Société

Communiqué: Faire échec à la loi CESEDA !



Mercredi 31 Mai 2006

www.mouvement-egalite.org



Des affrontements ont opposé, la nuit dernière, à Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, la police à une centaine de jeunes qui ont caillassé le domicile du maire UMP Xavier Lemoine, auteur d’arrêté interdisant aux mineurs âgés de 15 à 18 ans de circuler à plus de trois dans le centre-ville... Une mesure (« suspendue » après par la « justice ») qui n’est pas seulement anti-jeunes, mais qui est aussi fondamentalement raciste et dangereusement liberticide !
Les échauffourées se sont étendues à la ville voisine de Clichy-sous-Bois, où la mort, le 27 octobre dernier, de Ziad et Bouna, poursuivis par une patrouille policière, a provoqué dans les banlieues ségréguées et paupérisées la colère de toute une jeunesse exclue, discriminée, stigmatisée.
La révolte des banlieues de l’automne est la conséquence des scandaleuses politiques ségrégationnistes et inégalitaires menées par les gouvernements successifs. Et la réponse du pouvoir à cette révolte a été une loi, dite d’« égalité des chances » ! Une loi qui ne fait, en réalité, qu’aggraver les inégalités non seulement contre les jeunes « issus » de l’immigration et leurs familles mais aussi contre tous les jeunes, contre tout le monde du travail et contre ceux qui sont les plus démunis dans notre pays. Si le CPE (offrant une main-d’œuvre jeune jetable, taillable et corvéable à merci) a été balayé par les mobilisations de ce printemps, il reste en vigueur cette loi qui réinstaure le travail de nuit des adolescents de 15 ans, rabaisse l’âge de l’apprentissage, supprime certaines allocations familiales, etc.
Un jeune est considéré assez « mûr » pour travailler à 14 ans, pour être jeté dans un « centre éducatif fermé » ou même en prison dès 13 ans, certains réclamaient la responsabilité pénale dès l’âge de 10 ans ( !) La contradiction est relevée lorsqu’il s’agit de l’acquisition automatique de la nationalité française à la naissance pour les enfants nés de parents étrangers. Car depuis les lois xénophobes de 1993, le jeune étranger né sur le sol français doit attendre ses 18 ans pour être français, et encore, sous certaines conditions ! Quant aux jeunes non européens sans-papiers, le gouvernement s’apprête à rouvrir, le 30 juin, la chasse pour les rafler et les expulser en masse... !
Rien n’a changé depuis l’automne dernier, et les jeunes dans les banlieues le savent bien. L’explosion de rage de Montfermeil montre à nouveau qu’ils en ont assez d’être sacrifiés, méprisés, insultés, harcelés. Et leur explosion pourrait bien à nouveau s’étendre... Cette fois-ci, ils ne devront pas rester seuls dans leurs cités assiégées.
Nous appelons tous ceux qui veulent combattre les discriminations et les inégalités, nous appelons les dirigeants et les militants des associations, organisations, syndicats à être aux côtés des jeunes, sur le terrain. Pas pour prendre la parole à leur place mais pour permettre que leur parole soit plus forte, pour que leur colère légitime ne se fourvoie pas dans des actions désespérées de violence, mais pour que l’on s’engage ensemble une puissante action contre le harcèlement, les discriminations et les injustices de toutes sortes qui les frappent mais qui frappent aussi d’autres couches de cette société profondément inégalitaire.

Mouvement pour l’égalité
Le 30 mai 2006


Communiqué: Faire échec à la chasse aux jeunes sans-papiers et à leurs parents !





Les semaines qui viennent sont décisives. Elles verront la dernière main législative mise à la scandaleuse loi CESEDA, déjà adoptée par l?Assemblée nationale en première lecture. Aggravation de la précarité et des discriminations qui frappent le non-Européens, quasi-impossibilité des régularisations, du regroupement familial, du droit de vivre en famille, de se soigner, d?étudier, etc. Et l?« immigration choisie » - nouveau marché aux esclaves modernes ? n?est qu?un autre moyen de poursuivre le pillage des anciennes colonies...

Même négation des droits fondamentaux des êtres humains : le sort infligé aux sans-papiers. Le sursis arraché au gouvernement par des mobilisations (souvent victorieuses) contre les expulsions d?élèves sans-papiers arrive à échéance, le 30 juin. La traque pourra reprendre, profitant cyniquement des vacances scolaires...

La chasse aux sans-papiers, jeunes et moins jeunes, terrorise toute une population, privée d?existence, livrée à l?arbitraire, réduite à des conditions de vie et de travail misérables. Elle brise sciemment la vie des expulsés, renvoyés à la misère et, même pour certains, à la torture, à la mort. Elle apporte une légitimité et un encouragement aux pires thèses et politiques xénophobes et racistes.

Il faut stopper les rafles et les expulsions, et régulariser tous les sans-papiers. Ceux qui ont réussi à franchir les obstacles de la forteresse Europe ? souvent au péril de leur vie ? et à pénétrer dans notre pays, ont le droit d?y rester, d?y déployer dignement la vie : la leur et celle de leurs proches restés au pays d?origine. Tous les étrangers sur le sol national doivent avoir des droits égaux à ceux dont bénéficient les citoyens français.

Comme toute action s?opposant aux expulsions de sans-papiers, nous soutenons l?initiative et l?appel du Réseau éducation sans frontières (RESF) « Nous les prenons sous notre protection ». Et nous appelons à participer massivement à la manifestation contre les expulsions, le 31 mai, à 15 heures, place Saint-Michel, à Paris. Nous appelons aussi aux différentes manifestations et initiatives qui seront prises contre la loi CESEDA : les 6, 10 et 11 juin, et le 1er juillet, journée de la manifestation nationale à la fois contre cette loi et contre les expulsions de jeunes scolarisés sans-papiers. Nous devons, et nous pouvons encore, empêcher ces infamies par notre mobilisation puissante et unie.

Appel du RESF :
http://www.educationsansfrontieres.org/article.php3?id_article=24


Mouvement pour l'égalité
Le 28 mai 2006


Mardi 30 Mai 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires