Conspiration

Ce qu'a révélé Edward Snowden


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 17 Novembre 2018 - 03:04 Le diable ne se niche plus dans les détails

Mardi 13 Novembre 2018 - 03:14 La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019


Edward Snowden, ex-employé de la CIA dans le domaine de la technologie d’information et sous contrat avec la NSA (National Security Agency), a rendu un immense service au peuple des États-Unis et du monde entier en soulevant le voile qui dissimulait l'appareil de l'armée et des services de renseignement qui opère en secret et en violation des droits démocratiques les plus fondamentaux.


Joe Kishore
Jeudi 13 Juin 2013

Ce qu'a révélé Edward Snowden
Le World Socialist Web Site appelle tous les travailleurs du monde à prendre la défense de Snowden, qui est maintenant soumis à une attaque féroce de la part de l'état américain.

Ce lanceur d'alerte craint à juste titre pour sa vie. Le gouvernement Obama a lancé une enquête criminelle ; des politiciens importants, Démocrates comme Républicains, ont dénoncé ses actions comme de la « trahison » ; et des pontes de la politique ont demandé son exécution. Il est actuellement soumis à une chasse à l'homme mondiale intense, le gouvernement américain cherchant sa capture et son extradition.

Après avoir révélé être l'auteur des fuites dans un long entretien accordé à Glenn Greenwald du journal Guardian, Snowden a quitté l'hôtel d'Hong Kong où il était réfugié depuis trois semaines. « Je pourrais être victime d’une ‘restitution’ par la CIA. On pourrait me donner la chasse, » a-t-il dit à Greenwald, ajoutant qu'il espérait qu'en se faisant connaître publiquement, ce serait « plus dur pour eux d'utiliser les méthodes ‘sales’. »

Dans son entretien avec Greenwald, Snowden a parlé puissamment et avec éloquence de « l'architecture de l'oppression » qui va au-delà même de ce qui a été révélé dans les documents publiés pour le moment.

Il n'y a aucune base en faveur de la démocratie au sein de la classe dirigeante américaine ou de son appareil politique. Cependant, les commentaires et les actions de Snowden, et le soutien puissant qu'il a reçu de la part des Américains ordinaires, démontrent qu'il y a une base pour la démocratie dans la population américaine.

En révélant ces programmes d'espionnages, Snowden dit qu'il était motivé par un désire d'informer le peuple américain sur ce qui se passe. « Il est important d'envoyer un message au gouvernement disant que les gens ne se laisseront pas intimider, » a-t-il déclaré. « Je ne veux pas vivre dans une société qui fait ce genre de choses, » a-t-il ajouté. « Je ne veux pas vivre dans un monde où tout ce que je fais et dit est enregistré. »

La furie avec laquelle le monde politique et médiatique a réagi à ces fuites révèle ses inquiétudes compréhensibles qu'avec chaque nouvelle révélation, la légitimité du gouvernement Américain et de l'ensemble de l'appareil d'état est encore plus sapée – à l'intérieur comme à l'étranger. La classe dirigeante évolue vers un état policier, mais elle n'en a pas encore un. Elle craint pour la stabilité de son pouvoir.

Les actions de Snowden sont courageuses et fondées sur des principes, mais l'expérience historique a démontré que la défense de la démocratie n'est pas possible si l'on s'en remet uniquement à des actions individuelles. Elle exige un mouvement social de la classe ouvrière, s'appuyant sur une compréhension que la crise de la démocratie est ancrée dans la structure de classe du capitalisme Américain et mondial.

D'un côté, il y a l'aristocratie financière, qui, dans ses instincts sociaux et ses conceptions politiques, est autoritaire. Elle considère la population dans son ensemble comme une force hostile, et chaque citoyen comme un ennemi potentiel. Et avec bonne raison. L'élite patronale et financière est bien consciente de ce que les politiques qu'elle mène sont profondément impopulaires.

L'objectif est d'intimider et de soumettre au chantage toute la société. Comme l'a remarqué Snowden, après que l'état a rassemblé, de manière permanente, des données sur tout le monde, « Vous n'avez plus qu'à être suspecté par quelqu'un à un moment ou un autre, même à cause d'une erreur sur un numéro de téléphone. Et ils peuvent se servir de ce système pour remonter le temps et passer en revue toutes les décisions que vous avez prises dans la vie, chaque ami avec qui vous avez parlé de quoi que ce soit. »

De telles méthodes seront employées contre toute opposition politique. Avec l'information qu'il a déjà rassemblée, le gouvernement peut déjà construire un profil social et politique détaillé de pratiquement tous les individus aux États-Unis.

Ce n'est pas seulement la classe ouvrière américaine qui est visée. D'après les données recensées par le système « Boundless Informant » [système de la NSA pour garder la trace de ses informations, ndt] 97 milliards de renseignements ont été réunis sur toute la planète pour un seul programme d'espionnage de la NSA en mars 2013. Outre les 3 milliards de renseignements venant des États-Unis, il y en avait 14 milliards venant d'Iran, 13,5 du Pakistan, 12,7 de Jordanie, 7,6 d'Égypte, 6,3 d'Inde, et 3 d'Europe.

L'aristocratie financière contrôle toute la politique officielle – depuis le gouvernement Obama et les deux grands partis politiques, jusqu'au Congrès et aux tribunaux. En défendant ces programmes d'espionnage – ainsi que d'autres mesures anti-démocratiques, dont le prétendu droit d'assassiner des citoyens américains sans suivre une procédure déterminée par la loi – Obama a insisté à plusieurs reprises sur le fait qu'il n'est pas seul, que le Congrès a été informé. Et c'est vrai.

Quant aux médias contrôlés par de grands groupes, ils fonctionnent comme un auxiliaire de l'état. Il en revient aux individus comme Snowden de faire ce qu'ils peuvent pour révéler la criminalité du gouvernement parce que les grands médias non seulement refusent de le faire, mais cherchent activement à empêcher l'information de parvenir aux Américains.

Dans la foulée des révélations de Snowden, les médias ont joué leur rôle typique consistant à tout pervertir. « Traître ou héros ? » était la question qui dominait la couverture médiatique de l'affaire, les polémistes creux et les gens à la solde de la CIA qui passent pour des commentateurs penchant généralement du côté du "traître".

Dans leur réaction à l'affaire Snowden, les médias ont repris leurs réactions aux documents publiés par WikiLeaks et son fondateur Julian Assange suite aux actions du soldat Bradley Manning. Manning est actuellement poursuivi pour « aide à l'ennemi » pour avoir révélé au peuple américain et au monde entier les crimes de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias américains – dont le New York Times et son précédent éditeur, Bill Keller – ont réagi aux révélations de WikiLeaks par une combinaison de diffamations, d'injures et d'attaques personnelles.

Face à cette aristocratie financière et à ses agences, il y a la classe ouvrière, avec ses fortes traditions démocratiques. Il y a un mécontentement de plus en plus fort quant aux atteintes aux droits démocratiques, lié à la colère contre les guerres constantes à l'extérieur et à la réaction sociale aux États-Unis.

Ces programmes d'espionnage sont réalisés en secret précisément parce que la classe dirigeante sait qu'elle n'a pas de base sociale suffisante. Comme Snowden l'a noté dans son entretien, les documents révèlent que « la NSA [et d'autres responsables du gouvernement] mentent quotidiennement en réponse aux enquêtes du Congrès sur l'ampleur de la surveillance en Amérique. » Le menteur-en-chef est Obama lui-même.

Un gouvernement du mensonge et du secret est nécessaire précisément parce que les intérêts sociaux que l'état représente sont irréconciliablement en conflit avec ceux de la vaste majorité de la population. Un tel système social n'est pas compatible avec des formes démocratiques de gouvernement.

Le pouvoir de l'aristocratie financière, l'appareil de l'armée et des services secrets et leurs institutions politiques peut être vaincu, mais ce n'est possible que par une lutte sociale de masse. La défense de Snowden et des droits démocratiques doit être connectée à la mobilisation indépendante de la classe ouvrière dans la lutte pour le socialisme.


Jeudi 13 Juin 2013


Commentaires

1.Posté par Gaza le 13/06/2013 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi les inscriptions sur le site ne marche pas ? J'aimerais m'inscrire

2.Posté par Depositaire le 13/06/2013 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelques remarques par rapport à cet article.

Tout d'abord, plutôt que "d'aristocratie financière", terme un peu trop flatteur à mon goût, je dirais plus vraisemblablement, "oligarchie mondiale subversive".

Certes, même parmi ces gens là il y a des degrés dans l'avilissement. Mais au mieux, nous sommes confrontés à une ploutocratie, donc, domination par les riches, dont le seul objectif est de s'enrichir de façon exponentielle et quelques qu'en soient les coûts sociaux ou environnementaux. Donc, à ce point de vue là, tous les moyens sont bons et les lois doivent être contournées si elles gênent.

Mais tout en haut de la pyramide, se trouve les oligarques subversifs. Pour ceux-là, ce n'est pas seulement l'enrichissement exponentiel qu'ils recherchent, mais le pouvoir sur tous et sur tout. Ils n'ont plus aucun scrupule de quelque nature que ce soit. S'il faut faire mourir des milliards de personnes pour atteindre ce but, ils n'hésiteront pas. Tout ce qui peut avoir un caractère qualitatif, doit être détruit au profit d'un système aliénant, pervers, où il est possible de jouer sur les émotions et les désirs primaires, animaux, des êtres humains pour pouvoir les manipuler.

Ce qui importe pour ces gens, c'est plonger le monde entier dans le chaos pour pouvoir "tirer les ficelles" de loin pour leur plus grand profit. Chaos économique, chaos social, mais aussi chaos psychologique. Ils sont comme des toréadors dans l'arène. Et nous sommes les animaux qui seront sacrifiés. Ils veulent jouer avec nous pour avoir le plaisir de nous voir sombrer dans ce chaos organisé et nous voir nous entretuer pour des futilités. L'un d'entre eux disait il y a quelques années : "L'exercice du pouvoir est le plus grand des aphrodisiaques".

Donc, contrairement à ce que dit l'auteur de l'article qui est quelque peu anachronique dans ses déclarations, ce n'est pas "la classe ouvrière" qui est visée et ce n'est pas elle seulement qui doit réagir, c'est l'ensemble des peuples, quelques soient leurs professions, leurs âges, leurs fonctions dans la société, qui doivent réagir.

Et en premier, tous ceux qui sont dans les fonctions régaliennes et les fonctionnaires des états. En effet si police, gendarmerie, armée et les fonctionnaires des ministères refusent d'obéir aux diktats de leurs gouvernements qui sont les courroies de transmission de cette oligarchie, elle ne pourra rien faire.

Donc, il y a en priorité un travail de conscientisation à faire auprès de tous les peuples. Il ne faut pas compter sur les médias, il sont tous à la solde de l'oligarchie. Donc, utilisons Internet, tant que ce sera possible, établissons des réseaux, rencontrons-nous, faisons des conférences, utilisons les radios locales qui ne sont pas encore prostituées avec l'oligarchie, etc. Mais informons avec des arguments pertinents, documentés, qui prouvent ces propos. C'est la première phase. En parallèle, et c'est partiellement en cours, il faut élaborer un autre paradigme de société basé sur des principes sains où l'être humain et son épanouissement sur tous les plans sera au centre des préoccupations et où les ploutocrates/oligarques n'auront pas leur place. Idem pour les politiciens professionnels corrompus et les grands patrons de médias prostitués.

Une fois ces processus bien engagés, on y verra plus clair et l'espoir pourra renaître dans l'humanité. mais il ne faut pas se faire d'illusion, la bataille sera rude. L'oligarchie ne va pas rester sans réagir si elle voit son pouvoir remis en cause. Et comme elle n'a aucun scrupule, elle pourrait bien réagir avec la plus grande brutalité. Mais il y va du sort, non seulement de toute l'humanité, mais de toute vie sur Terre.

Si certains n'y croient pas, regardez les actions des multinationales dans le monde : Pillage organisé des ressources des peuples sans considération de l'environnement et du bien être des populations locales. En cas de refus, destruction par la guerre des pays concernés, (exemple : Irak, Somalie, Libye...) mais avec des armes genre bombes à l'uranium appauvri qui pollue par la radioactivité pour des milliers d'années le pays concerné, les ogm et Monsanto qui veut s'approprier toutes les cultures du monde et mettre à la place ses saloperies ogm, les pesticides et les engrais chimiques qui polluent et brûlent la terre, etc. Et ne parlons pas de la mort des abeilles provoquée par les pesticides ce qui risque de causer un très grave problème pour la pollinisation des végétaux. Et tout cela à cause d'une cupidité insatiable de ces gens.

Donc, quand je parle d'urgence...!

3.Posté par ash le 13/06/2013 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Edward Snowden, est un Héros, est un Objecteur de conscience comme qu'il existait a l’époque de Hitler.

4.Posté par Patrice le 13/06/2013 22:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le socialistes mondiaux sont le nouvel ordre mondiale déguisé, ils machines tout ça pour obtenir la faveur de la population...

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires