RELIGIONS ET CROYANCES

"self-islam" ou la pensée bidon d’Abdennour Bidar


Dans la même rubrique:
< >


Princesse de Clèves
Jeudi 9 Septembre 2010

"self-islam" ou la pensée bidon d’Abdennour Bidar

ll faudra expliquer comment un philosophe est actuel et comment il peut en paroles et en pensée ignorer son actualité. Paul Nizan - Les Chiens de garde (1932)

Dans le Monde daté du 31 août, Abdennour Bidar a publié un article intitulé : La lapidation, "preuve extrême de la logique de violence de l’islam".

Le chantre médiatique du "self-islam" ne donne pourtant, dans ce texte, d’autre preuve "extrême" que celle de sa propre bêtise - elle aussi violente.

Le texte, incroyablement court et d’une superficialité étonnante, ne comprend pas la moindre référence théologique, ni philosophique, ni même littéraire ; en somme : un crétin fait le procès univoque, sans défense ni témoins, d’une des trois religions abrahamiques révélée au VIIème siècle et pratiquée par plus d’un milliard de personnes. Ce réquisitoire bête est emballé dans une dizaine de paragraphes aussi haineux qu’insensés. La mise en perspective historique, la richesse des traditions de pensée, les contradictions héritées ainsi que les différents courants d’exégèse disparaissent tous - comme par enchantement islamophobe - sous l’effet du self d’Abdennour Bidar qui livre dans Le Monde une interprétation pas si personnelle de l’islam tant cette dernière colle à l’air du temps. Bien sûr, elle est assortie de la collection habituelle des signifiants rebattus mais toujours efficaces : "Iran", "lapidation", "wahhabisme", "violent", "violent" et encore "violent" - il faut noter l’effort de l’auteur pour varier, on trouve quand même d’autres expressions relevant d’un lexique toujours très nuancé : "archaïque", "monstrueux", "catastrophique" et bien sûr "totalitaire" et "Ahmadinejad" - termes incontournables pour qui prétend parler d’islam aujourd’hui.

Peut-être le self d’Abdennour Bidar devrait-il songer à prendre quelques vacances pour effectuer sa révolution copernicienne et ainsi cesser de tourner autour de lui-même comme un insecte détraqué se prétendant "intellectuel musulman". Le fait qu’au moment précis où il déverse sa bouillie, Abdennour puisse - sans naturellement jamais éprouver la moindre gêne - attribuer à son self l’appellation d’"intellectuel" devrait susciter l’hilarité générale ou une profonde tristesse, si on se place du point de vue des intellectuels arabes - musulmans ou pas - dont la pensée a été éclipsée en France par Bidar, Benhabib, Meddeb & consorts : autant d’héritiers du docteur Diafoirus qui se tiennent au chevet d’un malade qu’ils croient évidemment tous être l’islam.

Au fond, la vision euro-centrée qu’Abdennour Bidar a du monde musulman est frappée d’une myopie qui abonde (volontairement ou pas) dans le sens des représentations kouchnériennes : c’est une vision plate comme les préjugés islamophobes en vogue qui suintent la haine de l’Iran. L’article servi aux lecteurs du Monde est véritablement une insulte à leur intelligence tant il nourrit l’ignorance de l’islam au lieu de problématiser honnêtement la question de la violence qui n’est pas l’apanage des terroristes dits islamistes. C’est la démocratique modernité américaine qui a rayé l’Iraq de la carte. Mais cette violence-là n’intéresse pas beaucoup le self d’Abdennour Bidar.

Parti de la lapidation, le self d’Abdennour arrive on ne sait comment au jeûne du mois sacré de Ramadan : impossible de saisir la logique de cette pensée bidon où "haut et fort", Bidar "s’insurge". Braire plutôt qu’expliquer. Au détour donc d’un raisonnement spécieux sur la violence, il s’arroge le droit d’assimiler les Musulmans qui pratiquent le jeûne à des meurtriers (ceux qui lapident = ceux qui jeûnent).

Le jeûne étant en Islam le seul acte de foi qui appartienne entièrement à Dieu et non au croyant qui l’effectue, il n’est pas du tout étonnant que la seule idée de cette pratique révulse le self d’Abdennour Bidar et soit perçue comme une "violence". En effet, comment un personnage si boursouflé d’orgueil pourrait-il tolérer une pratique qui sacrifie intégralement l’ego à la transcendance ?

Aussi, le self s’indigne : "mais qui soulignera en contrepartie le caractère violent de ce jeûne total exigé de la part de tout pratiquant pubère du matin au soir pendant un mois entier ?"

Calme-toi donc Bidar. Personne n’exige rien de toi. Si tu es musulman, tu sais certainement que Dieu n’a pas imposé aux hommes de charges plus lourdes que celles qu’ils sont capables d’assumer. Détends-toi : va donc boire une grenadine, manger des frites, jouer à la Wii. N’importe. Mais épargne-nous ta pauvre philosophie de nouveau chien de garde islamophobe et laisse les jeûneurs jeûner en paix. Profite, si tu le peux, de la teneur spirituelle intense de ces derniers jours de jeûne, justement, pour évider ton self de sa gravité - essaie d’exercer au moins une seule fois dans ta vie de pseudo-intellectuel médiatique l’attention - cette méthode de purification spirituelle qui conjugue l’appel divin aux combats militants, telle que l’a si superbement enseigné Simone Weil, par exemple (que Dieu ait son âme). Donne-toi enfin cette chance d’être, un instant, saisi par la vérité de ces deux versets du Saint Coran - auxquels, conformément aux principes de "self-islam" qui te sont si chers, tu pourras te reporter toi-même :

* Premier verset (2:256) : Nulle contrainte en religion.

* Deuxième verset (109:6) : Vous avez votre religion et j’ai la mienne.

Princesse de Clève, membre du PIR

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1075 http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1075



Jeudi 9 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par redk le 09/09/2010 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdennour Pierre Bidar, un vrai auvergnat qui comme sa maman se convertie a l'Islam, chose des plus respectueuse, mais ses références font défaut et discréditent ses écrits par la même occasion, "Un Islam pour notre temps", Seuil, 2004, "Self islam", Seuil, 2006, "L'islam sans soumission" ou encore "Pour un existentialisme musulman", Albin Michel, 2008, entre autres, parmi ses mentors citons, Mohammed Arkoun, Youssef Seddik, et plus près de nous, l'inénarrable Malek Chebel, trois autoproclamé "penseurs de l'Islam" et surtout inféodé aux illumino-franc-mac-sionistes de France ou le bidonnage et mensonges sont des vertus!!!

2.Posté par rachi le 09/09/2010 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après une religion catholique "made by la tribu" suite à des infiltrations en règle, maintenant ils veulent faire la même chose avec la religion musulmane : elle doit convenir aux adeptes de la tribu quitte à l'infiltrer ou à faire dire à des analphabètes demeurés autoproclamés musulmans ( ex: Charloumi) ce qu'ils ont envie d'entendre.
Au fait qui est le nègre de Charloumi , ne sachant parler le français je doute fort qu'il sache l'écrire.


3.Posté par boukhedouni le 06/10/2010 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'histoire est un éternel retour lorsqu'on voit les hypocrites déverser leur fiel sur la dernière religion.Les hypocrites ont été tjours les ennemis déclarés de l'islam;toutes les sourates médinoises ont mis en garde les musulmans contre les agissements néfastes de ces vassaux des judéo-chrétiens. Parler de cet intellectomane (expression chère au grand penseur Malek Bennabi) de service,c'est le valoriser.Dans la sourate ettouba ou le repentir verset 32,le coran dit ceci: ils veulent éteindre la lumière de Dieu avec leur bouche,Dieu imposera cette dernière même si cela déplait aux impies ou incroyants. Ces chantres de la bétise achetables et jetables sont capables de ventre leur âme pour plaire à leur mettre. Les hypocrites ne sont d'aucun bord (voir sourate les femmes verset143)..Ce serait accorder de l'importance à ce genre de misérables de s'attarder aux cochonneries qu'ils déversent.Ils ne font que coasser la nuit et braire le jour.Se prendre pour ce qu'on est pas est un sport de haute voltige. Dans le dernier verset de la sourate les poètes,le coran dit ceci!ceux qui ont été injuste verront le retour qu'ils feront.Le coran s'adresse aux humbles,aux justes pas à la racaille vendue au nom d'un prétendu savoir

4.Posté par Sakina le 13/10/2010 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce Abdennour Bidar se rangerait en fait parmi ceux qu'Allah a déjà évoqué dans le Coran et dès ses premiers versets, lorsqu'Il dit :
8. Parmi les gens, il y a ceux qui disent : "Nous croyons en Dieu et au Jour dernier !" tandis qu'en fait, ils n'y croient pas.
9. Ils cherchent à tromper Dieu et les croyants; mais ils ne trompent qu'eux-mêmes, et ils ne s'en rendent pas compte.
10. Il y a dans leurs cœurs une maladie (de doute et d'hypocrisie), et Dieu laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti.
11. Et quand on leur dit : "Ne semez pas la corruption sur la terre", ils disent : "Au contraire nous ne sommes que des réformateurs !"
12. Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s'en rendent pas compte.
13. Et quand on leur dit : "Croyez comme les gens ont cru", ils disent : "Croirons-nous comme ont cru les faibles d'esprit ?" Certes, ce sont eux les véritables faibles d'esprit, mais ils ne le savent pas.
14. Quand ils rencontrent ceux qui ont cru, ils disent : "Nous croyons"; mais quand ils se trouvent seuls avec leurs diables, ils disent : "Nous sommes avec vous; en effet, nous ne faisions que nous moquer (d'eux)".

La lapidation ne concerne pas que les femmes, pour ceux qui ne connaissent pas les lois de l'Islam, mais le couple, l'homme et la femme ensemble. S'ils sont célibataires ils sont fouettés mais s'ils sont mariés ils sont lapidés parce que le péché commis est considéré comme plus grave. Mais pour attester du crime de fornication ou bien d'adultère, et pour que la sentence du fouet ou de la lapidation soit prononcée par un juge et pas par n'importe qui, il faut quatre témoins de bonne honorabilité.

Omar Ibn al-Khattab (que Dieu l'agrée) déclara du haut de la chaire du Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) : "Dieu a certes envoyé Muhammad (paix et bénédiction de Dieu sur lui) porteur de la vérité et lui a révélé le livre. Cette révélation comprenait un verset relatif à la lapidation. Nous l'avons lu, appris et compris. Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a lapidé et nous l'avons fait après lui. Je crains qu'au fil du temps des gens ne viennent dire : "nous ne trouvons pas la mention de la lapidation dans le livre de Dieu" Car ils s'égareraient en abandonnant une prescription révélée par Dieu. En vérité, la lapidation est bien établie dans le livre de Dieu et elle est applicable aux hommes et femmes mariés quand une preuve, une grossesse ou un aveu permettent de prouver qu'ils ont commis l'adultère". (Al-Boukhari n°2426 et par Mouslim n°1691)
http://www.islamopedie.com/rapports_sociaux/peines/fornication.php

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires