Ouattara à Paris avec une mallette de 500 millions CFA pour soutenir Sarkozy  29/04/2012

Ouattara à Paris avec une mallette de 500 millions CFA pour soutenir Sarkozy


Alassane Dramane Ouattara, le président de la France en Côte d’Ivoire est présent à Paris depuis cet après midi, 29 avril 2012, pour dit-on une visite privée.

Selon les informations en notre possession, Alassane Ouattara , ami de Nicolas Paul Sarkozy Nagy de Bocsa, le président candidat de l’élection présidentielle française 2012, est venu prêter main forte à celui qui vient d’être révélé par le site Médiapart d’avoir reçu la somme de 50 millions d’euros de la part de Kadhafi, le défunt président libyen. Dans la valise diplomatique ivoirienne, se trouverait environ 500 millions de Fcfa alors que le peuple ivoirien broie du noir en Côte d’Ivoire.

Notre source annonce la présence de l’ancien président ivoirien, Henri Konan Bedié et plusieurs ministres dans la délégation ivoirienne, qui à en croire à cette même source seraient en France pour savourer la victoire de leur parrain au soir du 6 mai 2012.
Henri Konan Bedié qui fêtera ses 78 ans (née le 5 mai 1934) bientôt a choisi Paris pour souffler ses 78 bougies.

Distancé dans les sondages de 8 à 10 points par son rival politique, François Hollande, arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle le 22 avril dernier, que peut réellement peser ce dernier soutien de Alassane Ouattara dans la campagne présidentielle française ?

Commentaires

1.Posté par citoyen le 29/04/2012 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La honte ....

2.Posté par Abou Simbel le 29/04/2012 22:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au vu et au su de tout le monde..., tranquille quoi ?
C'est plus l'Afrique qui se déplace en France, mais la France qui se déplace en Afrique...

3.Posté par Hijack le 29/04/2012 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cela aurait été mieux de convertir pour nous, l'auteur : Je crois que cela fait autour de 700 000 € !

4.Posté par Magogo le 30/04/2012 14:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sa dévient inacceptable !vraiment sarko doit partir,il fait pire que l'ancienne génération,il tue!il fait des cous d'état,il créer des division pour enfin recevoir les millions de nos contribuables !il doit vraiment partir pour être jugé un jour!

5.Posté par AFRIK le 14/05/2012 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

URGENT ALERTE ALERTE ALERTE ALERTE

URGENT FAITE SUIVRE
Des centaines de policiers, militaires, et gendarmes ex-FDS, disparaissent, après un passage dans des Camp de concentration FRCI
IvoireBusiness-14/5/2012

Les camps de concentration sont la nouvelle trouvaille du régime Ouattara pour ôter la vie à d’honnêtes civils et militaires abusivement accusés de tentative de coup d’Etat où à

qui on veut faire reconnaître des faits, même les plus invraisemblables.
En effet, un vaste mouvement d’arrestation a cours depuis plusieurs mois dans tous les corps d’armée ivoiriens. Des centaines de policiers, gendarmes et militaires en service, sont arrêtés sans autre forme de procès par le régime Ouattara, et mis sous l’éteignoir. Ils sont conduits manu-militari dans des camps de concentration ouverts à cet effet, dans tout le pays. La majorité de ces policiers, militaires, ou gendarmes est qu’ils sont originaires de l’Ouest ou du Sud de la Côte d’Ivoire, et qu’ils ont servi sous le Président Laurent Gbagbo du temps des Forces de défense et de sécurité (FDS).
Pour le régime Ouattara, ce sont là des charges suffisamment graves pour les arrêter. Du jour au lendemain, leurs familles n’ont plus de nouvelles d’eux. L’un des camps de concentration FRCI le plus en vue est celui du camp LIBERTE à Yopougon « nouveau quartier ». C’est un véritable camp Boiro ivoirien où les détenus civils et militaires sont torturés nus dans le plus simple appareil. Avant que ceux-ci ne disparaissent à jamais. Selon ce procédé, plusieurs familles n’ont plus jamais revu leurs enfants, qui ont pourtant décidé de servir loyalement le régime Ouattara. Mais pour ce dernier, la considération tribale prime plus que tout autre chose. La preuve, les militaires originaires du Nord ne sont pas touchés par cette épuration ethnique au sein de la grande muette ivoirienne. Pendant combien de temps encore le régime va-t-il arrêter ses propres militaires sans aucune charge et sur la base ethnique ? Et pourquoi cette indifférence de l’ONUCI et de la Communauté internationale, qui se rend complice sans le savoir, de tous ces crimes ?
Nous y reviendrons.


Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires