreter une strategie, le reste c'est de la poudre aux yeux. Noriega (ex president du Panama et agent notoire de la CIA) croyait aussi que les ricains negociait, resultat,il est au trou depuis bientot 20 ans. saddam Hussein (autre pion de la CIA) a fini au bout d'une corde, Ben Laden (encore un ancien de la CIA) vit dans les grottes afghanes depuis bientot une decennie. Charles taylor a aussi negocie son depart, il groupit dans les prisons du TPI, Bemba (RDC) a cru qu'il pouvait faire confiance a l'occident et s' est rendu naivement au portugal pour finir lui aussi dans les geoles du TPI. Bakayoko qui a obeit a l'occident en proclamant des resultats a la va vite est aujourd'hui en residence surveillee a Neully et malheur a lui s'il change son fusil d'epaule.Soro est politiquement voir physiquement mort car trop encombrant pour Outtara (ie l'occident) et traitre pour Gbagbo.Quant a Outtara, president ou non connaitra aussi une fin tragique....

9.Posté par africain le 03/01/2011 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En Tunisie, en géorgie, en Egypte, en Birmanie l'ONU n'envoie pas ses casques bleus et ne se mêlent pas de leurs affaires, mais en Afrique tout le monde se mêle de tout !

A chaque fois qu'on parle de décisions internationales, on devrait plutot parler de décisions occidentales.

Et en fait derrière le monde occidental, il faut parler de l'influence d'Israel pour gouverne le monde selon ses desseins !

Au Madagascar, le pantin placé au pouvoir par les puissances occidentales a privatisé tout son pays. Et ce sont des mafia judeo-sioniste qui ont pris possessions de tous le pays.

Et bien en Cote d'Ivoire c'est pareil. Les puissances internationales (comprendre occidentales, et donc Israel) veulent placer leur pantin Ouattara pour qu'il donne le pays entier à des mains privées, qui seront des mafias sionistes qui va s'accaparer l'intégralité du pays.

C'est de la colonisation économique !

Voila pourquoi ils veulent a tout prix éliminer Gbagbo, comme Sankara et tous les VRAIS africains patriotes qui l'ont précédé....

Hier les traitres Africains vendaient leurs frères de sans aux mains de puissances occidentales et juives. C'etait l'esclavagisme. Maintenant ils veulent carrement s'accaparer les forêts, les terres et les eaux et chasser les Africains de leurs terres ancestrales... C'est le néocolonialisme mafieux aux mains des puissances financières occultes !


10.Posté par africain le 03/01/2011 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.interwatch.org/
le navire de guerre

ont dit bien
navire de guerre néerlandais Hr. Ms Amsterdam (A836) sera sur les côtes ivoiriennes à fin décembre 2010. A la demande du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les ambassadeurs de l'UE chargés des questions de sécurité ont planché sur un éventuel soutien logistique et naval à l'Onuci, la force de maintien de la paix de l'ONU en Côte d'Ivoire, qui est « asphyxiée » par le clan Gbagbo, a précisé une source diplomatique.


Des navires de guerre arrivent donc à Abidjan les jours à venir. Selon un diplomate, la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, a écrit à la haute-représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, pour lui faire savoir que la France est prête à contribuer au soutien logistique de l'Onuci « en cas de dégradation de la situation et (seulement) dans la mesure où ces moyens seraient complétés par ceux de l'UE ». A ce stade, les Pays-Bas ont prévu de déployer un des bâtiments de leur marine, l'Amsterdam qui devrait être opérationnel le 3 janvier. L'Union européenne va également porter à 61 (19 auparvant) le nombre de personnes, proches du président sortant ivoirien, Laurent Gbagbo, qui seront interdites de visas, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques.Cette nouvelle liste vise des membres du gouvernement de M. Gbagbo ainsi que des membres du Conseil constitutionnel, des responsables militaires, économiques et des médias, ont indiqué des diplomates européens sous le couvert de l'anonymat.

vraiment malheur à l'occident d'allez tuer nos enfants cette fois-ci c'est pas l'esclavagistes mais bien un navire de guerre europpeen

voici l'analyse d'un grand historien depuis Alger lisez plustôt:





Côte d’Ivoire Des ingérences impérialistes insolentes pour perpétuer des rapports de domination anachroniques
par algerep

Une campagne de désinformation sans précédent est orchestrée pour justifier l’intervention étrangère en Côte d’Ivoire et placer à la tête de ce pays, Alassane Ouattara, un larbin totalement dévoué aux intérêts des multinationales. Ancien DG adjoint du FMI, ancien premier ministre d’Houphouët-Boigny, en 1990, exécutant à ce titre du plan d’ajustements structurels imposé par cette institution, plan qui a plongé, comme partout ailleurs, le peuple ivoirien dans une profonde détresse sociale, Alassane Ouattara est la marionnette nominée par les grandes puissances pour diriger la Côte d’Ivoire et veiller à ce que leurs juteuses affaires ne soient pas menacées par l’arrivée au pouvoir d’hommes incontrôlables. En dépit de leurs rivalités pour le contrôle du monde, les grandes puissances impérialistes française et américaine se sont entendues pour écarter Gbagbo coupable à leurs yeux de mener une politique nationale préjudiciable à leurs intérêts.

Après des années de tractations et de calculs savants les différentes forces en présence ont fini par accepter d’organiser une élection présidentielle dont le 2 ème tour s’est tenu le 28 novembre dernier. Ces puissances ont au préalable manœuvré de sorte à placer au sein d’une commission électorale qualifiée d’indépendante une majorité de représentants ayant pour mission de valider par tous les moyens une prétendue victoire de Ouattara. Au mépris de la Constitution ivoirienne qui prévoit que la proclamation des résultats électoraux est du ressort du Conseil constitutionnel, c’est donc cette commission qui a proclamé Ouattara vainqueur. Qu’importe qu’aucune preuve sérieuse n’ait été avancée pour certifier l’absence de fraude et la sincérité des chiffres donnés ! Les USA, la France, suivie rapidement du SG de l’ONU se sont dépêchés de proclamer qu’ils ne reconnaissaient que Ouattara comme nouveau chef d’Etat. La machine de propagande internationale s’est aussitôt mise en route pour accréditer l’idée que cette décision soi-disant conforme à la volonté du peuple ivoirien est celle de la « Communauté internationale ». Ni la Chine, ni la Russie, ni l’Inde, ni de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, qui forment ensemble les 3 quarts de la population du monde n’ont droit au chapitre. Bref, ne sont éligibles au statut de « communauté internationale », dont la parole vaut ordre exécutoire, que les USA, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, en somme la même poignée de puissances coloniales et impérialistes qui ont précipité par deux fois les peuples dans une effroyable guerre mondiale pour faire main basse sur les marchés, les matières premières, le pétrole et le gaz.

Depuis la mise en route de leur machine de propagande et de mensonges, les agences de presse ne cessent de marteler les mêmes phrases stéréotypées que reprennent en boucle les télés, les radios et même les journaux algériens dans un réflexe aplaventriste devenu mécanique : « Ouattara est le président démocratiquement élu et reconnu par la communauté internationale après proclamation des résultats du scrutin par la commission électorale indépendante ». Quand le Conseil constitutionnel est évoqué, les agences de presse ajoutent systématiquement la mention « acquis à Gbagbo » pour enlever tout crédit aux résultats qu’il a officiellement proclamés.

Tout y est dit et Gbagbo doit quitter les lieux « avant la fin de la semaine » en vertu de l’ultimatum de Sarkozy. Ce dernier qui veut jouer le rôle de va-t-en guerre en chef contre les peuples ne lui pardonne pas d’avoir joué en 2002 les multinationales pétrolières américaines contre leurs rivales françaises. Un crime que d’avoir ouvert la chasse gardée des capitalistes français à d’autres ! Autre crime encore plus insupportable de Gbagbo : il a cette fois-ci osé ouvrir les routes qui mènent au pétrole du Golfe de Guinée aux grands ennemis que sont la Chine et la Russie ! Pour lui infliger la correction méritée, Sarkozy s’est décidé à faire aujourd’hui cause commune avec les USA. Ces derniers acceptent le marché tant ils sont d’accord pour mener les peuples à coup de drônes et de missiles. Ils semblent d’autre part détenir des données qui les ont convaincus que Ouattara finira par échapper à l’emprise française et à basculer de leur côté. Sarkozy qui a reçu l’an dernier Ouattara pour finaliser le plan de « débarquement » de Gbagbo et de reprise en main de la Côte d’Ivoire par son entremise est au contraire persuadé que la bourgeoisie compradore inféodée à l’impérialisme français constituera le meilleur rempart contre l’entrée des USA sur les terres de la Françafrique. A condition cependant de commencer par nettoyer le terrain des « trublions » en obtenant dans l’immédiat l’éviction du président ivoirien actuel quitte à l’envoyer, s’ils persiste dans son nationalisme, dans une prison de La Haye pour « crimes contre l’humanité ». Les services subversifs de l’impérialisme savent à perfection les provoquer comme ils l’ont montré en Yougoslavie au terme d’une série de manipulations de l’opinion internationale qui ont conduit à l’emprisonnement des dirigeants serbes opposés à la présence de l’OTAN dans leur pays.

Par son intervention inhabituelle sur la scène internationale et la mise en garde préventive contre des crimes « anticipés », le président de la Cour Pénale internationale n’aura fait que dévoiler un aspect de ce plan machiavélique étudié dans ses moindres détails.

On aura saisi l’essentiel de l’enjeu des luttes en Côte d’Ivoire quand on a compris que le fond du problème réside dans les questions suivantes : qui va contrôler les ressources pétrolières découvertes au large de ce pays ? Quel est l’homme sur qui compter pour la perpétuation de rapports de domination et le maintien de la Côte d’Ivoire dans son état de néo-colonie, 50 ans après une indépendance formelle obtenue sans luttes ni sacrifices ? Au-delà de la Côte d’Ivoire, les néo-colonialistes ont surtout peur que l’exemple ivoirien fasse tâche d’huile et que les peuples de la « Françafrique » se mettent l’un après l’autre à affirmer leur aspiration à une véritable indépendance en commençant par chasser les marionnettes de la grande bourgeoisie française.

La référence « au respect du choix démocratique du peuple » est risible dans la bouche des dirigeants des puissances impérialistes qui ont couvert et soutenu sans état d’âme des dictatures cruelles dans le monde tant qu’elles font prospérer les affaires de leurs capitalistes.

Dans tous les cas, même si Gbagbo a des liens étroits avec les socialistes français, lesquels n’ont brillé que par leur zèle à défendre le système néo-colonialiste, même si ses alliances passées laissent planer un petit doute sur les objectifs qu’il défend, la lutte qui s’engage entre les puissances impérialistes et la grande masse du peuple ivoirien, révoltée par l’arrogance des anciens colonisateurs et décidée à ne plus tolérer les rapports de domination et d’exploitation, cette lutte est en train de créer un mouvement d’ensemble qui dépasse les calculs mesquins des hommes politiques. Ceux-ci n’auront servi en fin de compte qu’à jouer le rôle de détonateur dans une région devenue un enjeu stratégique dans la lutte pour le contrôle des ressources énergétiques africaines. L’impérialisme veut infliger une leçon aux peuples. Il veut couper court au processus libérateur ivoirien pour dissuader les autres peuples d’Afrique de prendre en main le contrôle de leurs ressources naturelles à un moment où la crise du capitalisme met aux abois la grande bourgeoisie.

Les peuples auront le dernier mot quelles que soient leurs éventuelles défaites temporaires dans la destruction d’un système impérialiste condamné par l’histoire.

A supposer que Ouattara ait remporté de quelques voix les élections grâce au formidable appui financier et médiatique de l’impérialisme, la légitimité historique n’est pas de son côté. Elle n’est pas du côté des larbins des classes possédantes quand bien même une masse plus ou moins importante de gens trompées par la propagande des nantis et rivées à l’intérieur d’un horizon tribal et confessionnel borné leur accordent leurs suffrages. Elle est du côté du peuple qui secoue les chaînes de la domination impérialiste et des chefs qui dirigent son combat dans cette voie. Les grands bonds en avant des peuples vers le progrès ne se décident pas dans les urnes. En général celles-ci ne font qu’entériner les processus d’émancipation déjà accomplis pour l’essentiel. Le devoir des forces de progrès est de soutenir la lutte des peuples pour leur libération nationale.

De toute évidence, celle-ci ne fait que commencer en Côte d’Ivoire.

Kader Badreddine


sourcehttp://www.alger-republicain.com/spip.php?article444

pour quoi l'onuci a passé une annonce au courant du mois de juillet pour la côte d'ivoire alors qu'ils n'avaient pas encore les éléction: lisez plustôt
Opération des Nations Unies en
Côte d’Ivoire
ONUCI
UNITED NATIONS
United Nations Operation in
Côte d’Ivoire
DECLARATION D’INTERET
La Mission des Nations Unies en Côte D'Ivoire cherche à identifier d’éventuelles
sociétés spécialisées dans la provision de prestation des services mortuaires .
Les compagnies devront disposer d’une expertise a un niveau international dans le
domaine.
L’ONUCI invite par la présente, chaque société intéressé par cette offre, à visiter son
site web et à soumettre le formulaire de déclaration d’intérêt ainsi que la fiche de
renseignement dûment rempli, à l’adresse suivante :
ONUCI,
Ancien Hôtel Sebroko,
Bureau des Achats
Bd de la Paix, Attécoubé 19, Abidjan
Att. Mme Emelyne Ndikumasabo, Section des Achats
Tel. 2023 5429
Fax: 2023 3280
Email: ndikumasabo@un.org
Le formulaire de déclaration d’intérêt est disponible sur le site de
l’ONUCI.
Site web: http://www.onuci.org
1. cliquer sur Publication, ensuite cliquer sur Achats
2. cliquer sur prestation des services mortuaires
3 .ouvrir, imprimer et remplir le formulaire de Déclaration d’Intérêt et la fiche
de renseignement.
NB : prière noté que ceci n’est pas une demande de cotation, ce n’est qu’un
moyen pour nous d’identifier les sociétés qui sont intéressées à participer à
notre futur appel d’offre au moment opportun.
Votre déclaration d’intérêt devra être soumise à l’adresse sus-indiquée au plus tard
Vendredi 1 Octobre 2010 à 15 h00.


en voici aussi la main des colonisateur qui leur demande de faire la guerre entre AfricainParis, Vendredi 24 décembre 2010

Lettre à la CEDEAO
Urgent: Décision concernant la Côte d'Ivoire



Mesdames et Messieurs,

Concernant la situation en Côte d'Ivoire, la décision que vous allez
prendre aura un impact énorme et significatif non seulement sur le futur
des États de l'Ouest de l'Afrique mais sur l'ensemble du Continent
Africain. Vous endosserez encore plus la responsabilité si la décision
que vous prenez aboutit à plus de bain de sang entre Africains.

Le véritable enjeu, ce n'est pas tant le soutien ou le rejet de Laurent
Gbagbo ou de Alassane Ouattara.
Parce que nous savons tous par expérience que quel que soit celui que
nous supporterons, Gbagbo ou Ouattara, s'il lui arrivait de servir les
intérêts de son propre peuple et que ces intérêts là ne servaient pas
les intérêts des [anciennes] puissances coloniales, alors il sera
vilipendé et présenté comme un ennemi de la démocratie.
Nous devons gardé à l'esprit l'exemple du Tchad où l'[ancienne]
puissance coloniale a maintes fois soutenu ou rejeté alternativement un
camp ou l'autre

Nous devons concentrer nos efforts pour nous débarrasser de ces
pompiers-pyromanes qui mettent le feu à l'Afrique au travers de guerres
tribales ou ethniques qu'ils attisent; ils viennent ensuite proposer
leurs aides et pendant ce temps ils contrôlent nos ressources.
Car si nous ne nous débarrassons pas de ce système-pompier-pyromane,
nous ne parviendrons pas à éteindre ce feu qui n'a que trop duré et qui
tue notre peuple mais maintient intactes nos ressources pour le bénéfice
des colons.

Nous devons impérativement conjuguer nos efforts pour rassembler notre
peuple et nos populations et pour construire pour de bon l'Unité
Africaine dans le sens des intérêts des Africains.
La France et l'Allemagne, la France et l'Angleterre, l'Angleterre et les
États-Unis, après des siècles de guerres sauvages ont [semble-t-il]
décidé de mettre de côté leurs différences pour construire une Europe
Unie qui sera même étendue à l'Europe de l'Est.

Une organisation d'États Africains ne peut pas et ne doit pas obéir aux
[anciennes] puissances coloniales dont les intérêts reposent sur nos
ressources et entravent nos chances de ré-unification

Apprenons à asseoir nos leaders à la même table, peu importe leurs
différences; cela aura un impact positif et significatif sur nos
enfants; ils auront plus confiance en eux-mêmes et à l'avenir et par
voie de conséquence nos leaders de demain aussi.
Aidons nos leaders à révoquer tous les accords secrets que les
[anciennes] puissances coloniales ont imposé à nos États indépendants.

Redonnons la vie à l'Afrique et aux Africains!


ANGLAIS
Dear Sirs,

Regarding the situation in Côte d'Ivoire the decision you are about to
take will have a huge and significant impact on the future not only of
the West African States but of the whole African Continent. You will be
held more accountable if the decision you take leads to more bloodshed
between Africans.

What is at stake is not to support or rebuke Laurent Gbagbo or Alassane
Ouattara.
Because we all know by experience that whoever we choose to back, Gbagbo
or Ouattara, if he happens to serve the interests of his own people and
that these very interests do not serve the interests of the [former]
colonial powers, then he will be vilified and turned into an enemy of
democracy.
We must all bear in mind the example of Chad where the [former] colonial
power has repeatedly back or rebuke one side or the other.

We must concentrate on getting rid of those firefighter arsonists who
set Africa ablaze through mastered tribal or ethnic wars and then offer
to help when in fact they control our resources.
Because if we do not get rid of this firefighter-arsonist-system, we
will not be able to extinguish this long lasting fire that kills our
people but keeps intact our resources for the benefits of the settlers.

We MUST put all our efforts to bring our people together and really
build the African Unity for the interests of the African people.
France and Germany, France and England, England and the US, after
centuries of wars they [apparently] decided to put aside their
differences and build a United Europe that they even try to enlarge to
East Europe.

An Organization of African States CANNOT and MUST NOT obey to the
[former] colonial powers whose interests lay in our resources and
jeopardize our chances to re-unite.
Let us learn to bring our leaders to the same table no matter their
differences; this will have a positive and significant impact on our
children self-confidence and as a consequence on our leaders of tomorrow.
Let us help our leaders to revoke all the secrets agreements imposed
upon our independent states by the [former] colonial powers.

Let us give life back to Africa and to the Africans!

source bonaberie .com
un complot contre le peuple d'afrique

11.Posté par FiloBedo le 04/01/2011 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ce faire une idée de M. Ouatarra, pas besoin d'en mettre des tonnes, il suffit de jeter un oeil sur le CV du bonhome. On comprend mieux pourquoi l'Empire et ses larbins le veulent absolument au pouvoir.
De plus, Gbagbo se rapproche de l'Iran...tout devient plus clair.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alassane-Ouattara-l-enfant-sacre-du-FMI-et-Gbagbo-l-ami-des-Iraniens-5004.html

Si Ouattara passe, c'en est fini de la Côte d'Ivoire et de ses immenses ressources.

12.Posté par MMA le 07/02/2011 23:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Israel-exporte-son-savoir-faire-en.html

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires