"Une guerre saoudienne contre l'Iran, projet US pour démembrer l'Arabie"  18/09/2019

"Une guerre saoudienne contre l'Iran, projet US pour démembrer l'Arabie"
























Pour certaines voix arabes, les prises de position américaines après l'attaque au drone du 14 septembre des forces yéménites visant ARAMCO sont suspectes. Après tout l'Arabie saoudite et le Yémen sont en guerre depuis plus de cinq ans et le Yémen qui compte pas moins de 50 000 morts civils et des dizaines de milliers de déplacés et autant sinon plus de malades, de blessés et de mutilés de guerre a parfaitement droit de rompre avec ce statut que lui confère l'Occident à savoir celui de "victime consentante".

D'ailleurs la réaction saoudienne à la frappe d'Ansarallah vacille entre la colère et la surprise sans jamais aller jusqu'à y voire une "anormalité". Côté américain les choses sont bien différentes: Washington multiplie les accusations contre Téhéran, quitte à pousser Riyad à entrer en guerre contre l'Iran. Comme si l'idée "défaite" d'une coalition de guerre maritime anti-Iran dans le golfe Persique devrait retrouver là un second souffle.

Certaines voix arabes voient parfaitement le manège. En faisant une comparaison entre les récentes évolutions saoudiennes et ce qui s’est déjà passé en Irak à la veille de l'invasion US de 2003, un politicien koweïtien met en garde contre les scénarios que concoctent les États-Unis contre le royaume wahhabite. Hakem al-Mutairi, le chef du parti Ummah au Koweït, estime que « ce qui se passe actuellement en Arabie saoudite de 2019 ressemble fort à ce que vivait l'Irak de Saddam en 2003 » : « Je ne peux pas imaginer que des drones bombardent les champs pétroliers de Buqayq sans que les systèmes de défense aérienne US puissent les intercepter. Quelqu'un aurait dû aveugler les radars saoudiens et pas n'importe qui. Une partie qui a la capacité d'avoir des représentants au sein du système de la DCA saoudienne », a-t-il écrit sur Twitter.

Et al-Mutairi de rappeler : « on sait très bien comment les États-Unis ont poussé Saddam à déclencher la guerre contre le Koweït alors qu'il venait à peine de finir sa guerre contre l'Iran. Juste avant l'invasion de l'Irak, des événements similaires à ce qui se passe en Arabie se sont produits et ont donné le prétexte à ce que l'Irak soit envahi par les États-Unis. L'incapacité des États arabes du Golfe (Persique) à résoudre la crise politique et militaire indique que tous les acteurs régionaux se préparent à mettre en œuvre le plan américain destiné à démembrer le royaume, démembrement qui se fera sur le dos des capacités pétrolières saoudiennes et bénéficiera au plus gros producteur du pétrole du monde qu'est l’Amérique. »

Une autre voix arabe va dans ce sens. Abbas Almaskary, écrivain omanais, estime que le seul pays qui bénéficie de la crise et des divergences dans le golfe Persique est les États-Unis : « Avec la crise des pétroliers en été, les Américains ne sont pas parvenus à provoquer la guerre entre l'Iran et ses voisins arabes. Ils ne laissent pas non plus que la guerre absurde déclenchée contre le Yémen, il y a cinq ans, se termine et ce, dans l'objectif de pouvoir vendre plus d'armes et de munition et surtout justifier leur présence militaire en mer Rouge. C’est pourquoi, les Américains ne permettront jamais la réconciliation entre l’Iran et les pays arabes. Concernant ARAMCO, on se demande que font les officiers américains stationnés dans des bases US en Arabie saoudite. Ce sont eux qui détiennent et pilotent tout le mécanisme. Cette attaque est intervenue à un moment très particulier de l’histoire des hydrocarbures: les États-Unis sont parvenus à devenir avec l’Arabie Saoudite l’un des premiers producteurs, en grande partie grâce au gaz de schiste, mais également au moment où Riyad commence à ressentir le coût exorbitant du conflit du Yémen. Une aventure folle où il y a eu un immense gaspillage des systèmes d’armes les plus sophistiqués et les plus onéreux du monde et où la coalition arabe menée par Riyad et soutenue par Washington et ses alliés s’est noyée dans un conflit inutile. »

L’écrivain omanais a indiqué ensuite que l’attaque contre le géant pétrolier saoudien ARAMCO était seulement au profit de Donald Trump, avant d’ajouter : « Les États-Unis mettent aujourd'hui leurs réserves de pétrole sur le marché. Ce geste n'est certes pas gratuit, mais ils le font pour augmenter les prix à la suite des explosions d'ARAMCO. La question qui se pose est de savoir à qui profite de ce qui se passe dans la région. »

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/18/606478/USA-Arabie-saoudite-scnarios-dmembrement-Kowet-Irak

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires