ALTER INFO

Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance


Dans la même rubrique:
< >

«Dire le secret d’autrui est une trahison, dire le sien est une sottise»
Voltaire


Babacar Touré!
Mardi 13 Septembre 2011

Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance
Ce fut d’abord Karim Wade que Nicolas Sarkozy introduisit, au forceps, auprès de Barak Obama au dernier sommet du G8 à Deauville devant une assistance et des journalistes médusés. Ensuite, c’est Abdoulaye Wade qui arrive, en catastrophe, à Paris et convoque dans la foulée M. Alain Juppé, le ministre français des Affaires Etrangères à une rencontre qui fut élargie aux plus hauts gradés de l’armée et de la police française.


Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance
Cet entretien conduira au déplacement périlleux du chef de l’Etat sénégalais à Benghazi, chez les ennemis de son ex-ami, le roi des rois d’Afrique : Mouammar Kadhafi. Comme s’il s’était payé l’amitié et le soutien de la France, comme s’il avait reçu l’onction et la garantie de l’ancienne puissance coloniale qu’il pouvait faire de ce pays ce que bon lui semblait, Abdoulaye Wade, rentré au Sénégal, a mis en place son fameux ticket d’infantilisation des Sénégalais et subi la réaction de la rue qui l’a fait reculer.


Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance
De toutes ces dernières initiatives, peu de gens -y compris dans l’entourage du chef de l’Etat- était au courant. Et l’armée, gardienne de la souveraineté de notre Etat, a été royalement mise à l’écart de toutes ces décisions majeures qui, au-delà de la personne Wade, engagent les fondements même de notre jeune nation. Malgré tous ces faits ô combien humiliants pour nos forces armées, la grande muette ne s’est pas laissé tenté par le diable. Et cela en dépit des nombreuses invitations qui lui ont été faites, aussi bien par des intellectuels comme par des leaders de l’opposition, de «prendre ses responsabilités».

Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance

Comme dans les grandes démocraties, elle a décidé de rester républicaine. C’est tout à son honneur ! Nous la félicitons et en prenons acte.

La polémique née entre Karim Wade et Robert Bourgi au sujet de la prétendue demande d’une intervention militaire française à Dakar est plein d’enseignement. Et, contrairement à l’idée «d’une politique de transparence» dictée par Sarkozy que certains pourraient voir derrière la sortie médiatique du conseiller Afrique de l’Elysée, je pense que «tonton Robert» a piétiné toutes les règles de la bienséance. Foulé aux pieds tous les codes de la diplomatie et s’est assis sur toutes nos valeurs africaines –qui sont pourtant siennes car Sénégalais de naissance.

Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance

Ma conviction est qu’en cafardant Karim, Robert Bourgi est animé par des desseins inavoués savamment calculés. Sa sortie médiatique comme celle d’Alain Juppé, appelant Wade à faire siennes les leçons démocratie données à Kadhafi, sont hasardeuses, inopportunes et ne font qu’exacerber la confusion sur un sujet déjà trouble. Un acte qui fait planer de graves et réels dangers sur la cohésion nationale et sape le moral de nos troupes.


En tant que conseiller Afrique de l’Elysée et proche des chefs des Etats, aussi bien sénégalais que français, l’impérieux devoir d’être tenu aux nouvelles, minute par minute, afin de mieux apprécier la situation et faire ce pourquoi on le paye. Et qui mieux que Karim Wade pouvait le faire? De par sa proximité avec le président sénégalais, ses liens sanguin et affectif à la France, ses relations et réseaux dans l’armée et les services de renseignements. Mais aussi de ses fonctions, il est l’homme de la situation.

Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance
Je n’ai jamais défendu Karim. Je l’ai toujours combattu. Pas parce qu’il est le fils de Wade. Mais parce que j’ai constaté qu’il n’a aucune considération pour mon peuple et s’est toujours comporté comme un colon en terre conquise. Mais, il ne vaut, pour autant, pas moins que Robert Bourgi qui, lui, est un personnage controversé, lugubre sous tous les abords. Un cadre des réseaux de la Françafrique impliqué dans tous les coups tordus organisés et téléguidés depuis l’Elysée. Et je ne vois pas pourquoi et au nom de quel principe démocratique ou de bonne gouvernance, il nous dirait la vérité là où Karim nous aurait menti.

Que Karim Wade l’ait appelé ou pas, pour demander l’intervention des Forces françaises du Cap-Vert n’a aucun sens, aucune utilité informative pour l’opinion nationale et internationale; du moment où aucune suite favorable n’a été donnée à sa demande. Qu’il lui rende compte ou pas sur la situation sécuritaire du Sénégal n’est en rien répréhensible: en tant que citoyen Sénégalais M. Bourgi a le droit comme chacun de nous d’être informé de ce qui se passe dans son pays.

Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance
Le fait de mettre sur la place publique le contenu d’un appel privé que Karim lui aurait passé a, à mon sens, un objectif clair, net et précis. Mais lequel? Sinon comment comprendre qu’un homme, comme lui, dépositaire du devoir de discrétion puisse sortir de sa réserve pour se mettre ainsi à table sur un sujet aussi sensible?

Quand on voit le portrait tracé par Robert Bourgi et les mots affectifs avec lesquels il parle d’Idrissa Seck, de Macky Sall et de Tanor Dieng dans sa fameuse interview, je crois sincèrement que le Sénégal est menacé par un complot dont les bénéficiaires ne peuvent être que les opposants de Wade, Idy le premier. Avec cette sortie médiatique, la France vient de délivrer un blanc seing à l’armée sénégalaise.

Elle l’a invité à se tourner contre le régime. Cette sortie est destinée à faire comprendre aux forces armées que les Wade n’ont aucune confiance en leur professionnalisme, en leur esprit républicain. Et qu’en conséquence la France ne lèvera pas le plus petit pouce pour sauver le fauteuil des Wade, s’il était menacé. La France veut dire à l’armée sénégalaise : «ne vous mouillez pas pour ces gens-là, parce qu’ils n’ont aucune considération pour vous.» C’est un précédent dangereux! Et il faut arrêter les Cassandres tout de suite. Le Sénégal n’est pas la Côte d’ivoire et nous ne voulons pas être le Congo.


Affaire Bourgi / malettes de la République: Tonton Robert à foulé toutes les règles de bienséance
À la lecture de tous ces évènements mentionnés dans cet article, après analyse de tous ces actes posés, aussi bien par les Wade que par les personnalités proches de l’Elysée, j’ai l’intime conviction que quelque chose s’est cassée entre les Wade et l’entourage de Sarkozy. Que la France a désormais décidé de s’ingérer dans les affaires sénégalo-sénégalaises, en choisissant vertement son camp dans la succession d’Abdoulaye Wade. L’histoire retiendra.

Et ma conviction est que si «tonton Robert» s’est ainsi mis à déblatérer, à trahir le secret qu’il avait avec son neveu, c’est soit qu’une promesse n’a pas été tenue ou bien que des intérêts ont été trahis! En tout cas un différend est né. Vivement qu’il se solde à l’amiable, pour le bonheur des deux peuples.

Babacar Touré
Journaliste écrivain
kimikikiko@yahoo.fr


Mercredi 14 Septembre 2011


Commentaires

1.Posté par MOSSINGUE_MOUTSINGA le 13/09/2011 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Twitter
Candle Business / Cases of the Republic: Uncle Robert Walked to all the rules of propriety

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires