ALTER INFO

Appel d'intellectuels et d'universitaires algériens à la solidarité avec l'Egypte



Djamel Labidi
Lundi 5 Août 2013

Appel d'intellectuels et d'universitaires algériens à la solidarité avec l'Egypte
                                                                                   
                                                 
                       Appel d'intellectuels et d'universitaires algériens
                                    à la solidarité avec l'Egypte
                           
                                                         
Nous, soussignés, avons jugé nécessaire, face à notre conscience, d'exprimer notre opinion sur la situation actuelle en Egypte.
Nous voulons tout d'abord exprimer notre horreur devant les massacres répétés commis par les autorités égyptiennes actuelles contre des foules innocentes, coupables à leurs yeux d'exprimer leur opinion et leur refus du coup d'Etat militaire.
Ces boucheries ne sont que le prolongement de la violence qui a consisté à renverser par la force un pouvoir qui bénéficiait de la légitimité constitutionnelle et elles font craindre le pire pour l'avenir.
Il ne s'agit pas pour nous de soutenir un parti contre un autre, une partie de la société égyptienne contre une autre, mais d'une position avant tout morale, celle du respect du principe intangible de la souveraineté populaire, celle du respect de la démocratie et de ses règles.
Nous voulons dire, ici, haut et fort, qu'aucune raison ne peut et ne saurait justifier qu'on puisse remettre en cause le résultat d'un scrutin populaire légitime. Nous voulons exprimer, à ce propos, notre tristesse de voir certaines élites arabes se déconsidérer en soutenant un pouvoir putschiste, en s'efforçant idéologiquement de lui construire une légitimité et d'aller jusqu'à tenter d'expliquer les crimes qu'il commet.
Notre attachement à la démocratie est notre conviction qu'elle est la seule voie pour le progrès, la renaissance des pays arabes et leur cohésion nationale. Nous exprimons notre conviction que les problèmes des pays arabes ne peuvent se régler que par le dialogue, de façon pacifique, en dehors de toute violence. Nous exprimons aussi notre profonde angoisse devant le danger terrible de guerre civile que  le coup d'Etat fait courir à l'Egypte.
Nous demandons le retour à la légitimité démocratique et constitutionnelle en Egypte, la fin de la répression contre les opposants au coup d'Etat, le respect du droit à manifester pacifiquement ses opinions, que la lumière soit faite sur les récents massacres, sur  l'usage de sévices et de la torture et que les coupables soient jugés.
Nous considérons que l'attitude des Etats Unis, des principales puissances occidentales vis-à-vis du coup de force en Egypte est en contradiction avec les règles de la communauté internationale concernant l'illégalité des coups d'Etat militaire, et qu'elle est donc une politique de deux poids deux mesures, marquée par l'ambiguïté, et qu'elle ne fait pas honneur aux principes de la démocratie dont ils se réclament.
Nous appelons enfin l'opinion arabe et dans le monde à dénoncer la répression en Egypte et à exprimer sa solidarité avec les luttes démocratiques du peuple égyptien.
 
REJOIGNEZ CET APPEL :   email:   egyptesolidarite@gmail.com
 
(Liste des signataires au 20 Août 2013)
 Pr Djamel LABIDI, Université d'Alger2; Pr Zoubir AROUS, Université d'Alger2;Pr Ahmed Redouane CHEREFDDINE, Université d'Alger2; Dr. Mohamed HENNAD, Ecole nationale supérieure des sciences politiques, Alger; Hmida AYACHI, journaliste et écrivain; Me Mustapha BOUCHACHI, avocat et parlementaire; Dr Mustapha NOUICER, Université d'Alger 2; Dr Mohamed AREZKI, Historien; Dr Khaled BENSMAINE, politologue; Sohil ELKHALDI, journaliste et écrivain;

Dr Fouad DJEMAI, Université d'Alger 2; Dr. Djilali ELMESTIRI, Chercheur au CRASC Oran; Dr Mehdi Lotfi, Université de Strasbourg (France); Dr. Abderrezak MEKKAOUI, Ingénieur, Berkeley, USA; Dr Fadila BOUAMRANE, Faculté de médecine d'Alger; Pr Kamel TAIBI, USTHB Algérie; Abdelaziz HARITI, directeur du Centre "Amel el OUMMA" d'études et de recherches; Abdelmoumene KHELIL, membre de la Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH); Mohamed Tahar BENSAADA, enseignant et chercheur, Bruxelles. Hamid Ahmed BENYAGHZAR, Maitre Assistant, Université d'Alger2 ;Farouk Abou Seradj ADHAHAB écrivain et enseignant à l'Université d'Alger, Dr Abdelhaq MAHI, université de Constantine; Dr Mohamed El Arbi FELLAH, écrivain et universitaire , Université de Bechar; Dr Abdallah LATRECHE, Université de Tlemcen; Dr Tahar BELKHEIR, Université d'Oran; Dr El Arbi ALLALI, Université d'Oran; Dr Ayoub SELMI, Université d'Alger; Dr Abdallah HAWADEF, Université de Msila; Dr Ahmed SENNANI, Université de Biskra; Dr Youssef ZAAF, Centre universitaire de Relizane; Dr Abdelkader BERRICHE, Ecole supérieure de commerce, Université d'Alger; Dr Abdeladhim BENSAGHIR, Université de Biskra; Dr Djemila MOHAMEDI, Université d'Alger; Pr Kamel GERGOUR Université d'Oum El Bouaghi; Dr Dahmen ACHOUR, Université de Msila; Dr Ahmed GHRABI, Université de Msila; Dr Said MELLAH, Université de Msila; Dr Abdessadok ABDELAZIZ Centre universitaire de Relizane; Dr El Arbi BENSMAINE, Université de Bechar; Dr Bouabdallah BENSLIMANE, Université de Bechar; Redouane BENATALLAH, homme politique; Dr Belkacem ZAKDOUD, Université d’Oum Bouaghi; Dr Yassine LOQMAN, Université d'Oum Bouaghi; Dr Salah Djadid, Université d'EL TARF; Dr Ramdhane ABED, Université El Tarf; Dr Hussein TOUMI, Sociologue, Université d'Alger 2; Dr Ahmed BEKKA, Département de Chimie,  Université d'Oran ; Dr Kasmi BAKHTAOUI, Université de Chlef; Dr Hussein BOUMEDIENE, Université de Tlemcen; Dr Khelifi  ECHEIKH, Université de Tlemcen; Dr Mohamed LATI, Université de Tlemcen; Dr Miloud BOURDECH, Université d'Oran; Pr Omar BOUFELDJA, Chercheur en psychologie, Université de Tlemcen; Dr El Habib  AZZAZ, Université de Mascara; Dr Cherfi MOULAY IDRISS, Université de Mascara; Dr BELARBI IBN OMAR, Université de Mascara; Dr Aicha DEBIB, Université de Blida; Elhafnaoui BENAMAR GHOUL, journaliste; Mohamed Farouk  BENBEDRA, ingénieur d'Etat; Salim CHETOUH, écrivain; Dahman BAGHDALI, Ingénieur d'Etat, Bouira; Ahmed GHAMIT; journaliste; Abdelhamid OTHMANI, journaliste; Mohamed BELALIA, journaliste; Amine ZEROUATI, journaliste; Walid El AQUEL ; journaliste; Mohamed BOUAZOUZ, enseignant à l'université de Khemis Miliana; Dr Nacer KASMI, Université de Blida; Mohamed GHAZI, professeur à l'Ecole normale supérieure, Bouzareah, Alger; Fares BOUHADJILA, écrivain et enseignant; Abderachid HADJEB, conteur et romancier, Oran; Riadh BOUHADJILA, poète; Youssef DJIRAH, historien; Aissa BRAHIMI, avocat et ex vice-président de l'Assemblée nationale populaire; Mahmoud BENSAID, enseignant à l'Université de Laghouat; Abdelaziz BOUCHKHOU, ingénieur d'Etat; Naserdine BOUHAMIDA , enseignant à l'Université de Khemis Miliana; Sadek REBAI, enseignant du secondaire, Alger; Dr Hmidate RARBOU, Chirurgien dentiste; Dr Wahib BOUSSAADIYA, Université de Msila; Dr Abdenour MANSOURI, Université de Msila; Zohra MILIANI, professeur  dans le secondaire, Alger; Rachid BOUSBAA, professeur de l'enseignement moyen, Alger; Dr Kacimi BOUDRAA, département informatique, Université de Msila; Zineddine TOBAL, ingénieur.  Ahcene Cherif ABDELALI, ex députe. Naima SALHI, présidente de l'Union nationale des "cadres pour l'Algérie", Abdelkader BERRICHE, professeur à l'Ecole normale supérieure; Abderrahmane TOUMI, Professeur à l'Université de Boumerdés, Ahmed CHERIT, professeur à l'Université de Blida. Youssef GIRARD,  historien;  Yahia MEKHIOUBA, journaliste présentateur sur ALASR TV; Khaled LAROUSSI   MEFTAH, ingénieur. Tawfik TOUDERT, administrateur; Pr Brahim BOUDERAH, département d'informatique, Université de Msila. Brahim HADDAD, chercheur  en unité de développement des équipements solaires.  Ahmed MESSAOUDI, inspecteur primaire, Wilaya de Djelfa. Lamria AZZEDINE, maître-assistante, Université d’Alger. Pr Ali BOUAFIA, professeur d'enseignement supérieur Faculté de Technologie, Université Saâd Dahleb de Blida. Abderezak BOUSSALEM, Ingénieur, Constantine. Fawzi HAKIKI, Bibliothécaire, Montpellier, France. Dr Toufik DIDI Pneumologue, Centre Hospitalier d'Annecy. Dr Badia BENJELLOUN médecin Paris. Abdelkader BENBRIK, journaliste Alger. Dr Mohammed DJABALLAH ophtalmologiste. Ali MEBROUKINE, avocat, professeur à l'Ecole Supérieure algérienne des affaires. Ferhat MAGHLAOUI, ingénieur agronome. Dr. Youcef MAHDI, Université de Médéa. Zine CHERFAOUI, journaliste. Badia HAMZA-CHERIF GAOUAR, avocate. Soufiane GASSIS, enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics (Alger).Bouzid KHIREDINE, Professeur de Physique. Seifddine TABCHOUCHE, doctorant en génie civil à l'université de Biskra. Gamal ABINA, président  de l’ََAssociation AMAL Association pour la Mémoire algérienne. Dr Mohammed DJERRAR médecin spécialiste Bordj Menaiel. Abderrahmane BOUZID Expert consultant , LYON France. Mustapha AKACEM, maitre-assistant, Université d'Adrar. Pr Chems Eddine CHITOUR, Ecole polytechnique, Alger. Azzedine DJABALLAH, ingénieur . HADDAD BRAHIM attaché de recherche, Bou Ismail. Dr Mohammed DJABALLAH, médecin ophtalmologiste, El Oued. Bousaid BENAOUDA, ingénieur d'Etat , Relizane. Mohamed TINE, président de l'Association culturelle "El Djahidhia" et enseignant à l'Université.

Bachir MEDJDEL, chef d'un service de santé de proximité, Boussaada (Wilaya de Msila).
Dr Hocine ZOUBIRI, sociologue, Université Ziane Achour, Djelfa. Gaye El hadji Malick Sy, professeur de français , centre régional de formation de Louga. Abdeldjalil CHACHOUA,.doctorant, Université de Tlemcen. DR Omar RAHAL, médecin, BLIDA. Abderrahmane MESSAHEL, enseignant au Centre universitaire d'El Bayadh. Dr Abdelkader KORICHE, médecin, Tiaret. Hamida NACIB, diplômée en sciences politiques et relations internationales, Alger. Dr  Othmane SAADI, écrivain, président de l'Association de défense de la langue arabe. Dr Samir DJIDEL,  psychiatre psychothérapeute, clinique "Les Orchidées" ,Andilly, France. Mohamed Amine MENOUR, enseignant à l'Université de Tlemcen. Hocine BEGUENDOUZ,  enseignant à l'Université d'Oran. Saïd MOHDEB, doctorant, université Paris 8. Dr Khaled KARA MOSTEFA, médecin généraliste, Constantine. Abdelkader HARICHANE, journaliste- écrivain, journal El Khabar.  Fares BOUZENIA, enseignant universitaire et avocat. Belkacem SAADI, journaliste, Londres. Tahar BORKANE, journaliste. AFETTOUCHE ingénieur. Samira LAHMAR, Maitre- assistante , Université d'Alger 2. Bélaid HAMIMI, Administrateur dans la presse écrite, Alger. Djamel ALLAL, enseignant à l'Université Mohamed Boudiaf, Msila .  
 


Mercredi 21 Août 2013


Commentaires

1.Posté par DOUANE Laïd - Enseignant traducteur le 07/08/2013 02:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La démocratie ne doit pas être sélective

2.Posté par habib ayyoub le 11/08/2013 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je n'ai pas pu signer l'appel
habib ayyoub, écrivain

3.Posté par Lina le 12/08/2013 03:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On se demande qui leur a sonné ces "intellectuel-les" algériens!!! Comme on dit chez nous: "rgued wa faq" ( il s'est endormi (d' un lourd sommeil) et le voilà qu' il se réveille "! Autrement dit, sans vouloir les accuser de "sommeil" durant la "décennie noire" en Algérie ( car sans doute étaient-ils encore étudiants) ... Mais je trouve hypocrite leur appel au respect de "démocratie" en Egypte, quand face à l'épouvantable chaos, avec en prime, des crimes contre l' humanité, en Libye, En Irak, et maintenant la Syrie saignée au quotidien, ils n'ont rien dit!

Souverainetés nationales piétinées, barbarie à l'encan, exodes de populations... ça ne mérite pas une mobilisation "d' intellectuels" algériens?? NON, c'est plus "facile" de se montrer "démocrates" sur le dos, voire le malheur des autres!!

Et pourtant, je réprouve l' irruption brutale des militaires égyptiens dans la politique du pays. Car le peuple a élu un "frère musulman" au pouvoir... il fallait le laisser terminer son mandat, et ensuite, que le peuple juge s'il (Morsi) mérite d' être réelu ou pas. C'est simple, mais rien ne l' est plus, quand de fait, c'est le Pentagone, et le sionisme mondial qui font et défont "les révolutions colorées" ainsi que "les islamismes en patchworks" ( djihadistes, FM, salafistes, Hezbollah, etc. etc.) ...dans le monde arabe et musulman. Puisqu' on la bien vu, que le régime soit islamiste ou militaire, il termine fatalement par suivre l'agenda du l' oncle Sam... Morsi, Ghanouchi, Mahmoud Jibril, tous aux ORDRES, à l' image de Al-Sissi et ses pairs ailleurs... C'est à désesperer!! Et à pleurer, quand des professeurs d' universités promus "intellectuels", qui plus est: ALGERIENS... vont balayer devant la porte des autres...

Mais au delà de Morsi et Al Sissi, n' oublions pas le drame épouvantable de la Syrie, qui risque le démantèlement de son territoire comme l' Irak, et devenir une annexe CIAMossad comme la Libye... Et la PALESTINE, PAUVRE PALESTINE!!! C'est dans ces lieux-tombes du monde arabe, que nos "génies" de la pensée algérienne et ou, arabe, musulmane devraient se faire entendre dans le monde, pour crier : STOP AU CARNAGE DES MUSULMANS tous-azimuts!!

Mais voilà, on attend encore le "Mehdi", dans le sens d' un Leader, rassembleur, à l' image de Jamal Abdennasser ( juste pour le charisme, et la force d' un idéal d' unité de la oumma)...

Enfin, c' était juste pour exprimer mon scepticisme sur cette pétition ridicule.

4.Posté par habib le 05/09/2013 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cette pétition est rdidicule et ces pseudos douctours qualifiés d'intellos feraient bien de lancer des pétitions pour balayer devant leurs portes. Sans aller très loin comment expliquer leur mutisme sur ce qui se passe dans le sérail politique algérien?
Un pays gouverné par un cabinet noir, pas de conseil des ministres depuis décembre 2012, le président est mort vivant, son frère que personne n'a élu fait et défait ministres et ambassadeurs, alors avant de regarder ce qui se passe ailleurs regarde d'abord chez toi.

5.Posté par habib ayyoub le 05/09/2013 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

toutes les batailles pour la liberté se rejoignent...ce dont tu sembles te préoccuper , sans trop t'engager, derrière un pseudonyme, est ressassé par toute la presse, depuis quatre mois, au moins! Mais prendre le temps de s'indigner, suppose aussi de la sagesse: le fait d'avoir (sur)vécu , chez nous (cela ressemble à un copier-coller!!! et donc mitonné ailleurs à Washington ou Tel-Aviv, car les militaires sont incapables d'assurer le bonheur de leur peuple, mais bien plutôt son malheur) le drame qui se profile, devrait nous contraindre, nous mettre dans l'obligation-sauf, cas de figure d'imbécile heureux, bien sûr-de crier attention, n'y mettez pas le doigt, dans cet engrenage infernal; l'Algérie a payé très cher pour l'apprendre, avec 250 à 300 mille morts et des milliards de dégâts, une régression incroyable en économie et dans les mœurs!...

6.Posté par Omar Mazri le 06/09/2013 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Lina

Bonsoir. Je pense vous avoir déjà dit que votre prénom symbolise la grandeur et la générosité du palmier dans sa jeunesse dans les rares oasis qui peuplent notre désert au sens propre et au sens figuré.

Je ne me suis pas trompé ! En effet vous avez absolument raison ainsi que d'autres intervenants sur ce forum : Pourquoi un intellectuel viendrait-il à prendre position d'une manière sélective s'il n'était pas habité par un esprit partisan, sectaire, rancunier ou fixé comme une cristallisation sur une plaie sans pouvoir expliquer sa blessure, la panser ou proposer autre chose que la dénonciation d'un système algérien moribond, sans alternative.

Pourquoi revenir sur un coup d'Etat consommé et que la guerre en Syrie va faire oublier. L'histoire avance très vite et la démocratie est remise en cause en Occident, pourquoi cet attachement tardif et décalé ?

Se taire sur l'agression de la Libye par l'OTAN est une honte pour ma génération. Se taire sur l'agression de la Syrie est une humiliation pour les futures générations car le feu de la Fitna les atteindra de nouveau. Faire une distinction entre le sang des Arabes et des Musulmans qui coule par haine des militaires algériens et égyptiens n'est pas ce qui est attendu des intellectunnels qui vivent de la rente de leurs titres universitaires comme les autres vivent de leurs grades, de leur savoir religieux ou de leur marché noir.

Je suis un vieux éléphant solitaire dans un magasin de porcelaine, je vais donc dire les choses sans détours. Je n'arrive pas à comprendre comment et pourquoi les indigènes de la République en Algérie ou en France se mettent à mille pour faire un communiqué alors qu'ils ne sont ni parlementaires, ni ONU, ni ONG qui a une quelconque influence médiatique ou politique. Devant la puissance médiatique impériale et sioniste n’était-il pas simple et plus efficient de faire mille analyses, milles questions réponses pour occuper un tant soit peu le peu d'espace et élargir la résistance.

Ces valeureux intellectuels ne peuvent pas depuis l'invasion de l'Irak et de l'Afghanistan, le démantèlement du Soudan, la guerre du Mali et toutes les catastrophes conclure à la nécessité d'occuper en force et avec intelligence l'Internet, les médias, les livres, les conférences pour éveiller les consciences sur les impératifs et les modalités du changement intérieur et de la résistance contre l'Empire. L'Algérie risque de devenir une base coloniale après avoir été transformée en comptoir commercial par la faute de son personnel civil et militaire, de ses clercs religieux et non religieux. Les militaires algériens ou égyptiens sont le produit de la même carence qui nous habite tous sans exception.

Il faut oser raconter nos maux et défier nos véritables adversaires. Il faut oser parler de l'échec des mouvements politiques et de l' incompétence des élites intellectuelle à initier ou à conduire le changement. Le militaire est là bien en place, il joue son rôle répressif comme le conçoit le système qu'il représente. Mais le jeune qui sort des universités et des écoles en faillite et qui n'a pas lu tous vos livres a besoin d’espérer, de faire des projets, de lutter. Qu'est-ce que vous lui proposer autre que la subversion et la confusion.

Dites-nous honorables docteurs quelles sont les grèves que vous avez mené pour améliorer les conditions de vie et d'études des étudiants algériens, quels sont les cercles d'études que vous avez initié sur les programmes, la pédagogie et la didactique dans les écoles et l'université, combien d'heures d'enseignement gratuit vous avez donné aux enfants de ce pays pour les libérer d'un système qui ne donne sa chance qu'aux pistonnés.

J'ai du mal à comprendre les projets de gens qui sont des privilégiés parmi d'autres plus privilégiés dans un système en faillite. Quels sont leurs projets pour la médecine, la science, l'agronomie, l'hydraulique, l'urbanisme, l'architecture, la défense d'un pays qui ne sait parler ni en arabe, ni en français, ni en berbère. J'ai du mal à comprendre cette posture du serpent qui se mord la queue.

Nous savons que Boutef est fini ainsi que son règne, mais nous savons aussi que le nouveau système est déjà en place depuis déjà longtemps même s'il entretient le suspens. Nous savons que vous ne croyez pas à la solution islamique alors à quelle Egypte vous apportez votre solidarité, de quelle Algérie vous parlez ? Sobhane Allah !

7.Posté par Lina le 06/09/2013 06:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Omar Mazri,
Merci de tout cœur, pour votre belle courtoisie … Mais surtout pour l’acuité de vos analyses impartiales, toutes nourries de votre grande érudition illuminée par la profondeur de votre foi… celle du cœur, la parole et les actes. Je le dis en tant que lectrice de votre site http://liberation-opprimes.net, qui, j’ajoute, sans complaisance, m’a souvent « unifiée » face à la confusion des temps présents. Avec leurs extrémismes dans les partis-pris des uns et des autres, « intellectuels », analystes et jusqu’ aux débats des internautes arabes, musulmans.

Rares sont les réflexions du « juste milieu », pour dépasser cette haine- qui comme vous l’avez bien définie dans un de vos écrits : « Comment comprendre la haine que se portent les Arabes et les musulmans si ce n’est la rencontre entre deux cultures : celle du colonisé et celle du colonisateur qui ensemble tissent la toile idéologique, politique, économique et social du Tayhoudite, Takloubite et Takharbite. »

Quand on sait que l’Islâm est la religion du juste milieu et de la modération, et la religion qui précisément, lutte contre l’exagération et l’interdit, on se demande comment l’oumma en est arrivée à ce stade de la dérive dans la destruction de « soi » ??

Comment peut-on défendre aveuglément le parti d’un Bashar, ou celui des « rebelles », des FM ou d'el Sissi, quand le problème est une question de bon sens et de principe ? Qui à mon sens, n’est pas cette déchirure ou guerre artificielle entre sunnites et chiites, éradicateurs et radicaux islamistes … mais leur ( notre) ennemi commun : le sionisme mondial servi par son idiot utile, cet occident qui n’en finit plus de laver l’outrage qui lui a été infligé jadis, par Salaheddine – le- Magnifique (et pas leur Alexandre !) - quand il les a butés hors de Palestine au XIIe s. Car leur but principal, est d’empêcher les arabes (dans leur esprit musulmans) de prospérer dans la paix. A partir de ce constat, il faut ajouter, le point essentiel –de l’EDUCATION – qui a totalement fait défaut à nos peuples.

Aujourd’hui, la casse se poursuit hélas. Puisqu’il ne nous reste qu’à choisir entre la « peste et le choléra »… la botte militariste, ou l’islamisme radical, qui, chacun à sa manière, intentionnellement ou pas, œuvre à la « gloire » de l’atlantisme sioniste.

Pourtant, malgré TOUT, incha’Allah, que les voix, telles que la vôtre, ne se tariront jamais. Peut-être – qu’ à force de scander, tel un « Dhikr’ » purificateur, l’espérance en la force, l’intelligence et l’unité de notre Oumma, à contre-courant de la fitna et des massacres fratricides… Allah Sobhanou, finira bien par nous entendre…

Bien cordialement

8.Posté par Lina le 06/09/2013 07:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Omar Mazri

PS, quant à Bouteflika, c'est une "fitna" ambulante & un "zone no fly" à lui seul, sur notre pauvre pays!!
Quand on sait qu' au delà des tares de la corruption qui ont marqué ses mandats, l' insulte suprême qu' il a faite à nos chouhada, via le "Val de Grâce" et Les Invalides de France, il commande encore à partir d' un fauteuil roulant... On se demande si les sionistes et le Pentagone n'ont pas finalement "choisi" ce mode de guerre "humanitaire, ( par l' inhumaine humiliation de tout un peuple fier de son Histoire et de ses martyrs) - pour en finir avec l' Algérie. Aussi, détrompez-vous, "le règne de Boutef n'est pas fini" ( s' il était fini, on l'aurait mis à la retraite dès son hospitalisation en France) ... En le gardant, c'est UN CHANGEMENT DANS LA CONTINUITE qu' on nous prépare. Sauf si...

9.Posté par karimdz le 06/09/2013 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J avais de l antipathie pour morsi et je l avais souvent critiqué notamment dans ce forum. Pour autant, ce personnage avait une légitimité pour gouverner, et ce qui s est passé en Egypte, est un véritable coup d état, cela est une évidence.

Il est vrai que la Révolution a précipité les choses, un peu n importe comment. Il aurait fallu, et il faudra le faire, au préalable voter une nouvelle constitution, qui encadre notamment la gouvernance d un pays, de manière à éviter tout abus, dépassement, injustice etc qui n irait pas dans le sens de la cohésion nationale.

A partir de la, tout serait claire, et l armée n aurait aucun pretexte pour intervenir et mettre fin au processus démocrtique.

Le plus inquietant, c est que ce coup d état militaire, a été orchestré depuis l étranger, dévoilant que l armée egyptienne conserve en son sein des elements traitres qui servent les puissances voyous, américaine et israélienne, à en juger par les décisions et actes de cette junte, notamment à la frontière avec GAZA, soumis cette fois ci, à un blocus egyptien.

10.Posté par Lecteur le 06/09/2013 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une signature pour dire qu'on existe.

Dommage qu'ils ne se sont pas manifestés pour soutenir, au moins un jour, les parents des disparus. Ces Algériens dont les mères manifestent avec bravoure et dignité. Celles-là qui ont vu leurs fils, maris, frères disparaître pour toujours.

Dommage aussi, que l'on soit aveugle sur la situation que vit l'Algérie. Un pays qui a toujours payé très cher ses révoltes et ses soulèvements. Les Egyptiens, avec mes respects à leurs morts, sont des élèves devant leurs maitres Algériens quand il s'agit de sang versé et de sacrifices pour la Patrie, l'Honneur et la Nation.

11.Posté par MED le 06/09/2013 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les emules , ou les moutons , de BHL.

Deux petites questions preliminaire sur cette liste de signataires:

1: Pourquoi aucune prise de position sur l'agression et le sang qui coule en Syrie ? Un drame plus ancien et qui touche de plus pres votre pays ne serait ce que du fait des centaines de refugies Syriens qui y sont heberges ?

2: Sondage pour les lecteurs de Alterinfo: selon vous , combien de signataires ont lu la declaration signee ?

Ne souhaitant pas perdre mon temps ni celui des lecteurs de Alterinfo , je ne vais pas m'apesantir sur le fond de cette "ridicule " initiative venant de gens dont le seul combat qui leur est connu ,pour l'ecrasante majorite, est de grimper dans les trains en marche !

Et maintenant, voici quelques remarques et indications qui pourraient etre des element de reponse aux questions soulevees par certains posts.

Actuellement , certain pays du golf persique soutiennent les freres musulmans en Syrie et en Egypte et utlisent leurs moyens de predilection pour promouvoir un scenario syrien bis en Egypte . En simples sous traitants pour compte des Usionistes bien entendu! L'enjeu etant de detruire aussi l'Etat egyptien pour le recomposer sur des bases confessionnelles , regionalistes ...

Le cheval de bataille est cette fois ci la lutte pour la legitimite populaire.

Cette petition entre dans le cadre de la tentative desesperee de secouer les partisans de M. Morsi qui replongent , trop rapidement au gout des maitres Usionistes, dans la clandestinite et l'opposition.Ce qui n'est pas permis tant que les objectifs reels ne sont pas atteints.Tout comme en Syrie ou la solution politique etait et reste interdite...

Petition selective ? Effectivement, cela saute aux yeux ...Le sang coule a flot en Irak? Des milliers de morts par mois ! Oui , mais ce pays a deja ete traite et les voitures piegees suffisent pense t-on pour accelerer la decomposition. Donc aucun interet pour l'Irak .

En Libye ? Delicat de prendre position dans un conflit de famille pour le partage du pouvoir et des frontieres . Projet de recomposition en tres bonne voie donc !

Le Hizbollah, un authentique mouvement de Resistance et de Liberation qui a fait ses preuves n'a rien a faire dans le panier ou on veut le mettre. Faut il casser un des rares succes strategiques arabes qui est actuellement le principal moyen de contenir Israel . Precipitation lors de l'ecriture du post sans doute. Ou simple alea lie aux recours aux classifications ? Tres probable! Mais comme cela recoupe trop parfaitement la propagande des usioniste et de tous leurs sous traitants , il fallait bien marquer cette pause...Curieusement le Hamas palestinien ne figure pas dans ce panier ... Mais ceci dit , il est a classer avec le Hizbollah malgre ses errements passagers avec l'episode Morsi.

12.Posté par karimdz le 06/09/2013 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet appel je le decouvre que maintenant, et bon nombre ignore son existence. ET je ne comprends pas quel train en marche vous faites référence, ce sont des algériens pas des egyptiens, ils n ont rien à gagner, ils ne font qu exprimer leur conscience.

Sur le volet, syrien, appel ou pas, c est un secret de polichinelle, les algériens sont à une majorité écrasante, contre la destabilisation que connait la Syrie depuis 2011, contre une intervention militaire, tout comme il l ont été contre l agression de la lybie, et contre l invasion de l irak.

Nous n avons rien à prouver, encore moins à exploiter des drames, mais d exercer un minimum pour les palestiniens, les syriens tous les peuples victimes d occupation, du printemps sioniste, pour faire entrendre un autre son de cloche, dénoncer les vrais criminels, et alerter l opinion publique mondiale.

personnellement, j etais anti morsi, pour autant je considere que le processus democratique a bien été suspsendu par l armée egyptienne. Est ce pour autant je soutiens les freres musulmans, du tout ! çà n a aucun sens. Par contre, je pourrais considérer que votre réaction, semble soutenir la junte au pouvoir qui n est pas mieux non plus que morsi.

13.Posté par habib ayyoub le 06/09/2013 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

selon Si Mohamed, il faut se taire et laisser faire!!!et le devoir de s'indigner dans tout ça? Ceux qui se taisent sont les complices objectifs de BHL et ses émules: on compte liquider toute forme de rêve d'émancipation du monde arabo-musulman, en tuant dans l'oeuf tout projet de progrès et en maintenant des tyrans à la tête des peuples arabo-musulmans...tant qu'ils servent les desseins de l'empire...dans un monde unipolaire il a fallu créer le péril vert, après le rouge et le jaune...un intellectuel (je n'ai pas la prétention de me compter parmi cette noble frange de la société, mais un homme tel le Pr Chitour, devrait au moins forcer ton respect!!!)est un éveilleur de conscience. Il ne se contente pas de faire ses emplettes au soukel fellah du coin, avant d'aller vomir sa bile sur des gens bien. Le Pr Lahouari Addi, avec son concept de la "régression féconde", a été le seul penseur à tenter de théoriser la décennie noire, tout au début a été voué aux gémonies, par des plumitifs sur commandes de bonhommes à képi!!!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires