"Pays de merde": le Botswana convoque l'ambassadeur des Etats-Unis, Haiti et le Salvador protestent  13/01/2018

"Pays de merde": le Botswana convoque l'ambassadeur des Etats-Unis, Haiti et le Salvador protestent











Le Botswana a annoncé vendredi avoir convoqué l'ambassadeur des Etats-Unis pour lui faire part "de son mécontentement" au sujet des propos "racistes" attribués au président américain Donald Trump qualifiant de "pays de merde" plusieurs nations africaines et Haïti.

"Nous considérons que les propos de l'actuel président américain sont hautement irresponsables, répréhensibles et racistes", a estimé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le gouvernement du Botswana a aussi demandé à l'ambassadeur de "clarifier si le Botswana est perçu comme un +pays de merde+ compte tenu du fait qu'il y a des citoyens du Botswana qui résident aux Etats-Unis".

Gaborone "se demande pourquoi le président Trump doit recourir à du vocabulaire désobligeant pour parler de pays avec lesquels les Etats-Unis entretiennent des relations bilatérales cordiales et mutuellement bénéfiques depuis tant d'années".

Le Botswana, petit pays d'Afrique australe, conclut son communiqué en appelant "toutes les autres nations progressistes à condamner fermement les remarques" de Donald Trump.

Selon plusieurs médias américains citant des personnes présentes jeudi à une réunion à la maison Blanche, le président américain a dénoncé l'immigration en provenance de "pays de merde" tels que Haïti ou des pays africains.
Donald Trump a cependant contesté vendredi avoir utilisé cette expression, qui a suscité une vague d'indignation dans le monde.

Le gouvernement haïtien condamne les propos "racistes" de Trump, si avérés

Le gouvernement haïtien a qualifié d'"inacceptables" les propos dénigrant Haïti prêtés à Donald Trump, les jugeant simplistes et racistes, dans un communiqué publié vendredi, jour anniversaire du séisme qui a fait plus de 200.000 morts dans le pays en 2010.

"Le gouvernement haïtien condamne avec la plus grande fermeté ces propos odieux et abjects qui, s'ils étaient avérés, seraient, à tous égards, inacceptables car ils reflèteraient une vision simpliste et raciste totalement erronée", a écrit le gouvernement.
"Ils seraient, de surcroit, incompatibles avec les liens multiples tissés par la longue histoire d'amitié et de convivialité qui unit les deux peuples des deux plus vieilles républiques" du continent américain, a-t-il ajouté.

Le président américain a affirmé sur Twitter n'avoir "jamais dit quelque chose d'insultant sur les Haïtiens".
Selon plusieurs médias américains citant des personnes présentes jeudi à une réunion à la Maison Blanche, M. Trump a dénoncé l'immigration en provenance de "pays de merde" tels que Haïti ou des pays africains.

Le sénateur démocrate Dick Durbin, qui assistait à cette réunion, a affirmé vendredi matin que M. Trump avait même utilisé "plusieurs fois" cette expression grossière.

Le gouvernement haïtien a dénoncé dans son communiqué des propos "pour le moins irrespectueux et insultants".
"Il y a lieu de croire qu'il s'agit, une fois encore, d'une véritable méprise tant ces déclarations insultantes et répréhensibles ne correspondent en rien aux vertus de sagesse, de retenue et de discernement que doit cultiver toute autorité politique investie de hautes fonctions", a-t-il poursuivi.
Et de rappeler que "des millions de fils et filles d'Haïti ont contribué, contribuent et continueront de contribuer à la prospérité et à la grandeur de l'Amérique".
"De même, la solidarité spontanée du peuple américain envers le peuple haïtien dans ses moments difficiles consolide, encore pour longtemps, le socle de leur indéfectible amitié", a ajouté le gouvernement, évoquant en particulier également l'aide des soldats haïtiens au général Lafayette pendant la guerre d'indépendance des Etats-Unis.

L'administration Trump a annoncé en novembre la suppression d'une mesure protégeant de l'expulsion près de 60.000 immigrés haïtiens aux Etats-Unis. Le Statut de protection temporaire (TPS) avait été accordé aux Haïtiens après le séisme de 2010.

"Pays de merde": le Salvador proteste et "demande le respect"

Le gouvernement du Salvador a condamné vendredi les propos prêtés à Donald Trump qualifiant une série de nations de "pays de merde" et demandé "le respect".

"Le Salvador demande le respect pour son peuple noble et courageux", a déclaré le président Salvador Sanchez Ceren lors d'un événement en public.
Les termes employés par le président américain "heurtent la dignité" des Salvadoriens, a-t-il ajouté, soulignant que son pays rejetait "ce type d'affirmations".

Le chef de l'Etat a mis en avant le rôle de ses concitoyens dans "la reconstruction du Pentagone, après les terribles attentats terroristes du 11 septembre 2001" et celle de "La Nouvelle Orléans, après le dévastateur ouragan Katrina".
Le Salvador a officiellement protesté auprès de l'ambassade des Etats-Unis.

Le président américain est à nouveau dans la tourmente pour des propos tenus lors d'une réunion à la Maison Blanche. Selon le sénateur démocrate Dick Durbin, qui était présent et a confirmé vendredi les récits de plusieurs médias américains, Donald Trump a qualifié plusieurs nations africaines, Haïti et le Salvador de "pays de merde" lors d'une conversation sur l'immigration en provenance de ces régions.
Le président a partiellement contesté ces mots, tout en reconnaissant avoir utilisé un langage "dur".

https://www.lorientlejour.com/article/1093978/pays-de-merde-le-botswana-convoque-lambassadeur-des-etats-unis.html
https://www.lorientlejour.com/article/1093985/le-gouvernement-haitien-profondement-indigne-et-choque-par-les-propos-de-trump.html
https://www.lorientlejour.com/article/1094029/pays-de-merde-le-salvador-proteste-et-demande-le-respect.html

Commentaires

1.Posté par Saber le 13/01/2018 18:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les goys s'offusquent à l'idée de ce que pense d'eux le représentant us-Sion.

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires