Sixième vendredi de la colère : Israël en état d'alerte  12/01/2018

Sixième vendredi de la colère : Israël en état d'alerte











Les forces d'occupation israéliennes sont en état d'alerte en prévision des manifestations prévues en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pour le sixième "vendredi de la colère", a rapporté Channel 7.

Pendant ce temps, les forces nationales et islamiques palestiniennes ont appelé à des marches et à des manifestations après la prière du vendredi à travers la Cisjordanie contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le 6 décembre 2017, le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d'Israël et a annoncé son intention de transférer l'ambassade de son pays en Israël à la ville sainte au mépris du rejet arabe et international.

Depuis lors, les territoires palestiniens occupés sont devenus le théâtre de violentes confrontations, en particulier le vendredi, au cours desquelles 19 Palestiniens ont été tués et plus de 4 000 ont été blessés.

Veillée aux chandelles à Gaza en soutien de Jérusalem

Une veillée aux chandelles a été organisée, jeudi soir, à l'est de la bande de Gaza en soutien de Jérusalem occupée, quelques semaines après la reconnaissance par le président Donald Trump de la ville sainte de Jérusalem comme capitale d'Israël.

La veillée, organisée par le Comité des relations nationales au carrefour d'al-Shuja'iya, à l'est de Gaza, s'est prononcée contre l’annonce de Trump.

Des enfants, des hommes et des femmes ont placé des bougies et brandi des bannières soulignant l'engagement des Palestiniens à l'égard de Jérusalem occupée, capitale éternelle de leur futur État indépendant.

« Jérusalem est en train d'être judaïsée! Levez-vous pour Jérusalem », « Jérusalem est la capitale éternelle de la Palestine » ; scandaient les slogans pendant la veillée.

Parlant au nom des enfants qui étaient présents, une fille a dit: "Je suis une enfant palestinienne. Visiter Jérusalem et prier à la mosquée al-Aqsa sont mes rêves depuis ma plus tendre enfance. Nous, les enfants palestiniens, avons le droit de vivre une enfance heureuse et de réaliser nos rêves ».

« Pour l'amour de Dieu, quel péché ai-je commis? Je rêve que ma vie, ma terre, ma maison, mon village soient en sécurité », a-t-elle ajouté.

« Depuis que notre patrie nous a été enlevée, nous avons assisté à des scènes quotidiennes d'effusion de sang. . . . Nous rêvons que notre terre soit libérée des voleurs qui nous ont enlevé notre enfance », a-t-elle souligné les larmes aux yeux.


https://french.palinfo.com/35952
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires