ANALYSES

Alexandre Douguine et le “printemps russe”



Samedi 12 Juillet 2014

Alexandre Douguine et le “printemps russe”
Alexandre Douguine et le “printemps russe”
Philippe Grasset, Dedefensa
 
On a déjà évoqué l’une des possibilités d’évolution, en marge de la crise ukrainienne mais provoquée par elle, qui serait l’affaiblissement radical de Poutine sur sa droite nationaliste et patriotique à cause de sa politique prudente de non-interventionnisme, voire de conciliation. Si cette politique semble avoir un sens politique évident et donner ses premiers effets, – le rapprochement de la Russie sur la question ukrainienne, de l’Allemagne et de la France, et la distance grandissante entre ces deux pays et les USA, – elle a ses limites justement avec ces menaces d’affaiblissement intérieur dont nous parlons. Karine Bechet-Golovko en parlait sur son blog le 7 juillet 2014...
 
«... Donc, le Président russe se trouve dans une situation plus que délicate, sans oublier que la lenteur de ses réactions provoque une montée du mécontentement à l'intérieur, notamment chez les intellectuels impliqués comme Douguine. Montée extrêmement dangereuse, insistant sur l'introduction des forces armées [en Ukraibe], demandant des forces d'interpositions russes, certains appelant Strelkov à Moscou pour y mettre de l'ordre. O. Tsarev, plus calme, explique pour sa part que si la Russie n'intervient pas pour régler la situation en Ukraine, la guerre se propagera chez elle, car le combat qui se joue est un combat pour la Russie et tous les coups sont permis.»
 
L’on voit qu’Alexandre Douguine est cité, lui qui représente notoirement et symboliquement l’aile nationaliste mystique et patriotique russe, le philosophe entré en politique pour faire la promotion de l’eurasisme et s’opposer aux valeurs occidentales qu’il juge à la fois déstructurantes et sataniques. Douguine est considéré comme un intellectuel de première dimension, dans la veine des artistes et penseurs prophétiques, de conceptions proches du courant de la Tradition, dont le plus fameux exemple au XXème siècle est Alexandre Soljenitsyne. Un article de BBC.News du 10 juillet 2014 donne des précisions sur le rôle de Douguine, rapportant l’affirmation que c’est lui qui a écrit le discours de Poutine lors de la cérémonie d’annexion de la Crimée. (Douguine avait réclamé cette annexion depuis 2008.) Une conversation téléphonique de BBC.News avec Douguine permet d’avoir ses appréciations politiques sur la situation politique en Russie actuellement. Douguine est très alarmiste et décrit un Poutine hésitant, partagé entre les tendances nationalistes et les tendances libérales pro-occidentales ; bien que ces affirmations restent spéculatives, elles montrent néanmoins la fièvre de la situation politique à Moscou, à l’égard de la situation ukrainienne.
 
«Douguine qui parle au téléphone depuis Moscou, dans un Anglais clair, exprime, d'une voix où perce l'urgence, son inquiétude de voir "le printemps russe" perdre de son rythme : "C'est une catastrophe!" "Les libéraux sont contre Poutine et les patriotes le soutiennent, mais seulement tant qu'il continue sa politique patriotique. Lorsqu'il hésite, comme en ce moment, il perd le soutien des deux camps. C'est un jeu dangereux. Mais il a peut-être une solution?" [...]
 
»En ce moment où les forces ukrainiennes mènent une offensive contre les rebelles des régions de Donetsk et de Luhansk, Douguine blâme "les libéraux" qu'il rend responsables de la réticence de Poutine à envoyer des troupes. Les "libéraux", selon lui, sont surtout des hommes d'affaire qui ont fait fortune dans les années 1990. Si d'autres sanctions économiques étaient imposées à la Russie, ils seraient ceux qui y perdraient le plus parce qu'ils sont "intégrés au monde économique".
 
»L'hésitation apparente du président Poutine, selon Douguine, est due à une lutte interne au sein du gouvernement russe - et dans la tête même du président Poutine. "C'est la lutte entre les forces conservatives patriotiques orthodoxes –  et les forces libérale qui sont aussi très puissantes, explique-t-il. En fait, il pense qu'il y a deux forces qui s'opposent en Vladimir Poutine. "Il a un côté patriotique qui a le soutien de la plupart de Russes mais son  ombre libérale représente l'élite politique, les oligarques et son premier ministre, Medvedev".
 
»Son côté anti-système le rend  populaire auprès de beaucoup de Russes qui ne font pas confiance à "l'élite libérale" qu'ils jugent responsable du chaos des années 1990. Non seulement beaucoup de Russes plébiscitent la nouvelle forme de patriotisme militaire d'Alexandre Douguine, mais il y en a même qui vont jusqu'à acheter du matériel pour aller se battre avec les groupes rebelles dans l'est de l'Ukraine.»
 
L’intervention de Douguine permet de mieux éclairer l’ampleur du débat en cours, et combien la crise ukrainienne est très loin, même sur le terrain à proprement parler de son explosion et de son extension, d’être confinée à la seule problématique ukrainienne. Ce débat est loin de n’être que géopolitique, ou bien on le qualifierait de “géopolitique” à la mode de Douguine, – c’est-à-dire une géopolitique mystique, ou une géopolitique eschatologique, – c’est-à-dire un concept où la géopolitique n’est qu’une représentation terrestre d’une conception spirituelle, où le qualificatif (“mystique“, “eschatologique”) a plus d’importance que le terme qu’il qualifie et qui est ainsi réduit à la fonction d’outil. (Douguine a développé l’idée d’eurasisme, ou plutôt de néo-eurasisme, pour concrétiser ses conceptions sous forme de doctrine.)
 
Il faut rappeler que l’idée d’un affrontement de type civilisationnel, de conceptions civilisationnelles antagonistes, est sous-jacente à la crise ukrainienne, et bien entendu concernant la situation russe elle-même avec les récents (ces deux dernières années) événements ayant une telle connotation. (Voir, par exemple, le 3 mars 2012.) Une récente chronique d’Alexandre Latsa (dans La Voix de la Russie, le 1er juillet 2014 et sur ce site le 2 juillet 2014) abordait la crise ukrainienne, et notamment les affrontements dans le Donbass sous cet angle. (On notera que Bechet-Golovko, citée plus haut, rapporte le 11 juillet 2014 une autre illustration de la complexité de la crise ukrainienne dans le sens qu’on développe ici, avec la présentation de l’adoption par diverses organisations ukrainiennes, à Yalta le 7 juillet, d’un “Manifeste du Front Populaire Ukrainien” dont les revendications renvoient au premier Maidan, celui qui exprimait une pure protestation populaire et qui a été kidnappé par la conjonctions de forces extrémistes, d’oligarques de la corruption et du crime organisé, des forces subversives de la subversion du bloc BAO, des diktat des bureaucraties de l’ultra-libéralisme.) Dans tout cela, on trouve diverses expressions d’une dimension spécifique, englobant la situation de confrontation culturelle et civilisationnelle entre le bloc BAO comme portefaix du Système et la Russie, qui participe à l’exceptionnalité de la crise ukrainienne et renforce son caractère d’universalité par rapport à la crise générale du Système.
 
• Par ailleurs, et pour illustrer la rapidité des événements et des changements réalisés sur le terrain même de la crise, il faut signaler ce qui paraît être une nouvelle évolution importante de la situation opérationnelle après la chute de Slavyansk (voir le 9 juillet 2014). Il s’agit de la nouvelle d’abord d’un important affrontement qui a vu l’annihilation structurelle d’une unité de l’armée ukrainienne, puis d’autres indications sur d’autres affrontements et sur l’évolution structurelle des forces anti-Kiev qui semblent montrer un rétablissement tactique, sinon stratégique. Le site The Vineyard of the Saker donne plusieurs indications sur ces événements, à la date du 11 juillet. (Voir notamment un texte du 11 juillet 2014 sur l’évolution structurelle du mouvement de résistance, et un texte sur la situation opérationnelle en général, également du 11 juillet 2014 .) L'on retire en général de ces diverses informations et considérations l'impression qu'un accord se dessinerait entre la résistance du Donbass et Moscou, portant sur une aide officieuse, décrite comme venant “du peuple russe”, plus ou moins à partir d'initiatives privées avec le soutien passif et discret du gouvernement, etc.
 
• Une remarque générale concerne finalement l’évolution de la crise ukrainienne, ici considérée dans les événements autant que dans les appréciations intellectuelles directement liées à son théâtre opérationnel. Il s’agit d’apprécier l’extension considérable de cette crise à ce niveau également, alors que ses développements indirects et internationaux (dollar, situation à l’intérieur du bloc BAO, etc.) sont désormais bien identifiés comme d’une importance majeure. La situation ukrainienne développe elle-même des facteurs fondamentaux, dont les répercussions extérieures et conceptuelles à la fois promettent d’être importantes. Cela conduit à observer une fois de plus, à confirmer si l’on veut l’exceptionnalité sans précédent de cette crise, exprimée à tous les niveaux opérationnels. Même pour la seule situation ukrainienne, cette crise ne peut être réduite à une “révolution de couleur” d’un nouveau style, à une version est-européenne d’un événement type-“printemps arabe”, etc. A cet égard, l’idée de “printemps russe” de Douguine a nécessairement une toute autre dimension que l’idée de “printemps arabe” ; observer cela, c’est moins mettre en concurrence les deux événements que montrer essentiellement combien la situation a progressé depuis 2010. Avec la crise ukrainienne, il ne s’agit plus, dans son universalité à plusieurs étages et dans la profusion des domaines concernés, d’un événement qu’on peut réduire à une région, à une zone géographique ou culturelle, à un système régional, à une religion, etc. Il s’agit bien d’un événement-Système fondamental, ou plus encore de l’archétype de l’événement-Système fondamental, impliquant l’affrontement entre le Système et l’antiSystème dans toute sa diversité, avec nécessairement des différences d’appréciation dans l’identification des adversaires. Il s’agit d’un degré de plus, d’une étape de plus dans le développement de la crise d’effondrement du Système, et de la crise de civilisation qui va avec.
 
Lien: http://www.dedefensa.org/article-alexandre_douguine_et_le_printemps_russe__12_07_2014.html
 
Traduction des parties en Anglais: Dominique Muselet


Samedi 12 Juillet 2014


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires