Sibeth Ndiaye ne pense pas «qu'on puisse dire qu'il y a des violences policières» en France – vidéo  16/01/2020

Sibeth Ndiaye ne pense pas «qu'on puisse dire qu'il y a des violences policières» en France – vidéo























Invitée de la Matinale de France Inter ce 16 janvier, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a nié l'existence de «violences policières» intentionnelles et a expliqué que «quand il y a des fautes, elles sont systématiquement sanctionnées».

Alors que plusieurs vidéos largement partagées sur le Web montrent un policier faire un croche-pied à une femme ou encore un tir de LBD toucher de plein fouet un manifestant, l’invitée de la Matinale de France Inter, Sibeth Ndiaye, a exprimé son opinion à ce propos.

Elle «ne pense pas qu'on puisse dire dans un État de droit, dans une démocratie extrêmement solide comme celle de notre pays, qu'il y a des violences policières, comme s'il y avait de manière générale chez les forces de l'ordre une attitude consistant à aller tabasser des manifestants systématiquement ou à violenter des personnes sans raison».

«Quand il y a eu des fautes, elles sont systématiquement sanctionnées», a-t-elle déclaré.


En outre, selon la responsable, «dans un État de droit, vis-à-vis de ceux qui exercent une violence, qui est une violence légitime, il faut à la fois avoir de la confiance et de l'exigence».

«De la confiance […] parce que pour courir après les voleurs, il faut bien qu'ils puissent disposer des moyens pour le faire. On doit aussi avoir beaucoup d'exigence à leur égard parce que dès lors qu'une société vous confie une arme, vous devez savoir faire usage de cette arme avec proportion. Dès lors que vous ne le faites pas avec proportion, on doit pouvoir vous punir», a justifié Sibeth Ndiaye.
Macron réagit

Plusieurs vidéos de violences policières filmées lors des récentes manifestations contre la réforme des retraites ont donné lieu à l'ouverture d'enquêtes judiciaires et ont provoqué une nouvelle vague d'accusations.

Les vidéos de ces derniers jours ont même fini par faire réagir le Président de la République. Emmanuel Macron a ainsi demandé au gouvernement «des propositions claires pour améliorer la déontologie» des forces de l'ordre.
Manifestants mutilés

Le journaliste David Dufresne, qui a lancé sur Twitter un suivi des violences policières intitulé Allo Place Beauvau, a recensé les victimes pendant toutes les manifestations. Il faisait état en octobre 2019 de 696 blessures, dont 315 à la tête, 18 à la main, 28 au dos, 75 aux membres supérieurs et 131 aux membres inférieurs, quatre aux parties génitales et 125 non renseignées.

Il dénombrait également cinq mains arrachées et 24 manifestants éborgnés, en plus de 164 intimidations, insultes et entraves à la liberté de la presse.

https://fr.sputniknews.com/france/202001161042914573-sibeth-ndiaye-ne-pense-pas-quon-puisse-dire-quil-y-a-des-violences-policieres-en-france--video/

Commentaires

1.Posté par hakim bey le 17/01/2020 04:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bon j'ai compris quel est le problème avec ce gouvernement. La gamine nous dit substantiellement : Dans une démocratie comme la nôtre, je ne crois pas qu'il y ait des violences policières organisées par l'État.

En premier lieu, comment appel-t-on cette manœuvre qui consiste à validé une supposition par une contradiction ? Par un argument ad hominen me semble-t-il.
En effet, la contradiction ou la proposition subordonnée placée devant "(...), je ne crois pas..." serait censé valider la proposition principale, à savoir, qu'il n'y aurait pas de violences policières organisées par l'État. Et pourtant, il y a un rapport plus que relatif entre nôtre "democratie" - si on peut encore utiliser ce mot - et les violences policières organisées ou pas par l'État. D'autant que c'est d'oublier un peu vite des exemples de massacres de populations civiles perpétrés par la police ou pire encore par l'armée. À moins que la gamine croit que des centaines voir des milliers de personnes sont mutilées, torturées et tuées par l'initiative de quelques policiers ou gendarmes ?

Pour exemple, il y a le massacre des manifestants Algériens qui ont été jetés dans la Seine le 17 octobre 1961 ou le massacre des grévistes du 26 mai 1967 à Pointe-à-Pitre ou encore le 5 mai 1947 fait suite au massacre de prisonniers Moramanga par l'armée française et malheureusement tant d'autres. La liste de massacres perpétrés par l'État Français est longue.

Dès lors, il y a comme une dissonance cognitive entre le réel et le fonctionnement supposé de "nôtre" démocratie chez cette suffisante et pédante gamine que je la crois être par ailleurs, de l'autre bord. Ajoutez à ça qu'elle demeure dans la capitale mondiale des gens les plus imbus d'eux et vous avez le combo parfait de la méprisance.
Après cela, est-il nécessaire de s'attarder sur cette femme enfant qui veut jouer à la grande et ce tout en exerçant ses responsabilités avec désinvolture. Il y en aurait tant à dire sur ses complexes et se désir de conformité à cette bonne société bobo parisienne et ce au mépris des stigmates qu'elle doit nécessaire avoir.

Ne dit-on pas que c'est le syndrome du larbin ?

2.Posté par Saber le 17/01/2020 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un perroquet mâle ou femelle peut répéter fidèlement des choses entendues sans pour autant que ça soit vraies.

3.Posté par JBL1960 le 17/01/2020 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@HB = Tout à fait exact concernant le syndrome du larbin ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/08/29/toute-derniere-victime-du-syndrome-du-larbin/

La si bête Sibeth est comme Laetitia Avia qui ne voit pas de violences policières, comme cela a été traité ici-même et partout ailleurs, ici par exemple ► https://www.lesinrocks.com/2019/12/05/actualite/societe/video-une-deputee-lrem-insinue-que-les-violences-policieres-nexistent-pas/

Plus c'est gros, mieux ça passe !

Pour les violences policières, ce tweet de Gérard Miller (que j'affectionne nullement) le plus instructif étant les vidéos complémentaires tweetées ► https://twitter.com/millerofficiel/status/1217194397214957568

Voilà pourquoi entre autres négocier c'est collaborer, aussi AUCUNE NÉGOCIATION avec l'État et/ou les représentants de l'oligarchie. Lorsque la révolution (re)devient d'État, elle (re)devient notre ennemie ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/11/05/lorsque-la-revolution-devient-letat-elle-devient-mon-ennemie-entretien-avec-james-c-scott-juin-2018/

4.Posté par hakim bey le 18/01/2020 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@JBL1960

Merci pour les liens, d'autant qu'ils sont très justement employés. A savoir, qu'il y a selon moi systématiquement deux sociologies dans une étude sociologique, celui de l'homme et celle de la femme. La plus grande confusion de notre époque consiste en l'amalgame des hommes et des femmes dans une étude sociologie, ci-bien qu'on est pas en mesure de voir certaines subtilités. Tel que par exemple le coté particulièrement matérialiste et donc narcissique de la femme africaine. En conséquence, le problème ne serait pas la race ou la culture mais plutôt une sous culture qui se dissimulerait et donc qui échapperait à la critique. En l'occurence, les Sibeth Ndiaye et Fadela Amara (c'est une maghrébine, donc je n'ais rien contre les subsahariens) sont les instigatrices d'une philosophie occulte qui consiste à transformer le modèle traditionnel de la famille.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires