RELIGIONS ET CROYANCES

Abou Bakr Hugo, ce chantre de la fraternité universelle


L'essence musulmane du poète Hugo


Saladeen
Samedi 10 Mars 2012

Les géants de la pensée musulmane

Abou Bakr Hugo, ce chantre de la fraternité universelle
Sans cette histoire falsifiée, dans ces écrits déchirés par les polices de la pensée, seul l'usurpation subsiste. Du 19ème au 20ème siècle des hommes comme Anatole France, Tolstoïevsky, Victor Hugo, Lamartine, Rimbaud, Gandhi, Puskhine, se sont tous lancés dans une quête de la vérité de l'illumination. Lancés dans cette quête à travers des chemins invisibles, ces hommes deviendront des géants de la pensée musulmane. La plupart des écrits que je vous propose ont existé, la plupart des poèmes et situations auxquels ont été confrontés ces hommes ont eu lieu. Tout donne à penser qu'en ce moment crucial de l'histoire du monde, que tous les grands penseurs du 20ème siècle et du 19ème ont été musulmans.

Voici l'histoire de deux décennies fabuleuses qui mirent fin à la période Napoléonienne et où des géants de la pensée vécurent en harmonie avec eux mêmes et tentèrent de rechercher d'une manière obsessionnelle, la vérité de ce monde et le sens de leur existence. Ces géants de la pensée choisirent de respecter, d'admirer, de se nourrir du Coran et de l'Islam. En toute liberté, ils ont dialogués intérieurement avec la pensées originelle de l'Islam et des prophètes. Littérature et religion ne formait plus qu'une seule osmose.

Toutes les réalités de cet article sont véridiques. Tout en tous cas dans la vie et l'oeuvre de ces hommes donne des raisons de croire qu'ils connaissaient l'extraordinaire secret de l'Islam alors déjà plus que millénaire. Tout dans l'histoire, la grande, s'est toujours déroulé comme si les évènements mystérieux de ces grands écrivains aient existé puis ont été occultés pour ne pas éveiller les populations. Comme si les grands écrivains que nous avons cités étaient encore parmi nous, porteur d'un secret essentiel pour le monde musulman. A jamais perdu. A moins que…..

Le premier de ces géants de la pensée que nous allons citer est bien Victor Hugo; cet homme à la puissance évocatrice et poétique extraordinaire a dédié une partie de sa vie à l'Islam et aux éloges somptueuses à l'histoire islamique et moyen orientale, voici un de ses poèmes. Les autres livres ont étés malheureusement manipulés, falsifiés par les francs maçons ou même verrouillés par les polices de la pensée comme le CNRS.

L’AN NEUF DE L’HEGIRE


Comme s’il pressentait que son heure était proche,

Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ;

Il marchait en rendant aux passants leur salut ;

On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût

A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ;

Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,

Se souvenant du temps qu’il était chamelier.

Il semblait avoir vu l’Eden, l’âge de d’amour,

Les temps antérieurs, l’ère immémoriale.

Il avait le front haut, la joue impériale,

Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent,

Le cou pareil au col d’une amphore d’argent,

L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge.

Si des hommes venaient le consulter, ce juge

Laissait l’un affirmer, l’autre rire et nier,

Ecoutait en silence et parlait le dernier.

Sa bouche était toujours en train d’une prière ;

Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ;

Il s’occupait de lui-même à traire ses brebis ;

Il s’asseyait à terre et cousait ses habits.

Il jeûnait plus longtemps qu’autrui les jours de jeûne,

Quoiqu’il perdît sa force et qu’il ne fût plus jeune.

A soixante-trois ans une fièvre le prit.

Il relut le Coran de sa main même écrit,

Puis il remit au fils de Séid la bannière,

En lui disant : " Je touche à mon aube dernière.

Il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. "

Et son œil, voilé d’ombre, avait ce morne ennui

D’un vieux aigle forcé d’abandonner son aire.

Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,

Appuyé sur Ali le peuple le suivant ;

Et l’étendard sacré se déployait au vent.

Là, pâle, il s’écria, se tournant vers la foule ;

" Peuple, le jour s’éteint, l’homme passe et s’écroule ;

La poussière et la nuit, c’est nous. Dieu seul est grand.

Peuple je suis l’aveugle et suis l’ignorant.

Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. "

Un cheikh lui dit : " o chef des vrais croyants ! le monde,

Sitôt qu’il t’entendit, en ta parole crut ;

Le jour où tu naquit une étoile apparut,

Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. "

Lui, reprit : " Sur ma mort les Anges délibèrent ;

L’heure arrive. Ecoutez. Si j’ai de l’un de vous

Mal parlé, qu’il se lève, ô peuple, et devant tous

Qu’il m’insulte et m’outrage avant que je m’échappe ;

Si j’ai frappé quelqu’un, que celui-là me frappe. "

Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.

Une vieille, tondant la laine d’un mouton,

Assise sur un seuil, lui cria : " Dieu t’assiste ! "

Il semblait regarder quelque vision triste,

Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : " voilà,

Vous tous, je suis un mot dans la bouche d’Allah ;

Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.

J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.

Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.

Le soleil a toujours l’aube pour précurseur.

Jésus m’a précédé, mais il n’est pas la Cause.

Il est né d’une Vierge aspirant une rose.

Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,

Je ne suis qu’un limon par les vices noirci ;

J’ai de tous les péchés subi l’approche étrange ;

Ma chair a plus d’affront qu’un chemin n’a de fange,

Et mon corps par le mal est tout déshonoré ;

O vous tous, je serais bien vite dévoré

Si dans l’obscurité du cercueil solitaire

Chaque faute engendre un ver de terre.

Fils, le damné renaît au fond du froid caveau

Pour être par les vers dévoré de nouveau ;

Toujours sa chair revit, jusqu’à ce que la peine,

Finie ouvre à son vol l’immensité sereine.

Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,

Tantôt l’homme d’en haut, tantôt l’homme d’en bas,

Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne

Comme dans le désert le sable et la citerne ;

Ce qui n’empêche pas que je n’aie, ô croyants !

Tenu tête dans l’ombre au x Anges effrayants

Qui voudraient replonger l’homme dans les ténèbres ;

J’ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ;

Souvent, comme Jacob, j’ai la nuit, pas à pas,

Lutté contre quelqu’un que je ne voyais pas ;

Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie ;

Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,

Et, comme je sentais en moi la vérité,

Je les ai combattus, mais sans être irrité,

Et, pendant le combat je criais : " laissez faire !

Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère.

Qu’ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !

Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis

Auraient, pour m’attaquer dans cette voie étroite,

Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,

Ils ne me feraient point reculer ! " C’est ainsi

Qu’après avoir lutté quarante ans, me voici

Arrivé sur le bord de la tombe profonde,

Et j’ai devant moi Allah, derrière moi le monde.

Quant à vous qui m’avez dans l’épreuve suivi,

Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,

Vous avez bien souffert, mais vous verrez l’aurore.

Après la froide nuit, vous verrez l’aube éclore ;

Peuple, n’en doutez pas ; celui qui prodigua

Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega,

Les perles à la mer et les astres à l’ombre,

Peut bien donner un peu de joie à l’homme sombre. "

Il ajouta ; " Croyez, veillez ; courbez le front.

Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront

Sur le mur qui sépare Eden d’avec l’abîme,

Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime ;

Presque personne n’est assez pur de péchés

Pour ne pas mériter un châtiment ; tâchez,

En priant, que vos corps touchent partout la terre ;

L’enfer ne brûlera dans son fatal mystère

Que ce qui n’aura point touché la cendre, et Dieu

A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu ;

Soyez hospitaliers ; soyez saints ; soyez justes ;

Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes,

Les chevaux sellés d’or, et, pour fuir aux sept dieux,

Les chars vivants ayant des foudres pour essieux ;

Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse,

Habite un pavillon fait d’une perle creuse ;

Le Gehennam attend les réprouvés ; malheur !

Ils auront des souliers de feu dont la chaleur

Fera bouillir leur tête ainsi qu’une chaudière.

La face des élus sera charmante et fière. "

Il s’arrêta donnant audience à l’espoir.

Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit :

" O vivants ! Je répète à tous que voici l’heure

Où je vais me cacher dans une autre demeure ;

Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu,

Que je sois dénoncé par ceux qui m’ont connu,

Et que, si j’ai des torts, on me crache aux visages. "

La foule s’écartait muette à son passage.

Il se lava la barbe au puits d’Aboufléia.

Un homme réclama trois drachmes, qu’il paya,

Disant : " Mieux vaut payer ici que dans la tombe. "

L’œil du peuple était doux comme un œil de colombe

En le regardant cet homme auguste, son appui ;

Tous pleuraient ; quand, plus tard, il fut rentré chez lui,

Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière,

Et passèrent la nuit couchés sur une pierre

Le lendemain matin, voyant l’aube arriver ;

" Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever,

Tu vas prendre le livre et faire la prière. "

Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ;

Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait,

Et souvent à voix basse achevait le verset ;

Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte.

Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte

Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer.

" Qu’il entre. " On vit alors son regard s’éclairer

De la même clarté qu’au jour de sa naissance ;

Et l’Ange lui dit : " Dieu désire ta présence.

- Bien ", dit-il. Un frisson sur les tempes courut,

Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.


Victor Hugo, le 15 janvier 1858.

Ce poème édifiant de l'essence musulmane de Victor Hugo montre la formidable admiration que portait le poète Hugo à l'égard de l'Islam. Le CNRS malheureusement a verrouillé les écrits du poète HUGO pour cacher son islamité au monde. Après la parution de certains articles sur les réseaux mondiaux et dans la presse du Mali, Sénégal, Algérie ou encore du Liban, révélant l’islamité du poète HUGO jamais démentie au monde,l e plus grand organisme dans la recherche de France, le Centre National de la recherche scientifique (CNRS) a finalement verrouillé dans son site (atilf.fr) ouvert pourtant à l’occasion du deuxième centenaire de la naissance du poète, tous les poèmes de HUGO, islamistes ou non. Cette ignominie du CNRS, après ces révélations, a uniquement pour but d’empêcher la consultation de l’œuvre islamiste du poète jamais publiée depuis plus d’un siècle. Juste après la parution sur le réseau mondial et dans la presse arabe musulmane de ces articles révélant l’islamité jamais démentie au monde du poète HUGO, le CNRS, le plus grand centre dans la recherche scientifique en France a réagi en verrouillant tous les poèmes islamistes ou non de HUGO sur son site atilf.fr ouvert pourtant à l’occasion du bicentenaire de la naissance du plus grand poète de France. Les poèmes musulmans de Abou Bekr HUGO alias Victor HUGO introuvables dans les ouvrages du poète vendus en librairie depuis plus d’un siècle sont dédiés au prophète Mohamed (psl) et à ses compagnons (sahabas). En décidant ce verrouillage de HUGO rien que pour empêcher la vérité sur son islamité d’être affichée à la face du monde entier, le CNRS commet un crime contre la culture universelle. Par cette décision, le CNRS dévoile son engagement à poursuivre l’œuvre sombre de l’Eglise de France qui n’avait pas hésité à pactiser avec les dirigeants francs-maçons de la troisième République Française pour désacraliser la Basilique Sainte Geneviève et en faire le Panthéon de Paris à la mort de HUGO. Cette laïcisation d’une basilique pour la ravaler au rang d’un simple temple laïc avait uniquement pour but de pouvoir y admettre pour la postérité le poète HUGO afin de cacher son islamité au monde puisque la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat en France ne fut adoptée qu’en 1905 donc vingt ans après sa mort. ». Ni HUGO, ni ses deux fils et son petit fils décédés avant lui n’ont été baptisés ou inhumés chrétiennement. Probablement, des milliers d’internautes dans le monde ont pu copier les poèmes islamistes de HUGO avant que le CNRS ne se résolve ignoblement à les verrouiller sur son site. La réponse à cette ignominie du CNRS défiant la science ne doit pas être un échange de fichiers sur Internet pour la diffusion des œuvres non publiées du poète HUGO puisque l’analyse de quelques poèmes islamistes affichés par le CNRS nous a permis de constater que des vers sataniques y ont été post insérés probablement par des francs-maçons avec le silence criminel de tous ces pseudo-intellectuels qui s’activent aujourd’hui pour tenter de faire perdurer cette farce islamiste cachée dans l’œuvre inimitable et majestueuse de HUGO. Ces deux vers suivants post insérés par un vandalisme d’Etat de la France dans un poème dédié par le plus illustre des poètes au plus illustre des hommes, le prophète MOHAMED (psl), constituent une preuve indiscutable de leur acharnement à avilir l’œuvre musulmane du poète HUGO . MOHAMED (psl) « l’An neuf de l’Hégire » en raison de la répétition et de la disharmonie qu’ils recèlent et qui excluent qu’ils puissent être du style de HUGO qui est décidément inimitable. Voici encore un autre poème de HUGO intitulé « MAHOMET » tel qu’il figurait sur le site du CNRS avant verrouillage "Le divin Mahomet enfourchait tour à tour son mulet Daïdol et son âne Yafour ; Car le sage lui-même a, selon l'occurrence, son jour d'entêtement et son jour d'ignorance". Ce poème commençait sur le site du CNRS à la page 130 pour se terminer à la page 133. Donc le CNRS veut faire croire au monde qu’il a consacré quatre pages dont seulement une visible pour un poème de quatre vers qui tiennent en quatre lignes. Même un individu souffrant d’un illettrisme qui frise l’analphabétisme n’a aucune difficulté pour réaliser que l’essentiel de ce poème dédié au prophète Mohamed (psl) est resté caché, probablement en raison du vibrant hommage et de l’éloge majestueux que HUGO dans ses talents inégalables que le monde lui reconnaît, n’a pas manqué de lui consacrer. C’est ce qui ne pouvait nullement être toléré par des hommes fanatisés par le sionisme qui usent donc de ces voies inqualifiables et indignes d’intellectuels pour cacher la vérité. A cet égard, un autre poème que nous avons réussi à nous procurer dans un livre ancien de l'illustre bibliothèque Nelson éditeurs, "La légende des siècles" authentifie encore une fois la pensée musulmane de Victor Hugo: Ce poème nous permet de détourner la propagande incessante des polices de la pensée:

Verset du "Koran"
La terre tremblera d'un profond tremblement
Et les hommes diront: Qu'a t'elle? en ce moment
Sortant de l'ombre en foule ainsi que des couleuvres
Pâles, les morts viendront pour regarder leur oeuvres
Ceux qui firent le mal le poids d'une fourmi
Le verront, et pour eux Dieu sera moins ami;
Ceux qui firent le bien ce qui pèse une mouche
Le verront, et Satan leur sera moins farouche

16 septembre 1846
Victor Hugo

Le prochain article relatera l'islamité de Tolstoi...bon vent....



Samedi 10 Mars 2012


Commentaires

1.Posté par Saladeen le 10/03/2012 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tolstoi et doistoiveski,erreur de votre part

2.Posté par X man le 10/03/2012 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il avait prononcé la Chahada devant un Imam dépêché de Tlemcen.Il était tombé malade un vendredi et fut rappelé a Dieu un vendredi dans un immeuble du 16 eme.

3.Posté par Png le 11/03/2012 01:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un bien beau poéme , seulement il y'a une ligne qui me dérange ;

"Il relut le Coran de sa main même écrit,"

Tout musulman ou historien sait que Mohammed (sws) ne savait ni lire , ni écrire ...

4.Posté par Saber le 11/03/2012 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Il relut le Coran de sa main même écrit," ?

En effet c'est louche !

5.Posté par Sami le 11/03/2012 04:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Goethe a également rendu un vibrant hommage au prophète saws

6.Posté par Observateur le 11/03/2012 08:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un artice en copie/collé qui date et qui n'apporte pas de preuves. Mais apres tous si c vrai c'est bien pour lui .......
a suivre William Shakespeare alias Sliman Cheikh Ezzoubir ....

7.Posté par Sir Conflexe le 11/03/2012 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


""""""A soixante-trois ans une fièvre le prit.

Il relut le Coran de sa main même écrit, """"""""""""""""
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Il y'a forcément quelque chose qui cloche dans cet éloge,en sachant que notre Prophète MOUHAMMED -SAaws- (et non mahomet) ne savait ni lire ni écrire.Comment Victor Hugo a-t-il pu commettre cette bourde? son poème a-t-il,sciemment,été changé?Vouloir,intentionnellement ou naïvement,attribuer l'oeuvre de DIEU (swt) qu'est le Saint-Coran à un Humain,est un acte gravissime.A moins que ,comme sus-mentionné,cette oeuvre de Victor Hugo soit falsifiée,à l'insu même de son auteur.

8.Posté par Sir Conflexe le 11/03/2012 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bizarre,au moment où je postais,il n'y avait que 4 commentaires.j'ignorais que le lapsus fut déjà détecté par notre frère PNG,que je salue au passage.
Dont acte.

9.Posté par Saber le 11/03/2012 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est probable que ce poème soit vrai et si on est logique on peut considérer ce texte comme blasphématoire et islamophobe , pourquoi ?

Je considère qu'il était dans la ligne directrice de Chateaubriand , qui je rappelle est de par ses textes un raciste islamophobe contrairement à son adversaire Lamartine qui a fait tant d'éloges en faveur du prophète (asws).

Voilà ce qui est dit de Chateaubriand : " Une lettre de sa mère mourante le ramène à la religion."

Et ce qui est dit de Victor Hugo :"Âgé de quatorze ans à peine, Victor, en juillet 1816, note sur un journal : « Je veux être Chateaubriand ou rien "

Voilà ce qui est dit par Lamartine dans cette vidéo..

10.Posté par Saladeen le 11/03/2012 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes mes amis,le Prophete(aws) a recu la protection et l'ilumination divine.Dieu lui appris par le biais de l'ange Gabriel a ecrire et a lire.Mohammed(aws)n'a pas retranscrit le Coran aux hommes,sans l'avoir au prealable,ecrit,retranscrit,et assimiler.Voyez donc que vous,vous trompez,sur le facteur islamophobe de Victor Hugo.Tout au contraire cet homme d'une redoutable efficacité poetique,doté d'une veritable genie descriptif,n'a jamais cessé d'admirer le Coran et sa pure verite.Devrai je donc vous rapeller,que Mohamed(aws)ne savait pas ecrire ni lire,avant de recevoir l'illumination.L'ange Gabriel lui apprit alors,a lire et ecrire.Et c'est ainsi que Mohamed(aws)devint par le futur un redoutable tribun,et particulierement,un redoutable politicien.Mohamed(aws) avait ecrit de sa propre main,des lettres adressés aux Empereurs Byzantins,aux Basileus,aux empereurs Sassassides,pour leur demander de rejoindre sa cause universelle.Alors cessez mes amis de proferer de tels irealités.Mohamed(awd)savait parfaitement lire et ecrire a sa mort.N'oubliez pas qu'il a recu de la part de Dieu une mission prophetique a realiser sur cette terre.Cet homme ete envoye pour etre un guide pour les hommes de l'humanité.Un guide qui declamait des discours chaque vendredi,qui ne cessait d'ecrire aux empereurs,et de mettre en place des expeditions guerrieres et diplomatique a travers le moyen orient et l'afrique du nord.Cet homme a ete un genie de la pensée politique,democratique et guerriere.Un genie militaire et diplomatique qu'on oublie souvent de mentionner.Mohamed(aws)savait parfaitement lire et ecrire avant sa mort.Ne le saviez vous pas?????

11.Posté par Saladeen le 11/03/2012 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De plus Saber,vous ne pouvez melanger Chateaubriand et l'oeuvre monumental de Victor Hugo.Ne soyez pas fermé,n'ayez une pensée etriquée et butée.Sachez que les auteurs evoluent moralement a travers leurs oeuvres,leur histoire personelle,et psychologique ainsi que leur evolution morale et religieuse et au fil de leur decouverte religieuse,au fil de la clarification de leurs idées et de la verité,ces hommes changent finalement de pensée et d'objectif morale a la fin de leur vie.Un auteur ne doit etre consideré ou critiqué sur un livre ou une simple phrase mais sur l'ensemple de son oeuvre.Car un livre n'est que le representant temporelle de la pensée De Hugo dans un temps bien definis et limité.Alors qu'une oeuvre est une evolution perpetuelle a la recherche de la verité et du sens existencielle de l'homme?Prenons par exemple Tolstoi.Au debut de sa vie cet homme etait tombé dans le vice du jeu et des paris,il s'etait alors engagé dans l"armee cosaque en TcheTchenie,devenant un veritable soldat fantoche et acceptant,soutenant la doctrine tsariste d'extermination des villages musulmans du cosaque.Pourtant a la fin de sa vie,Toltoi se convertira a l'ISlam et ecrira meme livre'hadji morat'ou il realise une veritable glorification de la beauté tchetchene,du courage tchtchene,et du pragmatisme tchetchene.Ne prenez donc pas au mot tel ou tel phrase et liberez vous de vos codes et de vos contraintes partisanes et ideologiques pour vous reveiler a une nouvelle realitée cher Saber
Cordialement Saladeen

12.Posté par Sir Conflexe le 11/03/2012 20:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Saladeen,
-Il relut le Coran de sa main même écrit- cela suppose qu'il (saws) relut le coran de sa main même rédigée.alors que tout le monde sait que le prophète (saws) était entouré de scribes dont ,le rôle consistait,justement,à transcrire toute révélation,aya,ou sourate émanant du Maître de l'Univers,jusqu'au parachèvement de notre noble religion.
Et c'est Othman qui compila toutes les sourates en un seul livret et qui est entre nos mains aujourd'hui.
Dans notre magnanimité,on a toujours souhaité aux bienfaiteurs de l'Humanité de procéder,au moins,et ne serait-ce, que la profession de foi,pour qu'ils rendent Grâce à Dieu (swt) et que DIEU, en retour ,Puisse les Récompenser à leurs justes valeurs,tant leurs travaux ont été d'une grande utilité pour toute la planète.Il appartient à DIEU (swt) toute Décision et tout Jugement..

13.Posté par Saber le 11/03/2012 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdellah Ibn Messaoud r a .

14.Posté par Sir Conflexe le 11/03/2012 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdellah Ibn Messaoud r a .

Ah! c'est pour ça que j'ai eu une légère hésitation,c'est SOUS le califat de Othman r.A.
Merci,pour le rappel.

15.Posté par Png le 11/03/2012 23:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Salam à tous ,

Je rejoins l'avis et l'explication du frére Sir Conflexe , je pense aussi que c'est un ajout ou une transformation maçonnique et je n'accuse en aucun cas Victor Hugo ni ne doute de son islamité.

Et frére Saladeen tu plonges dans ce piége car Allah dans son infinie sagesse a bien voulu que le prophète Mohamed (sws) soit illettré pour faire taire toutes mauvaises langues qui oseraient dire que le saint Coran est son oeuvre. On pourrait toujours, en effet, dans le cas où ce prophète aurait été instruit, dire qu'il ait étudié l'ancien testament, la bible et toute la philosophie Grec, si riche, pour concevoir ce dit livre. Il n'en est rien. Il (sws) était un simple berger avec un potentiel intrinsèque énorme.

La révélation coranique par le biais de l'archange Gabriel aleyhi salam a duré plusieurs années , Mohammed (sws) récitait oralement et les scribes retranscrivaient les sourates et les versets au fur et à mesure tout en les apprenant par coeur .

Donc de sa main il ne l'a pas écrit.

16.Posté par said le 12/03/2012 08:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ceux qui sont intéressés par des sources à exploiter, l'invite à lire le livre de J.Barthélémy Saint-HIlaire "Mahomet et le Coran" écrit en 1865 et qu'on peut se procurer dans GOOGLE-LIVRES ainsi que d'autres documents ayant trait avec l'Islam comme par exemple "les lettres à M. de Lamartine" écrite par l'Abbé Thomas Blanc et d'autre encore ...

17.Posté par boualem le 13/03/2012 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pas mal pour un MAçon

18.Posté par sleiman le 22/03/2012 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,..... Coran (96.1)
Ici dieu ordonne au musulman de lire, ( lire sous entend lire, écrire, parler,apprendre...)
Une question: Le prophète (psl), a t il été exempt de cet ordre?

19.Posté par Passager le 25/03/2012 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

As -salamou 3alaykoum

Sleiman : le terme que tu traduit par 'Lis' est le mot iqra, qui signifie ici 'récite'. Jibril alayhi salam appris alors à notre maître Mouhammad salla l-Lahou 3alayhi wa sallam la première aya révélée.

Baraka l-Lâhou fikoum

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires