MONDE

APRÈS L’EXÉCUTION SOMMAIRE DE KADHAFI


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse


On grandit souvent celui que l’on veut avilir (proverbe arabe)


Jean Bonnevey
Samedi 22 Octobre 2011

APRÈS L’EXÉCUTION SOMMAIRE DE KADHAFI
«Il ne faut jamais se réjouir de la mort d’un homme quel qu’il soit»…«Nous ne voulions pas sa mort, il aurait pu se rendre dans de bonnes conditions». De Sarkozy à Juppé, les vainqueurs sentent bien qu’ils doivent se démarquer des images terribles du massacre d’un homme, qui provoque une sorte de révulsion. Les images ne mentent pas et sont plus fortes que toutes les explications et versions. C’est la haine hideuse de la populace, ivre de vengeance, qui a achevé un homme blessé et devenu sans défense.

Bernard-Henri Levy, qui pourtant s’y connaît en crime de guerre et crime contre l’humanité, trouve que, finalement, il s’agit d’un débordement, comme il y en a dans toute révolution. Ce philosophe humaniste-là aime la terreur. Qu’aurait-il dit, cependant, si le Hamas avait réservé au soldat Shalit le sort de Kadhafi ?

La fin des dictateurs meilleure que leur vie

Il y a, dans les démocraties ou ceux qui s’en réclament abusivement, une sorte de malédiction. Leurs libérations se terminent par une sale fin. On passera sur le martyr du peuple allemand, dont la protection des populations civiles n’a pas été une priorité des démocrates,alliés des Soviétiques. Depuis le suicide du führer ,les démocraties ne supportent pas que les dictateurs, ou qualifiés tels, lui échappent. Les forces du Bien enragent toujours des morts tranquilles de Franco et Pinochet. Mais, finalement, pour leur image de « gentil » cela vaut mieux.

Le 25 décembre 1989, le président de la République Socialiste de Roumanie, Nicolae Ceausescu, et son épouse, Elena, étaient fusillés par une unité d'élite des troupes roumaines. Aujourd'hui, cette exécution est loin d’être un sujet de fierté en Roumanie.

"Procureur: "qui vous êtes? » ; Ceausescu: "je suis président de la Roumanie et commandant en chef de l'armée roumaine. Je refuse de vous parler, car vous êtes provocateurs"… Procureur: "pourquoi avez-vous affamé le peuple?" ; Ceaucescu: "en tant que président, je ne répondrai pas à cette question. Mais en tant que citoyen, je vais vous dire ce qui suit. J'ai garanti à chaque paysan 200 kg de blé par membre de sa famille. Vous mentez en affirmant que j'ai affamé les gens. C'est un mensonge éhonté. Cela prouve que vous manquez de patriotisme » ; Procureur: "vos programmes sont excellents sur le papier. Mais pourquoi ne sont-ils pas appliqués?"

La fin du procès est connue. Après une salve tirée par les soldats, Nicolae Ceausescu gisait sur terre et son visage exprimait l'étonnement. Avant de mourir, son épouse Elena a exigé qu'on enlève les cordes qui l'entortillaient, en assurant qu'elle avait nourri et élevé les soldats qui l'entravaient.

On peut revenir, également, sur la fin de Saddam Hussein. On l’a exhibé comme un rat dans un trou, pour l’avilir après l’avoir drogué. Mais à l’issue d’un procès honteux, pendant sa pendaison en direct, il a été d’une morgue et d’un courage qui ont forcé l admiration. Il était bien plus digne et plus grand que ses juges. Qui peut dire le contraire ? Quant à Kadhafi, on a vu comment, incrédule, il est lynché par un peuple dont, dans sa folie déconnectée du réel, il a cru, jusqu’au bout, qu’il lui était dévoué en grande partie.

Une résistance inégale et malheureuse prend toujours du sens

L’Otan affirme maintenant n’y être pour rien et l’Onu demande une commission d’enquête. On croit rêver. Bien sûr que l’objectif était de le tuer pour gagner la guerre. Et maintenant, on dit qu’on ne voulait pas que cela se termine comme cela.

L'Otan ignorait que Mouammar Kadhafi se trouvait dans l'un des véhicules du convoi dont l'aviation alliée a bloqué, jeudi matin la progression, près de Syrte, précipitant la fin de l'ex-dirigeant libyen, a déclaré l'Alliance Atlantique. Le récit détaillé de l'opération aérienne suggère que le convoi, tentant de fuir la ville natale de l'ex-«Guide» de la révolution libyenne, était plus important que ne le laissaient entendre les premières informations. L'aviation de l'OtTAN, précise le communiqué, a touché 11 véhicules du convoi que formaient, au total ,quelque 75 véhicules.

Safia Kadhafi, la veuve de l'ex-dirigeant libyen, a réclamé une enquête des Nations unies sur les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi, rapporte la chaîne de télévision syrienne Arraï. Safia Kadhafi, qui s'est réfugiée en Algérie, demande aussi que la vérité soit faite sur la mort de Moutassim, un des fils du colonel libyen, tué lui aussi jeudi près de Syrte. Sur un bandeau déroulant diffusé à l'antenne, Arraï précise que la veuve de Mouammar Kadhafi est fière du courage de son mari et de ses enfants qui, ajoute la chaîne, ont résisté à 40 pays et à leurs agents pendant six mois. Elle les considère comme des martyrs.

Est-ce vraiment totalement terminé ?

« Saïf al Islam Kadhafi, fils de l'ancien dirigeant libyen, fuit la région de Syrte en direction du Niger », a dit un haut responsable militaire du Conseil national de transition (CNT). «Nous sommes à sa recherche. Les combattants dans la région sont en alerte», a déclaré Abdoul Madjid Mlegta. Saïf al Islam, l'ancien dauphin présumé de Mouammar Kadhafi, se déplacerait dans un convoi de trois véhicules armés, a ajouté le coordinateur des opérations militaires du CNT. Il fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crime contre l'humanité. Un responsable militaire du CNT affirmait que le convoi de Saïf al Islam était encerclé par ses hommes.

L'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saadi, a trouvé refuge, début septembre, à Niamey, la capitale du Niger. Le gouvernement nigérien a indiqué, jeudi, que Abdallah al Senoussi, chef des services de renseignement de Mouammar Kadhafi, avait trouvé refuge dans l'extrême-nord du pays. Senoussi, beau-frère du «guide» libyen, est également recherché par la CPI.

La Libye n’existe plus. Il faut la reconstruire. « Il n’y a ni institution, ni armée», indiquait, à 20 Minutes, Riadh Sidaoui, le directeur du Centre arabe de recherches et d’analyses politiques et sociales de Genève. Selon Riadh Sidaoui, la priorité va être de «construire une armée nationale, homogène et disciplinée». Le pays regorge en effet d’armes, dont pourraient s’emparer des groupes radicaux qui pourraient nuire à la réconciliation. L’Otan a d’ailleurs déjà indiqué que l’arrêt progressif de ses missions de surveillance se ferait en fonction des capacités du CNT à maintenir la sécurité dans le pays.

Seulement, se pose la question des leaders. Le CNT a bien un chef officiel, Moustafa Abdeldjelil, mais son numéro deux, Mahmoud Jibril, est également en vue. Et le Conseil souffre déjà de divisions internes, entre laïcs et partisans d’un islam politique. Des chefs militaires, qui ont mené la bataille sur le front, pourraient également se manifester et réclamer des féodalités.

Tout commence, paraît-il; mais la fin se termine mal. Tout le monde le sait, mais personne ne veut le dire. Il y a, dans les pays arabes et musulmans, une malédiction qui pèse sur les vraies fausses victoires des hypocrites démocraties… La Libye n’y échappera pas. On en prend le pari.

http://metamag.fr/


Samedi 22 Octobre 2011


Commentaires

1.Posté par Aigle le 22/10/2011 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant que les " Zélus" voudront VOLER le sang versé des Jeunes arabes pour acceder à un "nouveau monde arabe " on peut toujours parier ...Et le perdant dans tout cela n'est pas celui que l'on imagine .

2.Posté par Mina le 22/10/2011 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La malédiction des musulmans c'est d'avoir tuer les descendant du prophètes (les 11 imams) ahlou el beyt.

3.Posté par joszik le 22/10/2011 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kadhafi lynché par "un peuple" quel peuple? Des taulards d’Égypte et de Tunisie libérés à la hâte? des criminels sortis du fond des prisons Libyennes pour semer la terreur jours et nuits avec des armes et un stock considérable de munitions fournis par une coalition anti-africaine soutenus par tous leurs partis de gauche qui rampent comme des larves?

4.Posté par A BAS LES OPPOSANTS A L''ETRANGER, CES TRAITRES ARABES MAUDITS ! le 23/10/2011 02:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maudit sois l'otan et ses vassaux !
un jour l'occident paiera très cher les malheurs qu'il inflige aux musulmans.
Nous arabo-musulmans nous n'acceptons pas le demantèlement de nos pays pour renverser un régime quel qu'il soit. - AUX REGIMES OCCIDENTAUX JE LANCE UN APPEL- :
SACHEZ QU'ON PREFERE NOS TYRANS QUI EUX SONT SUR LEUR TERRE PLUTOT QUE VOTRE PRESENCE IMPERIALISTE ET NEOCOLONIALE CHEZ NOUS.ON VEUT PAS RENVERSER NOS REGIMES
A N' IMPORTE QUEL PRIX METTEZ LE BIEN DANS VOS TETES !
EST-CE QUE NOUS INTERVENONS DANS VOS AFFAIRES ? EST-CE QUE LES COMMUNAUTES VIVANT CHEZ VOUS EN EUROPE OU AILLEURS VOUS MENACENT DANS VOS SYSTEME POLITIQUE DIRECTEMENT?
FICHEZ-NOUS LA PAIX UN BONNE FOIS POUR TOUTE ! ON NE VEUT PAS DE VOUS EN IMPERIALISTES ET DONNEURS D'ORDRE RENTREZ CHEZ VOUS ET LAISSEZ NOUS VIVRE NOS PROBLEME ENTRE NOUS !
LE COMMERCE INTERNATIONALE EXISTE POUR CONCLURE DES MARCHES ET DES CONTRATS CONTENTEZ-VOUS DE CELA ET RENTREZ CHEZ VOUS ! BASTA DE VOTRE INGERENCE DANS NOS AFFAIRES INTERIEURES ! QUITTEZ LA LIBYE !
PRENEZ GARDE LE VENT TOURNERA UN JOUR ET QUI SEME LA COLERE RECOLTE LA TEMPETE.

5.Posté par fadcou le 26/10/2011 02:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle prouesse! Déclarer qu'on veut instaurer la démocratie dans un pays et ne réussir qu'à installer un régime de talibans radicaux, il faut le faire!
Que Dieu réserve aux barbares de l'otan le même sort qu'en Afganistan et que les nouveaux maîtres de la libye les jettent dehors comme des malpropres qu'ils sont.
En attendant, ceux qui, croyant en la démocratie de l'occident dansaient à la chute du régime de Khadafi, n'ont qu'à danser plus fort maintenant qu'ils ont la charia et la polygamie et tout le reste. Femmes libyennes qui dansiez, dansez maintenant que vous ne serez plus libres.

6.Posté par poster par boufon67 le26/10/2011 22.05 le 26/10/2011 22:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

HONTE VOUS AVEZ DONNER EN PATURE AU CNT KHADAFI VOTRE SOIT DISANT AMI ET APRES VOUS FAITES UN DISCOURT IL NE FAUT PAS VOUS REJOUIR DE LA MORT D'UN HOMME VOUS NOUS PRENNEZ VRAIMENT POUR DES IDIOTS ALORS MOI JE DIS TOUT HAUT QUE SHARKOZIE ET JUPPE ET OBAMA ET CAMERON ET CNT ONT ASSASINES LE PRESIDENT LIBYIEN KHADAFI ET APPELLENT TOUT LES MUSULMANS DU MONDE A FAIRE des manifestations

7.Posté par poster par boufon67 le26/10/2011 22.05 le 26/10/2011 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

QUE DIRE DE BERNARD HENRI LEVY CE PERSONNAGE ET UN GRAND RACISTE IL SE FAIT PASSER POUR UN GENTIL ALORS QUE ILS DETESTE LES ARABES

8.Posté par poster par boufon67 le26/10/2011 22.05 le 26/10/2011 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ASSASIN BERNARD HENRI LEVY QUI DIFFUSE DE FAUSSE INFORMATIONT SUR LE MONDE ARABE POUR DECLENCHER DES GUERREET FAIRE TOMBER DES PRESIDENT ARABES IL AFAIT TOMBER SHADAM HUSSEIN ET KHADAFI A QUI LE TOUR CETTE ECRIVAIN ET REDOUTABLE IL ET ECOUTER DANS LE MONDE ENTIER ALORS APPELLE AUNE MANIFESTAIONT CONTR BERNARD HENRI LEVY

9.Posté par Antoine le 26/10/2011 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, « ´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».

Hypocrisie internationale.

À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugié à Syrte, avec gardes corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoit Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’ «élimination physique »du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

« La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».

Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruit et Kadhafi seulement blessé.

Soupirs de satisfaction.

Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande ῞Allah Akbarˮà pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».

On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.



"Le canard enchaîné"

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires