ALTER INFO

Complot du 11/9 : sur une preuve mathématique



Pascal CUXAC
Lundi 12 Septembre 2011

Beaucoup de questions auront été soulevées sur ces événements du 11 septembre par des esprits à la recherche de cohérence. L’élite médiatico-politique les qualifie de complotistes en les amalgamant à des négationnistes et révisionnistes du rapport officiel (du 24 juillet 2004) tout en n’ignorant pas l’idée implicite que cela véhicule dans l’inconscient occidental. Préciserons aussi que ces complotistes désignés avaient aussi été précédés dès le début par la théorie persistante du complot musulman énoncée par la même élite qui n’y voit aucune contradiction de méthode.

Dans cas présent, nous allons essayer d’aborder sur un plan cartésien ce phénomène pour y apporter une réponse objective en choisissant un aspect qui n’aura pas déjà fait l’objet d’une profusion de thèses et antithèses. L’événement du 11/9 se présente comme un quadruple attentat qui est une expérience assez rare et unique dans l’histoire de l’aviation civile. Nous allons nous focaliser sur l’élément principal, à savoir les prétendus responsables désignés de ces attentats qui seraient 19 pirates d’origine Arabo-musulmane. Pour les identifier aussi vite, les enquêteurs avaient retrouvé assez fortuitement, sur le lieu du voyage entre les aéroports et les impacts, plusieurs pièces d’identification dont nous présentons le récapitulatif ci-après :

  • · Satam Al SUQAMI : passager du vol AA11 écrasé sur la tour World Trade Center 1 (WTC1), son passeport aurait été ramassé propulsé sur le trottoir après l’explosion.
  • · Mohammed ATTA : passager du vol AA11 écrasé sur le WTC1, son permis de conduire aurait été retrouvé dans un de ses 2 bagages ayant raté la correspondance.
  • · Abdul Aziz Al OMARI : passager du vol AA11 écrasé sur le WTC1, son passeport aurait aussi été retrouvé dans les 2 bagages dudit Mohammed ATTA.
  • · Ahmad Al GHAMDI : passager du vol UA175 écrasé sur le WTC2, son permis de conduire aurait été découvert dans les décombres.
  • · Majed MOQED : passager du vol AA77 écrasé sur le Pentagone, sa carte d'étudiant aurait été découverte dans les décombres.
  • · Nawaf Al HAZMI : passager du vol AA77 écrasé sur le Pentagone, sa carte d'identité avait aussi été découverte dans ces décombres.
  • · Marwan Al SHEHHI : passager du vol AA77 écrasé sur le Pentagone, sa carte d’accès de l’aéroport aurait été retrouvée dans une voiture de location abandonnée sur le parking de l’aéroport Boston Logan.
  • · Saeed Al GHAMDI : passager du vol UA93 écrasé à Shanksville, son passeport aurait été retrouvé sur le site.
  • · Ziad JARRAH : passager du vol UA93 écrasé à Shanksville, une page de son visa aurait été retrouvée sur le site.
  • · Ahmed Al NAMI : passager du vol UA93 écrasé à Shanksville, son permis de conduire aurait été retrouvé sur le site.

En plus de ces 10 pièces attribuées à 10 prétendus pirates, il y en aurait aussi 4 autres appartenant à :

  • · Waleed ISKANDAR : passager du vol AA11 écrasé sur le WTC1, sa carte bancaire aurait été retrouvée dans les décombres.
  • · Lisa Anne FROST : passagère du vol UA175 écrasé sur le WTC2, sa carte de miles aurait été retrouvée dans les décombres.
  • · CeeCee LYLES : hôtesse du vol UA93 écrasé à Shanksville, son permis de conduire aurait été retrouvé sur le site.
  • · John TALIGNANI : passager du vol UA93 écrasé à Shanksville, son permis de conduire aurait été retrouvé sur le site.

En somme, nous nous retrouvons fortuitement avec un total de 14 pièces d’identification dont 10 désignant 10 pirates. A cette hypothèse, nous rajoutons que sur l’effectif total des 4 vols réunis, il y aurait 265 passagers dont 19 pirates. Autrement dit, ces papiers auraient permis d’identifier 10 pirates sur 19 ainsi que 4 non pirates sur 246.

Complot du 11/9 : sur une preuve mathématique

Donc, ce sont 52,6% des pirates qui ont été identifiés contre 1,6% des autres passagers. Ce qui revient à dire que les papiers de pirates ont 32 fois plus de chance d’être retrouvés. Nous pourrions considérer l’hypothèse de la robustesse des papiers fabriqués par les Arabes ; mais il se trouve que certaines pièces étaient aussi américaines. Ce qui nous contraint à chercher une autre explication à ce phénomène que nous synthétisons par la présence moyenne de 1 pirate parmi 14 passagers (soit 19 parmi 265) sachant qu’il y aurait 10 papiers de pirates parmi les 14 papiers retrouvés par hasard.

11 septembre

L’outil statistique nous apporte un éclairage sur cette quantification du prétendu hasard des enquêteurs. Partant de 14 pièces retrouvées, nous pouvons expliciter successivement les probabilités d’en retrouver 0 à 10 qui appartiennent à des pirates.

11 septembre

Par exemple, s’il y a exactement 5 pièces qui appartiennent à des pirates sur le total de 14 pièces, alors cette situation se reproduit 1 fois sur 747 cas et correspond à une probabilité de réalisation de 0,1%. Ainsi, les enquêteurs du 11/9 ont prétendument bénéficié d’une chance sur 5 milliards de trouver 10 papiers de pirates parmi le total des 14 !

La mesure infinitésimalement petite de cette chance la met hors champs d’appréciation nuancée pour l’individu moyen - souvent crédule et amateur de loto - qui pourrait malgré tout se dire « pourquoi pas ? ». Cette interrogation repose sur la confiance accordée au rapport officiel de l’administration US. Nous pourrions illustrer cette relation de confiance à travers un jeu ludique dans lequel, le lecteur crédule qui croit à la version officielle de l’administration américaine devra s’imaginer dans une partie de lancer de pièce de monnaie à l’aveugle avec Georges W. BUSH durant une communication téléphonique. Nous pourrions encore imaginer que le lecteur choisisse le côté PILE et attende confiant que Georges W. BUSH lui annonce le résultat exact. Et selon ce procédé, avec sa prétendue chance inouïe, Georges W. BUSH annonce au lecteur crédule qu’il a perdu 1 fois, puis 2, puis 3, … ainsi de suite jusqu’à la 32e fois, soit l’apparition d’une succession de 32 côtés FACE se réalisant avec 1 (mal)chance sur 4 milliards. Avec ces 32 expériences, le lecteur crédule aurait pu raisonnablement espérer obtenir 16 victoires en moyenne. A partir de là, la question est posée de savoir est-ce qu’un esprit rationnel continuerait à faire confiance à Georges W. BUSH après les 32 annonces d’échecs successifs ? Il n’est pas à écarter que certains continuent à répondre « pourquoi pas ? ».

Et dans ce dernier cas, nous retrouvons le fameux paradoxe du singe savant ; il consiste à placer un singe dressé devant un clavier d’ordinateur et à se demander s’il le singe pourrait taper par hasard la déclaration universelle de l’homme. Du point de vu mathématique, ce serait un événement dont la probabilité n’est pas nulle mais très proche de zéro. Autrement dit, si le singe répète des milliards de fois l’expérience, nous pourrions, « pourquoi pas ? », imaginer qu’il puisse le réussir 1 fois. Mais, il se trouve que le singe ne peut pas vivre assez longtemps (ni les expérimentateurs) pour le vérifier.

Dans le cas du 11/9, tout se passe comme si le singe réussissait à retranscrire le texte à la première tentative ! Car la 1ère fois qu’un tel événement exceptionnel se produit, une chance aussi extraordinaire se réalise simultanément pour identifier les prétendus coupables.

Cependant, nous nous devons, malgré tout, de concéder que cette approche n’est pas entièrement suffisante car il subsistera toujours sur le plan théorique 2 versions qui s’opposent avec des plausibilités extrêmement différentes. L’hypothèse de véracité de la version officielle repose sur une probabilité pseudo-nulle contrairement à l’hypothèse sceptique. Pour les départager définitivement, nous allons nous replonger sur les éléments fournis dans l’enquête. Il y était question des 2 prétendus bagages de Mohammed ATTA qui furent les seuls à manquer la correspondance à l’aéroport de Logan (Boston), sans justification manifeste. Il faut maintenant noter le côté saugrenue du pirate qui se donne la peine d’enregistrer 2 bagages en soute pour un vol intérieur. Dans ces bagages, il y aurait :

  • · D'abord, il y aurait le passeport d’un prétendu Abdul Aziz Al Omari qui aurait préféré ne pas voyager avec sa pièce.
  • · Ensuite, il y aurait encore un testament censé prouver que son auteur était préparé à mourir ; ce qui permet de se demander l’intérêt de voyager avec ce document voué à la destruction. Après, nous ferons l’impasse sur une prétendue lettre de directives censée prouver que l’auteur serait le cerveau. De même, nous ferons l’impasse sur les manuels de pilotage censés prouver que les arabes avaient les qualifications nécessaires pour piloter les avions.
  • · Enfin, il y aurait dans ces bagages un coran censé indiquer que son propriétaire serait un musulman extrémiste ; ce qui pose un sérieux problème. Car, il n’est pas envisageable d’imaginer raisonnablement qu’un fanatique qui ambitionne de livrer une guerre sainte au nom de Dieu, détruise l’objet contenant sa sainte parole. D’ailleurs, nous nous souvenons des réactions hostiles dans le monde musulman quand le pasteur Terry Jones avait annoncé son intention de bruler un coran.

Bref, cette présence saugrenue d’un coran finit d’achever le caractère grossier du rapport du 11/9 et d’effacer les légers petits doutes sur la plausibilité de la version officielle qui doit être définitivement considérée comme nulle. Bien entendu, la faille de départ était d’ignorer que le ratio de 10 papiers sur le total de 14 ne « corresponde » pas au ratio de 19 pirates sur le total de 265 passagers. Il y aurait encore d’autres points pouvant être abordés tel que la probabilité que les 8 boites noires soient inutilisables.

Pour la moralité, nous retiendrons que : le hasard ne se construit pas !

Ayant répondu à une question fondamentale, nous nous dispenserons d’aborder les autres questions incidentes soulevées vu que nous considérons qu’il appartient à une nouvelle commission indépendante de déterminer si c’est l’œuvre d’une organisation interne ou externe à l’administration US.

 

Pascal CUXAC

11.09.11

(résumé extrait de mon prochain essai "Sur un décryptage")



Lundi 12 Septembre 2011


Commentaires

1.Posté par Mehdi1426 le 12/09/2011 18:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chapeau columbo.Merci.

2.Posté par Saber le 12/09/2011 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La confiance aveugle accordée au dollar est de même nature que l'acte de foi à la version officielle du 11/09/2001; une imposture.

Un mathématicien musulman
Alhazen
Abū ʿAlī al-Ḥasan ibn al-Ḥasan ibn al-Haytham (Perse:ابن هیثم ,arabe : ابو علي، الحسن بن الحسن بن الهيثم) dit Alhazen (Bassorah 965 - Le Caire 1039) est un mathématicien, un philosophe et un physicien Arabe1,2,3 de confession musulmane. Il est l'un des pères de la physique quantitative et de l’optique physiologique.
Alhazen est né en 965 à Bassorah dans l’actuel Irak où il reçut une éducation qu’il compléta cependant dans la ville de Bagdad. À l’époque, Bassorah était sous le contrôle de la dynastie des Buwayhides qui régnèrent sur la Perse. C’est pourquoi il est parfois mentionné sous le nom d’al-Basri. Bien que cette version ne soit pas acceptée par tous, la plupart des gens s’entendent pour dire qu’il est décédé au Caire en Égypte en 1039.

Alhazen commença sa carrière de scientifique dans sa ville natale de Bassorah. Il fut cependant convoqué par le calife Hakim qui voulait maîtriser les inondations du Nil qui frappaient l’Égypte année après année. Après avoir mené une expédition en plein désert pour remonter jusqu’à la source du fameux fleuve, Alhazen se rendit compte que ce projet était pratiquement impossible. De retour au Caire, il craignait que le calife qui était furieux de son échec ne se vengeât et décida donc de feindre la folie. Le calife se borna à l'assigner à résidence.

Alhazen profita de ce loisir forcé pour écrire plusieurs livres sur des sujets variés comme l’astronomie, la médecine, les mathématiques, la méthode scientifique et l’optique. Le nombre exact de ses écrits n’est pas connu avec certitude mais on parle d’un nombre entre 80 et 200. Peu de ces ouvrages, en effet, ont survécu jusqu’à nos jours. Quelques-uns d'entre eux, ceux sur la cosmologie et ses traités sur l’optique notamment, n’ont survécu que grâce à leur traduction latine.

Après la mort du calife Hakim, en 1021, Alhazen cessa de feindre sa folie et put sortir de sa résidence. Il en profita donc pour entreprendre quelques voyages, notamment en Espagne.

Il décéda en 1039.
La plupart de ses recherches concernaient l'optique géométrique et physiologique. Il a été un des premiers physiciens à étudier la lumière, un des premiers ingénieurs et un des premiers astronomes. Contrairement à une croyance populaire, il a été le premier à expliquer pourquoi le soleil et la lune semblent plus gros (on a cru longtemps que c’était Ptolémée)4, il établit aussi que la lumière de la lune vient du soleil5. C’est aussi lui qui a contredit Ptolémée sur le fait que l’œil émettrait de la lumière. Selon lui, si l’œil était conçu de cette façon on pourrait voir la nuit. Il a compris que la lumière du soleil était diffusée par les objets et ensuite entrait dans l’œil6.

Il fut également le premier à illustrer l'anatomie de l'œil avec un diagramme. Comme ce diagramme n'est pas novateur par rapport aux connaissances anatomiques de Galien, le doute subsiste quant à savoir s'il fut copié d'un ancien manuscrit grec, ou s'il est issu d'une dissection contemporaine7.

Il a également énoncé une théorie à propos du jugement et de la reconnaissance des objets. Il remarque que l’on ne reconnaît que les objets que l’on connaît, et que l'image d'un objet persiste quelque temps après qu'on a fermé les yeux. La reconnaissance est donc basée sur la mémoire et n’est pas qu'une simple sensation liée au jugement, car on ne reconnaît pas les objets qui nous sont inconnus. Il a aussi étudié la mécanique du mouvement et dit qu’un objet en mouvement continue de bouger aussi longtemps qu’aucune force ne l’arrête : c’est le principe d'inertie que Galilée redécouvrira8.

En astronomie il a tenté de mesurer la hauteur de l’atmosphère et a trouvé que le phénomène du crépuscule (lumière au lever et au coucher du soleil sans voir le soleil) est dû à un phénomène de réfraction : les rayons de soleil ne doivent pas dépasser un angle de 19° avec l’atmosphère. Il parla également de l’attraction des masses et on croit qu’il connaissait l’accélération gravitationnelle[réf. nécessaire]. Il dit aussi que la lune brillait comme une source lumineuse, mais qu’elle empruntait sa lumière au soleil.

Alhazen a écrit plusieurs ouvrages sur l’optique. Dans son Kitāb fi'l Manāzir (Traité d'optique), livre consacré à la physique optique et qu'il mit 6 ans à écrire (1015-1021), il prouve scientifiquement la théorie de l’intromission d’Aristote selon laquelle la lumière entre dans l’œil. Il prouve que tous les objets reflètent la lumière dans toutes les directions, mais c’est lorsqu’un rayon entre en collision à 90° avec l’œil qu'on verra l’objet reflétant le rayon. L’image, selon Alhazen, se formait sur le cristallin .

Dans le même domaine, il dit que l’œil pouvait percevoir la forme, la couleur, la transparence ainsi que le mouvement de quelque chose. Il prouva également que l’œil perçoit effectivement deux images même si on n'en voit qu'une par la démonstration et non par la logique et la beauté du raisonnement. Ce livre n’a été traduit en latin qu’en 1270 et a plu aux scientifiques du Moyen Âge. Selon lui la réfraction de la lumière est causée par un ralentissement ou une accélération de la lumière dans son déplacement. Dans un milieu plus dense la lumière voyage plus lentement selon Alhazen. Il trouve aussi un rapport entre l’angle d’incidence et l’angle de réfraction mais ce rapport n’est constant que lorsque c’est la même matière qui réfracte le rayon. Il fait tous ses travaux dans une chambre noire dont on lui doit l’invention. Il explique le pouvoir grossissant des lentilles.

Dans le livre V consacré à la catadioptrique de son traité d'optique se trouve une discussion sur la question connue aujourd'hui sous le nom de problème du billard d’Alhazen et initialement proposé par Ptolémée en 150. Le problème peut se résumer ainsi « soit deux billes A et B placées en deux points quelconques d'un billard parfaitement circulaire. Trouver le point sur le rebord sur laquelle la bille A doit être envoyée pour revenir heurter la bille B après avoir rebondi une seule fois ». Alhazen a réussi à le trouver grâce à des sections coniques, mais il n'a pas réussi à le prouver à l'aide d'un raisonnement d'algèbre mathématique. Léonard de Vinci a conçu un instrument à système articulé destiné à construire une solution mécanique du problème d'Alhazen. Plusieurs scientifiques ont essayé de résoudre ce problème tel Christian Huygens mais c'est seulement en 1997 que Peter M. Neumann, professeur à Oxford, a démontré que la solution fait appel à une équation du quatrième degré et ne peut donc être résolue avec une règle et un compas
Alhazen a devancé de quelques siècles plusieurs découvertes faites par des scientifiques occidentaux pendant la Renaissance. Il fut un des premiers à se servir d’une méthode d’analyse scientifique et influença grandement des scientifiques comme Roger Bacon et Kepler.

Sa doctrine fut diffusée en Occident par les écrits de Roger Bacon et le De perspectiva de Vitellion10.

Alhazen est très estimé de la population scientifique. Son portrait figure également sur le billet iraquien de 10 000 dinars. Un autre hommage que l’on fit à Alhazen, fut de nommer l’astéroïde (59239) Alhazen en son honneur.

3.Posté par Columbo le 12/09/2011 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

► Mehdi1426 .

Désolé cher , Mehdi , mais ce trés bon article n'est pas de moi.Merci.

4.Posté par Arthur Gohin le 12/09/2011 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai trouvé un résultat un peu différent:
(14! / 10! 4!) x (14/264)^10 = 1/ 17.000.000.000
Soit une chance sur 17 milliard. Mais l'idée est la même.

Je signale quand même que Thierry Meyssan a apporté une lumière sur ce point des pirates de l'air:

Les compagnies aériennes ont publié la liste des passagers de ces divers vols. et bien aucun ne s'y trouve!!!
Les 19 étaient suivis par le mossad depuis quelque temps pour voir s'ils feraient des personnages typiques: musulman, prennant des cours d'avion ou autre activité louche.
Qui plus est, 9 d'entre eux étaient certainement en vie après les attentats.

Plus le mensonge est gros, plus il a de chances d'être cru.

5.Posté par Rockfailure le 12/09/2011 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellente analyse. Dans le même sens j'ajouterai un élément complémentaire concernant les probabilités. Quelles sont les probabilités qu'une même entreprise US perdent deux de ses employés ce jour du 11 septembre 2001, dans deux endroits différents ? L'un était dans le WTC1 et l'autre dans le Vol 93. Probabilités aussi minces que pour les passeports retrouvés SAUF si ces deux employés étaient "salariés" par BEA Systems, une entreprise d'armements qui a bénéficié de gros marchés avec les guerres d'Afghanistan et d'Irak.Des salariés fictifs pour des contrats réels !

Et encore un autre élément :
Dans le bonus du DVD Vol 93 de P. Greengrass il y a un documentaire réalisé par Deora F. Bodley qui retrace quelques biographies des "passagers" du Vol93; hors cette Deora Frances Bodley figure AUSSI parmi les victimes du Vol 93 qui se serait écrasé à Shanksville!!! D'ailleurs dans la dernière séquence du documentaire Deora jeune chante une chanson dont voici les dernières paroles : " en disant des mensonges terribles, et les voilà partis". Fondu au noir.

6.Posté par vasionensis le 12/09/2011 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Même s'il n'est pas de vous; merci !

7.Posté par Sir Conflexe le 12/09/2011 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà 2 vidéos fort intéressantes :

http://www.youtube.com/watch?v=gN9twj_i59I&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=hxG8xViLjrk&feature=related

8.Posté par Pascal CUXAC le 13/09/2011 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Arthur Gohin
Ici, il faut simplement utiliser la combinaison C(n;p), soit le choix non ordonné de p éléments parmi n.
C'est aussi une fonction disponible sur Excel sous "combin".
Ainsi, il ne te restera qu'à calculer: C(19;10) x C(246;4) / C(265;14).

9.Posté par le Fils de l homme le 22/01/2012 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lisez les attentats du 11 septembre dans les blogs du Vrai Messie: http://filsdelhomme.centerblog.net et http://messie.over-blog.com/ et http://lefilsdelhomme.seneweb.com/
le Fils de l homme

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires