Premier décès d'un gendarme des suites du coronavirus  26/03/2020

Premier décès d'un gendarme des suites du coronavirus













Un premier gendarme est mort des suites du Covid-19, dans le Val-de-Marne, a annoncé ce 26 mars la gendarmerie nationale. Âgé de 51 ans, le sous-officier était en arrêt maladie pour suspicion de nouveau coronavirus.

Un premier gendarme est décédé des suites de l'épidémie de Covid-19, mercredi dans sa caserne de Maisons-Alfort (Val-de-Marne), a annoncé ce 26 mars la gendarmerie nationale, citée par l'AFP.

Ce sous-officier de la gendarmerie, qui était en arrêt maladie pour suspicion de Covid-19, avait 51 ans. Il était marié et père de trois enfants.

Le gendarme n’était pas en contact avec le public. L’origine de sa contamination n’est pas connue. La gendarmerie s’apprête à définir toutes les personnes ayant été en contact avec lui au sein de la caserne, a précisé l’AFP.
Situation en France

Selon les derniers chiffres, plus de 25.200 cas d’infection au Covid-19 ont été confirmés en France. Au moins 1.330 personnes sont décédées. Face à la propagation du virus, Emmanuel Macron a déclaré le 25 mars lancer l’opération Résilience en mobilisant l’armée.

Plus de dix marins-pompiers de Marseille s’avèrent être atteints du Covid-19

La pandémie de coronavirus n’épargne pas non plus les pompiers, qui sont eux-mêmes régulièrement confrontés à des personnes atteintes du Covid-19. Ainsi, les marins-pompiers de Marseille comptent entre dix et 20 cas de contamination. Bien que les symptômes soient légers, les militaires concernés restent confinés chez eux.

Dix à 20 cas de contamination par le coronavirus ont été diagnostiqués au bataillon des marins-pompiers de Marseille, rapporte La Provence.

À Marseille, la caserne de la Canebière est particulièrement touchée par ces contaminations. Il s'agit toutefois de cas symptomatiques légers. Des mesures de confinement ont été prises pour les militaires, ce qui a conduit à quelques changements du rythme de travail.
Le bataillon ne manque pas de matériel

Pour rassurer les militaires, l’adjoint au maire de Marseille Julien Ruas, délégué au bataillon des marins-pompiers de Marseille et à la prévention et la gestion des risques, a fait le tour des 20 casernes de la cité qui réunissent 2.400 hommes.

Selon le quotidien citant sa propre source, les personnels du bataillon ne manquent ni de moyens ni de masques et sont dotés de matériels destinés à lutter contre les infections hautement contagieuses (masques, lunettes, gants, surgants, chaussures, surchaussures, capuches de surprotection, etc.).
«Ne pas abuser des secours publics»

Cependant, ils lancent un appel à «ne pas abuser des secours publics», qui accusent 250 interventions par jour, dont 80% sont à caractère sanitaire, contre 350 en moyenne le reste du temps.

Le Service départemental de secours et d’incendie (SDIS) des Bouches-du-Rhône qui a des suspicions de contaminations mais pas de cas avérés parmi les sapeurs-pompiers (hors Marseille) note une baisse d'activité avec, notamment, moins d'accidents de la circulation.

https://fr.sputniknews.com/france/202003261043393927-premier-deces-dun-gendarme-des-suites-du-coronavirus/
https://fr.sputniknews.com/france/202003261043395579-plus-de-dix-marins-pompiers-de-marseille-saverent-etre-atteints-du-covid-19/

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires