Poubelles et voitures brûlées, jets de projectiles: des lycées nantais pris pour cibles – images  08/11/2019

Poubelles et voitures brûlées, jets de projectiles: des lycées nantais pris pour cibles – images
























La matinée du 8 novembre a été particulièrement brûlante dans des lycées de Nantes. Des individus ont mis le feu à des poubelles et des voitures près de certains établissements scolaires. Ces scènes de violences ont été filmées.

Plusieurs lycées nantais ont connu une matinée mouvementée ce vendredi 8 novembre. Le lycée Sacré-Cœur a été fermé pour la journée après que des voitures ont été incendiées à proximité. France Bleu constate des feux de poubelles également près du lycée des Bourdonnières, du lycée Albert-Camus et du lycée de Carcouet.



Au lycée Gaspard-Monge, un groupe d’une cinquantaine de personnes a visé, selon la police, la vitre d’un tram et des ouvriers d’un chantier voisin avec des projectiles.







Tentative de blocus du lycée Albert-Camus

La veille, des personnes encagoulées avaient bloqué l’entrée du lycée Albert-Camus avec des poubelles avant de les incendier. Selon Franceinfo, la police a rapporté un jet de cocktail Molotov.





Des pavés ont été jetés sur les portes vitrées de l'établissement et des poubelles ont été incendiées.

Plusieurs élèves évoquent un message sur les réseaux sociaux appelant à la mobilisation pour protester contre la réforme du lycée, qui est entrée en application cette année.

Armé d’une machette et de couteaux, un «commando» sème la terreur dans un lycée du 93

Le lycée public de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a été le théâtre, le 6 novembre, de l’intrusion d’une dizaine de jeunes armés, peu après une attaque datant du jour même et qui avait laissé un lycéen de 16 ans blessé de plusieurs coups de couteau.

Un groupe de jeunes armés a fait irruption mercredi 6 novembre dans le lycée Alfred-Nobel à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. L’intrusion du commando s’est déroulée après que, le matin même, un jeune a été agressé au couteau devant l’établissement, indique Le Parisien. Un dispositif de sécurité a été mis en place et maintenu le lendemain.
Agression au couteau

Tout a commencé aux environs de 10h30. Un lycéen, âgé de 16 ans, a reçu plusieurs coups de couteau. Blessé à la cuisse, mais pas grièvement, il a été emmené à l’hôpital. L’agression s’est produite dans le parc à proximité du lycée, précise le quotidien.

L’auteur présumé de cette attaque, un mineur de 17 ans, a tenté de s’enfuir et s’est réfugié d’abord chez lui. Ensuite, cet élève, également scolarisé au lycée Alfred-Nobel, s’est rendu à la police et demeurait en garde à vue jeudi soir. Son complice a été arrêté en train d’essayer de se débarrasser de son arme. Une enquête a été ouverte pour tentative d’homicide et a été confiée à la police judiciaire.
«Un véritable commando»

Mais le calme n’est pas revenu pour longtemps. En effet, une dizaine de jeunes armés se sont introduits dans l’établissement vingt minutes plus tard.

«Ils étaient armés d'une machette, de couteaux, de barres de fer. C'était un véritable commando», a raconté un membre du personnel, cité par Le Parisien. «Ils ont ciblé cinq ou six salles du rez-de-chaussée ainsi que les ateliers. Ils disaient: "On cherche des Clichois, car l'auteur des coups est de Clichy"».

«C'est du jamais vu», a constaté un enseignant. Des professeurs se sont interposés, l’un d’eux a reçu des blessures légères.

Aucun blessé grave n’est à déplorer bien que des élèves auraient été molestés, affirme Le Parisien. L’alarme anti-intrusion a été déclenchée par la direction de l’établissement, les lycéens ont été confinés dans les classes.

Les forces de police et les équipes mobiles de sécurité (EMS) du rectorat ont été dépêchées sur place. À l’arrivé de la police, le groupe de jeunes armés avait déjà quitté les lieux.
Appel au calme

Le maire, Olivier Klein, s'est rendu au lycée le jour des faits. Qualifiant les brutalités commises à l’encontre de l’élève blessé d’«inadmissibles», il a souligné dans un post sur Facebook que ce déchaînement «ne d[evait] pas être la source de nouvelles violences» et a appelé au calme.


Au lendemain de ces scènes «de quasi-guérilla», le cours des choses est revenu à la normale, selon Le Parisien. Or, une nouvelle agression s’est déroulée sur le chemin du lycée. Un groupe de trois lycéens a été attaqué, l’un a été blessé à la tête ce qui a nécessité des points de suture.

https://fr.sputniknews.com/france/201911081042394537-poubelles-et-voitures-brulees-jets-de-projectiles-des-lycees-nantais-pris-pour-cibles--images/
https://fr.sputniknews.com/france/201911081042395072-arme-dune-machette-et-de-couteaux-un-commando-seme-la-terreur-dans-un-lycee-du-93/

Commentaires

1.Posté par saidab le 08/11/2019 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un effet "logique" de l'échec scolaire massif et de l'absence de perspectives pour trop de jeunes ?

2.Posté par Margote le 09/11/2019 05:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA FRANCE DE MASSACRON

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires