«Violez les femmes» : Finkielkraut ironise face à Caroline de Haas et crée la polémique  15/11/2019

«Violez les femmes» : Finkielkraut ironise face à Caroline de Haas et crée la polémique
























Une courte vidéo d'Alain Finkielkraut débattant dans une émission face à Caroline de Haas fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Non sans ironie, le philosophe y appelle les hommes à violer les femmes. Des propos à replacer dans leur contexte.

«Voilà je dis aux hommes : "Violez les femmes !" D’ailleurs, je viole la mienne tous les soirs et elle en a marre, elle en a marre !». Voilà ce qu'a lancé le philosophe Alain Finkielkraut le 13 novembre sur le plateau de LCI face à la militante féministe Caroline de Haas dans un extrait vidéo largement partagé sur les réseaux sociaux depuis.



Ces propos, qui sont intervenus à l'issue d'un long débat sur le «politiquement correct», apparaissent pourtant comme un trait d'ironie du philosophe au regard de l'échange complet entre les deux protagonistes. Peu avant qu'il ne sorte de ses gonds et fasse cette déclaration fracassante, Caroline de Haas l'interpellait sur l'affaire Polanski. «Quand une fille de 13 ans violée par un réalisateur, en l’occurrence Polanski, et qu’on dit que ce n’était pas vraiment un viol. Quand vous dites ça, Monsieur Finkielkraut, c’est le message que vous envoyez à toutes les petites filles qui ont été violées dans ce pays…»

La militante faisait référence à un passage de Finkielkraut sur France Inter en 2009, qui a refait surface ces derniers jours sur Twitter, où le philosophe assurait que le réalisateur Roman Polanski n’était pas «pédophile», au motif que sa victime, 13 ans, n’était pas «une fillette, une petite fille, une enfant au moment des faits, c'était une adolescente qui posait nue ou dénudée pour Vogue Homme».

C'est à ce moment-là que Finkielkraut, reprochant à son interlocutrice de caricaturer ses propos, lui lance : «Violées, violées, violées… Voilà je dis aux hommes : "Violez les femmes !" D’ailleurs, je viole la mienne tous les soirs». Caroline de Haas a peu goûté la plaisanterie. «Vous n’avez pas le droit de dire ça», rétorque-t-elle immédiatement. «C'est du second degré», tente David Pujadas à l'adresse de la militante féministe. «Ce n’est pas du second degré. Ce n’est pas drôle», insiste celle-ci.

"Le politiquement correct, c’est le calvaire de la pensée"

Tout au long de l'émission, les deux personnalités échangeaient autour de la question : «Toutes les opinions sont-elles bonnes à dire ?» Comme à son habitude, le philosophe s’en est pris à ce qu’il nomme le «politiquement correct», dénonçant la tendance actuelle des féministes à enraciner la notion de «culture du viol». «On parlait autrefois des viols, et par les viols, on dénonçait les passages à l’acte, la pénétration forcée. Aujourd’hui, il y a la «culture du viol». On englobe dans la culture du viol les blagues salaces, les dragueurs lourds, les attouchements et jusqu’à la galanterie», s'est agacé Alain Finkielkraut.

Cette tendance à rechercher la culture du viol dans ces attitudes autrefois banales tend à démontrer, selon le philosophe, qu'«il y aurait, en France, énormément de violeurs en puissance». Le philosophe en conclut que «le politiquement correct, c’est le calvaire de la pensée.»

https://francais.rt.com/france/67872-violez-femmes-finkielkraut-ironise-face-caroline-de-haas-cree-polemique

Commentaires

61.Posté par oh-daz le 15/11/2019 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si un non sioniste tient le tiers de ces propos, il est décapité sur le champ.... surtout s'il est bronzé", comme dit renaud..

62.Posté par YYY le 15/11/2019 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

''...le philosophe y appelle les hommes à violer les femmes...''

Les pensées tordues au plus haut et écrites dans des bibliothèques diaboliques d'Iblis, les Talmuds :
https://michelduchaine.com/2017/04/25/les-dossiers-de-michel-duchaine-les-racines-talmudiques-du-sionisme/

Eben Haezar 44, 8: « Sont nuls les mariages entre les Non-juifs et les juifs ».
Iore Dea 148, 12 H: « On peut prétendre se réjouir avec les Non-juifs pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine ».
Zohar I, 160a: « Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les Non-juifs ».

Zoophilie :
Yebamoth 59b: « Une femme qui a eu des rapports sexuels avec une bête a le droit de se marier avec un prêtre juif. Une femme qui a eu des relations avec un démon a aussi droit de se marier avec un prêtre juif.

Sexisme et mépris des femmes
Menahoth 43b : “Un Juif mâle devrait dire la prière suivante chaque jour : ‘Dieu Merci de ne pas m’avoir fait une femme, un Gentil ou un esclave’.”
Baba Bathra 16b : “la naissance d’une fille est un triste événement.”
Aboth 1:5 : “il n’est pas bon de parler aux femmes, pas même à votre propre femme.”

Pédophilie
Gittin 91a : “il est permis de divorcer d’avec votre femme si elle brûle votre dîner, ou si vous voyez une plus jolie fille, même si elle n’a que 3 ans.”

Vois là les idolâtres d' AsheraeEll / Ashera et Ell , deux idoles-divinités inventées adulées, diabolique.

Et voilà la traduction officielle de cette prière, issue du volume VIII de l’encyclopaedia Judaica (page 539) :
« De tous les vœux, les engagements, les serments, les anathèmes que l’on pourrait prendre, faire, jurer ou promettre, ou par lequel nous pourrions nous lier d’une manière quelconque entre ce jour de l’expiation et le suivant (dont nous attendons l’heureuse venue), nous nous repentons par avance. Puissent ils être absous, pardonnés, annulés, nuls et non avenus; ils ne doivent nous lier d’aucune manière, ni avoir un pouvoir quelconque sur nous. Les vœux ne doivent pas être considérés comme des vœux, les obligations ne doivent pas être obligatoires, ni les serments être des serments. »

ils aurait pu écrire : Ni le jour être jour et ni la nuit être nuit ... ils en sont à la folie meurtrière.


Samuel a dit : ‘La pédérastie avec un enfant qui a moins de trois ans, n’est pas à considérer de la même manière que la pédérastie avec un enfant plus âgé.’
Sanhedrin 55b : « Une petite fille de trois ans et un jour peut être acquise en mariage par coït, en cas de mort de son mari et si elle a un rapport sexuel avec le frère de son mari, elle devient à lui. Une telle fille est considérée comme femme mariée, on peut se rendre coupable d’adultère à travers elle ; car elle peut souiller l’homme qui a des rapports sexuels avec elle, et celui-ci pourrait à son tour souiller ce sur quoi il se couche, comme un vêtement qu’on se passe (cas de blennorragie). »
Sanhédrin 59b : « Une relation sexuelle avec un garçon de moins de huit ans n’est pas de la fornication. »

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires