Actualité nationale

«Cela fait des années que nous crions notre inquiétude», coup de colère d’une psychologue à Mulhouse


En pleine crise de coronavirus, une psychologue de l’hôpital de Mulhouse a exprimé sa colère contre ceux qui ont pendant des années réalisé des coupes budgétaires dans les hôpitaux, critiquant brutalement la politique nationale de santé dans une lettre ouverte publiée dans Libération le 24 mars.


sputniknews.com
Mercredi 25 Mars 2020

Une tribune émotionnelle et inquiétante, constituée du cri de colère d’une psychologue de Mulhouse dont l’«hôpital le plus touché de France» affronte aujourd’hui une crise sanitaire sans précédent, a été publiée dans Libération mardi 24 mars. Elle y exprime son soutien au personnel médical qui continue à travailler «malgré le risque continu d’être frappé par le virus» et tire à boulets rouges sur les autorités, responsables, selon elle, d’avoir mis les hôpitaux dans cette situation catastrophique.

https://fr.sputniknews.com/opinion/202003131043266051-gerard-filoche-sur-macron-un-gars-qui-casse-les-hopitaux-et-qui-vient-parler-contre-une-pandemie/
https://fr.sputniknews.com/france/201912281042674943-desobeissance-civile-plus-de-1000-medecins-renoncent-a-leurs-fonctions-administratives/

«Je suis en colère et j’ai la rage, mais surtout un désespoir profond, une tristesse infinie…», écrit-elle.

Les hôpitaux manquent de tout

Dans sa ligne de mire, la politique publique de santé. Elle explique qu’aujourd’hui les hôpitaux «manquent de tout, et pourtant, il faut aller au charbon.» En s’adressant aux politiques, elle s'interroge s’ils croient vraiment que le personnel médical «va oublier qui l’a mis dans cette situation».

«[Pensent-ils, ndlr] que nous allons oublier qui a vidé les stocks de masques, de tests, de lunettes de sécurité, de solutions hydroalcooliques, de surchaussures, de blouses, de gants, de charlottes, de respirateurs?», se révolte-t-elle.

Les politiques qui «n’ont eu de cesse de détruire notre système de santé»

Elle déplore que «malgré les courageux efforts des soignants, beaucoup de personnes mourront seules dans un service dépassé», détruit par les politiques.

«Je suis en colère et j’ai la rage envers ces hommes et ces femmes politiques qui n’ont eu de cesse de détruire notre système social et de santé, qui n’ont eu de cesse de nous expliquer qu’il fallait faire un effort collectif pour atteindre le sacro-saint équilibre budgétaire », poursuit-elle.

«Cela fait des années que nous crions notre inquiétude»

«Сela fait des années que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension, notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de santé menées par les différents gouvernements, qui ont pensé que l’hôpital était une entreprise comme une autre, que la santé pouvait être un bien spéculatif, que l’économie devait l’emporter sur le soin, que nos vies avaient une valeur marchande », souligne la psychologue.

Le dernier bilan de l’épidémie de Covid-19 en France s'élève à 22.637 cas de contaminations et plus de 1.100 morts, dont 5 médecins.





Mercredi 25 Mars 2020


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires