Sciences et croyances

Beaucoup d’incertitudes dans le projet d’astéroïdes de la NASA



Boris Pavlichtchev
Mercredi 10 Avril 2013

Beaucoup d’incertitudes dans le projet d’astéroïdes de la NASA

La NASA a proposé à l’agence russe Roskosmos de réaliser ensemble un projet intéressant. Selon le chef de l’organisation russe Vladimir Popovkine, il s’agit de « tirer sur l’orbite de la Lune un petit astéroïde pour l’étudier à l’aide des machines spéciales et envoyer sur cet astéroïde une expédition pilotée ».

L’interview de Vladimir Popovkine, dans laquelle il évoque le danger des astéroïdes est parue en même temps que la publication du nouveau plan de la NASA. On ne connaît pas encore les détails de ce plan. Vers 2019, les Américains envisagent de capturer un astéroïde de 500 tonnes avec un navire-robot spatial et le déplacer sur une orbite autour de la Lune. Et 2 ans après, envoyer des astronautes avec le vaisseau spatial Orion qui sera construit d’ici là. L'équipage pourra alors sortir sur la surface du corps céleste et prendre des échantillons de la surface de l’astéroïde. Le coût de la mission s’élève à 2,6 milliards de dollars. La NASA prévoit de demander en 2014 100 millions de dollars pour choisir un astéroïde qui conviendrait le mieux à cette mission.

Le rôle que la Russie pourrait jouer dans ce projet reste flou, mais il est encore trop tôt pour en discuter, explique Igor Marinine, rédacteur en chef du magazine Novosti kosmonavtiki.

« Les Etats-Unis n’ont pas encore de projet concret, et la NASA, ou le Département d'Etat n'ont conclu aucun accord sur la mise en œuvre de ce programme. Il est donc trop tôt de parler de notre participation. A mon avis, les Etats-Unis ne trouveront pas les millions de dollars qu’il faut pour ce programme. Tout cela restera comme un travail de recherche sur la possibilité de mener une telle expérience. Les choses n’iront pas au-delà, car les coûts sont trop élevés. Et ce n'est pas certain qu’il est mieux d’étudier un astéroïde sur l’orbite de la Lune, et non pas sur sa trajectoire de vol. Je ne pense pas que le projet soit réalisable ».

La Russie a des spécialistes qualifiés et une très bonne base industrielle. Mais il est peu probable que les Américains puissent demander de l’aide à l'industrie spatiale russe, alors que leur propre aérospatiale est en déclin, explique Iouri Karach, membre de l’Académie russe de l'astronautique.

« Les Américains ont un principe : chaque participant au projet international doit payer pour sa participation. La Russie devra verser une certaine somme. Je n’imagine pas ce que cela pourra lui apporter. Bien entendu, cela représente un progrès dans ce secteur. Mais, une fois encore, tout dépend du cadre dans lequel elle sera invitée ».

Le programme américain avait pour objectif l'atterrissage sur un astéroïde vers 2025. Et ce programme n’a pas été annulé. Les experts ne comprennent pas comment ce projet s’accordera avec le nouveau projet d’astéroïde vers 2021.

« Cette mission serait apparemment une répétition générale pour ce vol », explique Iouri Karach, « Et il est possible que ce projet reste au stade de projet. Car les responsables de la NASA arrivent à la conclusion que la mission vers un astéroïde n’apportera pas grand chose à l’aérospatiale. Ce sera toujours plus intéressant de voler vers Mars ».
Les détails de la nouvelle mission seront connus au cours des semaines à venir. Notamment en ce qui concerne la participation de la Russie, ce que représentera le navire-robot et comment l’astéroïde sera déplacé de sa trajectoire. Si le projet est réalisé, son avantage consistera en des actions visant à capturer un astéroïde. Tôt ou tard, les Terriens auront besoin de cette technique.

http://french.ruvr.ru



Mercredi 10 Avril 2013


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires