Néolibéralisme et conséquences

« Cinquante années de croissance de L’économie française après la deuxième guerre mondiale »


Demi-siècle de croissance de l'Economie française


Walky Louis
Jeudi 6 Décembre 2012

« Cinquante années de croissance  de L’économie française après la deuxième guerre mondiale »

« Cinquante années de croissance de L’économie française après la deuxième guerre mondiale »

A- Période de la grande croissance de l’économie française
1 Le début de la croissance de l’économie française (1946-1950)
2 Le début de la planification à l’économie française (1950-1958)
B- Période de l’ouverture et de l’internationalisation de l’Economie Française
1 L’ouverture de l’Economie française sur le monde de l’extérieur (1959-1973)
2 La période des crises, des chocs, des perturbations (1973-2008)

Après la deuxième guerre mondiale, le pays a connu la croissance la plus spectaculaire du monde. La France a retrouvé son retard à partir de cette période de vache grasse les trente glorieuses signifiant trente années de croissance régulière, supérieure à celle de la plupart des autres grands pays industrialisés. Les années de (1944-1948) furent influencées par la conjonction d’une croissance très rapide de la production industrielle et surtout d’une inflation galopante des prix et des salaires. Le ré lancement partit des industries de base, priorité des programmes publics d’équipement. La compression des effectifs de la fonction publique et la diminution des subventions économiques ont permis à l’Etat de subvenir à sa prise en charge. A la fin de 1947, l’industrie a rejoint son niveau de 1938. Mais avec les mauvaises récoltes agricoles vers 1947 allaient causer un doublement des prix. Dans un premier temps, 1948 et 1949 apportaient l’équilibre des prix sur le marché. Dans un second temps, l’offre de produits industriels s’augmentait par l’entremise aux importations de matières premières et de biens d’équipements permises grâce à l’aide de Marshal (1948-1952). La guerre d’Algérie a déséquilibré l’économie française par d’énormes dépenses en envoyant le contingent, quelques réservistes de la main-d’œuvre et la fermeture du canal de Suez a haussé le prix du pétrole. Dès Juin 1957 et poursuivi en 1958, l’effort de redressement a été entrepris sous le slogan : « Vérité » sur les prix, suppression de taxes, suppression de l’indexation des salaires sur les prix, encadrement du crédit, compression des dépenses budgétaires, alourdissement de l’impôt. La fin de cette période de grande croissance de l’économie française fut marquée par le premier choc pétrolier qui souligna l’ouverture internationale désormais importante de l’économie française. La France fut ensuite confrontée à une inflation importante et à un chômage accru. Une politique stricte et la concurrence internationale ont donné les moyens de maitriser l’inflation mais, il faut souligner également que les taux d’intérêt réels sont devenus de plus en plus élevés. A partir de la période des deux chutes 1973-1994, l’économie française devait confronter à d’énormes difficultés et connait aujourd’hui des fluctuations plus marquées et le chômage demeure un enjeu important.1994 et 1995 témoignent d’un redressement prudent. L’Economie française a finalement connu entre 1988 et 1993 une étape importante pour aboutir à ce redressement des années de 1994 et 1995.
N’est-il pas impératif que cela préside à l’avènement d’une bonne gouvernance étatique dans la gestion des politiques publiques de ce pays? Est-ce grâce à l’aide de Marshall? N’est-il pas important que l’implication des érudits, ces modèles de succès, ne peuvent que modifier les perceptions de la situation économique après-guerre de ce pays? Et comme pour la révolution tranquille en France, démocratiser l’éducation et prôner l’accessibilité de la formation supérieure à tout un chacun est-elle une étape fondamentale dans la croissance de cette économie?



Références bibliographiques
1- Histoire de l’Economie française depuis 1945, J.K. Eck, Collection Cursus,
Edition Armand Colin, 4ième edition, 1994.
2- Un cycle inhabituel, D. Eyssartier Y. L’Horty, N. Sobczak, in L’économie française, édition 1994, Rapport sur les comptes de la Nation. Le Livre de poche.
3- Abrégé de la croissance française, J.J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Collection Point Economie, Edition du Seuil, 3ème édition, 1983.


Walky LOUIS, Economiste, Fonctionnaire du Trésor Public
Paris


Jeudi 6 Décembre 2012


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 06/12/2012 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qu'il y a de remarquable, au sens : que l'on peut remarquer, et non par son côté bénéfique, c'est que ces économistes parle de la "croissance", du redressement économique du pays, etc. Mais tout cela reste abstrait, car quand est-il pour le peuple ? Comment a t-il vécu cette "croissance" ? En a t-il bénéficié ? Pour avoir vécu cette période depuis les années 60, je peux affirmer résolument que non ! Oh, certes, il n'y avait pas beaucoup de chômage, mais les salaires étaient ridiculeusement bas, l'inflation relativement importante. Il a fallu Mai 68 pour remédier partiellement à cette situation, mais cela n'a pas duré. Dès la venue de Pompidou au pouvoir et surtout celle de Giscard d'Estaing, qui faisait dire à certains journalistes à l'époque que le conseil des ministres de Giscard, n'était pas un "conseil des ministres", mais un "conseil d'administration". Ils étaient tous administrateurs de différentes sociétés. Autant dire que les politiques mises en œuvre facilitaient beaucoup les industriels et les plus riches;

Il y a même eu à cette époque un ouvrage paru sous le titre "ces 200 familles qui tiennent le pouvoir en France". Le fameux conflit entre Chirac, alors Premier ministre de Giscard, et Giscard qui a amené le premier à démissionner, était du à une histoire de familles au pouvoir. Chirac n'y appartenait que par sa femme, pas directement, ce que Giscard lui faisait bien sentir. Bon, Chirac a eu sa revanche plus tard.

Tout cela pour mentionner le fait que l'absurdité de la notion de croissance économique, et on notera en passant que les problèmes en France ont commencés dès l'instant où on a abandonné la création de la monnaie aux banques privées, ce qui a amené la France à s'endetter d'une manière exponentielle avec de l'argent fictif créé de toute pièce par les banquiers, donc cette croissance économique érigée en dogme absolu n’aboutit au fond qu'à l'appauvrissement généralisé de la population. Ne s'enrichissent que les ploutocrates, devenus les oligarques d'aujourd'hui.

Cet économiste qui relate ces faits dans cet article vit vraiment dans une sphère totalement déconnectée de la réalité. Ce qui fait la richesse d'un pays c'est son peuple, pas une classe d'individus hyper riches qui cherchent de manière maladive à s'enrichir encore et encore, au lieu de redistribuer cette richesse de façon à ce que tout le monde vive bien. Quel intérêt d'accumuler de l'argent et des richesses que l'on ne pourra jamais dépenser, tout cela pour vivre dans un luxe inouï, totalement inutile et artificiel, alors qu'à côté vis une population dans la misère ? A moins d'être malade mental ! Ce qui est manifestement le cas.

Il serait bien que nos économistes qui théorisent à tour de bras dans un monde fictif, atterrissent un peu sur Terre et prennent conscience de la réalité et, s'il sont une quelconque influence, qu'ils préconisent des solutions économique où TOUT LE MONDE vivra à l'abri du besoin. Pas une classe d'individus cupides hyper riche et une grande majorité de gens dans la misère. Nous vivons dans le même monde, alors ne serait-ce pas mieux que tout le monde vive en paix et en harmonie ? On éviterait les guerres et toutes sortes de conflits. Puisque l'on parle de progrès, à notre époque, Dieu seul sait vers quels progrès l'humanité arriverait si nous vivions ainsi ! C'est un des indices qui nous montrent que ces ploutocrates cupides, devenus des oligarques, (le pouvoir pour quelques uns), sont des malades mentaux. Car il faut vraiment être malade mental pour préconiser un type de société basé sur l'exploitation de l'immense majorité de la population mondiale pour le profit d'une infime minorité se vautrant dans une richesse et un luxe invraisemblables.

2.Posté par Joseph Fabienne le 06/12/2012 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

excellent texte

3.Posté par Joseph Fabienne le 06/12/2012 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

faut expliquer davantage cette croissance

4.Posté par coco91 le 07/12/2012 05:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien dis DÉPOSITAIRE,moi aussi j'ai connu les années 60 et mes parents faisait gaffe les salaires pouah,alors maintenant avec cette saloperie d'euro je ne parle pas et tous ces pitres de SOIT d'économistes une sacré bandes de CUISTRES ceux la,TOUJOURS en train de tiré des plans sur la comètes,mais rien,nada ,ils se plantes a chaque fois!!!

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires