ALTER INFO

CV19 : made in Israël, et non pas en Chine (comme le prétend Trump)


Les faits ne mentent pas et nous savons maintenant, avec une certitude absolue, que le CV19 est un virus artificiel et que ceux qui sont derrière, y compris les médias, officiels et autres, essaient d’en accuser la Chine ou même la Russie .


Ian Greenhalgh
Vendredi 3 Avril 2020

Les faits ne mentent pas et nous savons maintenant, avec une certitude absolue, que le CV19 est un virus artificiel et que ceux qui sont derrière, y compris les médias, officiels et autres, essaient d’en accuser la Chine ou même la Russie .

Nous savons que la «ligne du parti» du Deep State…qui se résume à «il s’est échappé d’un laboratoire chinois»… est contraire à la réalité.

Nous étudions intensivement les épidémies de virus depuis l’apparition des premiers cas à Wuhan. Cependant, ce n’est que maintenant que nous avons déterminé ce qui se passe et qui se cache derrière.

Parfois, des indices proviennent des sources les plus inattendues, il y a quelques jours, nous avons obtenu un tel indice d’un agent de désinformation israélien notoire et disgracié qui a écrit sur les ‘gens sympas’ du Gatestone Institute et comment ils avaient publié une histoire sur le virus qui s’est échappé d’un laboratoire bio chinois à Wuhan.

La simple mention du Gatestone Institute a immédiatement déclenché mon détecteur de conneries et j’ai décidé d’examiner la question. Les lecteurs de longue date de VT connaîtront le Gatestone Institute et sa célèbre chef, Nina Rosenwald, l’archi sioniste pro-israélienne, ancienne membre du conseil d’administration de l’AIPAC et de la JINSA, deux organisations au cœur du lobby israélien aux États-Unis qui sont profondément complices des ingérences néfastes Israéliennes dans la politique américaine. Ce ne sont pas des «gens sympas», ce sont tout le contraire : des racailles, des traîtres, des rebuts de la terre qui ont activement aidé le viol et le meurtre des États-Unis par les criminels sionistes.

L’article incriminé a été écrit par un italien du nom de Giulio Meotti et peut être trouvé ici: Coronavirus: China’s War on the Truth by Giulio Meotti, March 7, 2020 (Coronavirus: la guerre de la Chine contre la vérité par Giulio Meotti, 7 mars 2020)

L’article est une dégoûtante et raciste propagande anti-chinoise, son objectif principal est de promouvoir l’idée que les Chinois sont des gens vraiment mauvais et indignes de confiance et sont eux-mêmes responsables de l’épidémie de virus qui s’est échappé d’un laboratoire de recherche de Wuhan.

Je vais aller droit au but – cet article est complètement nul et Giulio Meotti est un agent de désinfo israélien.

Alors, pourquoi avons-nous un tas de comparses israéliens notoires faisant la promotion d’un récit frauduleux sur les origines du virus?

La réponse devient évidente, ils couvrent le fait que l’épidémie de virus est l’œuvre des Israéliens, un acte de bioterrorisme à grande échelle.

J’ai déjà expliqué pourquoi la Chine est attaquée dans mon introduction à l’article de Gordon publié hier, qui est une lecture essentielle pour comprendre la situation actuelle:

Trump’s Engineered Crash: Massive Pump and Dump Over Deep State Bio-Engineered Pandemic Has Killed America (ingénierie cash de Trump: une énorme pompe et un déversement sur une pandémie de bio-ingénierie en profondeur ont tué l’Amérique)

Introduction par Ian Greenhalgh Ce que Gordon a écrit ci-dessous est une lecture essentielle, absolument essentielle car il vous la donne directement, honnêtement ce que vous ne pourrez malheureusement pas trouver ailleurs dans cette ère de médias totalement contrôlés et totalement censurés. Lisez-le, lisez-le une seconde fois, ruminez-le, absorbez les messages…
https://www.veteranstoday.com/

En voici un extrait:

«Bien sûr, les mains cachées qui contrôlent pratiquement le monde entier et son économie n’étaient pas préparées pour permettre aux Chinois de devenir la puissance économique, industrielle et militaire dominante, alors ils ont décidé de faire la guerre à la Chine; une guerre non déclarée qui ne ressemble à aucune autre qui l’a précédée car elle n’est pas menée sur les champs de bataille par des militaires ni dans le ciel par des avions et des missiles.

Un rapide aperçu de certaines des actions offensives prises contre la Chine laisse peu de doute qu’une campagne concertée a été menée contre la puissance asiatique:

Le soulèvement parrainé par la CIA dans la province de Xianjing par les islamistes Ouïghours, a coûté d’énormes sommes d’argent aux Chinois et a consacré de gros efforts à réprimer et, encore aujourd’hui, est toujours en cours.
La décimation des fermes porcines chinoises par la grippe porcine
Les flambées de grippe aviaire qui ont provoqué une telle panique et ont gravement endommagé les économies asiatiques.
La guerre commerciale de Trump et les sanctions américaines contre la Chine.
La diabolisation de la technologie 5G, en particulier celle du leader du marché avec la meilleure technologie – Huawei
L’arrestation illégale du directeur financier de Huawei au Canada
L’attaque du port de Tianjin avec une arme nucléaire
Les manifestations parrainées par les États-Unis à Hong Kong
Les empiétements provocateurs dans la mer de Chine méridionale et le détroit de Taiwan par les flottilles de la marine américaine.

C’est juste une courte liste en haut de ma tête, il y en a beaucoup d’autres qui pourraient être ajoutés à la liste. mais le tableau est clair – la Chine est l’objet d’attaques soutenues depuis quelques années. »

Cela couvre la Chine, mais qu’en est-il de l’Italie? Ce pays a été le deuxième le plus durement touché et l’ampleur de l’épidémie y éclipse tous les autres pays, il est clair que l’Italie a été désignée pour des sanctions spéciales comme ci-dessus et au-delà de tout le monde à l’exception des Chinois.

Il n’est pas difficile de découvrir pourquoi l’Italie est attaquée, il suffit de lire les premiers paragraphes de cet article du Conseil Européen des Relations étrangères (European Council on Foreign Relations, ECFR):

Ecfr.eu: Italy’s Chinese dilemma (le dilemme chinois de l’Italie) https://www.ecfr.eu/article/commentary_italys_chinese_dilemma

« Avant la visite de Xi Jinping en Italie, la Belt and Road Initiative (BRI) de la Chine a rejoint la longue série de questions qui divisent les partis au pouvoir en Italie. Il suffit de jeter un coup d’œil aux médias italiens pour savoir que, dans l’ensemble du spectre politique, le débat public italien est dominé par des discussions sur la question de savoir si le gouvernement chinois tente d’acheter le pays. À la suite de l’approbation officielle par Rome de l’initiative BRI au début du mois, la plupart des décideurs et des commentateurs politiques italiens semblent avoir mis de côté les défis urgents de l’agenda européen pour se concentrer sur ce déplacement inattendu vers l’Est. Même des questions aussi conflictuelles que la migration et les pouvoirs de l’Union européenne – piliers de l’identité politique du Mouvement cinq étoiles au pouvoir et de la Ligue – semblent désormais quelque peu dépassés.

Le débat oppose ceux qui accordent la priorité au renforcement des relations économiques avec la Chine à ceux qui craignent que l’initiative fasse de l’Italie la «prochaine Afrique ou Grèce». À bien des égards, la récente augmentation de l’enthousiasme italien pour des relations économiques plus étroites avec la Chine a commencé en 2014, lorsque Matteo Renzi, alors Premier ministre, a effectué une tournée de haut niveau dans le pays. Le successeur de Renzi, Paolo Gentiloni, a poursuivi ses efforts pour courtiser Pékin, tout comme le gouvernement italien actuel.

La Chine et l’Italie négocient actuellement un mémorandum qui comprend 50 accords économiques, culturels et infrastructurels, dont la plupart concernent des entreprises publiques et privées italiennes, y compris des champions nationaux. Le mémorandum – qui, contrairement à celui de Pékin avec 13 autres États européens, n’est pas juridiquement contraignant – sera signé lors du voyage du président Xi Jinping en Italie du 21 au 24 mars (la première visite de ce type d’un dirigeant chinois depuis que Hu Jintao a assisté au sommet du G8). à L’Aquila en 2009). Le Premier ministre Giuseppe Conte, ancien avocat, a souligné à plusieurs reprises que le mémorandum comprendrait toutes les références nécessaires aux valeurs européennes et multilatérales que l’Italie a demandé à la Chine de respecter. Il vise à rassurer les partenaires européens et autres de Rome – principalement Washington – que l’Italie reste attachée à l’UE et aux relations transatlantiques. »

Donc, vous l’avez en un mot – l’Italie a forgé des liens solides avec la Chine, en particulier économiques. Comme le dit si succinctement l’article de l’ECFR:

Rome semble désormais coincée entre Pékin et Washington – entre opportunités économiques et garanties de sécurité

L’Italie s’est séparée du troupeau bêlant de l’UE et a osé aller de l’avant avec les politiques commerciales et économiques qui l’entraînent dans l’orbite chinoise, ce n’est tout simplement pas acceptable pour les criminels sionistes internationaux, ils veulent que la Chine soit isolée, dépourvue d’alliés et donc vulnérable.

La « récompense » de l’Italie pour avoir osé s’allier à la Chine est de devenir la principale victime européenne du bioterrorisme israélien et elle sera très durement touchée, juste pour faire en sorte que chaque autre nation ait peur de conclure des accords avec la Chine ou de rejoindre sa BRI.

Étant donné que l’Italie a une population âgée et que ses services publics sont sous-financés depuis de nombreuses années, le risque est grand que l’épidémie se transforme en une situation vraiment horrible. Les autorités italiennes ne sont pas aveugles de ces faits, et elles prennent des mesures très strictes, le pays est virtuellement bloqué, les voyages sont interdits, ceux qui enfreignent l’interdiction risquent d’être emprisonnés, la police et l’armée sont maintenues prêtes pour faire respecter verrouillage de la quarantaine.

Attendez-vous à ce que les choses empirent en Italie, car on en fait un exemple et la punition sera sévère afin d’effrayer et d’intimider à fond tous les dirigeants mondiaux.

Le message est clair : alliez-vous avec la Chine et vous ferez face au même sort que l’Italie.


Source : CV19 Not Chinese at all, Engineered, Deep State and Proving it is easier and easier

Par Ian Greenhalgh

Veterans Today


Vendredi 3 Avril 2020


Commentaires

1.Posté par Saidab le 03/04/2020 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Question idiote : jusqu'à présent, je croyais qu'il existait des instances internationales qui interdisaient et empêchaient les actes de brigandage publics...

Depuis quand les règles ont-elles changées ?

2.Posté par Saber le 04/04/2020 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La maison mère de sion est au dessus des lois internationales car destinées aux pauvres goys.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires