ALTER INFO

Coronavirus : où en est la médecine ?


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 5 Juillet 2020 - 01:36 Tel père, telle fille : le cas Maxwell


Pour démêler le vrai du faux dans la crise du Covid-19, qui est également une « infodémie » où des avis plus ou moins autorisés et des fausses informations circulent à grande vitesse, nous avons mis les petits plats dans les grands en convoquant l’avis de l’expert N°1 mondial en maladies infectieuses, le professeur Didier Raoult, de l’IHU Méditerranée-Infection (hôpital de la Timone à Marseille).


Corinne Autey-Roussel
Samedi 7 Mars 2020









Dans ces quatre brèves vidéos, il répond à des questions fondamentales sur la pandémie actuelle.

Et pour commencer, apprenons à faire la différence entre un véritable expert médical et un « expert » de plateau de télévision à l’aide de l’outil Expertscape, qui les classe par ordre de reconnaissance au niveau mondial.



Coronavirus, vers une sortie de crise ?

Le professeur Didier Raoult parle d’un traitement actif contre les coronavirus et le SARS, la chloroquine. C’était le 25 février dernier.



Coronavirus : Traitement ? Vaccin ?

Sur la différence de mentalité entre la Chine et l’Occident : alors qu’ici, toute nouvelle maladie doit appeler de longues recherches sur un nouveau traitement, un nouveau vaccin, la Chine est beaucoup plus pragmatique en testant des molécules déjà connues et immédiatement disponibles sur le marché, dans une approche dénommée « repositioning » (repositionnement).



Chloroquine : Pourquoi tant de haine ?

Mais la chloroquine n’a pas bonne presse. Pourquoi ? Réponse et en bonus, tour d’horizon des autres traitements les plus prometteurs.



Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia
Photo Gerd Altmann/Pixabay




Vendredi 6 Mars 2020


Commentaires

1.Posté par xochipelli le 09/03/2020 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lors de cet interview - à la minute 1’45’’ - le Professeur Eric Caumes répond que: «Le taux d’attaque, pour l’instant, on n’en a aucune idée. On aura une réponse avec l’histoire du
bateau, le Diamond Princess, qui donnera un taux d’attaque. Après il faut savoir que c’est dans une atmosphère très confinée, donc évidemment, plus l’atmosphère est confinée,
plus les taux d’attaque sont élevés… mais il est probable que, dans un bateau comme le Diamond Princess, dans un endroit confiné, le taux d’attaque puisse être très élevé, et 60%
ne m’apparait pas absurde…» [129]

Voilà la réponse aux interrogations du Professeur Eric Caumes, quant au taux d'attaque - rendue publique, le 21 février, au Japon:

Si les données - sur le site de l’Institut National des Maladies Infectieuses du Japon [92] - sont exactes, à savoir non trafiquées, en ce qui concerne les passagers du navire de
plaisance, le Diamond Princess, cela signifie que parmi les 3711 passagers à bord, ce sont, au moins, 705 d’entre eux qui auraient été testés positifs pour ce coronavirus. Cela parait
très bas au vu de l’extrême confinement auquel ils étaient soumis - durant quatre semaines - et au vu de l’extrême contagion, supposée, de ce nouveau coronavirus chimérique.

Parmi tous ces passagers, seulement 6 seraient décédés et ils avaient tous plus de 70 ans. Sur les 3711 passagers, 1242 avaient plus de 70 ans et 23% des personnes de cette
tranche d’âge (à savoir 288) furent testées positives - soit symptomatiques, soit asymptomatiques. Le ratio de mortalité, au sein de cette tranche d’âge, de plus de 70 ans, présente
sur le navire, serait, donc, de 0,48%.

Le ratio de mortalité, au sein de cette population humaine, en stricte quarantaine, sur le Diamond Princess - dans leur bouillon de culture et sans suivi médical - serait, donc, de 0,16%. Les Autorités Médicales, ad hoc, pourraient-elles commenter ces données non trafiquées - ainsi que leur contexte?

De plus, si l’on écoute, le 7 mars, une autre Autorité médicale, à savoir la Professeur Christine Katlama, également de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - experte en Maladies Infectieuses
et Tropicales - ce n’est qu’une infection bénigne et il ne faut pas paniquer. [120] Que se passe-t-il, donc, alors que le gouvernement Français annonce passer bientôt au niveau 3
d’alerte générale?

Serait-ce à dire que ce coronavirus chimérique n’a pas été concocté aussi dangereux, qu’il l’est rapporté, tout comme le virus chimérique de la grippe porcine de 2009/2010 - qui fut
un flop total?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires