International

Bush reprend ses allégations non fondées contre l'Iran



Vendredi 13 Juin 2008

Lors de sa visite d'adieu en Europe, le président américain, ‎George W. Bush a essayé de nouveau de créer une alliance ‎européenne à l'encontre de la RII. Jeudi, lors d'un entretien avec la ‎chaîne France-3, le président Bush a repris ses allégations ‎répétitives et non fondées à l'encontre de Téhéran. Il a accusé de ‎nouveau l'Iran d'ingérence dans les affaires intérieures de l'Irak, et ‎quant au programme nucléaire civil iranien, il a réitéré que toutes ‎les options sont sur la table, faisant allusion à une action militaire ‎éventuelle contre l'Iran. Lors de ses rencontres avec le Premier ‎ministre slovène, président actuel de l'Union européenne, et lors de ‎ses pourparlers avec les dirigeants allemands et italiens, à Berlin et ‎à Rome, Bush a appelé l'Union européenne à imposer de nouvelles ‎sanctions économiques et diplomatiques à la RII. Vendredi, il se ‎rendra à Paris pour s'entretenir avec le président français Nicolas ‎Sarkozy, et il est prévu qu'il prendra la même position à l'égard de ‎la France, pour convaincre l'Elysée à s'aligner à la politique anti-‎iranienne de Washington. Or, les efforts de Bush, pendant les ‎derniers mois de son mandat, seront menés à l'échec, car si les ‎dirigeants européens soutiennent verbalement les positions ‎qu'adopte Bush à l'encontre de l'Iran, ils n'y ont pris aucune ‎disposition sur le plan pratique. Bref, il semble qu'il leur est ‎difficile de prendre trop au sérieux un Bush qui s'approche de la ‎fin de sa carrière présidentielle, et qu'ils préfèrent les résultats du ‎scrutin de novembre aux Etats-Unis pour s'adapter avec la ‎nouvelle équipe qui s'installera à la Maison Blanche. Il y a une ‎semaine, le Conseiller du président Bush pour la sécurité nationale, ‎Stephen Hadley avait déclaré, non sans lucidité, qu'aucun accord ‎important ne sera conclu pendant la tournée européenne de Bush. ‎La cote de popularité de ce dernier est au plus bas, dans les ‎sondages, et les analystes estiment que dans ce contexte de fin de ‎mandat, il ne réussira pas à convaincre les Européens à s'aligner ‎sur sa position anti-iranienne, ce à quoi les pays européens ‎résistent depuis plus de deux ans. En reprenant ses allégations non ‎fondées contre l'Iran, le président Bush tente donc de sauver la ‎face et de faire croire que sa tournée européenne n'était pas tout à ‎fait inutile. ‎


Vendredi 13 Juin 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires