insolite, humour, conspiration...

Ca pète entre le Guillon et le reître Besson


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 26 Août 2018 - 12:15 France : violation irresponsable d’un tabou …



LFDM
Mardi 1 Décembre 2009

Ca pète entre le Guillon et le reître Besson

Ce qui donne de l’ivoirien à la françoise: «Ca gaze, ma gazelle?»

Réponse de Françoise: «fait la vaisselle Dosso! Sinon c’est retour au bled». Mais c’est quoi donc le statut d’une actu en Frônce bordel! Faut-il pour faire la une des journaux Pravda, uniquement une gesticulation du caméléon Sarkoléon ou une discrimination bien conspirée de derrière les fagots, c’est-à-dire un bidonnage sans conséquence si ce n’est faire mousser le losers Lozès et le démanioquémane Kelman? Ah certes il y a le vol de portefeuille à la tire si on est auvergnat et qu’on s’appelle Ahmed, et le dépiautage de scooter si vos parents vous ont prénommé Souleymane. Mais tout cela est un tantinet risqué pour seulement passer à la télé car au bout, par temps d’élections, c’est le gnouf assuré et en comparution immédiate.

eric_besson.jpgDeux fois: c’est quoi le statut d’une actu en Frônce? Sérieux, on a du mal à suivre. Voila un truc qui passe sous silence mais qui aurait du faire phosphorer nos cerveaux d’experts d’Yves Calvi au soliloqueur Christophe Barbier. Songez que Stéphane, l’aiguillon qui sévit à coup de bourre-pifs dans le PAF est une fois de plus allé de son ironie acidulée, cette fois-ci sur les «mariages gris» et pour l’exemple, pas n’importe lequel. Le Stèfe a évoqué la situation personnelle du sinistre de la clôture entre les «Nous c’est nous» et les «Eux c’est eux», Eric Besson lequel menacerait de porter plainte contre France Inter. Il se chuchote dans les colonnes du JDD qu’il est en négo avec le pote de son pote Philippe Val pour la plainte. Du motif et de la base légale de celle-ci on ne sait encore rien. Gageons cependant que ce sera soit injure soit diffamation publique envers un particulier. La diffamation c’est l’omnibus des prétoires donné aux nantis pour emmerder les saltimbanques, les petits et les démunis.

Mais au fait! La pointe d’humour ne manque pas de piquant lorsque le Guillon évoque les amours étrangères de sa victime. Une aiguille dans l’fion et une!

«Depuis dimanche, nous dit l’aiguille, c'est la toute nouvelle idée d'Eric Besson afin de lutter contre l'immigration clandestine, s'attaquer aux mariages gris. Le mariage gris, qu'est-ce que c'est? C'est quand un vilain sans papier abuse de la naïveté d'une gentille petite Française en la séduisant, puis en l'épousant uniquement pour obtenir des papiers. Et une fois qu'il les a, il la jette comme un Kleenex. Le mariage gris, il faut faire gaffe! Ca peut arriver à n'importe qui!»


Soucieux de petites culottes

Dans une rare unanimité, la Presse-Prvada qui pète dans ces cas-là en douce sur le rouge-fétide des coussins parisiens, semble ne pas vouloir traiter de la question. Or il ne s’agit pas de vie privée mais bien d’un fait politique majeur en plein débat sur l’identité nationale. Paraîtrait selon l’acide Guillon qu’«En 2004, sur 88.123 mariages mixtes, 395 ont été annulés pour caractère frauduleux». Si ce n’est pas un sujet politique, mais que font les politiques? TV Mag est l’un des rares à avoir relayé le fait et encore, il n’y a pas d’analyse, le télégramme est de rigueur. Suivons:

«Victime d'une chronique très acide de Stéphane Guillon la semaine dernière, Eric Besson n'a pas tardé à réagir. Le ministre de l'Immigration et de l'Identité songerait à porter plainte contre l'humoriste. Selon Le Journal du Dimanche, il se serait entretenu avec Philippe Val, le directeur de France Inter à ce sujet. Affaire à suivre donc...» Lien.

lozes2.jpgNon mais… Affaire à suivre par qui? Fais ton boulot mon pote… C’est toi le journaliste. Résultat de cette friche journalistique, les sous-pipoles s’emparent de la polémique et l’AFP s’en fait l’écho. Casimir, l'air intelligent ci-contre, dont le fonds de commerce prospère sur ces billevesées et qui n’a rien d’autre à dire qui ne soit soufflé par son Méphisto Wieviorka, a aussitôt sauté dans la tambouille:

«Comment distinguer un "mariage gris" d'un mariage sincère? Comment, avec un tel concept, ne pas jeter la suspicion sur l'ensemble des mariages mixtes en France qui représentent pourtant l'un des meilleurs outils pour l'intégration des nouveaux arrivants dans notre pays?» aurait interroge le Cran dans un communiqué.

On savait que le Cran avait vocation à n’être qu’une agence matrimoniale, sorte de fabrique de métis encourageant blancs et noirs à baisouiller. Personnellement nous ne sommes pas contre. Nous serions même pour... C’est d’ailleurs le seul point sur lequel on s’accorde avec la Bible, la combinaison de «aimez-vous les uns les autres» et d’«allez et multipliez-vous». Simplement nous ne pensons pas la chose à la fois nécessaire et déclarative. Vous connaissez désormais notre adage fondamental anti-bantoustan: «on ne baise pas par décret» n'en déplaise aux racistes du Cran ou du national-racisme de la droite blanche. On s'aime comme on peut et seule la chimie, ou plutôt l'alchimie devrions-nous dire du génie de l'espèce décide de son oeuvre en deça des marchands de leucodermie ou de mélanodermie.

De grâce épargnez-nous… Sans vouloir jouer les mauvais augures, gare à nous tout de même. A travers cette histoire, non de la vie privée de M. Besson mais des mariages gris, le fait est que la politique se soucie davantage de nos culottes et même de ce qu’elles recèlent que de la vie publique. Un souci qui trahit la vacuité d’une classe dirigeante inapte à orienter la société vers son propre dépassement. Or c’est cela l’utilité du politique. LFDM.



Mardi 1 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par veli le 01/12/2009 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

trop fort ce gars! respect et bonne continuation

2.Posté par Ouachani le 09/12/2009 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Quoi qu'on en dise, et bien que je suis un fan de Monsieur Guillon, le mariage gris existe vraiment. J'en ai fait personnellement la terrible expérience.

Je suis franco-marocain, marié en 1990 avec une marocaine dans un petit village perdu au nord du Maroc. J'ai été victime de ce que l'on appelle maintenant le mariage gris.
En effet, mon épouse un an, un enfant plus tard et quelques heures après avoir obtenu son titre de séjour valable 10 ans m'a dit:
" maintenant que j'ai obtenu ma carte de séjour, divorces moi pour que je puisse enfin me marier avec l'homme que j'aime depuis toujours qui se trouve au Maroc et qui n'a pas de papier!!
Il en fut ainsi.
Après une multitudes de rebondissements judiciaires et de conflits, mon ex épouse a tout gagné, vit toujours dans mon ancien appartement de location à Garges Lès Gonesse avec son mari venu du bled et leurs enfants. Et, cerise sur le gâteau, ont obtenu tous les deux la nationalité française. Un hold-up parfait.
D’autre part, la majorité des membres de sa famille à donné son aval à cette arnaque.
Une véritable association de malfaiteurs.
J'ai écrit un livre "la valse des pantins" sur ce sujet en février 2009.
Ce livre est un support tant médiatique que juridique.
Des extraits sont disponibles sur internet.

Ainsi, le mariage gris existe vraiment et, à mon avis, ce problème doit être réglé aussi par le ministère de la justice. D'une part, parce que, combattre le mariage gris est une affaire judiciaire, d'autre part pour éviter l'amalgame et les hypothétiques récupérations politiques.
Enfin, et je suis tout à fait d’accord, Claude Greff suggère et déplore que le fraudeur ne soit pas "déchu de son autorité parentale".
Cordialement.

Edilivre la valse des pantins. Un livre à découvrir.
Résumé
En 1990, Houcine épouse Mardia au Maroc. Quelques temps plus tard, celle-ci le rejoint en France, dans son appartement de Garges-lès-Gonesse. C’est alors le début de la lune de fiel... Avant que d’être une charge contre les dysfonctionnements des Justices française et marocaine, avant que de dénoncer les manipulations d’une femme intéressée, La Valse des pantins est un drame familial authentique. Celui vécu par un père et son fils dont l’existence commune est remise en cause par la folie des uns et des autres. Longtemps harcelé, emprisonné même, Houcine Ouachani se pare ici d’une robe de procureur et dresse un réquisitoire accablant contre l’imbroglio international dans lequel son ex-compagne l’a fait plonger. C’est donc le témoignage d’un homme injustement et doublement condamné. C’est surtout le cri d’un père aux droits bafoués. Un plaidoyer sans concession dont on ressort atterré et bouleversé.

Biographie
Né en France en 1963, Houcine Ouachani fait ses études en France. A l’âge de vingt-huit ans, il rentre dans son pays d’origine, le Maroc. Il y crée un journal hebdomadaire francophone qu’il intitule « la Passerelle » et le dirige pendant plusieurs années. Cette publication unanimement saluée est interrompue par le calvaire judiciaire causé par son ex- épouse. Humilié, incarcéré à plusieurs reprises dans une prison marocaine, il en ressort profondément blessé. Il rédige alors de sa plume trempée dans le vitriol La valse des pantins pour témoigner de l’histoire bouleversante de cette séparation d’avec sa première femme.
http://www.edilivres.com/doc/4783/La-valse-des-pantins/Houcine-Ouachani


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires