ALTER INFO

''...si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule...''


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Mener deux, trois vies à la fois ? « Un jeu d'enfant ! » souffle Paul. Il avale son petit noir, à la table d'un café, et s'amuse à l'idée de dévoiler son odyssée sentimentale. « J'ai toujours été infidèle, lâche-t-il. J'ai rencontré ma femme à 22 ans et, avant même qu'on vive sous le même toit, je l'ai trompée. » Ce butineur hédoniste, âgé de 48 ans, aux cheveux poivre et sel, a longtemps pratiqué une « drague de cueillette plutôt que de culture ». Transporté par le désir, il gratifie ses maîtresses d'un « chérie », pour ne pas se tromper de prénom, et, s'il peut les cueillir au travail, il ne s'en prive pas. Son plaisir, c'est la chasse, la conquête. « Ce moment d'une grâce inouïe, poursuit-il, qui fait basculer la femme de la réserve à l'abandon. » Une proie de choix, l'épouse. « La femme mariée, deux enfants, 35 ans, est intéressante parce qu'elle ne veut pas d'emmerdes, dit-il, et recherche des frissons qu'elle ne connaît plus. »


Masjiddarwa@yahoo.fr
Jeudi 3 Avril 2008

''...si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule...''
Selon l'avocate Sylvie Cohen-Solal, habituée aux affaires de divorce dans son cabinet parisien, « L'adultère reste la faute la plus invoquée, explique-t-elle. Et ce sont les femmes, à 88%, qui demandent le divorce. Il y a deux sortes d'infidélité: l'accident de parcours et la liaison installée. Ce sont plutôt des hommes, âgés de 40 à 50 ans, qui mènent cette double vie. C'est la résidence alternée: la semaine chez la femme, le week-end chez la maîtresse ! » A 30 ans, Isabelle était abonnée au week-end. C'était elle, la clandestine. Elle a vécu sept ans en pointillé avec un homme marié dont la femme vivait en province. Le jour où elle a voulu un enfant, il a hurlé. Elle l'a quitté. « J'ai eu droit aux promesses, aux insultes, aux menaces, dit-elle. Il a tout tenté pour me récupérer. »

Les mâles seraient-ils par nature polygames ? Voilà une idée répandue par certains biologistes et éthnologues, en particulier anglo-saxons, appliquée à l'homme: les mâles seraient coureurs; les femmes, monogames et sélectives. D'après le docteur Marc Ganem « Plusieurs études ont montré que l'infidélité de l'homme pourrait être constitutionnelle voire chromosomique, ce qui n'est pas une invitation de ma part au passage à l'acte. L'infidélité des femmes était plutôt une infidélité arrivant dans deux circonstances - un épuisement total du couple ou l'arrivée brutale d'une passion ou d'un amour », des circonstances plutôt d'ordre social. Selon une enquête récente, 32 % des hommes se disent infidèles ou tentés de l'être. En approfondissant un peu plus les chiffres, on se rend compte que ce sont majoritairement les hommes situés dans la tranche d'âge 40/55 ans qui possèdent véritablement une double vie. Les autres préfèrent les amourettes de passage.

Pas étonnant donc qu'un nouveau (?) phénomène se développe aujourd'hui : le polyamour. Selon Wikipédia : « Le polyamour (en anglais polyamory) est un néologisme qui traduit l'idée d'« amours multiples ». Il a été créé indépendamment par plusieurs personnes, parmi lesquelles Morning Glory Zell Ravenheart, qui introduit le terme de « relations polyamoureuses » dans son article A Bouquet of Lovers, de 1990. Jennifer Wesp démarra le newsgroup Usenet [alt.polyamory] en 1992. Néanmoins, des occurrences de ce terme ont été repérées depuis les années 1960.
L'idéal du polyamour est une relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément. Cet idéal implique de chercher à être en accord avec soi-même sans tabous et de considérer caduque la monogamie traditionnelle. Les personnes impliquées dans ces relations se disent polyamoureuses, ou plus simplement poly. Le terme est importé des pays anglophones où la prise de conscience est plus vive, les francophones parlant plus volontiers d'amour libre ou non-exclusivité, termes qui représentent imparfaitement la philosophie polyamour, qui ajoute des notions de responsabilité et de croissance personnelle et l'idée d'aimer plus, sans se limiter à n'aimer physiquement qu'une seule personne.
La plupart des monogames définissent la fidélité comme l'engagement envers un partenaire unique (à la fois), à l'exclusion de tout autre partenaire sexuel pendant la relation. La plupart des polyamoureux définissent la fidélité par la franchise et la prévenance envers leurs partenaires, et par la fidélité aux engagements pris envers ces partenaires.
La plupart des polyamoureux mettent l'accent sur le respect dû à tous les partenaires. C'est une autre conception des rapports humains qui prévaut, une conception où la richesse affective et relationnelle l'emporte sur la retenue. On estime qu'entre 1 % et 4 % des couples y ont déjà participé, mais il est difficile de donner des chiffres précis car le sujet est souvent tabou. Les raisons profondes propres aux personnes attirées par cette pratique sexuelle ne sont pas transparentes. La perspective sociologique avance qu'il s’agirait d’une forme moderne de polygamie. » Voilà le mot est dit !
« Les polyamoureux se distinguent des échangistes en cherchant des relations à long terme en amour au lieu de chercher uniquement du sexe ou du divertissement social tout simple. On vise à établir des « ménage à trois » ou « ménage à quatre » quasi-permanents ; leurs buts peuvent alors être souvent très incompatibles avec ceux des échangistes. » « l’échangisme va des frontières (chevauchées) du travail sexuel aux rêves conjugaux d’une sexualité “autre” et libertine. Une fois facilement prouvé que l’échangisme se fait sous contrôle et domination masculine, une des questions qui se pose est le sens de cette polygamie masculine. Notamment comment s’inscrit-elle dans l’évolution des rapports hommes/femmes ? Le terme « échangisme » est utilisé dans son sens commun et générique. En réalité, c’est le terme bannière, le mot valise, derrière lequel se cache autant l’échange des conjointes, que des pratiques “triolistes” d’hommes seuls rêvant, derrière un journal de petites annonces ou sur le seuil d’un club «ouvert à tous et à toutes», à des rencontres sexuelles moins onéreuses que celles proposées dans la prostitution classique. »

Ces intégristes de la perversion ne semblent déranger personne. Pourtant, lorsqu'un homme souhaite rendre heureuse 2 femmes en même temps par les liens sacrés du mariage, s'engageant à les aimer, les chérir et les préserver ainsi que leurs enfants, on crie à l'ignominie, à l'injustice. Au nom de la liberté et des libertés sexuelles, on autorise et tolère toute forme de perversion ; jusqu’en mars 2004, aucune loi française ne punissait la zoophilie (sauf dans le cas où l’animal subissait des sévices.), mais on reconnaît la polygamie comme un délit ! A moins que vous ne vous appeliez Hugues Hefner, que vous soyez le fondateur du magazine Playboy et des playmates et que vous viviez dans un manoir « bourré » de blondes, alors là, vous êtes un génie. Paradoxal ? Non, occidental...

Les médias, à travers le monde, ne cessent de mener des campagnes mensongères successives pour défigurer l'image de l'Islam de façon générale et celle de ses aspects sociaux en particulier; cela afin de les exposer au public avec beaucoup de déformations et de mensonges. C'est dans cette perspective que viennent des œuvres artistiques pour renforcer ces campagnes mensongères en s'inspirant de la conception contre l'Islam. Ainsi, les auteurs ont représenté la femme musulmane comme un être faible, privé de sa volonté et de ses droits, un être persécuté par l'homme qui en possède plusieurs et ne pratique pas l'équité entre elles. Ils se sont érigés en défenseurs de la liberté et des droits de la femme, revendiquant l'égalité entre l'homme et la femme dans tous les aspects de la vie. Ils ont ainsi attiré la femme et l'ont jetée dans le labyrinthe de la liberté illusoire pour qu'elle se rebelle contre les attaches et les traditions sociales, la regardant se défaire des liens des bonnes mœurs et de l'honneur, au point que lorsque leur but est atteint, ils se retournent contre elle afin de réaliser de vils profits sur son compte. Aussi ont-ils colonisé les rondeurs de son corps pour servir des objectifs publicitaires émanant d'un mercantilisme servile ou dans un but provocateur de désirs, comme ils ont confisqué les symboles de sa pureté, tantôt au nom du plaisir, tantôt au nom de la liberté et de l'émancipation.

Ainsi peut-on voir sur les chaînes satellites arabes des films ou des feuilletons représentant des situations de polygamie où celle-ci est montrée comme un crime, une injustice et un facteur de malheur touchant le couple ; au point que l'on conclut toujours par l'échec du mariage ou par un fin misérable pour le pauvre qui finit sa vie dans un hôpital psychiatrique ou qui déserte son foyer sans retour. Dans l'une des tentatives de déformer la polygamie orientale, un magazine a publié – de façon rusée et perverse – un article d'un écrivain qui a décrit la polygamie dans une tribu africaine non-musulmane où il dit : « Il revient au mari d'offrir l'une de ses épouses à quelque invité qui frapperait à sa porte de nuit. ». L'auteur tente par la suite de trouver une relation de ressemblance entre ce cas de figure abominable et la polygamie en Islam.

Le Coran est le seul livre religieux sur ce globe à contenir la phrase « si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule ». Il n'existe aucun autre livre religieux qui, s'adressant à l'homme, lui dit de n'épouser qu'une seule femme. Dans aucun autre livre religieux, que ce soit le Véda, le Ramayan, le Mahabharat, le Gita, le Talmud ou la Bible, nous ne trouvons de restriction quant au nombre d'épouses. Selon ces écritures, un homme peut épouser autant de femmes qu'il le souhaite. Ce n'est que bien plus tard que les prêtres hindous et l'église chrétienne ont restreint le nombre de femmes à une. Selon les manuscrits anciens, plusieurs personnalités hindoues ont eu plusieurs épouses. Le Roi Dashrat, père de Rama, a eu plus d'une épouse. Krishna en a également eu plusieurs. Il était permis aux premiers chrétiens d'avoir autant d'épouses qu'ils le souhaitaient, puisque la Bible ne fait mention d'aucune restriction à cet égard. Mais il y a de cela quelques siècles, l'Église a restreint le nombre d'épouses à une. La polygamie est permise dans le judaïsme. Selon la loi talmudique, Abraham a eu trois femmes et Salomon, des centaines. La pratique de la polygamie s'est perpétuée jusqu'au moment où Rabbi Gershom ben Yehudah (960 à 1030 de notre ère) a émis un décret contre elle. Les communautés juives séfarades qui vivent dans les pays musulmans ont perpétué cette pratique jusqu'à aussi tard que 1950, année où une loi du rabbin en chef d'Israël le leur interdit.
Selon le recensement de 1975, en Inde, les hindous sont plus polygames que les musulmans. Le rapport du "Comité sur le statut de la femme en islam", publié en 1975, mentionne, aux pages 66 et 67, que le pourcentage de mariages polygames entre 1951 et 1961 était de 5.06% chez les hindous et de 4. 31% chez les musulmans. Selon la loi indienne, seuls les hommes musulmans ont le droit d'avoir plus d'une femme. Il est illégal pour tout non-musulman, en Inde, d'avoir plus d'une femme. Malgré cela, les hindous sont plus nombreux à faire partie d'un mariage polygame que les musulmans. Par le passé, il n'existait pas de restriction, pour les hindous, quant au nombre de femmes qu'ils pouvaient épouser. Ce n'est qu'en 1954, lorsque la Loi sur le mariage hindou fut adoptée, qu'il devint illégal, pour un hindou, d'avoir plus d'une épouse. Ce qui fait qu'aujourd'hui, c'est la loi indienne qui interdit à l'homme d'avoir plus d'une femme (et non les écritures hindoues).

Certaines personnes ayant une haîne acharnée contre l'Islam, ne la voient pas d'un œil juste, mais plutôt comme une ennemie pour l'Humanité en général et pour la femme en particulier. De là viennent les campagnes intensives menées contre la polygamie en Islam, et par suite contre le taux de natalité élevé dans les sociétés musulmanes qui est considéré – selon eux – comme une catastrophe économique et sociale. Or il est bien connu dans le monde et de tous temps qu'une natalité élevée épaulée par une bonne éducation, constitue un facteur primordial de puissance et de prospérité pour toute communauté. Les meilleurs exemples sont le Japon, la Chine ou l'Inde. En fait, les problèmes avancés par les opposants à la polygamie proviennent de la mauvaise éducation et de la mauvaise gestion du pays et non pas de la natalité élevée. Il suffit de constater par exemple que le chômage existe dans beaucoup de pays arabes alors que leurs terres sont vastes et leurs ressources importantes. Si celles-ci avaient été bien exploitées, elles auraient suffi pour plusieurs fois le nombre d'habitants. Et si ces prétendus préjudices avaient été comparés aux intérêts prouvés de la polygamie, les intérêts de cette dernière auraient prévalu en raison du bien autrement plus important. D'ailleurs l'Occident, toujours aussi contradictoire, s'inquiète à présent de son renouvèlement. Des pays comme l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie ou la Suisse ont un taux de natalité si bas que l'unique solution pour eux, s'ils souhaitent garder leur puissance économique, est l'immigration. La France n'est pas en reste sur point, son taux de natalité suffit à peine au renouvèlement des générations. Nicolas Sarkozy se prépare d'ores et déjà à faire avaler la pilule à l'opinion en promettant à une immigration dite « choisie ».

La disposition légale concernant la polygamie en Islam ne stipule pas que cette dernière est obligatoire, en ce sens que cela n'implique pas que tout homme doit être polygame, ni que toute femme doit être la seconde, la troisième ou quatrième épouse, comme il n'est pas obligatoire pour les parents d'accepter des prétendants polygames pour leurs filles. En fait, cette permission légale du Législateur pour la polygamie vise simplement à résoudre un certain nombre de problèmes dont le phénomène du célibat féminin. Celui qui y trouve une solution à son problème peut la pratiquer, et la femme est simplement conseillée de réduire sa tendance naturelle à s'approprier son mari toute seule et à penser a ses semblables parmi les célibataires en détresse. Et puis, il y a certains chiffres : Aux États-Unis, il y a 7,8 millions de femmes de plus que d'hommes. À New-York seulement, il y a un million de femmes de plus que d'hommes, et parmi ces derniers, un tiers sont gays. Dans tous les États-Unis, il y a plus de vingt-cinq millions de gays. Ces hommes, évidemment, ne souhaitent pas épouser des femmes. En Grande-Bretagne, il y a quatre millions de femmes de plus que d'hommes. En Allemagne, ce sont cinq millions de plus et en Russie, neuf millions. La majorité des personnes âgées sont des femmes, celles-ci ayant une espérance de vie supérieure à celle des hommes. Aujourd’hui, on dénombre 81 hommes âgés pour 100 femmes âgées. Dans le groupe des personnes les plus âgées, ce chiffre passe à 53 hommes pour 100 femmes. Ce rapport hommes/femmes d’âges avancés est inférieur dans les régions les plus développées (71 hommes pour 100 femmes) à celui des régions les moins développées (88 hommes pour 100 femmes), étant donné que les différences d’espérance de vie suivant les sexes sont plus marquées dans les régions les plus développées. Les hommes âgés sont plus susceptibles d’être mariés que les femmes. Et ce, parce que les femmes vivent plus longtemps et qu’elles sont souvent plus jeunes que leurs époux. A l’heure actuelle, 78 % des hommes âgés sont mariés contre 44 % des femmes. Les personnes âgées seules sont pour la plupart veufs ou veuves. Les hommes ont plus de chance de se remarier avec quelqu’un de plus jeune (Vieillissement population monde mondial - Senior Strategic).


Avant l'Islam, la femme n’avait quasiment aucun droit. L’homme pouvait avoir autant de femmes qu’il le souhaitait sans forcément devoir subvenir aux besoins de chacune. L’Islam établit pour le polygame des conditions tellement rigoureuses que le champ de cette pratique se trouva relativement rétréci. En effet la polygamie doit s'adapter à certaines exigences telles que l’équité matériel et financière entre les épouses, comme il est mentionné dans le Coran { Si vous craignez d'être injustes n'épousez qu'une seule }. En Occident, un homme qui a plusieurs maîtresses ne devrait-il pas être considéré comme un polygame ? Pourquoi reproche-t-on aux musulmans leur polygamie alors que celle-ci est contractée par les liens sacrés du mariage ?

Le sociologue français Gustave le Bon ( 1831-1941 ) l’a d’ailleurs reconnu par ses paroles: « Je ne vois pas en quoi la polygamie légale des Orientaux soit inférieure à la polygamie hypocrite des Européens. Alors que je vois très bien au contraire en quoi elle lui est supérieure.[...] La situation légale de la femme mariée, telle qu'elle est réglée par le Coran et ses commentateurs est bien plus avantageuse que celle de la femme européenne[...]. Le principe de la polygamie, telle qu'on la trouve en Orient, est un bon système; il élève le niveau des mœurs auprès des sociétés qui le pratiquent, élargit les liens familiaux et offre à la femme la considération et le bonheur qu'elle ne saurait trouver en Europe.[...] Je ne sais pas sur quelle base les Européens fondent leur argumentation quant à la déchéance de ce système par rapport à celui de la monogamie européenne caractérisé par le mensonge et l'hypocrisie, alors que je vois plusieurs raisons pour préférer le système de la polygamie. Il n'est d'ailleurs pas surprenant après cela que les orientaux, qui nous rendent visitent et circulent dans nos villes, souffrent de notre intransigeance à les juger au sujet de la polygamie. ». Et d'ajouter : « La pratique de la polygamie est une nécessité pour la préservation de l'espèce humaine. » (La civilisation des Arabes).

Etienne Dinet a dit : « La réalité témoigne que la polygamie existe partout dans le monde ; et qu'elle existera toujours tant que le monde existera, quelle que soit la dureté des lois qui l'interdisent. Mais la question reste de savoir s'il vaut mieux légaliser et limiter ce système ou le laisser sous sa forme d'hypocrisie camouflée, sans que rien ne l'arrête ou ne réduise son élargissement.[...] Le système monogamique, qui est le système adopté par le Christianisme, est un phénomène qui recèle beaucoup de défauts et dont les manifestations sont révélées dans trois réalités graves qui sont : la prostitution, le célibat féminin et les enfants illégitimes. »

Le journal « Lagos Weekly »a publié dans son numéro du 20/04/1901, un article écrit par une anglaise dans le London Truth qui a dit : « Le nombre de fugueuses parmi nos filles a augmenté de manière considérable, le mal s'est propagé et ceux qui cherchent les raisons sont rares. Rien ne sert si ce n'est de travailler dans l'intérêt de cette situation détestable. Le savant Thomas s'est d'ailleurs rendu compte de cette maladie et a prescrit le bon remède qui est de permettre à l'homme d'épouser plus d'une femme. Ainsi, il n'est point de doute que le mal sera enrayé et que nos filles seront de bonnes mères de famille, car le mal vient du fait d'obliger l'homme occidental à n'épouser qu'une seule femme. Cette limitation est la cause de la délinquance de nos filles et le facteur qui les a obligées à pratiquer les métiers des hommes. Il est donc inéluctable que le mal s'accentue si l'on ne permet pas à l'homme d'épouser plus d'une femme. Quel est donc le nombre d'hommes mariés qui ont des enfants illégaux ? Si la polygamie était légale, ces enfants et leurs mères n'en ressentiraient pas tant de misère et tant de souffrance, en plus de la préservation de leur honneur et de leur dignité. La législation de la polygamie permettra à toute femme de devenir une mère de famille, une mère d'enfants légitimes. »

Le philosophe allemand Schopenhauer déclare dans l'une de ses lettres à propos des femmes : « Les lois du mariage en Europe sont mal fondées par l'égalité entre l'homme et la femme.[...] Il ne manquera jamais à une femme, dans une société permettant la polygamie, d'avoir un époux qui s'occupe d'elle, alors que chez nous, les femmes mariées sont moins nombreuses ; la plupart sont des vieilles célibataires de la haute société nécessitant un soutien, d'autres de classes sociales plus modestes souffrent les emplois les plus pénibles, certaines même ne trouvent pas de travail et sont contraintes à se livrer à la prostitution en vue de gagner leur pain quotidien. Dans la seule ville de Londres, l'on ne compte pas moins de quatre-vingt mille femmes qui se prostituent, tout cela est principalement due à la restriction à une seule épouse et à l'entêtement de la femme européenne à s'attribuer de fausses idées d'elle-même. » (Selon les dernières enquêtes, il y aurait entre 23000 et 40000 étudiants qui se prostitueraient.).

Annie Besant, présidente de la Société théosophique en 1907 , dit dans son livre intitulé The Life and Teachings of Mohammad (La vie est les Enseignements de Muhammad) : « Il est impossible pour quiconque étudie la vie et le caractère du grand Prophète d'Arabie et sait comment il a enseigné et comment il a vécu, d'avoir un sentiment autre que de la révérence et du respect pour ce puissant Prophète, l'un des plus grands messagers de l'Etre suprême. Bien qu'il puisse y avoir dans mes propose beacuoup de chose qui n'ont rien de nouveau pour beaucoup d'entre vous, moi-même, chaque fois que je les relis, c'est une toute autre forme d'admiration, un nouveau sens de respect pour ce maître arabe qui naît en moi.[...] Or, l'on ne fait de reproche à l'Islam que parce qu'il est facile de guetter les défauts des autres doctrines et de les critiquer. Mais comment les Occidentaux peuvent-ils s'insurger contre la polygamie pratiquée d'une manière limitée dans l'Orient alors que la prostitution est monnaie courante dans leur société? L'observateur attentif peut remarquer, en Occident, que la monogamie n'est vraiment respectée que par peu d'hommes honnêtes, or il n'est pas juste de dire qu'une société est monogamique lorqu'en plus de l'épouse légale il existe plusieurs maîtresses. Il s'ensuit donc que si j'évalue les choses d'une manière juste, il apparaît que la polygamie islamique, qui préserve les femmes, est supérieurs en poids par rapport à la prostitution occidentale qui permet à l'homme de prendre une femme dans le seul but d'assouvir ses pulsions et passions, puis de la jeter à la rue dès qu'il a terminé. »

L'écrivain britannique Bertrand Russell a déclaré : « Le système monogamique est son application rigoureuse se fondent sur l'hypothèse que le nombre des hommes est égal (ou presque) à celui des femmes ; or étant donné qu'il n'en est rien, sa poursuite est une preuve de dureté envers celles qui sont obligées de rester célibataires. »

Dans son « Fondements de la sociologie », le philosophe Spencer dit : « La polygamie est une nécessité dans les sociétés dont les hommes disparaissent dans les guerres alors qu'il n'y a pour chacun des hommes restant qu'une seul épouse. S'il le nombre de femmes perdant leurs maris ou non-mariées reste élevé, il en résultera nécessairement une baisse de la natalité. Si deux communautés, une monogamique et l'autre polygame devaient s'affronter, la société monogamique, qui ne peut pas tirer profit de toutes ses femmes pour augmenter la natalité, ne pourrait pas résister à la partie adverse où les hommes fertilisent toutes les femmes en vertu de la polygamie : il en résulte donc que la communauté monogamique va s'épuiser devant son adversaire. »

Nadhmi Luqa, dans son livre « Muhammad, le message et le Messager », déclare : « En fait, tout homme raisonnable ne peut que préférer la polygamie autorisée à la non-autorisée.[...] Et comme on dit : nécessité fait loi. Que faire d'une épouse handicapée par la maladie ? Que faire d'une épouse stérile ? Que dire d'une épouse frigide ? Que faire d'une épouse touchée par une maladie nerveuse chronique ? Est-ce le fait de la divorcer qui est plus clément ou plutôt de l'associer à une autre ? ».

L'Agence Canadian Press publia le 12 janvier 2006 une étude juridique commandée par les ministère de la Justice canadien appelant à abroger la loi sanctionnant la polygamie tout en renforçant les lois protégeant les femmes et les enfants vivant dans des familles à conjoints multiples. Ce rapport, rédigé par trois professeurs de droit de l'Ontario, avance notamment le fait que l'article du code pénal canadien sanctionnant la polygamie n'a aucune utilité, notamment du fait qu'il n'est quasiment jamais appliqué et a des effets plutôts contraires aux intérêts des femmes et des enfants.

Il se peut que certains s'interrogent et disent : Et pourquoi la polyandrie n'est pas permise ? La réponse à cette question est simple :
_L'égalité polygamie/polyandrie est impossible du point de vue naturel, physiologique et pratique. L'homme peut avoir plusieurs enfants à la fois de plusieurs femmes, la femme ne peut avoir qu'un enfant à la fois, d'un seul homme.
_La polyandrie fait perdre à l'enfant son ascendance par rapport un père déterminé.
_Qui donc serait le chef de famille ?
_La polyandrie entraine des problèmes de surmenage sexuel pour la femme.
Ainsi la polyandrie est rationnellement et naturellement impraticable. Elle n'est défendue que par le libertin moralement perverti, sans jalousie ni honneur.

Le constat est certes amer : le mal s'est propagé dans nos sociétés. Elles se caractérisent par la décadence des mœurs, la dégradation des comportements, l'effritement de la cellule familiale et le relâchement des liens familiaux. Tel est le résultat inéluctable de l'application de lois établies par l'homme s'opposant totalement à la nature humaine. « ...Allah n'as pas été injuste avec eux, mais plutôt ils l'ont été avec eux-mêmes »[16:33].


Achevé le 27 Rabee' I 1429 pour Alterinfo.net, Agence de presse associative.


Jeudi 3 Avril 2008


Commentaires

1.Posté par ataoualpa le 03/04/2008 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans le Nouveau Testament, Jésus se prononce clairement en faveur de la monogamie. Désirer une autre femme que la sienne dans son coeur est pour lui déjà un « adultère » (Mt 5,28). Quitter une femme pour une autre, c'est aussi commettre un « adultère » (Mt 19,9). Répudier sa femme, c'est l'exposer « à devenir adultère » (Mt 5,32).

2.Posté par Sémite le 03/04/2008 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De toute façon, les occidentaux appliqueront les lois islamiques concernant le mariage, ceci est inévitable.

Ils peuvent faire mine de ne rien comprendre, ils viendront à cette réalité.

L'Islam enseigne ce que vous ne trouverez dans aucuns livres religieux.

Des sociologues, des juristes, des scientifiques se réunissent autour de cette lumière pour trouver l'inspiration.

Concernant les conversions à l'Islam, plus de 3 convertis sur 5 sont des femmes.

3.Posté par Masjid Darwa le 03/04/2008 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ataoualpa,

Vous ne trouverez AUCUN passage dans la Bible interdisant la polygamie. Elle fut interdite par un pape après un concile œcuménique. Je l'ai lu il y a quelques années déjà mais je ne retrouve pas la source. Les passages que vous citiez sont un appel à la chasteté.

Je n'ai pas voulu trop m'étendre lors des citations, mais Annie Bessant elle-même disait : "Je lis dans l'Ancien Testament - La Torah - que David, Salomon, Abraham ou Moïse étaient polygames ; de plus, le Nouveau Testament - Les Evangiles - n'interdit pas le polygamie si ce n'est au prêtre et au moine qui doivent se suffire d'une seule épouse."

{ Le Messie, fils de Marie, n'était qu'un Messager. Des messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent . }

{ (Rappelle-leur) le moment où Dieu dira : «Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : «Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors de Dieu ? » Il dira : «Gloire et pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire ! Si je l'avais dit, Tu l'aurais su, certes. Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu.
Je ne leur ai dit que ce Tu m'avais commandé, (à savoir) : «Adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur». Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m'as rappelé, c'est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose.
Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c'est Toi le Puissant, le Sage». }

Et ils ont dit : «Le Tout Miséricordieux S'est attribué un enfant ! »
89. Vous avancez certes là une chose abominable !
90. Peu s'en faut que les cieux ne s'entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s'écroulent,
91. du fait qu'ils ont attribué un enfant au Tout Miséricordieux,
92. alors qu'il ne convient nullement au Tout Miséricordieux d'avoir un enfant !
93. Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exceptions], en serviteurs.

{ Ô gens du Livre, pourquoi mêlez-vous le faux au vrai et cacher vous sciemment la vérité? }

Ô gens du Livre ! Notre Messager (Muhammad) est venu pour vous éclairer après une interruption des messagers afin que vous ne disiez pas : «Il ne nous est venu ni annonciateur ni avertisseur». Voilà, certes, que vous est venu un annonciateur et un avertisseur. Et Dieu est Omnipotent.

Dis : «Ô gens du Livre ! Est-ce que vous nous reprochez autre chose que de croire en Dieu, à ce qu'on a fait descendre vers nous et à ce qu'on a fait descendre auparavant ? Mais la plupart d'entre vous sont des pervers.

Un site de prêtres devenus musulmans :

4.Posté par majneb le 03/04/2008 21:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"la polyandrie est rationnellement et naturellement impraticable. Elle n'est défendue que par le libertin moralement perverti, sans jalousie ni honneur. "

FAUX.

la polyandrie est pratiquée depuis des siècles dans des régions montagneuses du Tibet et de la Chine. Elle est un choix de société parfaitement valide, même si cet état de fait choque vos yeux de polygame. Ou de monogame.

C'est dommage, vous êtes lapidaire sur la polyandrie comme pourrait l'etre un occidental sur la polygamie. Ce qui décrédibilise tout votre discours qui était pourtant bien argumenté.


5.Posté par ZW le 28/04/2008 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute ma reconnaissance et mes sincères encouragements à l'auteur de l'article. Je n'ai pas encore rencontré une rédaction d'une telle qualité au sujet de la polygamie islamique.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires