International

Ali Larijani : la nation iranienne peut changer le statut des Etats-Unis dans la région si une erreur de calcul se produit



Jeudi 19 Juin 2008

Ali Larijani : la nation iranienne peut changer le statut des Etats-Unis dans la région si une erreur de calcul se produit
Le président du parlement iranien a déclaré mercredi que si les Américains font une autre erreur de calcul, la nation iranienne changera son statut dans la région.

Ali Larijani qui s’exprimait lors d’une réunion du parti islamique de la coalition, « Mo'talefeh » a déclaré que « les Américains avaient supposé que l'Irak serait un travail facile et que la nation irakienne les soutiendrait. »

Selon le journaliste de l'IRNA il a ajouté que « les Etats-Unis avaient supposé qu'ils pourraient imposer la démocratie en Irak et éclipser l'Iran et la Syrie, mais la stratégie appropriée adoptée par la République Islamique d’Iran dans la région a incité les Américains à se demander ce qu'ils devraient faire en Irak. »

Ali Larijani a souligné qu’ « ils prévoient de tirer des conclusions profitables de leur conduite passée, mais ils devraient savoir qu'une autre erreur de calcul les fera tomber dans un gouffre où ils devront lutter pour s’extirper»

Il a réitéré que « si les Américains font une nouvelle erreur dans la région, ils seront alors confrontés à des hommes qui les pousseront à quitter la région. »

Ali Larijani a qualifié « la résistance sage » pour sauvegarder la révolution de « principe le plus élevé observé par les Iraniens », solignant que, « les fondamentalistes, mais également d’autres partis sont disposés à sauvegarder les intérêts nationaux. »

Il a précisé que les forces de la résistance libanaise, « le Hezbollah » sont les pionniers du changement du monde d'aujourd'hui, ajoutant, «que qualifier les mouvements actuels dans le monde islamique de terroriste alors que la société islamique apprécie et est fière d’avoir des combattants de la résistance est une erreur grave, puisque ces groupes sont les soldats d'Allah tout-puissant. »

Le président du Parlement iranien a déclaré que « la nation libanaise, au côté du Hezbollah, a résisté contre les Etats-Unis et Israël de telle sorte que même leurs amis ont admis leur défaite. »

Ali Larijani : la nation iranienne peut changer le statut des Etats-Unis dans la région si une erreur de calcul se produit

La 18ème conférence internationale sur le golfe Persique souligne la nécessité du retrait des forces étrangères du golfe Persique

La 18ème conférence internationale sur le golfe Persique mardi soirée a souligné la nécessité de diminuer la présence des forces militaires étrangères dans la région.

Dans un rapport publié à la fin de cet événement de deux jours, les participants ont également prôné une coopération globale de tous les états de la région pour établir la sécurité.


Ils ont également réclamé un changement dans l'attitude des Etats-Unis en ce qui concerne les pays du Moyen-Orient et du golfe Persique pour aider à détendre et à établir la confiance.


Le rapport a invité tous les pays de la région à lutter contre le terrorisme qui met en danger le monde entier, en particulier la région du golfe Persique.


Sur la situation critique en Irak, les participants ont averti qu'un Irak indépendant, stable et démocratique bénéficierait à tous les états de la région.


Par conséquent, tous ces pays ont été invités à coopérer les uns avec les autres afin d'aider à l'instauration de la stabilité, de la sécurité et de la paix dans ce pays déchiré par la guerre.


Avec la programmation de ce retrait des forces étrangères, les états voisins ont été invité à jouer le rôle principal dans la reconstruction de l'Irak et à s'abstenir de toute ingérence dans les affaires intérieures de ce pays.


La conférence du golfe Persique a été suivie par environ 53 experts, intellectuels, avocats et responsables politiques de Jordanie, de Bahreïn, l'Ouzbekistan, d'Afrique du Sud, d'Allemagne, d'Ukraine, des Etats-Unis, d'Italie, de Chine, de Russie, du Japon, de Serbie, d'Irak, d'Oman, de France, du Kazakhstan, du Koweït, de Pologne, du Liban, de Malaisie, d'Egypte, d'Inde, de Grèce et d'Iran.


Diverses questions comme l'élargissement de la coopération, la stabilité et la sécurité régionale ou bien encore les défis à relever et les menaces existantes dans la région, l'expansion de la coopération économique et commerciale, la convergence régionale, et le rôle des médias afin d'encourager cette même coopération régionale ont été discutées.


Jeudi 19 Juin 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires