Paris : Des intellectuels arabes réclament la fin du boycott d'Israël  12/02/2020

Paris : Des intellectuels arabes réclament la fin du boycott d'Israël


























La rencontre a eu lieu ce mardi, en présence d’une dizaine de membres du Conseil arabe pour l’intégration régionale, qui demande une normalisation des relations avec Israël.

Une dizaine de membres du Conseil arabe pour l’intégration régionale, qui rassemble des intellectuels, des professeurs, des artistes, des scientifiques, des avocats ou encore des activistes de quinze pays, s’est rassemblé ce mardi à Paris, à l’Assemblée nationale.

L’initiative, née en novembre dernier, vise à normaliser les relations avec Israël, à condamner le boycott dont fait l’objet le pays et à proposer une alternative arabe à celles que proposent le Fatah, qui dirige l’Autorité palestinienne (AP), et le groupe terroriste palestinien du Hamas, à la tête de Gaza.

Une dizaine de membres du Conseil arabe pour l’intégration régionale, qui rassemble des intellectuels, des professeurs, des artistes, des scientifiques, des avocats ou encore des activistes de quinze pays, s’est rassemblé ce mardi à Paris, à l’Assemblée nationale.

L’initiative, née en novembre dernier, vise à normaliser les relations avec Israël, à condamner le boycott dont fait l’objet le pays et à proposer une alternative arabe à celles que proposent le Fatah, qui dirige l’Autorité palestinienne (AP), et le groupe terroriste palestinien du Hamas, à la tête de Gaza.

En arabe, accompagnés d’un traducteur et malgré les risques personnels que peut représenter leur Conseil, ils ont ainsi tenté de convaincre les parlementaires français présents de la nécessité de la fin du boycott, qui représente selon eux un énorme manque à gagner à la fois pour les Palestiniens que pour les pays arabes voisins, et de leur nécessaire condamnation du mouvement BDS.

Eglal Gheita, avocat égypto-britannique et membre du Conseil, explique que ce boycott, devenu « un modèle répandu dans le monde arabe » cause un « affaiblissement et une fracture de la région, accélérant la désintégration de la Syrie, de l’Irak, de la Libye et du Yémen ».

Mohammed Dajani al-Daoudi, professeur palestinien, appelle lui à « des collaborations entre universités pour étudier la possibilité d’une issue pacifique au conflit israélo-palestinien ». « Il ne faut plus penser uniquement en termes de haine entre les peuples », ajoute-t-il.

Mohamed Anouar Al Sadate, neveu de l’ancien président égyptien Anouar el-Sadate, à l’origine des accords de Camp David qui ont scellé la paix entre Israël et l’Egypte, explique lui être « fortement opposé au plan proposé par Donald Trump, bien sûr, car il n’est pas équitable ». Mais, soutenant une nouvelle approche avec Israël, il ajoute « ne pas approuver non plus la réaction de Mahmoud Abbas. Nous aurions dû prendre ce qu’ils nous proposaient déjà, et négocier pour obtenir jusqu’à deux fois plus ! Et si nous n’avions pas trouvé un meilleur accord, nous aurions pu le rejeter ensuite ». Il dit également vouloir une « paix chaude » avec Israël, et non une « paix froide » comme celle signée il y a 40 ans entre les deux pays.

Le scientifique Oussema Selmi a lui regretté que « [ses] recherches ne puissent aboutir que [s’il] les met en corrélation avec celles de spécialistes israéliens. Mais le gouvernement tunisien veut rétablir une loi qui qualifie de traître toute personne rencontrant un Israélien. Une loi assortie d’une peine de prison. »

Sami Al-Nesef, ancien ministre koweïtien de l’Information, a déploré que des « lois interdisent les contacts humains entre les Arabes et les citoyens israéliens. Ceux qui les violent sont passibles de peines extrêmes pouvant aller jusqu’à l’exécution dans certains pays. Nous pensons que ces lois devraient être abrogées, car elles bloquent les perspectives de paix au Moyen-Orient ». Il a également appelé la France, « allié vital et respecté de tant de pays arabes », à soutenir une loi visant à permettre la pénalisation de propos refusant la paix avec Israël.

Une quinzaine d’élus français étaient présents, et parmi eux le Sénateur et ancien ministre Roger Karoutchi et les députés Claude Goasguen, Meyer Habib, François Pupponi, Constance Le Grip, Rodrigue Kokouendo ou encore Jean-Michel Mis. La conférence a été suivie d’un débat.

En novembre, lors de la naissance du Conseil, ses membres avaient déjà argumenté que les efforts visant à empêcher la normalisation entre leurs nations respectives et Israël avaient fait plus de mal que de bien. Si le nombre exact de membres que compte l’initiative n’est pas connu, il y avait 32 participants initiaux en novembre.

Dans un article d’opinion publié en novembre dans le Wall Street Journal, Eglal Gheita et le journaliste arabe Mostafa El-Dessouki avaient déjà expliqué que « boycotter Israël et sa population n’a fait que renforcer les deux tout en nuisant grandement aux pays arabes – et surtout aux Palestiniens » et que « pour le bien de la région, il n’est que temps d’avancer vers une ère post-boycott ».

Les Arabes, ont-ils écrit, « ont perdu les bénéfices économiques induits par la formation de partenariats avec Israël », comme pour l’obtention des technologies de dessalement et le boycott « a empêché les Arabes de résoudre les tensions entre les Israéliens et les Palestiniens », ne faisant que renforcer des partisans de la ligne dure, comme le Hamas, tout en marginalisant « les Palestiniens qui œuvrent à juste titre et pacifiquement à construire les institutions nécessaires à un futur Etat ».

« Pire encore », ajoutaient-ils, « le boycott régional d’Israël est devenu un modèle d’exclusion et de marginalisation de l’opposition dans le monde arabe. Les divisions ethniques et sectaires se sont durcies ».

À l’étranger, l’initiative du Conseil arabe pour l’intégration régionale a déjà reçu le soutien de Tony Blair, ancien Premier ministre britannique, devenu émissaire du Quartet pour le Moyen-Orient, et du diplomate américain Dennis Ross.

Ce dernier a signé une tribune mardi dans l’Obs dans laquelle il explique lui aussi que « l’absence de liens interpersonnels et de dialogue entre la société civile israélienne et les sociétés civiles du monde arabe ont fortement porté préjudice à la construction de la paix dans la région ».

« La politique arabe de boycott a isolé les citoyens israéliens de la région et inversement les citoyens arabes des Israéliens. Les discussions occidentales sur le sujet ont traditionnellement exprimé un point de vue israélien sur le boycott, ce qui est compréhensible. Mais les membres du Conseil arabe portent une vision plus globale et de ce point de vue novatrice, ajoute-t-il.

Malgré une attitude d’ouverture de plus en plus grande en faveur d’engagements avec Israël dans certaines parties du monde arabe, dans d’autres, l’opposition à de telles éventualités s’est renforcée.

En mars 2019, le ministre d’Etat aux Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Anwar Gargash, avait appelé à un « glissement stratégique » dans les liens israélo-arabes, estimant que la décision prise depuis des décennies par le monde arabe de boycotter l’Etat juif avait été une erreur et que ce même boycott avait compliqué les efforts de résolution du conflit israélo-palestinien.

Au mois de juin, le ministre bahreïni aux Affaires étrangères Khalid bin Ahmed al Khalifa avait lui expliqué que son pays reconnaissait le droit à l’existence d’Israël, qu’il savait que le pays était dorénavant définitivement implanté dans la région et qu’il souhaitait faire la paix.

Mais, début 2019, le président tunisien, Kais Saied, élu en octobre dernier, avait pour sa part qualifié les initiatives visant l’établissement de relations avec l’Etat juif de « haute trahison ».

Et les liens avec la Jordanie, qui a signé un traité de paix avec Jérusalem en 1994, se sont également tendus ces dernières années, le premier envoyé du royaume en Israël clamant récemment que l’accord entre les deux Etats devait être réexaminé.

https://fr.timesofisrael.com/paris-des-intellectuels-arabes-reclament-la-fin-du-boycott-disrael/

Commentaires

1.Posté par YYY le 12/02/2020 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

In tellectou Ell nar, comme al chaghoumi / charroumi

2.Posté par Bill le 12/02/2020 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils ne peuvent pas être intellectuels pour prendre des décisions comme celles-ci , c'est plutôt des traîtres et des vendus ! A quoi leurs ont servi leurs études ? A donner la Palestine et Al Aqsa aux
mécréants ? Félicitations messieurs, donner leurs la Mecque et Médine aussi ! Faites-vous plaisir !

3.Posté par YYY le 12/02/2020 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BOYCOTTEZ les adorateurs du veau de Ashera et Ell !!!

4.Posté par oh-daz le 13/02/2020 06:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

intellectuels ??... des ouailles de bhl et fink....?

5.Posté par Karim le 13/02/2020 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

46. Et s'ils avaient voulu partir (au combat), ils lui auraient fait des préparatifs. Mais leur départ répugna à Allah; Il les a rendus paresseux. Et il leur fut dit : “Restez avec ceux qui restent”. 47. S'ils étaient sortis avec vous, ils n'auraient fait qu'accroître votre trouble et jeter la dissension dans vos rangs, cherchant à créer la discorde entre vous. Et il y en a parmi vous qui les écoutent.
Et Allah connaît bien les injustes. 48. Ils ont, auparavant, cherché à semer la discorde (dans vos rangs) et à embrouiller tes affaires jusqu'à ce que vint la vérité et triomphât le commandement
d'Allah, en dépit de leur hostilité. (Coran Ettawba)

6.Posté par Bledmiki-99 le 13/02/2020 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

À l’Assemblée nationale..! Rien que ça...sous le patronage de bhl...habib...et le SALGOUMI

7.Posté par Hélène Somma le 13/02/2020 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce ne sont pas des intellectuels, ce sont des traitres.

8.Posté par Chico le 14/02/2020 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me suis arrêté a " terroristes du Hamas " j'ai vite était voir la source et .... .

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires