Washington appelle à une transition immédiate, en l'absence de Salah  23/06/2011

Washington appelle à une transition immédiate, en l'absence de Salah

Un responsable américain a appelé jeudi à Sanaa à une transition immédiate du pouvoir au Yémen, le président contesté Ali Abdallah Saleh se trouvant depuis près de trois semaines en Arabie saoudite où il est hospitalisé pour des blessures subies lors d'un attentat dans son palais.

Nous estimons qu'une transition immédiate, pacifique et ordonnée est dans l'intérêt du peuple yéménite, et nous appelons toutes les parties à engager le dialogue, a déclaré le sous-secrétaire d'Etat américain pour le Proche-Orient Jeffrey Feltman, lors d'une rencontre avec des journalistes à l'ambassade des Etats-Unis.

Il a indiqué avoir évoqué cette question mercredi avec le vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui assure de facto l'intérim, ainsi qu'avec les représentants de l'opposition parlementaire, des étudiants contestataires qui tiennent la rue, des hommes d'affaires et des représentants de la société civile.

M. Feltman n'a pas voulu confirmer une rencontre qui se serait tenue mercredi selon des sources politiques entre lui et le fils aîné de M. Saleh, Ahmad, commandant de la Garde Républicaine (unités d'élite) et principal obstacle à une transition pacifique du pouvoir.

Il a indiqué qu'il avait évoqué la transition au Yémen lors de ses entretiens au sultanat d'Oman cette semaine et qu'il se rendait jeudi à Ryad pour débattre de cette question.

Le vice-président est pressé par l'opposition de former un conseil intérimaire, afin de barrer la route à un retour de M. Saleh.

Le président contesté a été hospitalisé le 4 juin à Ryad après avoir été blessé dans une attaque contre le palais présidentiel à Sanaa. Depuis, il n'a fait aucune apparition publique, alimentant les spéculations sur son état de santé.

Un diplomate occidental qui a requis l'anonymat a révélé jeudi que M. Saleh avait été blessé par une charge de TNT placée dans la mosquée du palais présidentiel, et que d'autres bombes avaient été découvertes et désamorcées.

Les autorités yéménites avaient affirmé que le président contesté avait été blessé dans un bombardement qui avait touché la mosquée du palais où M. Saleh participait à la prière du vendredi.

Une source des services de sécurité yéménites a précisé à l'AFP que six autres charges avaient été découvertes, donc cinq dans la mosquée.

Onze des gardes du corps de M. Saleh avaient été tués et 124 autres personnes blessées, dont un grand nombre de dignitaires, parmi lesquels le Premier ministre Ali Mohammed Moujawar et le président du Parlement Yahya al-Rahi, également soignés en Arabie saoudite.

Selon le diplomate occidental, l'enquête sur l'attentat pourrait prendre des mois.

M. Feltman a affirmé que les Etats-Unis aident les autorités yéménites dans l'enquête.

L'entourage du chef de l'Etat a dans un premier temps affirmé que le palais avait été bombardé par la tribu Al-Ahmar, que des combats opposaient aux forces gouvernementales à Sanaa. Il a ensuite accusé Al-Qaïda et même évoqué la piste d'un drone pour expliquer la précision du tir contre la mosquée da la présidence.

Mais l'attentat était une tentative d'assassinat probablement montée de l'intérieur, selon des experts américains du renseignement, une thèse appuyée par des sources diplomatiques à Sanaa.


Commentaires

1.Posté par gjingis le 23/06/2011 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut vraiment avoir un cuir de sanglier á la surface de la gueule .un cuir réfractaires .pour s'ingérer dans la maison des autres .on dirai que c est une wilaya (département) Americainne .
c est lá ou la civilisation occidentale commence .
vous voyez donc la zunie de quoi est elle constituée ? de parasites uniquement commme E.coli si je puisse dire .




Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires