insolite, humour, conspiration...

Abdication du roi Albert II de Belgique : du Palais Royal au Palais de Justice…


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 19:26 Gilets jaunes, la grande manip

Mardi 4 Décembre 2018 - 11:28 Gilets jaune - Reveillez vous, On ne lache rien !



Olivier Berlanda
Vendredi 5 Juillet 2013

Abdication du roi Albert II de Belgique : du Palais Royal au Palais de Justice…
Après avoir littéralement été porté aux cieux par les médias belges et étrangers qui ont fait d’Albert un Gandhi couronné ou le super-héros d’une Belgique du troisième âge et des fans d’histoire de crapauds devenant princes, le roi démissionnaire Albert se verra assigner au tribunal en reconnaissance de paternité par sa fille biologique Delphine qui cherchait depuis plusieurs semaines à faire reconnaître son statut par la Justice.

Le lien filial qui existe (rait) entre elle et le roi et la procédure serait le véritable motif de l’abdication. Retour sur une famille royale qui s’apparente plus à une Cour des miracles.

L’apologie d’Albert II par des journalistes « lèches-majesté » et son homélie abracadabrantesque que les médias ont malheureusement eu l’opportunité de reprendre en chœur en cette période de début de vacances propice aux magazines où il y a plus de photos en gros plan que de texte et où le romantisme béat fait des familles royales les héros nostalgiques de contes de fées.

Un sondage paru au lendemain de l’abdication montre que 97 % des Belges estiment qu’Albert II a été « un bon roi » malgré les scandales à rebondissement. L’expression douteuse « faire un score de dictateur africain » est désormais détrônée par « avoir la popularité d’un roi belge ».

La Belgique, on le sait, a été créée en 1830, par la réunion de deux grandes populations : les wallons francophones au Sud et les flamands néerlandophones au Nord avec une capitale, Bruxelles, où désormais il y a plus d’étrangers que de Belges francophones ou néerlandophones d’ailleurs. Cela s’appelle en langage militaire (et ce fut le dessein principal de la création de ce pays) un état-tampon. La nation belge n’existant pas avant 1830 même si vous trouverez toujours des historiens d’Etat vantant la belgitude de telle ou telle tribu de tartempions avant l’arrivée des romains il y a 2 000 ans... Les Français, Anglais et Allemands, à savoir le « concert des nations européennes », avaient déniché un roi germanique, Léopold de Saxe Cobourg Gotha, qui donc n’était même pas issu des territoires qu'il allait gouverner et qui venait de refuser le trône de Grèce sur lequel le « concert des nations », cet ancêtre de l’UE, avait décidé de le placer.

Un état-tampon avec à la tête un autocrate désigné par l’Etranger ; cela ressemble beaucoup à ce qui se passe actuellement dans le monde, mais cette fois-ci, les Américains ou le complot mondial n’y sont pour rien.

N’empêche que 180 ans plus tard, la population belge qui est sur le point de divorcer suite à des disputes de villages, des redécoupages de limites de province et un clivage entre le Sud socialiste depuis toujours et un Nord de plus en plus nationaliste ; cette population belge va connaître sa septième génération de rois « tampons » devenus actuellement le ciment de l’unité « nationale » Voilà à quoi notre pays tient…

Et désormais, le bon roi Albert, populaire dans une Belgique royaliste à 97 %, s’est vu depuis une quinzaine d’année rattraper par une affaire de « fille cachée » née de ces amours avec l’épouse d’un riche industriel, Boël, qui avait reconnu l’enfant, Delphine, pour éviter au prince qui avait sans doute pris du retard dans son « droit de cuissage » avec Mme Boël ne subisse les affres du scandale et que la population ne découvre ce qu’on appelait autrefois un « bâtard » du futur roi.

Mais voilà, Delphine, fille de riche industriel et artiste à quatre sous dans sa vie « professionnelle » vient de se voir déshériter par son père « adoptif » légal qui voyait d’un mauvais œil sa tendance à vouloir prouver que le Roi Albert était son père biologique. De là, l’idée de perdre une grosse partie du magot des Boël lui tourna encore plus la tête et elle entama il y a quelques semaines une procédure judiciaire à l’encontre du paternel et réclama à la Justice belge une prise de sang royal, non seulement du Père Albert, mais aussi de ses demi-frères, dont un avait été déjà soupçonné par de mauvaises langues de ne pas être le fils du roi.

Bref, Delphine à plus de 40 ans, attaque au tribunal son papa pour que sa paternité soit enfin officiellement reconnue et bien évidemment pour qu’une partie de l’héritage royal tombe dans son escarcelle. Il est vrai qu’en matière d’héritage, mieux vaut être fille de roi que fille d’un industriel …qui vous renie, qui plus est.

D’autre part, le portrait du roi trônant dans tous les tribunaux du pays, nos juges auraient été obligés de s’occuper d’une affaire très délicate : bien que la loi belge rende le roi pratiquement inviolable légalement, on verrait difficilement au XXIe siècle, un juge débouter un enfant (même âgé de 40 ans !) d’une procédure classique au sujet d’un droit prévu dans toutes les conventions internationales. Entre le droit et le roi, les juges étaient aux abonnés absents depuis une dizaine de jours. Les politiques tremblaient également d’effroi devant une situation si explosive, avec une droite nationaliste en Flandre prête à attendre un énième scandale royal qui promettait, celui-là, d’être grandiose et de renforcer les aspirations indépendantistes du Nord. La fin de l’unité du pays suite à une prise de sang du roi : avouons que si le ridicule ne tue pas, nous n’étions cependant pas loin de verser dans une farce qui n’aurait pas du tout fait rire nos créanciers internationaux.

Et voilà, le miracle tant attendu est arrivé, le roi se fait subitement vieux et fatigué et le hasard servant bien la cause, le roi Albert II redevenant Albert Cobourg, simple citoyen, Delphine pourra enfin prouver qu’elle aussi est bien la fille du roi redevenant papa « lambda ». Mais peu importe si le trône n’est plus, l’héritage n’a pas changé. Les juges peuvent pousser un soupir de soulagement : ils n’auront pas à juger celui dont le portrait se trouvait au-dessus de leur siège de tribunal. Les politiques continueront de passer des vacances peu méritées en ne voyant pas dans cette prise de sang inédite une saignée de plus pour l’unité du pays.

Voilà la véritable histoire de cette abdication. Si nous avons décidé d’en écrire un article, c’est aussi pour démontrer à tous les royalistes français qui crient « à bas la République » ou « mort au présidentialisme» que bien que la politique française soit à un niveau de moralité largement sous le seuil de l’acceptable, notre monarchie a franchi le point de non-retour avec ses histoires dignes des plus « gueux » d’entre-nous. Des scandales, des arnaques aux impôts, de l’argent public qu’on balance en repas, en voyages et en domestiques pendant que la crise paupérise une population de vaches à lait, tout cela n’est pas uniquement le fait des républiques mais aussi des monarchies héréditaires.

Et pour enfin donner une note positive à la République, imaginons que le Président Hollande devienne monarque à vie et que dans 130 ans, sa descendance et celle, par la force des choses, de Mme Ségolène …Royal, soient encore à la tête de la France. Avouez que, malgré la situation grave dans laquelle la France se trouve, des Royal-Hollande pendant sept générations. C’est une perspective qui aurait fait froid dans le dos même sous le soleil des vacances.

Mais ce qui marquera les esprits, c’est qu’en date du 21 juillet, jour de la fête nationale, de la passation de la Couronne et de la remise des clefs du Palais, notre pays aura deux rois (Philippe et Albert) et trois reines (Mathilde, Paola et Fabiola) qui auront tous été subsidiés par le peuple belge à 97 % heureux de sa monarchie.

Malgré la crise économique, les dangers politiques, le Moyen-Orient qui s’emballe, la CIA qui espionne et la dette qui explose, le peuple belge a toujours la frite et c’est avec fierté, longues robes, grands chapeaux et feux d’artifices qu’on annoncera le règne de Philippe Ier et de Mathilde … La monarchie Potemkine ! N



Vendredi 5 Juillet 2013


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires