ALTER INFO

partage de Jérusalem: Rabin l'approuvait, lui aussi


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Par Akiva Eldar

Avant que les responsables du Département d'Etat qui se préparent à la conférence d'Annapolis s'énervent sur les remarques des ministres Haim Ramon et Avigdor Lieberman au sujet du partage de Jérusalem, ils ne perdraient pas leur temps en demandant à un autre ministre, Ehud Barak, une copie du nouvel ordre "d'expropriation de terres" concernant les terres de quatre villages qui se trouvent dans la banlieue de la capitale.


Akiva Eldar
Vendredi 12 Octobre 2007

Extrait Carte OCHA : Le
Extrait Carte OCHA : Le
Cet ordre équivaut à mettre un terme au travail sur un accord entre Israel et les Palestiniens sur la base du principe de deux Etats avec une contiguïté territoriale.

L'ordre prépare le terrain à l'annexion controversée d'une large bande de terre connue sous le nom d'E1, qui relie Ma'aleh Adumim à Jérusalem. Afin de permettre aux juifs de jouir d'une contiguïté territoriale, le Ministère de la Défense et les Forces de "Défense" Israéliennes, qui sont sous les ordres d'Ehud Barak, accorderont aux Palestiniens une contiguité de "transports".

Ce n'est pas une nouvelle invention. Ce brevet a été enregistré il y a de nombreuses années au nom d'Ariel Sharon qui affirmait avoir proposé de construire des ponts et des tunnels dans l'ensemble de la "Judée et Samarie" (ndt : la Cisjordanie) pour les Palestiniens. Nous dessus et eux dessous.

Le nouvel ordre annonce l'expropriation de 112,9 hectares aux villages d'Abu Dis, d'Arab a-Suahara, de Nebi Moussa et de Talkhan al-Hamar. Le lien commun entre toutes ces villes, c'est qu'ils sont situés près de la limite orientale de Jérusalem, en direction de Ma'aleh Adumim.

Le motif pour la prise de possession de ces terres a subi un nettoyage complet dans la blanchisserie des expressions de l'occupation : Gadi Shamni, le responsable du commandement de la région centre, dont la signature est apposée au document, déclare que les terres seront expropriées afin d'établir "un cordon de sécurité" dans la région de Ma'aleh Adumim.

En d'autres termes, nous parlons d'ouvrir la route contournant Ma'aleh Adumim conçue pour les Palestiniens qui veulent se déplacer entre Jérusalem et ses environs et dans la région de Jéricho.
Une carte jointe à l'ordre montre ce "cordon de sécurité".

Même à l'oeil nu, il est possible de distinguer de nombreuses similitudes entre cette route et la ligne bleue qui serpente et contourne Ma'aleh Adumim prévue sur la carte préparée par la municipalité de cette grande colonie en avril 2005. Sur cette carte, la ligne est décrite comme "route de contournement de Ma'aleh Adumim-Est, pour le trafic palestinien."

Le maire de Ma'aleh Adumim, Benny Kashriel, montre cette carte aux politiciens de Gauche afin de surmonter leurs objections au plan E1. Une feuille de travail attachée à la carte note que : "Comme l'on peut être le voir sur la carte, une continuité du trafic sera préservé entre les centres palestiniens de population."

Kashriel propose aux Palestiniens qu'ils devraient se consoler grâce aux emplois et au centre commercial qui sera construit dans le secteur E1 et il promet qu'il leur fournira des lieux de travail. Naturellement, les Palestiniens ne sont pas mentionnés dans le paragraphe traitant d'un projet de construction de 3.500 logements dans trois nouvelles cités.

Le secteur E1 est presque le dernier réservoir de terre pour les Arabes de Jérusalem-Est.

Kashriel mentionne que le Premier Ministre Yitzhak Rabin, l'homme qui a signé les Accords d'Oslo, est celui qui a donné l'ordre d'ajouter E1 à la juridiction de Ma'aleh Adumim, dès 1994.

Et en effet, déjà à l'époque, il était possible de discerner un fossé considérable entre les Accords de Paix et ce qui se passait dans les territoires.

L'ordre stipule que les propriétaires palestiniens sont invités à se rendre dans les bureaux de l'Administration Civile afin d'étudier les conditions et qu'ils étaient autorisés à présenter une demande d'obtention d'indemnités pour l'utilisation ou un dédommagement.

D'ailleurs, sûrement par hasard, l'ordre qui a été signé le 24 septembre, deux jours avant les fêtes de Sukkot, a été placé sur le panneau d'affichage du Commandement de l'armée responsable des secteurs de la barrière de sécurité.

Inutile de dire que les personnes affectées sont autorisées à déposer un recours devant la Haute Cour de Justice pour protester contre l'expropriation. Mais il est douteux que les juges décideront selon leur propre conscience face à un document signé du Commandement de la région Centre qui déclare que cette initiative est "nécessaire pour des besoins militaires et en raison de la situation de sécurité spéciale qui existe dans le secteur et la nécessité de prendre des mesures essentielles pour empêcher des actes terroristes."

Lors d'un briefing au Congrès américain la semaine dernière, Danny Zeidman, le fondateur de l'organisation IR Amim (Cité des Nations), spécialiste de la question de Jérusalem Est, a été interrogé sur l'achèvement du bâtiment du quartier général de la police dans le secteur E1.

L'avocat de Jérusalem a plaisanté en disant que la police de ce commissariat pourrait surveiller les chèvres des bergers Bédouins qui trainent dans cette région désertique.

Il a déclaré qu'en son temps, le Président George W. Bush avait promis au Premier Ministre britannique d'alors Tony Blair que le plan E1 ne serait réalisé qu'en lui passant sur le corps.

Jusqu'en avril 2004, quand Bush a envoyé à Sharon sa lettre de soutien pour l'annexion des centres de population juive dans les territoires, est-ce que quelqu'un aurait cru que le président américain reconnaitrait les colonies ?

Voilà comment tout a commencé. Aujourd'hui, une route (de contiguïté de transports) pour les Arabes est en préparation et demain une contiguïté territoriale pour les juifs sera approuvée.

Un porte-parole d'Haim Ramon, qui est responsable de la Seam Zone (ndt : "zone de couture" ou secteur de la barrière de séparation), a répondu qu'il n'était pas au courant du nouvel ordre

Source : http://www.haaretz.com/
Traduction : MG pour ISM


Vendredi 12 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par salma le 12/10/2007 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dans à peine 10ans ils coloniseront le peu de bandes de terre qu'il reste aux palestiniens!!!!
et cela sera à peine remarqué par la si disant communauté international!!!

2.Posté par al akl le 12/10/2007 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dilemme :
Un rat (Israël) s’est introduit dans un fromage. Et de l’intérieur le grignote, comment empoisonner le rat sans polluer le fromage ?
Surtout que le rat est l’objet d’une expérience conduite par l’occident, et que sa destruction est le but ultime de cette expérience. Connaissant l’appétit du rat et la lutte farouche à laquelle se livrerait la population Palestinienne, laisser les palestiniens gérer ce problème n’est pas un signe de courage de la part de l’occident.
Mais au final le rat disparaitra. Et la Palestine débarrassée de nuisibles sera.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires