insolite, humour, conspiration...

CES CLOWNS DANGEREUX QUI NOUS GOUVERNENT


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 26 Août 2018 - 12:15 France : violation irresponsable d’un tabou …



Djeha
Mercredi 10 Juin 2015

CES CLOWNS DANGEREUX QUI NOUS GOUVERNENT
Pendant que la concurrence des compagnies du Golfe (sur le long courrier) et les compagnies low cost (sur le court-moyen courrier) étouffent les anciennes compagnies nationales (qui n’ont plus de national que le souvenir), Hollande décore le PDG de Qatar Airways (on de se demande pour quels services rendus à la France et à l’humanité : la Belgique et la Grande Bretagne fêtent le bicentenaire de Waterloo et Naboléon se retourne dans sa tombe aux Invalides).
 
Précisons que les compagnies du Golfe et les low cost sont de vrais délinquants : les uns n’ont ni comptabilité, ni budget, ni conseil d’administration (évidemment sans syndicats) et échappent à l’élémentaire concurrence loyale (les lois du marché ne sont prescrites qu’aux potaches et aux benêts enfin à tous ces adorateurs du libéralisme « pragmatique » à l’usage des crétins).
 
Les autres pratiquent intensément le « cache-cash » et profite de l’Europe libérale de Maastricht à Lisbonne en jouant les nations les unes contre les autres. Ces truands ont inventé l’avantage comparatif fiscal et social et exploitent à qui mieux mieux s’en mettant plein les fouilles et se coulent des années confortables sous les cocotiers, les doigts de pieds en éventail.
 
En fait, le président français (français ? really ?), semble avoir fait le choix (mais a-t-il vraiment choisi ?) de Airbus (désormais contrôlé par les Allemands et des groupes privés européens) et de Dassault (qui n’a plus rien à voir le groupe fondé par Marcel) au détriment de la compagnie Air France.
 
Après plus de cinquante ans de propagandes ont fini par convaincre les Français que leur problème est l’Etat qu’il faut réduire à la portion congrue : privatisation, dérégulation, marchandisation…
 
Il y a deux ou trois métiers qui échapperont à ce naufrage : les fabricants de mitrailleuses, les croques morts et des administrateurs judiciaires des Etats et des nations en faillite.
 
Quelqu’un aura peut-être ce geste ironique : en souvenir de leur panache, de leurs discours enflammés (« moi, président de la République… ») déposer une médaille d’honneur sur la tombe de ces admirables clowns qui ont ruiné leur pays.
 
J'ignore délibérément les génies qui président à notre destin, pleurant tous les jours sur le sort qui est fait à notre compagnie nationale qui porte haut nos couleurs nationales.
 
Djeha,
Mardi 09 juin 2015

 
 
 
 
F. Hollande a remis la Légion d'honneur au PDG de Qatar Airways
Reuters le L. 08/06/2015 à 19:22
 
PARIS, 8 juin (Reuters) - François Hollande a remis vendredi la Légion d'honneur au président de Qatar Airways, a annoncé lundi la compagnie aérienne. Décoré du titre d'officier de la Légion d'honneur, "Akbar Al Baker a été récompensé pour son dynamisme et sa vision stratégique qui ont permis d'initier une collaboration sans pareil entre Airbus et Qatar Airways, une première dans l'industrie du transport aérien", fait valoir le transporteur dans un communiqué.
 
Client de lancement du nouvel A350 d'Airbus dont il a réceptionné le premier exemplaire en décembre 2014, Qatar Airways sera également le premier client de l'A320neo, version remotorisée du monocouloir de l'avionneur européen dont la livraison est attendue d'ici la fin de l'année. 
 
Qatar Airways prépare également des "annonces importantes" pour le salon du Bourget qui se tiendra près de Paris du 15 au 21 juin, a déclaré fin mai Akbar Al Baker. 
 
François Hollande avait de son côté fait état début mai de discussions portant sur l'attribution en France de nouvelles lignes aériennes au Qatar, une mesure dénoncée par les pilotes d'Air France qui pointaient une "concurrence déloyale". (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)
 
Air France-KLM : Credit Suisse abaisse sa cible.
 
Cercle Finance le mardi 09/06/2015 à 10:29
 
(CercleFinance.com) - Credit Suisse réaffirme son opinion 'sous-performance' sur Air France-KLM et réduit son objectif de cours de 6,5 à 5,7 euros, soit un potentiel de baisse de 28% pour le titre de la compagnie franco-néerlandaise.
 
Le bureau d'études abaisse ses prévisions après les chiffres du trafic en mai, accompagnés de la confirmation d'un déclin de 6% du revenu unitaire à changes constants en avril-mai par rapport à la même période en 2014.
 
Credit Suisse réduit ainsi son estimation de profit opérationnel de 479 à 320 millions d'euros pour 2015, et d'un milliard à 733 millions pour 2016, chaque baisse de 1% du revenu unitaire représentant un impact d'environ 200 millions sur le profit opérationnel, selon lui.
 
Le bureau d'études voit un risque élevé sur les prix du transporteur aérien cet été, compte tenu de la dépendance du groupe envers le trafic de transfert et de son exposition à la concurrence.
 
'Il semble difficile pour Air France de continuer à forcer un changement structurel avec des prix du kérosène plus faibles, ce qui pourrait donc en faire un facteur stratégique négatif alors que les concurrents investissent dans des parts de marchés', ajoutent les analystes.
 
 
                                                                                     POUR MÉMOIRE
 
 
 
Des Rafale au Qatar contre des vols de Qatar Airways en France : la crainte d’Air France
 
Fabrice Gliszczynski, La Tribune.fr, L. 23/06/2014, 11:09
 
Lors de la visite en France du cheikh Tamin ben Hamad Al-Thani, le Qatar pourrait manifester son intérêt pour le Rafale. De quoi relancer le débat sur l'attribution de nouveaux vols en France de Qatar Airways.
 
La question de l'attribution par la France de plus de vols droits de trafic) à Qatar Airways sera évidemment posée par les Qataris lors de la visite ce lundi en France du cheikh Tamin ben Hamad Al-Thani. L'an dernier, le Premier ministre du Qatar avait écrit à Jean-Marc Ayrault pour lui faire part de son regret de voir les demandes de vols supplémentaires de Qatar Airways en France refusées.

La compagnie aérienne qatarie avait déjà atteint le quota de vols inscrit dans le dernier accord bilatéral entre la France et le Qatar (21 vols hebdomadaires) souhaitait à nouveau augmenter sa présence au départ de Paris. Sa demande de dérogation ayant été refusée par la direction générale de l'aviation civile (DGAC), Qatar Airways a été contrainte de fermer ses vols au départ de Nice fin mai 2013 pour les transférer à Paris début juin afin d'y exploiter trois vols quotidiens entre Roissy et Doha. Aujourd'hui Qatar Airways entend positionner l'A380 sur Paris pour pouvoir augmenter ses capacités en France.
Emirats et Rafale, la leçon à retenir
Si le Qatar achète un jour le Rafale de Dassault Aviation, il est fort probable que la France accordera des droits de trafic à Qatar Airways. Si tel était le cas, les Émirats viendront frapper à la porte pour obtenir la même chose pour leurs compagnies Emirates et Etihad Airways. Au grand dam d'Air France qui demande à l'Etat ne plus accorder de nouveaux droits à des compagnies dont le soutien de leur Etat-actionnaire fausse les règles du jeu.
 
Pour autant, il faudra être très prudent. En 2011, pensant avoir assuré des contrats stratégiques, comme celui des Rafale aux Emirats, Paris avait accordé de nouveaux vols pour Emirates et Etihad. Mais Abu Dhabi n'a, par la suite, jamais passé commande à Dassault Aviation. A méditer.
Depuis l'arrivée de Hollande à l'Elysée, le ton a changé
Si sous les présidences de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy les compagnies du Golfe se sont régulièrement développées, le ton a changé depuis l'arrivée de François Hollande à l'Élysée en 2012. Un consensus s'est installé dans différents ministères pour ne pas accorder de droits de trafic aux compagnies du Golfe, tant que le redressement d'Air France ne se sera pas achevé. Jusqu'ici, le gouvernement a su résister aux demandes pressantes des pays du Golfe.
 
Si le Qatar demande plus de vols en France, les Émirats arabes unis souhaitent la mise en place d'«un ciel ouvert» avec la France (les compagnies de chacun des deux pays pourraient exploiter le nombre de vols qu'ils souhaitent), comme ils l'ont demandé l'an dernier lors de la visite aux EAU de François Hollande.
Sujet polémique
L'attribution de nouvelles autorisations de vols à des compagnies du Golfe est toujours un sujet polémique en France. Car elle met en scène des acteurs dont les intérêts sont divergents. Ceux d'Air France d'un côté, vent debout contre les compagnies du Golfe, accusées de venir piller le marché européen, et de l'autre, ceux des différents acteurs de l'économie qui ne veulent pas que ce sujet pollue leurs affaires avec les pays du Golfe, notamment les industriels de l'aéronautique et de la défense, en particulier Airbus.
 
Chantage à l’achat d’Airbus de Qatar Airways pour croître en Europe
 
Fabrice Gliszczynski, La Tribune.fr, mardi 01/07/2014, 13:17
 
Akbar al Baker, le directeur général de Qatar Airways a déclaré qu'il pourrait reconsidérer ses achats d'Airbus si la compagnie aérienne qu'il dirige n'obtient pas des droits de trafic en Europe.
 
Ce qu'il y a de bien chez Akbar al Baker, c'est qu'il n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat. Il dit ce qu'il pense. Peu importe que la réglementation du transport aérien interdise de lier l'attribution des droits de trafic à des questions commerciales (même si dans les faits il en est tout autre), le directeur général de Qatar Airways en parle librement. Dans une interview accordée au Handelsblatt ce mardi, il a déclaré qu'il pourrait reconsidérer ses achats d'Airbus si Qatar Airways n'obtient pas de droits de trafic en Europe.
 
"Si les créneaux des aéroports européens sont encore limités, nous cesserons d'acheter des appareils européens. Nous avons 186 commandes en cours chez Airbus (140 selon le site Internet d'Airbus, hors options ndlr). Quel impact cela aurait-il sur les emplois en Allemagne", a déclaré Akbar Al Baker. Qatar Airways cherche à se développer à Hambourg et Düsseldorf pour y ajouter de nouvelles liaisons. De son côté, Emirates cherche depuis des années à obtenir l'autorisation d'assurer des liaisons vers Berlin et Stuttgart en Allemagne.
Concurrence déloyale selon les compagnies européennes
Les achats d'Airbus planent toujours sur les négociations sur les droits de trafic avec les pays du Golfe. Certains Etats européens comme l'Allemagne et la France, ont mis le frein sur l'attribution de droits de trafic supplémentaires et demandent que la libéralisation du secteur s'accompagne de règles de concurrence commune. Les compagnies aériennes, comme Air France-KLM ou Lufthansa, dénoncent en effet les soutiens directs et indirects que reçoivent les compagnies du Golfe de leur état-actionnaire. En outre, elles rappellent que seuls les flux de trafic entre deux pays doivent justifier l'octroi de droits supplémentaires. Or, en l'espèce, le trafic entre les villes européennes et Doha est relativement faible. La majorité des passagers se rendant au Qatar prend une correspondance pour une autre destination.
 
Qatar Airways est un gros client d'Airbus. La compagnie a notamment acheté 80 A350, dont elle sera la première à le mettre en service cette année, et dix A380. En France, la compagnie demande des vols supplémentaires depuis l'an dernier. En vain. En revanche, si le Qatar achète des Rafale, il est fort probable qu'elle se voit attribuer de nouveaux droits de trafic.
 
 
La vente de Rafale au Qatar, coup dur pour Air France

Dominique Gallois , Le Monde.fr, L. 04.05.2015 à 11h19
 
François Hollande est arrivé, lundi 4 mai, à Doha, au Qatar, accompagné des ministres des affaires étrangères et de la défense, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian, pour assister à la signature officielle de deux contrats de vente de 24 avions de combat Rafale à l’émirat.
 
Le Qatar avait mis une condition à l’achat de ces 24 avions : obtenir des droits de trafic supplémentaires vers la France pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. L’émirat a eu gain de cause. Les avions de Qatar Airways, qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine.
 
Le coup est dur pour Air France. La compagnie française, en difficulté, a déjà du mal à résister à la concurrence des compagnies du Golfe. Cette fois, ce sera encore plus difficile. Car en s’installant dans des aéroports régionaux français, les avions qataris risquent de détourner le trafic vers le hub de Doha, au détriment de Paris.
 
Cette décision pénalise la compagnie française au moment même où elle tente de se redresser. Elle pourrait même aggraver la situation, car Air France sera peut-être contrainte de revoir ses vols. Or, quand un avion long courrier est retiré de la flotte, ce sont 300 emplois directs en moins.
 
La décision apparaît d’autant plus incompréhensible qu’elle est prise par l’Etat, qui est actionnaire de la compagnie aérienne (16%). Le risque est désormais d’avoir créé une jurisprudence. Les Émirats arabes unis, qui sont, eux aussi, intéressés par des avions de combat, pourraient faire la même demande auprès des autorités françaises pour leur compagnie aérienne Etihad.
 
Hollande évoque de nouvelles lignes aériennes avec Qatar Airways
 
Reuters le 04/05/2015 à 14:28
 
DOHA, 4 mai (Reuters) - François Hollande a fait état lundi de discussions portant sur l'attribution de nouvelles lignes aériennes au Qatar, une mesure dénoncée par les pilotes d'Air France qui pointent une "concurrence déloyale".
 
Le chef de l'Etat a précisé que ces discussions étaient menées indépendamment de la signature officielle du contrat de vente de 24 avions de combat Rafale au Qatar à laquelle il a
assisté dans la matinée à Doha.
 
"Il n'y a pas de contrepartie" à cet accord, a déclaré François Hollande à la presse. "Il y a des discussions qui sont engagées dans d'autres domaines avec le Qatar, avec d'autres pays, pour l'attribution de lignes aériennes mais ce contrat n'a pas fait l'objet de négociations sur d'autres sujets que l'avion Rafale et des matériels qui doivent l'équiper".
 
"Il est assez légitime qu'il y ait des discussions et des négociations pour qu'un certain nombre de lignes aériennes puissent être ouvertes en faveur de pays qui permettent aussi d'acheminer un grand nombre de touristes et nul doute que les villes de Nice et de Lyon sont particulièrement demandeuses de ce type d'attribution", a-t-il ajouté.
 
Dans un communiqué, le syndicat national de pilotes de ligne d'Air France (SNPL), s'inquiète de la "mort à terme" de l'ensemble du secteur si de nouvelles lignes aériennes sont attribuées à Qatar Airways.
 
Le syndicat dénonce "la concurrence déloyale des compagnies du Golfe qui touchent de la part de leur gouvernement des subventions colossales, estimées à plus de 40 milliards de dollars ces dernières années". 
 
"Le seul élément qui protège encore les compagnies aériennes européennes au sein d'une compétition absolument faussée, c'est la non délivrance d'autorisations de desserte supplémentaire des aéroports européens aux compagnies non respectueuses des règles de concurrence", souligne le SNPL. 
 
Brandissant la menace d'une grève, le syndicat met en garde le gouvernement contre l'abandon de "créneaux, vitaux pour notre industrie qui induit 100.000 emplois dans le seul bassin d'Ile-de-France, dans le seul but d'emporter un marché d'armement."
 
(John Irish avec Elizabeth Pineau et Marine Pennetier, édité par Jean-Michel Bélot)
 


Mercredi 10 Juin 2015


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires