insolite, humour, conspiration...

ÂNNERIE SONNANTE ET TREBUCHANTE


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 19:26 Gilets jaunes, la grande manip



Jeudi 22 Janvier 2009

ÂNNERIE SONNANTE ET TREBUCHANTE

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

Il parait que la crise est là, que la récession guette, que les caisses sont vides ! Soit ! Est-ce pour autant une raison de faire des économies, retrousser ses manches et faire bonne figure contre mauvais vent économique ? Sûrement pas ! Le dernier chic est plutôt d’aller s’étaler sur le divan d’un psy-machin chose, d’épancher ses états d’âmes, doutes, craintes, angoisses, frustrations, voire fantasmes… Et puis, tant qu’à le faire, autant que ce soit aux frais sinon de la princesse – elle-même sans doute en thérapie – du moins à celui de son patron !
D’où le Ticket-psy, sur le modèle du ticket-Restaurant ou du chèque-vacances. Il fallait y penser, mais quand une ânerie est possible, il est rare qu’elle ne trouve pas preneur ! « L’idée a germé au sein d’un cabinet de prévention des risques psychosociaux, ASP Entreprises, spécialisé dans les problématiques de stress au travail. Mal-être, dépression, la souffrance psychique liée à l’activité professionnelle a cessé d’être tabou en France depuis une quinzaine d’années », explique la journaliste Marie-Joëlle Gros dans le quotidien Libération.
Seulement, la générosité a ses limites : « Pour l’entreprise, la valeur d’un ticket est de 100 euros, un montant qui comprend le règlement de la consultation du psy et les frais annexes. Un salarié peut légitimement demander à bénéficier de deux carnets, soit dix séances de psychothérapie. »
1000 euros le coup de déprime aux frais de l’employeur, donc… mais ensuite, s’il prend goût à la bagatelle, l’employé est prié de mettre la main à la poche pour poursuivre sa psychothérapie.
« Avec la période de tensions qui s’annonce dans le monde du travail, le Ticket-Psy aura-t-il le temps de trouver son public ? » s’interroge la journaliste Marie-Joëlle Gros. Sûrement !
Il est certain qu’on met ainsi à la disposition des psy-machins choses un cheptel inespéré de clients potentiels qu’ils n’auront sans doute guère de difficultés à convaincre de poursuivre leur déprime sinon ad vitam aeternam du moins jusqu’à leurs ultimes centimes d’euros d’économie.
Dans le même ordre d’idées, ne pourrait-on pas imaginer que les patrons offrent aussi un carnet de Tickets-hedge funds pour soutenir la Bourse en promettant à tout quidam de s’enrichir ainsi plus sûrement encore qu’au Loto ? Ou alors un carnet de Tickets-casino pour donner le goût hélas parfois bien méconnu des tapis verts ? Ou encore un carnet de Tickets-Sex toys pour les longues soirées d’hiver de Madame pendant que Monsieur épluche son carnet de Tickets-matchs de foot ?
Et, in fine, faire rembourser la plaisanterie par notre Bonne Mère Sécurité sociale dont le trou abyssal n’est évidemment pas à cela près.


© Philippe Randa, écrivain et éditeur www.dualpha.com, est également rédacteur en chef adjoint de Flash Magazine (www.flashmagazine.fr). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines.


Jeudi 22 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par jip le 11/02/2009 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

total dac avec toi Randa
toujours sur tes pollars Philippe ?

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires