International

Arctique: Washington viserait 1.000 km à partir des côtes de l'Alaska


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 14 Mars 2020 - 00:05 Coronavirus au Maroc



Ria-Novosti
Mardi 31 Juillet 2007

Arctique: Washington viserait 1.000 km à partir des côtes de l'Alaska
L'administration Bush fait de la ratification rapide de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer une priorité et suit attentivement les actions des autres Etats dans l'Arctique, a déclaré mardi au journal USA Today John Bellinger, principal conseiller juridique du Département d'Etat américain.

Selon M. Bellinger, les Etats-Unis peuvent réclamer le droit de posséder une zone côtière située au niveau du littoral de l'Alaska et s'étendant sur 600 milles (965 km) dans l'Océan Glacial Arctique.

Pour déposer cette demande, les Etats-Unis doivent d'abord ratifier la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, après quoi Washington aura sa place dans la commission internationale qui examinera les demandes des différents Etats, a fait savoir le juriste principal du Département d'Etat américain.

Le journal rappelle que, d'après les données du service géologique des Etats-Unis, le fond marin de l'Arctique recèle environ 25% des réserves mondiales de pétrole et de gaz naturel et que la fonte des glaces, ainsi que l'apparition de nouvelles possibilités pour l'exploration économique du plateau continental de l'Océan Glacial Arctique ont engendré une rivalité entre les huit Etats riverains de la région: les Etats-Unis, la Russie, le Canada, l'Islande, la Norvège, la Suède, la Finlande et le Danemark qui contrôle le Groenland.

La Russie réclame, dans le cadre de la convention de l'ONU, son droit à 460.000 milles carrés dans l'Arctique qui constituent le prolongement du plateau continental russe, souligne le journal américain.

A la mi-mai, le sénateur républicain Richard Lugar, vice-président du comité sénatorial des affaires internationales, a mis en garde contre la volonté de la Russie de contrôler les réserves potentielles de pétrole et de gaz dans l'Océan Glacial Arctique et prévenu qu'un préjudice pourrait être causé aux intérêts des Etats-Unis, si ceux-ci ne ratifiaient pas la Convention des Nations unies sur le droit de la mer et s'ils ne se lançaient pas dans la lutte pour les ressources énergétiques polaires.


Mardi 31 Juillet 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires