insolite, humour, conspiration...

Al-Qaeda, islamisme, résistance


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 19:26 Gilets jaunes, la grande manip


Après le traumatisme du 11 septembre 2001, une littérature islamphobe, qui s'apparente à la littérature antisémite des années 1930 est apparu, une littérature au départ marginale qui n'avait pas droit de cité dans les médias, est devenu pour les médias, une littérature savante, légitime. Leur auteurs, sont devenu très respectés, invités dans les confèrences et les plateaux de télévision. Sans réelle données objectives, sans lecture de l'histoire, sans analyse des rapports de domination économiques, politiques, militaires et culturels actuels, certains en faisant fie de beaucoup d'ignorances, de stupidités, de mauvaise foi et d'amalgames, réenchantent le monde en mettant en scène des figures opposés : le monde musulman obscurantiste qui veut imposer ses vues (à) et l'occident généreux et civilisateur. Puisque le 11 setembre a été un traumatisme, certains gagneraient à aller consulter; et aller s'instruire, tant sur l'histoire, les religions et les cultures du monde.

Nous allons donc passer en revue ces amalgames et tenter de rétablir la vérité


halt_young_padawan@hotmail.fr
Vendredi 1 Août 2008

Al-Qaeda, islamisme, résistance
al-Qaeda

Considérant que les peuples ont un droit légitime à la lutte et à la résistance, politique et syndicale contre des forces d'opressions, qu'elles soient coloniales ou économiques; eu égard des contextes et réalités qui peuvent avoir lieu ou apparaître dans les régions du monde, la seule question à se poser n'est pas si on doit résister ou pas, la réponse est évidente, la question est de savoir quelle forme doit prendre cette résistance, si elle doit être armée ou non-violete.

Partons du prince que al-Qaeda est un mouvement de résistance armée.

Tantôt, on enttend que les membres d'al-Qaeda ont pour projet politique d' imposer leur valeurs à l'occident, tantôt on enttend que c'est l'Islam en tant que religion qui est à l'origine de cette violence, donc cette violence devient quelque chose d'irrationelle, un phénomène a-historique denué de sens. Explication très simpliste comme on le voit.

Des spéciales les plus sérieux d'al-Qaeda analysent ce mouvement à la lumière des enjueux et des rapports de forces qui prévaut au proche orient, rejetant tout phantasme. Ils nuancent les phantasmes autour de ce mouvement en étudiant son discours, tout simplement. L'universitaire américain Mohammad Mahmoud Ould Mohamedou, rappelle qu'une des premières motivations d'al-Qaeda au début des années 1990 était la précence militaire américaine en Arabie Saoudite et une de leur motivations majeures porte sur la question palestinienne [1]. Un autre spécialiste des guerres économiques, Ali Laïdi rappelle le contexte dans lequel al-Qaeda s'est structuré et s'est retournée contre les Etats-Unis (avant qu'ils deviennent des térroristes, ils étaient des freedom fighters), soit à la fin des années 1980, avant la chute du mur de Berlin et début des années 1990, avec l'apparition d'un nouvel ordre mondial, avec une seule hyperpuissance dominante : les Etats-Unis.
al-Qaeda résiste à l'Empire, leur objectifs s'est libérer le monde musulman de la précense militaire américaine et israëlienne, en dehors de cela, objectivement, tout objectif politique, hégémonique en dehors du « Califat musulman » n'est que pure fantasme.

Mais au regard de la violence aveugle de ce mouvement, sur les civils occidentaux et les musulmans, Shi'ites en particuliers, les érgorgements filmés etc., on peut sérieusement se demander si ce mouvement n'est pas manipulé ou si certains actes ne lui sont pas attribués, car en agissant ainsi, il ne sert que les intérêts des Etats-Unis.

l'Islamisme

Terme qu'on attribue génériquement à tout mouvement politique national, dans les pays musulmans qui ont une référence religieuse. Ou attribué à la mouvance al-Qaeda.

Un parti politique indépendament de ses propositions est qualifié d'"islamiste" parce qu'il a le seul tord d'avoir une réfèrence philosphique et ethique musulmane qui régit son engament politique, ou qualifié ainsi tout mouvement que la réfèrence musulmane inspire le programme politique.

S'agissant du christianisme, il y'a des partis qui ont une réfèrence chrétienne et qui appartiennent à la sociale démocratie, certains appartiennent à l'extreme droite. Dans les pays musulmans c'est aussi la même chose. Ces mouvements peuvent avoir des sensibilités diverses, ils sont plus ou moins « démocratiques », plus ou moins « progressistes », plus ou moins « réactionnaires ». Ces nuances ne sont jamais faite. Islamiste est itulisé comme un terme générique; surtout sans tenir compte des réalités religieuses, sociales, politique, écnomiques, et historique de chaque pays.

La sociologie politique la plus rigoureuse utilise donc le terme « islamiste », mais sur un mode qui n’est pas celui de l’injure : c’est une simple catégorie politique, dont on prend la peine de définir la signification et surtout d’étudier le caractère hétérogène et mouvant. Cet usage raisonné du terme « islamiste » est cela dit rarissime dans les discours politiques, les éditoriaux, les débats télévisés ou les repas de famille [2].

Alors que ces mouvements évoluent dans un champ politique national, relativement paficique - malgré qu'ils font face à des régiles parfois autoritaires, cela n'empêche pas à l'inénarrable Caroline Fourest d'écrire - faisant l'amalgame avec l'entreprise international al-Qaeda - que « l'intégrisme musulman est le seul à avoir il est le seul à bénéficier d’un stock de bombes humaines » [3]. Comme on l'a dit, le térrorisme international d'al-Qaeda, comme d'ailleurs le térrorisme international qui impliquait des japonais, des allemands ou des français dans les années 1970 et 1980 n'a aucun agenda religieux, il se bornent uniquement à résister à l'Empire. Puis on se demande bien quelles sont les accointances éxistantes entre l'AKP, parti dit islamiste ou les Frères musulmans en Egypte avec al-Qaeda. Les Frères musulmans, de même que le Hamas sont mêmes très antagonistes avec ce mouvement.

Résistance

D'abord, il faut encore préciser que al-Qaeda et tous les groupes qui y sont liés ne sont pas des mouvements de résistance, puisque trop suspects.

Les mouvements de résistance populaire sont le Hamas et le Hezbollah pour ne citer que ceux là dans le monde musulman.

Il convient de dire qu'il ne s'agit pas de « Jihad », le terme « Jihad » signifie littéralement "effort" [sur soit], et ce terme n'apparait jamais dans le Coran.

Dans l'absolue, il pourrait s'agir de Jihad défensif comme le codifie le droit musulman sunnite, mais ces mouvements s'inscrivent plus largement dans dans une longue histoire de résistance, de lutte et d'émancipation des peuples.

Le hezbollah est un parti séculier, il intégre tout libanais, chrétien, sunnite ou Druze dans la Résistance nationale libanaise.

Son objectif dans le champ politique libanais, comme le rappelle souvent Sayyed Hassan Nasrallah n'est pas l'instauration du'une quelconque Shari'a, du fait de la comosante religieuse du Liban, très diverse [4].
La résistance palestinienne a pendant très longtemps été symbolysé par le Fatah et le FPLP de Georges Habache, palestinien arabe chrètien, c'était des mouvements laïcs. Aujourd'hui, le Hamas revendique une éthique musulmane dans son engagement politique et dans la résistance; ce fait ne remet nullement en cause le droit au peuple palestinien de lutter contre l'occupant et le colonisateur israëlien. Dans ce cas, la foi en Dieu apporte un soutient à cet engagement.

Les dimensions religieuses comme force d'appui des mouvements de résistance ne doivent pas éclipser comme certains le souhaitent, en usant d'amalgames. Les enjeux politiques des conflits au proche et au moyen orient. Des conflits qui mettent en jeu : des colonisés et des colonisateurs, des opprimés et des opprimeurs, des forces armées agresseurs et des résistants.

Le fait de se focaliser que sur une dimension religieuse de ces conflits a aussi un intérêt; Denis Sieffert écrit, en parlant des intellectuels communautaires : « Pour eux, mieux vaut une guerre de religion qu’une guerre coloniale. Une guerre de religion n’a pas de fin : elle ignore le droit et les frontières, elle peut demeurer à jamais irrésolue. Dans son intemporalité et son irrésolution, elle profite naturellement à celui qui a intérêt au statu quo, c’est-à-dire à celui qui a l’avantage des armes » [5].


Notes

[1] Auteur de Contre-croisade, origines et conséquences du 11 septembre (L’Harmattan, 2004). Dernier ouvrage paru aux USA et en Grande-Bretagne : Understanding Al Qaeda, the transformation of war (Pluto Press, 2007).

[2] Thomas DELTOMBE, L'Islam imaginaire (La Découverte, 2005).

[3] Tirs croisés : La Laïcité à l'épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman (Calmann-Lévy, 2003).

[4] A voir, le Mystère Hezbollah, documentaire réalisé par Jean-François BOYER et Alain GRESH; 2007

[5] Denis SIEFFERT, La guerre israélienne de l'information. Désinformation et fausses symétries dans le conflit israélo-palestinien (La Découverte, 2002).


Vendredi 1 Août 2008


Commentaires

1.Posté par Népios le 02/08/2008 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article commence par l'analyse d'une organisation virtuelle et sans existence avérée. Cela commence donc fort mal... Qui ne sait pas parmi les lecteurs de ces pages qu'Al-Qaeda est une marque déposée "made in hollywood"... ? Très surprenant cet article, très...

2.Posté par belh le 02/08/2008 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Al quaida c'est comme les cowboys qui se déguisés en Indiens pour attaquer des villages Blancs ainsi ils leurs faisait porter le chapeau et comme cela il pouvait légitimer les massacres des indigènes et enfin reussir à leur voler leurs terres ancestrales avec la benediction de tous les colons.

3.Posté par belh le 02/08/2008 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi je me suis méfié de ce groupuscule à partir du moment que son combat se faisait contre des populations civiles, ils se sont discrédités.
On ne peut construire un mouvement digne, une civilisation de lumière avec le sang d'innocents sur les mains.

4.Posté par raskolnikov le 04/10/2008 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas la première fois que les médias usent et abusent
Rappelons nous des années 55-56 les journaux colonilistes en Algérie parlaient du FLN (Résistrance algérienne ) de mouvement intégristes Egyptiensoi disant frères musulmans .En 57-58 ils parlaient de mouvement communiste russe et chinois .
Il ne faut jamais croire les médias même quand ils disent que le ciel est bleu et que l'eau de mer est salée

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires