Reflexion

Appartenances


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 25 Octobre 2018 - 11:16 La barbarie commence seulement

Jeudi 11 Octobre 2018 - 21:00 Le rêve du pape François



Tariq Ramadan
Samedi 16 Octobre 2010

Appartenances

Il importe de questionner nos religions, nos philosophies, nos cultures et nos sociétés sur le sens qu’elles donnent à nos appartenances. La fraternité qui appelle le cœur et l’égalité qui s’appuie sur la loi ont ainsi besoin d’un impératif engagement critique de l’intelligence : il s’agit d’évaluer nos postulats, nos croyances, notre idée de la vérité et des Hommes, voire plus spécifiquement celle de notre philosophie personnelle, de notre nation ou de notre société. Cette attitude consciente et critique est une condition sine qua none pour ne pas nous enfermer dans des appartenances qui nous mèneraient à nier, ou à grandement relativiser, notre appartenance première à l’humanité. Un enseignement moral, de quelque religion, spiritualité ou philosophie que ce soit, qui pourrait nous mener à négliger la commune humanité des hommes, nier la dignité de certains ou établir des distinctions et une hiérarchie ontologique entre les êtres ; un tel enseignement, disions-nous, doit être évalué de façon critique car ses conséquences seraient graves et dangereuses.

 

De nombreux facteurs peuvent expliquer la naissance de tels enseignements au sein des religions, des traditions spirituelles ou des écoles philosophiques. Ce sont parfois les fondements même d’une tradition qui peuvent faire problème comme cela est le cas dans la théorie des castes : la critique de Gandhi, dont nous avons parlé plus haut, tient ainsi essentiellement au fait qu’il ne peut imaginer un enseignement qui établisse des hiérarchies définitives entre les êtres humains et justifie des discriminations de fait. Au nom d’une idée supérieure de l’Homme, il questionne un enseignement spécifique de l’hindouisme classique ou orthodoxe. Le plus souvent, néanmoins, ce sont des interprétations dogmatiques et réductrices des textes fondateurs qui mènent à des approches exclusivistes, fermées ou inquisitrices. Il se peut que l’esprit fermé de certains savants, des traits culturels spécifiques, ou encore des circonstances historiques – position de pouvoir ou, au contraire, expérience de l’oppression ou du rejet – entraînent l’apparition d’interprétations ou de théories qui réduisent les horizons de l’appartenance à sa seule communauté religieuse, à la suprématie supposée de son idéologie ou à un nationalisme aveugle. L’idée même de la communauté humaine est alors remise en cause ou niée. Un travail critique s’impose et il est à recommencer toujours car aucune religion, spiritualité ou philosophie humaine ou politique n’est à l’abri d’interprétations fermées, d’une mauvaise gestion de son pouvoir et de l’instrumentalisation du sentiment victimaire (comme d’ailleurs d’une projection biaisée de l’extérieur). Il faut, en permanence, que des savants, des théologiens, des philosophes et des intellectuels fassent l’effort de retrouver l’essence de l’enseignement humain et humaniste au cœur de chaque religion, philosophie ou tradition. C’est ce que des rabbins et penseurs juifs ont fait pour expliquer le sens profond du concept du « peuple élu » : il s’agit, selon eux, d’une élection spirituelle qui se traduit par une responsabilité majeure quant à la transmission des valeurs morales à l’humanité. L’élection n’est point alors le privilège arbitraire et exclusif de certains mais une exigence d’exemplarité et de service pour l’humanité entière. On retrouve cette même démarche dans la tradition chrétienne et les analyses de théologiens proposant une lecture plus large et ouverte de l’idée de l’élection et de la rédemption (qui ne seraient possibles qu’à travers la seule médiation de Jésus, voire de l’Eglise, selon la fameuse expression « Hors de l’Eglise, point de salut ! »). Des savants musulmans ont fait ce même travail d’exégèse vis-à-vis de la formule « vous êtes la meilleure communauté établie parmi les Hommes » en expliquant qu’il s’agissait d’une élection conditionnée au fait de promouvoir le bien, d’être des modèles et des témoins et d’assumer dans la cohérence les exigences éthiques vis-à-vis de tous les Hommes. Ces interprétations cherchent à renouer avec les enseignements fondamentaux et la raison raisonnable au-delà des tentations dogmatiques et exclusivistes. C’est là une exigence de la foi, du cœur et de l’intelligence : au nom de notre appartenance première à l’humanité, il importe ne jamais nier la dignité commune et égale de chaque être humain.

 

Mais la démarche ne peut s’arrêter là et l’on comprend que chacun est appelé à faire un effort sur soi pour passer de l’univers rassurant de sa communauté (religieuse, spirituelle, philosophique, sociale ou politique), avec ses certitudes, ses règles et ses communions intellectuelles et/ou affectives, pour aller à la rencontre de la commune humanité d’autrui, au cœur même de sa différence. Nos traditions religieuses et philosophiques peuvent bien, en théorie, nous appeler à reconnaître le principe de l’humanité commune de tous les Hommes, cela néanmoins ne suffit pas à le vivre dans la vie quotidienne et encore moins à vivre l’expérience de la fraternité humaine. La démarche est en effet difficile, exigeante, parfois perturbante, et elle requiert une disposition intellectuelle et beaucoup de volonté. Il s’agit d’accéder, sur le plan humain, à ce que les psychologues contemporains ont appelé l’empathie qui est d’abord une attitude de l’intelligence. Tout commence par le travail sur son propre regard : il importe de s’exercer à prendre un recul intellectuel vis-à-vis de soi et d’autrui afin d’essayer de comprendre ce qu’il est, son mode de pensée, ses réactions émotives et affectives de là où il se situe, et sans jugement préalable. Plus largement que les théories psychologiques contemporaines, il ne s’agit pas seulement d’accéder au « ressenti » de l’autre à travers une empathie strictement intellectuelle et « cognitive » (ce qui peut se comprendre dans le cadre de la fonction du psychologue) mais de reconnaître en l’autre un alter ego et un miroir et de se donner les moyens de comprendre d’où il pense, comment se construit son univers de référence, sa cohérence, voire ses amours et ses espoirs. Chercher à se mettre à la place d’autrui suppose que l’on a reconnu à autrui une place : ce n’est pas rien et, somme toute, c’est le début du processus de reconnaissance, de rencontre et de possible fraternité. Il est intéressant de noter – et ce n’est point un hasard – que les psychologues humanistes comme Abraham Maslow et Carl Rogers, à partir d’une catégorisation des besoins communs (de la faim à l’estime de soi et jusqu’à l’auto-accomplissement), ont déterminé des étapes dans la rencontre avec l’autre : reconnaissance en miroir des humanités respectives, verbalisation - pour soi et pour l’autre - ce que dit l’autre, pour enfin accéder, dans l’approche de Rogers, à « la chaleur », l’accueil positif d’autrui (comme il est). Si cet exercice est codifié et impose des règles nécessaires au psychologue dans les limites de sa fonction (notamment en ce qui concerne le jugement ou l’engagement affectif), il n’en est pas de même pour les êtres humains dans leur vie quotidienne. Ils appartiennent naturellement à des univers de référence spécifiques (à une spiritualité, à une religion, à une philosophie, à une nation, à un parti ou autre) et c’est cet exercice exigeant de l’empathie avec l’humanité de l’être d’autrui, au-delà des appartenances singulières, qui peut leur permettre de ne pas s’enfermer dans leurs certitudes et leurs jugements.

 

Nous sommes aux antipodes de l’individualisme et/ou de la suffisance due à la paresse ou à l’ignorance : il s’agit d’exiger de soi un effort pour sortir de soi, pour rencontrer l’autre et se décentrer, afin de chercher à accéder à une compréhension intellectuelle intime et respectueuse. Apprendre à observer, à écouter (au sens premier de l’écoute active), à se transporter autant que faire se peut dans l’être de l’autre pour chercher à comprendre, à sentir, à ressentir. La méthode du psychologue praticien s’arrête là où commence l’engagement humain de l’individu libre qui, à partir de l’empathie, ne s’interdit pas la sympathie, voire l’affection puis, profondément, la fraternité. Sans avoir la prétention de tout comprendre, sans nier qu’il puisse parfois naître des questionnements et des jugements critiques, l’individu entre en communication avec l’autrui par l’écoute, la nécessaire humilité de celui qui a quitté son ego, le respect de celui qui cherche à apprendre et, surtout, la confiance de celui qui accueille et est accueilli. Une fraternité d’être, une fraternité de destin. On retrouve une des dimensions de l’empathie, et de ce dépassement de soi dans la fraternité humaine, dans les enseignements fondamentaux des spiritualités et des religions. Dans le bouddhisme mahâyâna (Grand Véhicule), l’aspiration à atteindre l’Eveil (bodhicitta), et à se libérer de la souffrance, passe par la pratique des quatre incommensurables qui sont la bienveillance (maitri), la compassion (karuna), la sympathie (mudita) et le détachement (upeksa). La souffrance étant le lot commun de chacun au cœur des cycles, la compassion n’exprime pas ici un rapport de pouvoir ou de condescendance (vis-à-vis d’une potentielle victime dépendante et en besoin) mais bien plutôt le sens du partage, de la communauté de destin, et de l’aspiration commune à se libérer, dans l’amour et le détachement, des chaînes de l’éternel retour : la compassion commence d’ailleurs par soi. On reconnaît ici l’essence de l’empathie et les principes de la psychologie transpersonnelle et humaniste contemporaine inscrits au cœur d’une spiritualité dont le principe est l’universelle souffrance et la nécessaire libération par l’Eveil. Ce qui importe, au bout du compte, tient à la volonté de sortir de soi et de reconnaître en l’autre son humanité et ses aspirations communes avant ses choix distinctifs. Ce rapport humain et cette disposition morale vis-à-vis d’autrui est le chemin de la fraternité que l’on retrouve dans les monothéismes : le sens du projet messianique, de l’élection spirituelle et du service dans la tradition juive et le Midrash véhiculent, comme le rappelle David Sears ou le Rabbin Jonathan Sacks, cette même idée. C’est la notion chrétienne d’amour (et non de « compassion » se référant clairement à l’ordre de la charité) qui traduit le mieux cette expérience de l’empathie humaine. Le verset coranique commande et recommande, dans le sens de notre propos, de s’ouvrir à autrui dans sa similarité et ses différences : « Dieu ne vous défend pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Dieu aime ceux qui sont équitables. » Il s’agit d’abord d’établir une relation de cœur et d’affection (al-birr) qui permettra – comme s’il s’agissait d’une condition implicite – une relation vraie et profonde de justice (al-qist). Il s’agit plus précisément d’ « équité » qui associe la disposition confiante et raisonnable du cœur et l’application juste et équitable de la loi.

 

 Extrait de L’Autre en Nous, chapitre 6


Samedi 16 Octobre 2010


Commentaires

1.Posté par Jackie le 16/10/2010 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Quand un philosophe rencontre un autre philosophe, de quoi parlent-ils? De philosophie, bien sûr.

Mais Mr Ramadan "oublie" qu'il s'adresse au grand public qui lui, n'est pas trop philosophe. Alors, discours spécial et quelque soporifique pour certains. Surtout quand on voit l'urgence de certaines situations désespérees.

NB: Il se dit que , critiquer Mr Ramadan n'est oas le bienvenu ici . Nous verrons bien .

cORDIALEMENT

2.Posté par ange le 16/10/2010 21:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Ramadan, vos intentions sont bonnes que de vouloir expliquer et donc que le monde s'entretienne , communique, crée des ponts , de la tolérance malgré la différence . Mais voilà pourquoi le monde va-t'il inexorablement vers les guerres et la destruction ? C'est cette question que j'essaie de comprendre .

3.Posté par Aigle le 16/10/2010 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais jackie qui t'a "prevenue" que critiquer Ramadan ou un autre n'est pas bienvenu sur ce site ?? ....Bizarre comme entrée en matiere ...non ?

On revendique auprès des administrateurs de ce site la liberté de" Vomir" à la pire espece de criminels psychopathes jamais égalée sur terre ....alors comment peux tu penser que l'on puisse s'opposer au droit élémentaire de dire son opinion en tant qu'etre humain doué de raison .?

4.Posté par Columbo le 16/10/2010 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jackie ,

recherche ennucléaire , physique quantique , Qi160.
recherche en génétique ,Qi 140
économie , 120
politique (et encore je suis gentil)100

Star -ac , ferme des celébrités etc, 50

certains supporters de foot ; 10

vous vous situez ou ?

je pense qu'au dessus de 50 , vous arrivez à suivre ? Tarik Ramadan , je pense est très comprèhensible , pour notre niveau.

5.Posté par Columbo le 16/10/2010 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai toujours cherché à reconcilier (à chercher les points communs)entre le boudhisme du grand véhicule ou le tchan de Krishnamurti et l'Islam.je suis heureux que Tarik Ramadhan , fait le rapprochement et les liens qui nous unissent tous ; Compassion , souffrance , bienveillance , sympathie , détachement...
Nous devrions débattre un de ses jours , sur ces composantes :
Par exemple ; qu'est ce que la compassion , (compassion réelle , sursaut de l'égo , instinct de survie etcccc).

6.Posté par joszik le 17/10/2010 07:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon point de vue, (si j'en ai un) , serai plus pour guillotiner la monarchie et pendre la bourgeoisie par les parties sensibles que de diffuser un longs discours soporifique donnant alors l'impression que j'aurai fumé, au préalable, la grosse chicha à Soumicha.
Pour résumer, l'accession à la liberté n'est pas une chose définitive, comme l'avait cru nombre de révolutionnaires, à commencer par Danton, Robespierre et les autres qui ont finis à la casserole des assassinats de la bourgeoisie qui avait vécu pendant près de 20 ans terrée dans les cachots et les monastères, à Londres en Suisse, en Belgique, en Espagne et en Italie, et qui préparait ses poisons et ses complots ourdis de main de scélérats pour parvenir à la fin à l'avènement de l'impérialisme napoléonien subventionné par la monarchie occidentale avec la Russie Tsariste et l'Amérique des grands génocides.
Mais, au fond, dans tout ça?... l'esprit reste faible, il est sensible au paradigme des palabres officieux sur lesquels il s'appuie pour élaborer sa rhétorique révolutionnaire, il fonde sa communication sur le modèle sacré :...et là! Toute une série de fait pouvant modifier son discours (11 septembre, H1N1, Sida, épidémie africaines, et catastrophes climatiques) passent à la trappe du non-dit et reste cantonné dans la sphère énigmatique des doubles discours et des sous-entendus.
La philosophie est-il vecteur de liberté? si oui, de quoi parle-t-on?
Le Sacré est-il vecteur de liberté? si oui, alors pourquoi parle-t-on?
La bière, les bordels et la guillotine sont-ils des vecteurs de la liberté? Si oui, alors....Quoi?
Las! Ni l'un ni l'autre n'ont garantie la pérennité de la république et empêché le retour du malsain.
En Europe, à force de couper les tentacules du Poulpe, les vrais républicains avaient fini par le faire entrer à nouveau dans sa coque vaticane, mais on sent déjà le retour de la poisse,..l'odeur des strasses monarchiques avec les grands discours et les frasques populistes scénarisés par le bouffon médiatique. La "sujetisation" de l'homme à l'autorité morale et la soumission aux règles à travers des discours et des jeux télévisés propres à créer une perception à la luxembourgeoise ou chacun se courbe devant la superbe et lèche à grand coup de babine la main du grand seigneur qui va le poignarder.

Ce que Tariq Ramadan promet, avec une honnêteté qui n'est pas en cause, il ne garanti en rien la pérennité du projet, mais au contraire, l'homme dans sa bonté ne voit pas que, tapis dans l'ombre de l'histoire, la mauvaise foi de ses successeurs qui pourraient en faire mauvais usage en soumettant leurs sujets à des règles qui n'ont rien à voir avec le sens de la quête(la soumission des femmes), et que la foi des hommes, ainsi préparée, ne devienne une proie facile pour de futurs prédateurs.


7.Posté par machiavélamitiés le 17/10/2010 23:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les idées ( et je suppose les convictions ) développées par Tariq Ramadan sont une invitation à la réflexion sur soi, sur la conscience et sur le fond de l'âme de chacun, permettant à l'Homme d'atteindre ce degré d'émancipation, voire d'élévation, de sa sphère basique vers une universalité humaine et humaniste. Pour atteindre cette finalité, très louable par ailleurs, l'auteur nous propose un cheminement assez classique ne pouvant conduire qu'à une réflexion entre des sagesses intellectuelles et spirituelles et donc à caractère purement académique, ne pouvant déboucher que sur des recommandations vouées à l'emprisonnement théorique à finalité platonique, voire inféconde. Par cet aspect, la réflexion que nous soumet Tariq Ramadan, pécherait par trop d'utopie et au final, ne constituerait, me semble-t-il, qu'un idéal, que les réalités de la vie sur cette terre, feraient passer au dernier plan des préoccupations du système dominant. A cet égard et dans un souci de pragmatisme et d'applicabilité, donc d'efficacité, je voudrais interroger cette réflexion éminemment philosophique et somme toute bien séduisante et très bien intentionnée, sur sa relation avec les rapports de force dans le monde, dans les pays, dans les tribus, dans les familles, dans l'entreprise, au sein des églises au sens large, des organisations de toutes sortes. Quelle place peut-on réserver dans ce débat,(si débat il y a),à la notion de profit, à l'économique, à l'énergie, aux modes de consommation, aux races et aux frontières entre les pays, entre les peuples et entre les Hommes, à l'organisation des pouvoirs dans les Etats et sur le plan international . Autant de questions qui taraudent l'esprit face à une si importante vision de ce que devrait être l'humanité.
Encore une fois, je voudrais demander pardon à Tariq Ramadan d'avoir osé caresser un domaine qui n'est pas le mien et que j'admire beaucoup malgré tout.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires