Politique Nationale/Internationale

  Une nouvelle politique de l’aménagement du territoire pour un espace équilibré et solidaire 


ALGERIE


Abderrahmane Mebtoul
Samedi 25 Janvier 2020

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET PÔLES REGIONAUX

   Algérie- une nouvelle  politique de l’aménagement du territoire pour un espace équilibré et solidaire 

Professeur des universités, expert international Dr Abderrahmane MEBTOUL

 Avec la pression démographique  souvent oubliée  (43,4  millions au 01 janvier 2019, plus de 50 millions horizon 2030), et une  demande sociale croissante, en ce mois de janvier 2020, plus  de 70% de la population algérienne vit dans des grandes et petites villes, avec  une urbanisation souvent anarchique. Cette présente analyse  qui reprend les grands axes que j’ai tracés dans ouvrage collectif sous ma direction, parue en 2004 (1)  pose la problématique d’une nouvelle politique  de l’aménagement du territoire inséparable d’une réelle décentralisation selon une vision stratégique, évitant des replâtrages de court terme, ayant  des incidences économiques, sociales et sécuritaires. Déjà  entre 1982/1983, en tant que haut magistrat (premier conseiller) et directeur  général  des études économiques à la Cour des comptes, lors d’un contrôle ayant touché les 31 wilayas de l’époque, ayant présidé les réunions avec les Walis, en présence de  la  société civile,  sur les infrastructures et l’habitat , j’ai pu constater déjà, outre les surcouts,  le manque de vision stratégique pour un espace équilibré et solidaire . La gestion non maîtrisée des banlieues, plus près de nous la France, comme dans le vieux Mexico que j’ai eu l’occasion de visiter (insécurité totale dès 20h) , devrait faire réfléchir nos autorités. Lors d’une longue tournée aux Etats Unis d’Amérique (Virginie, Washington- New York, Caroline du Sud)  à l’invitation  d’institutions et de  hautes personnalités économiques et politiques  américaines,  j’ai pu découvrir l’expérience réussie de   Greenville, à méditer en fonction de notre anthropologie culturelle,  tournant autour de la dynamisation  de pôles régionaux concurrentiels. Comme j’ai eu l’occasion lors d’une conférence il y a de cela  cinq années à l’invitation du  parlement européen à Bruxelles ,  de mettre en relief  que la politique d’aménagement du territoire dépasse le cadre strict de l’Eta t-nation mais devrait s’inscrire, pour le cas des pays du Maghreb,  dans le cadre euro-méditerranéen et africain.

  1-Pour une nouvelle politique de l’aménagement du territoire 

1.1-L'Algérie s'étend sur 2 380 000 km2 dont 2100 000 km2 d'espace saharien. La densité paraît faible, mais les 9/10e de la population sont concentrés sur les terres du Nord. Sa situation géographique est stratégique : en face de l'Europe, côtoyant la Tunisie, l'Atlantique Maroc/Mauritanie, la Libye, le Mali et le Niger comme point d'appui de l'Afrique sub-saharienne. L’objectif stratégique horizon 2010/2020 est d’éviter que plus de 95% de la population vive sur moins de 10% du territoire et avoir une autre vision de l’aménagement de l’espace. Nous assistons, hélas, à des constructions anarchiques avec le manque d’homogénéisation dans le mode architectural, un taux accéléré d’urbanisation avec des bidonvilles autour des grandes villes, avec le risque de l’extension de nouvelles formes de violence à travers le banditisme et de maux sociaux comme la drogue et la prostitution. Il suffit de visiter toutes les wilayas, sans exception, pour constater des routes, des infrastructures et des ouvrages d’art qui ont coûté à la collectivité nationale plusieurs dizaines de milliards de centimes inutilisables en cas d’intempéries, des routes éventrées à l’intérieur des villes où la plupart des autorités se complaisent uniquement aux axes principaux visités par les officiels, des ordures qui s’amoncellent depuis des années à travers la majorité des quartiers périphériques, des logements que les citoyens refont, surtout les secondes œuvres avec des VRD non finies, des espaces verts qui font place à du béton, la construction d’unités dangereuses et polluantes près des villes, des sites touristiques, près des côtes, contenant plusieurs centaines de lits et qui déversent à la mer leurs déchets sans compter le manque d’eau pour l’hygiène. Cela témoigne d’actions urgentes dont la responsabilité ne concerne pas seulement un département ministériel. Cette situation peut avoir des conséquences très graves,  avec la "bidonvilisation" qui a un coût, sans compter les aspects sécuritaires.

 1.2.-L'aménagement du territoire plaçant l'homme pensant et créateur au cœur du développent doit réaliser un double objectif, d’une part, une société plus équilibrée, plus participative et solidaire, d’autre part, la croissance au service de l’emploi. L’aménagement du territoire devra répondre aux besoins des populations en quelque lieu qu'elles se trouvent et assurer la mise en valeur de chaque portion de l'espace où elles sont installées. Il ne s'agira pas d'opposer le rural à l’urbain, les métropoles aux provinces, les grandes villes aux petites mais d'organiser leurs solidarités à travers des réseaux rénovés qui tiennent compte des mutations, tant internes que de l'économie mondialisée en favorisant une armature urbaine souple à travers les réseaux par la fluidité des échanges, la circulation des hommes, des biens, les infrastructures et les réseaux de communication.Cela implique une nouvelle architecture des villes, des sous-systèmes de réseaux mieux articulés, plus interdépendants bien que autonomes dans leurs décisions, évitant le gigantisme. Elle devra forcément se situer dans le cadre d'une stratégie plus globale dépassant l’espace Algérie. Cela doit inclure la protection de l’environnement, impliquant un nouveau modèle énergétique pour un développent durable qui protège les générations futures, pour éviter la destruction dans un avenir proche de notre planète, et qui avec l’eau (cet or bleu) seront l’enjeu du XXIe siècle. Cette action devra s'inscrire dans le cadre de l'espace africain, maghrébin, et euro-méditerranéen qui est l'espace naturel de l'Algérie. Aussi, si la politique méditerranéenne est une évidence, il s'agit pour les riverains sud-sahariens, ainsi qu’à nos frontières,  d'imaginer ensemble des zones tampons de prospérité et non voir ces zones sous des angles négatifs, ce qui accroît les tensions comme en témoigne cet exode massif  vers l’Europe. 


2- Pour des collectivités locales manager

 2.1-Le siège de la commune est le premier repère pour le citoyen dans son jugement sur la grandeur de l’Etat républicain. Il est bien évident que l’Etat de délabrement de la bâtisse, l’absence d’entretien des espaces ouverts, la tenue des fonctionnaires, le mauvais accueil, comme c’est souvent le cas, ne peuvent que renvoyer à une image négative de la perception de la notion d’Etat. Dans la pratique quotidienne, que ce soit pour un extrait de naissance ou tout autre document, le citoyen mal renseigné sur ses droits et livré à lui-même dans le labyrinthe de l’administration est ballotté de service en service. Quand ce type d’attitude devient répétitif, cela génère une forme de divorce entre le citoyen et l’Etat et souvent une perte de confiance pas seulement imputable aux présidents d’APC dans la mesure où actuellement le véritable pouvoir local est concentré aux mains des walis et chefs de daïra. Cellule de base par excellence, la commune algérienne est régie par des textes qui ne sont plus d’actualité, autrement dit frappés de caducité. L’implication du citoyen dans le processus décisionnel qui engage l’avenir des générations futures, est une manière pour l’Etat, de marquer sa volonté de justice et de réhabiliter sa crédibilité en donnant un sens positif à son rôle de régulateur et d’arbitre de la demande sociale. L’Etat soucieux du regain de sa crédibilité devra se manifester par sa présence et sa disponibilité d’écoute au niveau des communes, voire des quartiers et centres ruraux, où ses actions doivent être les plus perceptibles. La commune devra donc assurer sa mutation profonde, pour devenir un espace de convivialité qui intègre dans sa démarche l’action citoyenne du mouvement associatif. Après la “commune providence” du tout-Etat, l’heure est au partenariat entre les différents acteurs de la vie économique et sociale, à la solidarité, à la recherche de toutes formes de synergie et à l’ingénierie territoriale pour une valeur ajoutée réelle et non se limiter à ces faux emplois où l’on refait annuellement les trottoirs. C’est dans ce contexte que la commune doit apparaître comme un élément fédérateur de toutes les bonnes volontés et initiatives qui participent à l’amélioration du cadre de vie du citoyen, à la valorisation et au marketing d’un espace. L’Etat doit se retirer progressivement de la gestion directe de l’économie, pour se consacrer aux missions stratégiques d’animation, d’organisation et de régulation du développement économique et social du pays.

 2.2-En tant que responsable de la politique économique et animateur-régulateur, l’Etat aura vraisemblablement à se dessaisir des charges d’administration en rapport avec la gestion des territoires des communes, pour permettre à ces dernières d’assumer pleinement leurs missions de managers de leurs espaces respectifs. A la commune pourront sans doute échoir les charges de production des services publics de base, de l’organisation du cadre de vie et de l’aide sociale de proximité. La commune devra être ainsi un service public de proximité, nécessairement attentif à l’écoute du citoyen et du mouvement associatif. En relation avec la responsabilité d’administration de son territoire, la commune aura aussi la charge directe de promouvoir et d’animer le développement de cet espace. Ce volet concerne certainement la mission la plus novatrice qu’aura à assumer la commune, dans la mesure où elle aura à s’assimiler à une entreprise rompue aux techniques modernes de management et capable de générer des richesses à partir de la valorisation de ses ressources propres pour le financement de son développement économique et social. C’est à la commune que reviendra  la charge de promouvoir son espace pour l’accueil  de l’investissement. Le double objectif recherché serait la création de ressources fiscales et la promotion de l’emploi de proximité. Avec le nouveau système politique, la commune aura par ailleurs et naturellement à se constituer en centre d’apprentissage de la démocratie de proximité, qui la tiendra comptable de l’accomplissement de ses missions. Selon les missions évoquées, la commune doit se préparer à une mutation radicale devant faire passer du stade de collectivité locale providence gestionnaire des concours définitifs de l’Etat, à celui de collectivité entreprise responsable de l’aménagement, du développement et du marketing de son territoire. C’est que cette  mutation soulève évidemment la question des moyens et surtout celle de leur optimisation. La réforme de la fiscalité locale nécessaire devra prendre en charge les ressources propres dont doivent disposer les communes, selon les compétences qui leur seront attribuées, ainsi que les péréquations qui permettront d’aider les moins favorisées d’entre elles. L’image de la commune-manager repose  sur la nécessité de faire plus et mieux avec des ressources restreintes, évitant le gaspillage ce qui exclut obligatoirement le pilotage à vue, avec des perspectives de long terme  et des arbitrages cohérents  qui implique la rigueur de l’acte de gestion. 

En résumé, l’ensemble des actions citées précédemment implique d’une part, la restructuration de la société civile locale comme puissant réseau de mobilisation et d’intermédiation (dialogue et toujours le dialogue), d’autre part,  le passage de l’Etat de  « soutien contre la rente » à l’Etat de Droit  basé sur le travail et l’intelligence. .C’est un pari politique majeur, car il implique tout simplement un nouveau contrat social et un nouveau contrat politique entre la nation et l’Etat. C’est le principal défi du renouveau des collectivités locales, non selon une vision administrative, mais selon une démarche véritablement démocratique, fondée sur une participation citoyenne,  renvoyant à la refondation de l’Etat algérien  et  sur une véritable décentralisation à ne pas confondre avec déconcentration vision bureaucratique centralisatrice du passé.


-- (1)-Voir l’ouvrage collectif pluridisciplinaire sous la direction du professeur Abderrahmane Mebtoul assisté de six professeurs d’université et experts  « les défis de l’Algérie : réformes et démocratie  Casbah Editions (2004 Alger 2 volumes -500 pages) où un long chapitre a été consacrée à ce sujet. 


Samedi 25 Janvier 2020


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires