Proche et Moyen-Orient

Alep , couleur sang


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie



Dr Zouhair Lahna
Dimanche 1 Mai 2016

La Ville d’Alep dite libre connaît depuis le 22 avril une attaque par missiles sans précédent depuis le début de l’insurrection. C’est la politique de la terre brûlée chère aux russes et à l’armée syrienne régulière. Les premiers l’ont testée avec succès à Grozny sous la direction de Poutine et les seconds le font à chaque fois qu’un groupe de résistants s’empare d’une localité.

Au temps d'Assad père, c’est toute la ville de Hama qui a payé la présence de 200 à 300 combattants en 1982. On y a compté au bas mot plus de 30 000 morts sans parler des exactions sur des familles entières et l’exil de centaines de jeunes. Le régime se régénère et reproduit les mêmes réflexes. Pour déloger les combattants appelés terroristes pour être avec l’air du temps, on est prêt à assassiner toute la population autour. Toujours à Hama, le quartier Baba Amr a été complètement rasé parce que rempli d’insurgés. Une technique radicale apprise à l’école de la terreur.

Le régime estime que ceux qui ne sont pas partis de son côté ou n’ont pas fui le pays, ils soutiennent forcément les insurgés. La réalité est toute autre, la plupart des pauvres gens qui ont décidé malgré l’adversité de la guerre et l’insécurité de rester chez eux c'est parce que les camps n’offrent toujours pas un accueil digne et quitter le pays n’est pas chose aisée pour tout le monde.

On peut rappeler ici qu’il ne reste que le quart voir le tiers des habitants d’avant dans la partie est d'Alep dite libérée. Plus de 40 voire 50% des syriens ont quitté leurs domiciles, dont la moitié est actuellement à l’extérieur du pays.

D’après certaines publications, ce qui se passe actuellement à Alep est le résultat d’un deal entre puissants puisque Alep devrait revenir au régime dans le découpage du gâteau syrien prévu par les Etats-Unis et les Russes. Et le fait que l’opposition dite modérée ou l’armée libre n’ont pas voulu quitter cette partie d’Alep comme on leur a recommandé, le bain de sang a commencé pour les mettre devant le fait accompli. Le plan prévoit également des milices chiites de différentes nationalités pour combattre les terroristes d’Annosra devant un monde applaudissant les nouveaux vainqueurs contre l’islam radical.

Dans une lettre diffusée sur les réseaux sociaux un responsable d’un hôpital local subventionné par un donateur européen, écrit qu’on lui demande explicitement de ne plus communiquer sur les exactions du régime, mais qu’il peut dire du mal d'Annosra. Et s’il ne le faisait pas, on lui a fait comprendre qu’il risquait des coupures ou un arrêt définitif des subventions. Techniques connues et rodées pour faire obtempérer tous les obligés. Les mêmes méthodes sont d’ailleurs appliqués chez les différentes Katibas et unités de combattants qui reçoivent leurs ordres respectifs de leurs donateurs. Eux aussi dépendants de leurs protecteurs internationaux. Et la boucle est bouclée.

Au-delà de tous ces calculs politiciens et marchandages, il y a au milieu une population civile qui subit les affres de la guerre, indépendamment de son tempérament et sa sensibilité. Elle est punie parce qu'elle n’a pas quitté la ville et survit malgré tout.

Le monde bien-pensant et ses courroies de transmission médiatique, d’organisations internationales et organisations non-gouvernementales sont bien tièdes eu égard au massacre que subît cette population démunie et meurtrie. On sait que les causes ne sont pas comparables et que le sang d’un musulman d’Alep ne peut égaler celui d’un occidental dans le concert des protestations mondiales tant sur le plan des officiels que celui des populations. Cependant, je n’accepte pas cette dichotomie des revendications et je ne me soumets pas à ces injustices.

Je suis certain que la volonté de vivre et de résister, la combativité des habitants, l’ingéniosité d’un certain nombre d’entre eux à transmettre ce qu’ils subissent au monde via les réseaux sociaux aura un impact sur les cerveaux non encore aliénés par la propagande et la bêtise. Ils ne laisseront pas Kerry et Poutine décider de leur avenir. Du moins, sans avoir résisté et offert au monde et aux générations futures des raisons de rêver et d’espérer.

Dr Zouhair Lahna.

medecin humanitaire depuis 20ans, effectue des missions chirurgicales et de formation en Syrie depuis 2012.


Dimanche 1 Mai 2016


Commentaires

1.Posté par as le 01/05/2016 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est un genocide, y a pas d'autres mots! ils exterminent la population sans etats d'ames!

2.Posté par Ali le 01/05/2016 21:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sale engeance maudite de sionistes juifistes talmudistes!...s'en prendre à des civils désarmés qui n'ont qu'Allah awj comme recours...votre perte oh mécréants est scellée dans ce monde et dans l'autre bi idhni Lah awj! ...tout ça pour une montagne d'or découverte dans le fleuve euphrate découverte en Syrie par Total en 2010...

3.Posté par oh-daz le 01/05/2016 23:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alep , couleur sang .....le sang des mercenaires issus du pentagone et non celui des civils Syriens....

4.Posté par Depositaire le 02/05/2016 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vérité de cette situation d'Alep est que nous ne savons pas grand chose. les seules certitudes sont qu'une partie de la ville est sous l'emprise des milices de daech ou autres du même genre et tient la population locale en otage et que l'armée syrienne bombarde cette zone. Que cela fasse des victimes parmi la population civile est normal et c'est la tragédie des guerres qui fait que ce sont surtout les populations civiles qui supportent le coût le plus élevé.

Mais ce que l'auteur se garde bien de dire, c'est que si les occidentaux, l'Arabie saoudite, et les monarchies pétrolières, ainsi que la Turquie et israël ne facilitaient pas ces bandes en les finançant les armant, aidant au recrutement, les soignant quand ils sont blessés, etc. On sait qu'israêl et les états unis alors qu'il y avait un accord de cesser le feu établi sur tout le territoire syrien en ont profité pour livrer des armes et des munitions aux bandes de sauvages qui sévissent en Syrie. et ne parlons pas de al Turquie qui facilite leur passage depuis la Turquie et leur permet de se replier en cas de défaite. Alors avant de condamner les dirigeants syriens, il faudrait quand même un peu plus reposer les responsabilités de la durée de ce conflit.

Quant à prétendre qu'il y a un accord entre russes et américains pour dépecer la Syrie, on se demande dans quel délire celui qui dit cela à trouvé cette absurdité ! Il y a une volonté américaine certes, avec les autres pays complices de cette violence, mais certainement pas les russes et les syriens.

Il est quand même curieux que l'on ne voit absolument rien de dit sur le rôle de ces pays dans ce conflit. Tout est contre le gouvernement syrien, qui, en passant est un gouvernement dont le chef de l'état a été élu par son peuple à une large majorité, et non "un régime", et en passant, il est quand même surprenant que ce même peuple syrien est tout entier derrière ses dirigeants qui, soi-disant selon la propagande otan/israël/Turquie et Arabie saoudite, massacre son peuple !!!

Il serait temps que al vérité toute entière ressorte et non les éléments de la propagande. Ceux qui les relaient, font, au mieux, preuve d'un manque de discernement affligeant, et sont plus qu'influencés par cette propagande ; au pire, ils sont complices et adhèrent à la politique de l'otan, du sionisme ou de cette hérésie obscurantiste et violente qu'est le wahhabisme saoudien.

5.Posté par yukof le 02/05/2016 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Depositaire
Daesh n'est pas présent dans la ville d'Alep ... tu confond avec Ahrar Al Sham qui est anti-Daesh (et qui l'a combattu bien avant les milices chiites d'Assad) .

Personne ne peut etre légitimement élut lors d'une élection à parti unique ... sérieux , pourquoi tu fais exprès de mentir ?

@ oh-daz
tu me rassure , en fait tu es pas apostat , tu es juste stupide (au point de croire que les centaines de milliers de syriens tués étaient des mercenaires ) . C'est bien malheureux pour ta crédibilité , et si un jour tu vas en Syrie voir les tombes des syriens tués par Assad , tu auras honte à en pleurer ...

Par contre , les vrais mercenaires chiites d'irak qui se battent pour Assad ( et qui combattaient deja pour Bush en 2004) , là tu en parle pas .... idiotie ou hypocrisie ?

6.Posté par oh-daz le 02/05/2016 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

.." Personne ne peut etre légitimement élut lors d'une élection à parti unique "..Une chose est sure, TOUS les
Syriens sont derrière leur président...Ce peuple a tout compris, car les exemples de SADDAM pour les Irakiens et de KADHAFI pour les Libyens ne sont pas très loin....

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires