Lobbying et conséquences

Berezovski veut faire de l'Occident sa nouvelle arme contre Poutine (Moskovski komsomolets)


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 06:15 Impunité « made in Europe »



RIA-Novosti
Lundi 27 Août 2007

Image: voltairenet.org
Image: voltairenet.org
Boris Berezovski appelle de nouveau à renverser le "régime autoritaire de Poutine" et à rétablir la démocratie en Russie. Dans un article publié dans le Sunday Times de Londres, l'entrepreneur exige que l'Occident fasse pression sur le Kremlin en vue de rétablir en Russie un mode de gouvernement conforme "à l'esprit et à la lettre de la Constitution" russe.

Selon le plan de Berezovski, "l'Occident doit reconnaître le gouvernement de Poutine comme inconstitutionnel". Ensuite, estime l'oligarque en exil, il faut "faire pression sur les institutions du pouvoir". Selon lui, cette pression pourrait prendre différentes formes, "y compris l'insurrection à la dernière étape".

A lire ce nouvel "Evangile selon Berezovski", on y trouve une accumulation d'inepties politiques présentées d'une manière raffinée. M. Berezovski croit-il vraiment, par exemple, que Juifs et Arabes ne parviennent pas à se réconcilier uniquement à cause des intrigues du Kremlin? Peut-on lire sans sourire sa thèse selon laquelle le "régime de Poutine" est également responsable du déroulement catastrophique de la guerre en Irak?

Mais il ne faut pas présenter Boris Berezovski comme un idiot. Son nouvel article recèle, comme d'ordinaire, une stratégie astucieuse. En l'occurrence, le fait que les habitants de la Russie rient en lisant son article n'a pas d'importance. L'article publié par le Sunday Times n'est pas destiné aux Russes.

Depuis le début de son exil prolongé à Londres, Boris Berezovski a toujours été persuadé qu'il devait jouer le rôle de "fossoyeur du régime de Poutine". Le temps a passé, ses intrigues se sont succédées, mais le "régime maudit" est resté en place. A présent, Berezovski reconnaît probablement, dans son for intérieur, que son ancienne stratégie a été un échec.

Mais capituler n'est pas du genre de Boris Berezovski. Une nouvelle stratégie vient d'apparaître. Son essence se résume en une phrase: si je n'ai pas réussi à renverser Poutine, l'Occident doit s'en charger. Cependant, l'occidental moyen, tout comme les hommes politiques occidentaux dans leur grande majorité, n'ont qu'une vague notion de la Russie réelle.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Lundi 27 Août 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires