Proche et Moyen-Orient

C'est la fin du Hezbollah tel que nous le connaissons


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 03:20 Un nouveau Moyen-Orient à la sauce iranienne


Le récent défilé militaire du Hezbollah à Qousseir apparaît comme une tentative désespérée pour maintenir son image au Liban, alors que de plus en plus de cercueils de combattants du groupe reviennent de Syrie


Makram Rabah
Mercredi 30 Novembre 2016

Les membres et sympathisants du Hezbollah assistent à un enterrement ce mois-ci à Beyrouth de trois combattants tués au combat en Syrie aux côtés des forces gouvernementales syriennes (AFP)
Les membres et sympathisants du Hezbollah assistent à un enterrement ce mois-ci à Beyrouth de trois combattants tués au combat en Syrie aux côtés des forces gouvernementales syriennes (AFP)
Le récent spectacle militaire du Hezbollah dans la ville syrienne de Qousseir a provoqué une série de spéculations et d'explications sur la vraie nature et le moment de ce tour de force imaginaire.

Le plus gros de l'agitation médiatique provoquée par cet incident a porté sur la présentation par le Hezbollah de deux véhicules blindés de transport de troupes quelque peu archaïques fabriqués aux États-Unis (des APC M113).

Cela a conduit certaines sources mal informées à accuser l'armée libanaise de détourner l'aide militaire américaine et de convoyer ces armes à la milice libanaise soutenue par les Iraniens.

Mais cette interprétation est en grande partie erronée car elle passe à côté des implications réelles de ce spectacle militaire pas si innocent : le Hezbollah, profondément plongé dans le conflit syrien, a désespérément besoin de telles démonstrations de force pour justifier les pertes qu'il encourt.

La récente agression contre Alep a sensiblement augmenté le nombre de cercueils de combattants du Hezbollah rapatriés dans leurs villages pour être mis en terre – faisant de ce défilé une question plus pressante.

Face à ce déroulement un peu sombre et absurde des événements, les dirigeants du Hezbollah, en organisant ce défilé à l’allure soviétique, ont donc voulu s'adresser à leurs partisans et les exhorter à s'engager davantage dans la lutte supposée aboutir à une victoire finale, similaire à celle remportée à Qousseir en 2013.

Piqûre de rappel pour Hariri

Plus important encore est peut-être le choix de l'emplacement, car la victoire du Hezbollah à Qousseir il y a trois ans a consisté à sécuriser son flanc oriental au Liban et à arrêter les attaques contre les nombreux villages chiites pro-Hezbollah de part et d’autre de la frontière. C’est particulièrement pertinent dans la mesure où cela sert de piqûre de rappel pour le prochain Premier ministre libanais Saad al-Hariri : la reconnaissance du rôle du Hezbollah en tant que protecteur du pays face à des éléments étrangers, qu'ils soient israéliens ou, dans le cas de Qousseir, syriens, est inévitable.

Les gouvernements libanais successifs ont toujours reconnu le Hezbollah comme un défenseur légitime du peuple libanais. Cependant, cette idée a été sérieusement mise à mal suite aux transgressions du Hezbollah à la fois localement mais aussi en Syrie et au Yémen, le parti y mettant clairement en œuvre son programme iranien.

Ce n'est pas un hasard si certains des porte-paroles du Hezbollah ont récemment inondé les médias pour exiger que le prochain programme ministériel réaffirme clairement la dénommée trinité libanaise « du peuple, de l'armée et de la résistance ».

Malgré son mépris évident envers la souveraineté de l'État, le Hezbollah a encore besoin des différentes institutions étatiques, principalement le parlement et le cabinet, afin de se cacher derrière une façade de légitimité qu'il exploite pour faire avancer son effort militaire.

Naim Qasim, secrétaire général adjoint du Hezbollah, a tout de même déclaré, selon le quotidien As-Safir : « Maintenant, nous avons une armée entraînée qui représente un message clair du Hezbollah à tout le monde ».

Bien qu’il se soit rétracté de cette déclaration, le Hezbollah a clairement exprimé son message : quels que soient les changements intérieurs avec l'élection de Michel Aoun en tant que président, voire même avec la prochaine administration Trump, pour le groupe, rien ne change.

Un soulagement pour Israël

Alors que certains ont supposé que la transformation du Hezbollah en une force de combat mécanisée et régulière représente une menace directe pour Israël, les faits et les précédents indiquent tout le contraire.

La capacité du Hezbollah à infliger des dommages aux Forces de défense israéliennes (FDI) pendant leur occupation du sud du Liban et pendant la guerre de 2006 a été possible parce que le groupe avait maîtrisé les tactiques de guerre asymétrique et de guérilla.

Malgré leur classement en tant que 16e armée la plus compétente et la mieux armée au monde, les FDI n'ont pas réussi à détruire le Hezbollah, principalement en raison de leur incapacité à confronter le groupe selon les manières militaires classiques, le Hezbollah ayant renoncé à l’usage de chars ou même de fortifications régulières.

Récemment, le commandement des FDI a déclaré que ses unités s'entraînaient à s'adapter à la « doctrine de combat du Hezbollah », ce qui, sur la base de confrontations passées, signifie combattre dans des terrains urbains contre un ennemi abrité dans des fortifications qui se cache et combat sous terre.

La parade du Hezbollah suscite donc en fait un certain soulagement pour les Israéliens, dont la plus grande puissance de feu et l'armée de l'air peuvent neutraliser ce genre de menaces rapidement en faisant encourir à leur infanterie des pertes minimes.

En 1982, au cours de l'invasion du Liban, les FDI ont détruit l'infrastructure militaire de l'OLP principalement parce que le commandement palestinien avait opté pour une guerre symétrique, un fait dont le Hezbollah est bien conscient.

Le corbeau et l'aigle

Sur le plan pratique, Qousseir est pour le Hezbollah une manière d'informer implicitement Israël qu’à l'heure actuelle, le groupe est pleinement engagé dans son bourbier syrien et qu'il n'y a donc aucun risque de conflit dans le sud du Liban.

Cependant, supposer que le Hezbollah puisse reprendre facilement ses précédentes tactiques de guérilla peut être fallacieux. Cela demanderait des années d’entraînement et des ressources qui ne seront pas disponibles quand ses combattants finiront par rentrer de leur escapade syrienne.

Le défilé de Qousseir est donc très semblable à l'anecdote du corbeau qui voulait imiter l'aigle capable de monter haut dans les cieux avant d’attaquer sa proie.

Lorsque le corbeau a essayé de copier l'aigle, il s'est vite rendu compte qu'il ne possédait pas les qualités nécessaires – mais il était trop tard et il s'est écrasé au sol, se rompant le cou.

Le Hezbollah pourrait penser que la guerre syrienne l'a rendu encore plus fort et mieux à même d'imposer sa volonté au Liban et peut-être dans la région. Toutefois, les événements ont prouvé maintes et maintes fois que les batailles ne sont pas gagnées sur le seul champ de bataille et qu’en effet, jamais le corbeau ne pourra devenir un aigle.



- Makram Rabah est doctorant en histoire à l’Université de Georgetown. Il est l’auteur de A Campus at War: Student Politics at the American University of Beirut, 1967–1975, et coopère régulièrement comme éditorialiste pour le site d’information Now Lebanon.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.



Traduit de l’anglais (original).


Mercredi 30 Novembre 2016


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 01/12/2016 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore un article de pure propagande américaine.

Décidément, même les "arabes de service" s'y mettent. Il faut vraiment que la coalition anti Assad et pro oligarchie soit aux abois pour fournir des informations aussi délirantes. Après s'en être pris à Poutine et aux russes, maintenant on s'attaque au Hezbollah. la prochaine fois on va voir sortir des articles sur l'Iran qui vont dire que devant les pertes subies l'Iran sera trop faible pour résister à une coalition Arabie saoudite/israël et états unis.

Il faut dire que la victoire d'Alep de la part de l'armée régulière syrienne et de ses alliés a de quoi rendre furieux cette coalition à l'origine de cette guerre. Eux qui croyaient il y a peu à la chute imminente d'Assad et au partitionnement de al Syrie, ce qui était la porte grande ouverte au pillage organisé de ce pays par les multinationales occidentales, ce qui était le but de cette guerre, avant de s'en prendre à l'Iran dont les grandes richesses excitent bien des convoitises.

Mais voilà le vent à tourné. Et cette oligarchie qui se croyait invincible va bientôt commencer à vaciller sur ses bases et ses jours sont comptés. Ca va être dur pour elle, mais il doit y avoir un rééquilibrage. Cette volonté de mensonges
, de domination, de pillage doit cesser. C'est vital pour l'humanité. Il n'est tout simplement pas possible de la laisser continuer ainsi. Il y va de la survie de l'humanité.

2.Posté par haroon le 02/12/2016 03:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien dit il est vraie que les multinationales qui rêvez de conquérir une nation décimées est s''arrache les contrats de reconstruction sont hors jeu le moyens orient est une affaire de rivalités chiisme est sunnites est se dernier perd sont influence

3.Posté par haroon le 02/12/2016 04:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le monde sunnites sombre dans le chaos c''est la fin de sont emprise sur le monde musulmans l''Iran est le nouveaux garant de la stabilité régional plusieurs monarchies porterons allégeance a l''Iran qui sera leurs garant comme modèle religieux.

4.Posté par nasser le 02/12/2016 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les batailles ne se gagnent pas sur le champ de bataille, Le Président Assad serait aujourd'hui en éxil, quelque part en Russie, Vénezula, Iran , Algérie, Cuba....ou mort, enprisonné...et Damas dans les bras de Tel Aviv !!! si les batailles ne se gagnent pas sur le champ de bataille, le général Aoun, le candidat et allié du Hezbollah ne serait pas devenu Président du Liban envers et contre tous les ennemis et adversaires internes et externes (Occident, A.Saoudite, Israel..) du Hizb !!! Si les batailles ne se gagnent pas sur terrain ..., le "président ligitime" du Yemen aurait rejoint son palais à Sanaa..!!! Si les batailles ne se gagnent ......, l'OTAN aurait rendu l'Ossétie du nord et la crimée à leurs pays respectifs la Géorgie et l'Ukraine !!! si les batailles......, la Palestine, le Golan et le sud du Liban ne seraient pas encore occupés et colonisés !!!

C'est vrai que certaines batailles se gagnent ailleurs que sur le champ de bataille, sauf que ses victoires ne sont qu'éphémères, virtuelles, psychologiques, administratives, diplomatiques, de propagande, manipulation, pour encourager les troupes, remonter le moral .......et là, je parle des batailles gagnées dans les médias, sur les plateaux tv, sondages d'opinions, rapports et études des instituts de géopolitique et stratégie, au conseil de sécurité, aux parlements , aux réunions, .....en plus des differentes analyses comme la votre, qui, à part le fait qu'elle soulagera les détracteurs des Hizb, juste pendant le temps de sa lecture, elle ne va pas éviter la récupération d'Alep dans les semaines à venir et certaines terres en Palestine à prochaine guerre contre israel ..

5.Posté par YYY le 02/12/2016 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@haroon
Le monde sunnite est poussé dans un chaos !!! ( ils sont les conservateurs de la langue Arabe)
Les Us-sions ainsi que leurs alliés notamment les chiites (perses) se donnent à cœur joie de faire couler le sang...notamment celui des sunnites et de tous ceux qui leur semblent un ennemi.
Les chiites ne seront garant que de faire couler le sang à l'instar de ceux qui se flagellent eux mêmes,

Leur "Modèle religieux" les chiites cautionnent l'illicite...le transgenre, l' homosexualité, le mariage temporaire, le mensonge...
Ils espèrent prendre le pouvoir en Arabie (Macca et Medine), les chiites s'allient pour cela avec les Russes, Chinois, Américain, Israéliens, Européens pour tuer du Sunnite.

6.Posté par haroon le 03/12/2016 00:00 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

YYY@ A saoudite si elle la gardienne des lieux saint de l''Islam est la protectrice de la langue arabes pourquoi elles ne crées pas une coalition des peuples sunnites est se présente comme garante du monde musulmans en exemple comme l''ONU....

7.Posté par haroon le 03/12/2016 00:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arabie saoudite c''est sont heure de démontrée quel est aptes a unifiées les états arabes est a construire la grande nation islamiques qui sera aptes à agir dans la region pour le rétablissement de l''ordre protectrice de la souveraineté des nations.

8.Posté par yukof le 03/12/2016 00:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ nasser
ça fait 60 ans que la Syrie est entre les mains du Taghout et donc de "Tel Aviv" (ce que tu n'as toujours pas compris) .Oublie pas que sans les Américains , Assad aurait finit lynchés , c'est eux qui ont put ramener des chiites en Syrie via les frappes aériennes contre les sunnites ... c'est eux qui protègent les régime chiites et frappent les sunnites

Saddam Hussein avait raison ... il aurait due allez encore plus loin contre les chiites quand il pouvait encore le faire

9.Posté par haroon le 03/12/2016 00:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La crainte Iranienne c''est l''unification du monde arabo-sunnites sous l''égide de l''Arabie saoudite est de devenir comme les états unis d''Amérique ou l''union européenne plus unies est plus fort que jamais ceci est la crainte des ennemies de l''Islam.

10.Posté par YYY le 03/12/2016 00:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Saoud sont des Wahabites alliés à Us-sion, confortablement installés dans leur château par les Anglais et protégés par les Us-sion. Ils ont eux même participé à ces massacres au moyen Orient. Il est plus sécurisant d'avoir des Saoud en Arabie que des fanatiques chiites takfirites.

Tout est fait pour que le monde musulman ne puisse s'organiser. Les false flags...la propagande...la désinformation...les guerres...l'emprise des économies...etc... sont des embûches et donc l'organisation ne peut se faire.

11.Posté par Saber le 03/12/2016 01:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La crainte Iranienne c''est l''unification du monde arabo-sunnites sous l''égide de l''Arabie saoudite

Sans façon, non merci.

12.Posté par Saber le 03/12/2016 02:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

donc l'organisation ne peut se faire. ? Faux, revisite les souffrances des premiers croyants parmi les sohabas radiya allahou ânhoum comment ils ont agit et comment se sont organisés.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires