EUROPE

Ah oui, l’idée européenne serait zigouillée par un référendum ambiguë ?


Dans la même rubrique:
< >


Gilles Devers
Dimanche 26 Juin 2016

Ah oui, l’idée européenne serait zigouillée par un référendum ambiguë ?
C’est quoi le film ? L'Angleterre qui redevient une ile ? Mais Londres est une capitale totalement européenne ! Allez y passer quelques heures, et vous me direz si vous êtes sur une ile, fière et rebelle face au monde, ou dans la plus intégrée des Europe. Boostés par les programmes Erasmus, les étudiants savent qu’il faut raisonner européen, et tout se construit sur cette base. C’est une force immense qui existe à Londres, et croire que tout peut être remis par terre à cause de ce référendum ambiguë… Pour le moment, il y a une grosse tempête, qui peut avoir bien des effets vu le contexte politique, économique et social. Mais ce qui construit le monde, c’est la vraie vie, c’est-à-dire ce que vivent les gens, ce qu’ils construisent ensemble. On verra dans quelques années ce qu’il restera de ce référendum

Quelques réflexions

1/ Cameron l’irresponsable

Ce référendum, c’est une invention d’un Cameron affaibli pour renforcer son assisse dans son camp. Il n’y avait aucune menace travailliste quand il s'est engagé dans ce programme insensé : affubler l’Europe de tous les maux, aller négocier des aménagements techniques à Bruxelles, aménagements inbitables et invérifiables car ils ne seront jamais mis en œuvre, pour finalement expliquer qu’il faut voter avec enthousiasme pour l’Europe, guérie de ses maux grâce au génie de Cameron... De ce point de vue, le Brexit est parfaitement logique.

2/ L’Ecosse vers l’indépendance

La réussite du stratège Cameron se confirme : l’Ecosse, pro-Europe à 62%, va demander son indépendance, et l’Irlande du Nord, pro-Europe à 56 % - qui sait ce que l’Europe lui a apporté – se pose des questions. Les entreprises britanniques n’ont donc pas besoin de s’installer en Ile de France, où les invite Mamie Pécresse. Il leur suffit de délocaliser leur siège social en Ecosse, et elles seront tranquilles. Déjà que l’Écosse fournit les meilleurs whiskies, cela devient vraiment une destination fameuse. Dans quelques années, les Anglais en train de s’inscrire aux agences de l’emploi en Ecosse… Wahou le référendum historique…

Whisky.jpg

3/ Le Royaume Uni toujours membre du Conseil de l’Europe

Le Royaume Uni reste totalement européen, inscrit dans les mécanismes contraignants du droit européen,… parce que, s'il va sortir de l’Union européenne, il reste membre du Conseil de l’Europe. Il est tenu d’appliquer la Convention européenne des droits de l’homme, la Charte sociale européenne et il reste soumis à la Cour européenne des droits de l’homme. Or, le Conseil de l’Europe, c’est tout ce qui concerne les droits fondamentaux, les libertés publiques, la vie privée, la liberté de religion, mais aussi les droits sociaux et la non-discrimination… Pour avoir une petite idée des sujets traités par la Cour européenne des droits de l’homme, vous pouvez cliquer ici.

4/ Quelles critiques argumentées de l’Europe ?

L’Union européenne peut mieux faire… c’est une évidence, il y a maintes crtiques à former, mais pour que ces critiques soient entendables, il faut qu’elles reposent sur un minimum d’élaboration, et dépassent le stade du miasme crispé contre les technocrates européens, ce bien connu rot populiste… Un exemple ? L’Union européenne, nous dit-on, nivelle la diversité des Etats. Si c’est vrai, c'est grave. Oki ? Mais donnez-moi un seul exemple significatif, précis et argumenté, avec please, les références en droit communautaire. Ça m’intéresse.

5/ La faiblesse des Etats, le vrai problème

Le vrai problème actuel n’est pas la crise de l’Europe – L’Europe est toujours en crise car elle est dans un processus de construction – mais la faiblesse des pouvoirs étatiques. Nous ne sommes pas dans une Europe fédérale, mais dans une Europe des Etats. Ces Etats sont indispensables car ce sont les seuls lieux où se créent les racines politiques et la solidarité. Or, à l’exception notable de l’Allemagne, les pouvoirs politiques dans les grands Etats européens sont par terre : Cameron faisant éclater son pays pour un petit arrangement interne à son parti ; l’Espagne paralysée par l’absence de majorité politique, avec de nouvelles élections ; Hollande sans aucune prise sur le pouvoir, et qui s’apprête à être éliminé au premier tour des présidentielles ; Razi, décrit hier encore comme le nec plus ultra du pouvoir moderne, qui est aujourd’hui humilié par un parti populiste amateur ; la Belgique et son gouvernement perpétuellement chancelant…

L’Europe, ce sont des Etats qui discutent ensemble. Ce n’est pas une Europe fédérale. L’Union européenne se combine très bien avec des Etats forts, en rappelant que l'autoritarisme n’est pas un signe de force. Si l’on veut renforcer l’Europe, il faut d’abord renforcer les Etats, ce qui veut dire des dirigeants politiques à la hauteur, compétents, sachant décider, et ayant une vision de la politique interne et internationale de leurs pays. 

Dans le monde bouleversé de la mondialisation, alors que tout dirige vers une gouvernance économique et militaire supranationale, les Etats restent la première garantie des peuples, et en Europe, ces Etats n’ont d’avenir que s’ils savent travailler entre eux. Il n’y a aucune opposition entre l’Union européenne et les Etats ; le seul problème est l’incompétence de la classe politique dirigeante. Incompétence et irresponsabilité, car ceux qui ne cessent de créer les difficultés se présentent toujours comme étant les seuls pouvoir les résoudre.

Remontons les manches, il y a du travail.

edimbourg.jpg

Edimbourg, une grande destination européenne



http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



Dimanche 26 Juin 2016


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 27/06/2016 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème fondamental e l'Europe dont souffre de plus en plus de pays, européens d'abord, et d'autres dans le monde, est ce système pyramidal mis en place pour sa direction. Au lieu d'avoir une équipe d'individus élus pour un durée déterminée et ayant des comptes à rendre sur leur gestion du continent, il y a une commission non élue qui a un pouvoir exorbitant, et qui est totalement soumise aux diktats des multinationales surtout nord américaines, et qui se fiche éperdument du bien être des peuples.

Son seul et unique objectif consiste à perpétrer un système de gouvernance et d'économie d'une aberration totale qui n'a pour but que d'enrichir de façon exponentielle une infime minorité d'individus animés d'une cupidité insatiable et obsédés par l'idée d'une domination hégémonique mondiale sur l'humanité qui devra être considérablement réduite.

En d'autres termes, la commission européenne n'a qu'un seul objectif, contribuer à installer en Europe le Nouvel Ordre Mondial qui vise à réduire à un esclavage abject l'humanité pour le seul profit d'une oligarchie psychopathe.

Disons -le tout net, cette vision du monde est à l'opposé de la façon la plus radicale au sens même de la vie. C'est une politique de mort, de destruction, de souffrance, de subversion de toutes les valeurs essentielles de l'humanité.

Que les politiciens soient tous lâches et abdiquent devant cette volonté destructrice mortifère est une évidence, mais même eux sont de toute façon corrompus et ne pensent qu'à leurs petits intérêts mesquins. Donner la direction d'un pays à une clique de politiciens professionnels corrompus, menteurs et voleurs autant qu'hypocrites est déjà un non sens. Il faut commencer par se débarrasser de ces gens-là. Nous n'en avons pas besoin. Ils sont autant incompétents que lâches et hypocrites, et je ne parle même pas de leur degré de corruption.

Bien sur, si on les écoutent, ils nous diront qu'en dehors d'eux c'est le chaos qui nous attend. Mais, en réalité, ce chaos c'est eux qui le provoque, ou plus précisément, c'est par eux qu'il se produit. Ils sont mis en place par l'oligarchie pour instaurer ce chaos, cette destruction de la vie dans ce qu'elle a de plus noble. Vie physique, vie intellectuelle, vie culturelle, vie sociale et vie spirituelle. Ce système oligarchique mondialisé est l'antithèse de toutes les valeurs essentielles de l'humanité. Il n'y a strictement rien de bon à en attendre. Pas le peine de chercher à "aménager" ce système. Il est corrompu dans son essence même. Il faut s'en débarrasser radicalement et totalement. Ce ne peut pas être pire que ce qu'"ils sont en train de mettre en place.

Ce que j'affirme n'est pas un cri de haine qui est totalement éloigné de ma pensée, mais c'est un constat objectif. Il suffit de s'informer quelque peu pour faire le bilan de l'action de cette oligarchie. C'est édifiant. A partir de là, à moins d'être affligé d'un très grave trouble psychique, il apparait évident qu'il faut se débarrasser de ce système avant qu'il n'ait entrainé l'humanité dans une catastrophe mondiale dont bien peu d'êtres vivants en ressortiront indemnes. Et dans quelles conditions ?

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires